Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

Suisse

Suisse


ūüĎćūüĎČ Voisine d'√©oliennes industrielles : Journal d'une amoureuse de la nature et du silence
http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/







21/08/17Le canton de Thurgovie fait machine arrière dans le dossier éolien Рla pression augmente sur la Suisse romande
Le Conseil d’Etat du canton de Thurgovie supprime jusqu’√† nouvel avis tous les p√©rim√®tres de parcs √©oliens de son plan directeur. Cette d√©cision fait suite aux centaines de prises de position n√©gatives en provenance des localit√©s pressenties pour y implanter des sites √©oliens industriels. Avec la r√©ticence grandissante dans l’ensemble de la Suisse orientale, la pression augmente sur la Suisse romande et sur l’Arc jurassien, qui se retrouvent plus que jamais en premi√®re ligne pour la construction des 1000 √©oliennes voulues par la Conf√©d√©ration.
Selon les informations obtenues aupr√®s du canton de Thurgovie, la suppression des sites pr√©vus est √† mettre sur le compte des centaines d’avis critiques exprim√©s dans le cadre de la proc√©dure d’information et de participation. √Ä lui seul, le projet de parc √©olien de Braunau-Wuppenau, o√Ļ √©taient pr√©vues environ 10 machines de 200 m√®tres de haut, a suscit√© suffisamment de prises de position n√©gatives pour faire pencher la balance.
La carte des vents du lobby √©olien suisse indique que le canton de Thurgovie se caract√©rise par des conditions de vent moins mauvaises que le Plateau. Pour cette raison, la Suisse orientale est mise en avant dans la Conception √©nergie √©olienne de la Conf√©d√©ration. Canton fronti√®re avec l’Allemagne, la Thurgovie est cependant suffisamment bien plac√©e pour observer l’industrialisation √©olienne envahissante chez son voisin du Nord et en tirer les conclusions qui s’imposent.
La d√©cision radicale des autorit√©s thurgoviennes est une d√©faite cuisante pour les promoteurs en Suisse orientale. La production annuelle de 4.3 TWh de courant d’origine √©olienne voulue par la Conf√©d√©ration, n√©cessitant environ 1000 machines, risque ainsi de se reporter encore plus sur l’Ouest de la Suisse et sur l’Arc jurassien. Les cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Neuch√Ętel, Jura, Valais et Soleure, d√©j√† fortement sollicit√©s, figurent parmi les principales victimes.
La d√©cision du canton de Thurgovie est le premier coup port√© √† la Conception √©nergie √©olienne de la Conf√©d√©ration, qui date pourtant d’√† peine deux mois, et qui attribuait au canton de Thurgovie jusqu’√† 50 installations √©oliennes. La F√©d√©ration Paysage Libre Suisse est plus que jamais convaincue que la mise en Ňďuvre de la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050 devra se faire sans l’√©olien.
http://www.paysage-libre.ch/?p=1004

18/08/17 : Le premier candidat √† la mairie du Noirmont est le coiffeur du village
LE NOIRMONT - Claude Kilcher, membre du Parti Chrétien-Social indépendant et coiffeur de profession, se porte candidat à la succession de Jacques Bassang à la mairie du Noirmont pour les élections communales du 22 octobre prochain.
La Mairie du Noirmont tient son premier candidat. Une t√™te bien connue des Noirmoniers puisqu’il s’agit du coiffeur du village, Claude Kilcher. En vue des √©lections communales, qui se d√©rouleront le 22 octobre prochain dans tout le canton du Jura, le membre du Parti Chr√©tien-Social Ind√©pendant (PCSI) a annonc√© sa candidature ce matin devant la presse, en compagnie d’amis et membres du PCSI
Motivé par son entourage
Cet habitant du Noirmont depuis 1976, conseiller communal entre 1987 et 1992 puis membre de diff√©rentes commissions jusqu’au d√©but des ann√©es 2000, a pris la d√©cision de se r√©engager en politique suite aux encouragements de clients et d’amis. Si l’artisan de 65 ans a d√©cid√© de se porter candidat, c’est aussi parce qu’il d√©sire mener une retraite active, en rendant service √† sa commune.
Anti-éoliennes
Officiellement en campagne depuis aujourd’hui, Claude Kilcher veut mettre la communication au centre de son programme politique. Ce pourfendeur des √©oliennes pr√©voit aussi de lutter pour qu’aucune turbine suppl√©mentaire ne soit plant√©e sur le paysage des Franches-Montagnes.
La candidature de Claude Kilcher a √©t√© rendue possible suite √† la d√©cision de l’ancien maire, Jacques Bassang, de ne pas se repr√©senter. Pour l’instant, Claude Kilcher est le seul candidat √† la mairie. Mais les potentiels int√©ress√©s ont encore un mois pour se manifester.
http://www.arcinfo.ch/articles/regions/jura-jura-bernois/le-premier-candidat-a-la-mairie-du-noirmont-est-le-coiffeur-du-village-694289


17/08/17 : L’√©lectricit√© √† Bienne : ce sera 60 francs de plus par an
Il faudra payer plus √† Bienne pour l’√©lectricit√© d√®s 2018. L’augmentation moyenne des prix se situe √† pr√®s de 7%.
La facture d’√©lectricit√© prendra l’ascenseur √† Bienne. Energie Service Bienne (ESB) l’a annonc√© jeudi au cours d’une conf√©rence de presse. D√®s janvier 2018, il faudra compter avec cinq francs de plus par mois, pour un m√©nage moyen. Sur une ann√©e, c’est 60 francs suppl√©mentaires √† inclure dans le budget.
La hausse s’explique principalement par deux facteurs. Tout d’abord, la R√©tribution √† prix co√Ľtant (RPC) passe de 1,5 centime le kilowattheure √† 2,3 centimes. Cette augmentation se fait sur tout le territoire suisse. Elle est la cons√©quence de la votation du 21 mai dernier avec l’acceptation par le peuple de la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050.
Ensuite, le prix de l’√©lectricit√© sur le march√© international a lui aussi bondi. Depuis le d√©but de l'ann√©e, l'augmentation atteint 10% selon ESB.
Une augmentation aussi bénéfique
Cette hausse des prix qui se r√©percute sur le consommateur n’est pas seulement analys√©e de mani√®re n√©gative. « Si je regarde seulement mon porte-monnaie, il est clair que ce n’est pas id√©al. Mais le prix qui augmente, c’est aussi b√©n√©fique d’un autre point de vue. Sur le march√© de gros, les prix sont tellement bas que nous ne sommes pas comp√©titifs en Suisse compar√©, par exemple, au charbon en Allemagne. Pour l'√©lectricit√© des centrales hydro-√©lectriques, cette augmentation est donc un bon signe », tient √† pr√©ciser la conseill√®re municipale biennoise et vice-pr√©sidente d’ESB, Barbara Schwickert.
Bienne fournit vert√Ä l’avenir, ESB continuera de fournir uniquement de l’√©nergie renouvelable. Depuis cette ann√©e, le service a laiss√© tomber les 11,5 % d’√©nergie nucl√©aire qu’il utilisait encore en 2016.
Un tiers de l’√©lectricit√© fournie √† la client√®le provient des propres centrales et participations d’ESB.
Au final, le consommateur a le choix entre trois paquets. Tout d’abord, le « Biel-Bienne », qui comprend de l’√©lectricit√© provenant des gorges du Taubenloch et d’installations solaires √† Bienne, ensuite le « Seeland », avec du courant arrivant des centrales hydro-√©lectriques de Br√ľgg, Boujean, Hagneck et de l’√©lectricit√© √©olienne du Mont-Crosin et finalement le « Suisse », qui contient du courant 100% suisse, produit √† partir de la force hydraulique. 

31/07/17Environ mille éoliennes en Europe détenues par des fournisseurs suisses
Alors que la Suisse ne compte que 37 √©oliennes, les fournisseurs d'√©nergie helv√©tiques en d√©tiennent environ mille en Europe. Leur production √©lectrique correspond √† deux fois celle de M√ľhleberg.
Le parc √©olien suisse ne fournit pour l’instant que 0,2% de la consommation d'√©lectricit√© totale du pays, rapporte La Libert√©.
En revanche, les fournisseurs et investisseurs helvétiques détiennent environ mille éoliennes dans huit pays d'Europe, principalement en Allemagne, en Italie et en France.
Celles-ci contribuent √† produire environ 5000 gigawatts/heure (GWh) par an, soit presque le double de la production annuelle de la centrale nucl√©aire de M√ľhleberg. Ce chiffre d√©passe les objectifs de production √©olienne indig√®ne de la strat√©gie √©nerg√©tique de la Conf√©d√©ration (4200 GWh).
Faciliter la transition
Or, ces √©oliennes n’offrent pas la s√©curit√© d’approvisionnement vis√©e par la strat√©gie √©nerg√©tique, nuance Lionel Perret, responsable chez Suisse Eole.
Il estime néanmoins qu'investir à l'étranger permet "l'acquisition d'expérience et de compétences en Suisse", mais aussi de "faciliter la transition" vers une fourniture électrique "qui devra être à 100% renouvelable en 2050".
Investissements récents en France et en Norvège
L'acquisition d'installations éoliennes en Europe par des fournisseurs et investisseurs suisses se poursuit.
Le groupe vaudois Romande Energie a annonc√© lundi l'acquisition d'un parc √©olien en Bretagne, √† Pluzunet, dans le d√©partement fran√ßais des C√ītes-d'Armor. Il comprend trois √©oliennes, pour une puissance de 6 m√©gawatts et une production annuelle de pr√®s de 10,7 millions de kilowattheures, soit l'√©quivalent de la consommation annuelle moyenne de pr√®s de 3000 m√©nages.
Début juillet, le groupe bernois BKW avait aussi annoncé l'acquisition pour 2018 d'un projet de 15 éoliennes à Marker, au sud-est de la Norvège.
https://www.rts.ch/info/suisse/8810775-environ-mille-eoliennes-en-europe-detenues-par-des-fournisseurs-suisses.html

31/07/17Mille éoliennes suisses
Les fournisseurs helv√©tiques produisent √† l’√©tranger plus d’√©lectricit√© avec le vent que deux M√ľhleberg
C'est l'arbre qui cache la for√™t ! Alors que la Suisse ne compte que 37 √©oliennes et a toutes les peines √† accro√ģtre un parc √©olien qui ne fournit pour l'instant que 0,2 % de la consommation d'√©lectricit√© totale du pays, les fournisseurs suisses d√©tiennent d√©j√† enti√®rement ou sous forme de participations ...
http://www.laliberte.ch/news/economie/mille-eoliennes-suisses-401474

28/07/17 : NON cinglant de la France voisine aux éoliennes vaudoises
La première consultation des riverains français, concertée par le Canton et la France voisine, se solde par un non cinglant des riverains au projet éolien proche de la frontière.
http://www.24heures.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/cinglant-france-voisine-eoliennes-vaudoises/story/27304805

25/07/17 Un pas pour le paysage face √† l’√©olien
Les b√©n√©ficiaires de la RPC seront d√©sormais connus, selon une d√©cision du Tribunal f√©d√©ral. Cet arr√™t concerne une trentaine d’√©oliennes dans le Jura
Une d√©cision qui pourrait changer la donne en mati√®re d’√©olien. La semaine derni√®re, le Tribunal f√©d√©ral a rendu public son arr√™t qui donne raison √† Paysage Libre Suisse. La liste des b√©n√©ficiaires de la r√©tribution √† prix co√Ľtant devrait d√©sormais √™tre rendue publique. Cette d√©cision intervient √† un moment cl√© pour le Jura.
Des éoliennes qui ne devraient pas être construites
Dans le Jura, la question avait déjà été soulevée dans une question écrite déposée par le député Jean-Daniel Tschan. En mai, le Gouvernement avait refusé dans sa réponse de dévoiler les sites des 25 éoliennes non encore construites qui ont reçu une décision positive de la RPC et des 10 autres qui sont encore en attente.
Avec cette d√©cision du Tribunal f√©d√©ral, qui retourne √† pr√©sent au Tribunal administratif f√©d√©ral, la liste des b√©n√©ficiaires sera rendue publique pour tout le pays, donc aussi le Jura. Une avanc√©e pour Jean-Daniel Tschan, par ailleurs pr√©sident de Librevent, l’association de sauvegarde des paysages des Franches-Montagnes et des r√©gions limitrophes membre de Paysage Libre Suisse. Il d√©nonce les agissements d'entreprises, qui pour certaines ont d√©pens√© des fortunes sans produire de kilowatt (allusion au scandale Ennova). D’autres n’ont pas h√©sit√©, selon lui, √† √©tablir des pr√©contrats et √† verser des sommes √† des propri√©taires terriens en vue de la construction d’√©oliennes sans que la commune ou les riverains concern√©s n’en soient inform√©s.
Dans sa r√©ponse de mai, le Gouvernement pr√©cisait toutefois qu’une bonne partie des turbines qui ont re√ßu une d√©cision positive de la RPC ou sont en attente ne figurent pas dans la planification cantonale. Elles ne seront donc pas construites.
Bient√īt sur la table
Le plan sectoriel √©olien devrait par ailleurs √™tre trait√© devant le Parlement √† l’automne. La liste des b√©n√©ficiaires de la RPC pourrait amener des pr√©cisions aux d√©bats. Jean-Daniel Tschan promet que lui-m√™me en tant que d√©put√© et l’association seront tr√®s attentifs aux discussions en pl√©num. L’objectif sera qu’aucune commune qui s’est prononc√©e formellement contre l’implantation d’√©olienne ne s’en voit imposer.
https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20170725-Un-pas-pour-le-paysage-face-a-l-eolien.html

18/07/17 : Les anti-√©oliens gagnent au TF face √† Swissgrid
EnergieLe Tribunal fédéral a décidé d'accorder un droit de regard sur certains documents à l'association Paysage libre suisse.
Swissgrid doit accorder √† l'association Paysage libre suisse, fa√ģti√®re de la lutte contre les projets √©oliens, les listes de b√©n√©ficiaires √† prix co√Ľtant du courant inject√© ainsi que des listes d'attente. Le Tribunal f√©d√©ral l'a d√©cid√© dans un arr√™t diffus√© mercredi.
Il a jugé que la société Swissgrid est soumise à la loi fédérale sur le principe de la transparence dans l'administration (LTrans). Cette loi s'applique également aux organismes de droit public ou privé qui ont le pouvoir de rendre des décisions de première instance, souligne Mon Repos.
Or, il appara√ģt que Swissgrid rend effectivement des d√©cisions lorsque l'entreprise accorde la r√©tribution √† prix co√Ľtant. Les documents requis sont par cons√©quent soumis √† la LTrans, conclut le TF.
Paysage Libre Vaud, la branche vaudoise de l'association recourante, est particuli√®rement active. Elle s'est oppos√©e √† plusieurs projets √©oliens, notamment au Mollendruz, √† Vallorbe et dans la Vall√©e de Joux. (arr√™t 1C_532/2016 du 21 juin 2017) http://www.24heures.ch/suisse/antieoliens-gagnent-tf-face-swissgrid/story/16615757

11/07/17 : «On ne se rend pas compte de la valeur de la paix de nos villages»
Eoliennes : Les oiseaux et les infrasons ne sont pas les seuls obstacles aux √©oliennes. Selon une chercheuse r√©put√©e, le tissu social, fragile, n’est pas assez consid√©r√©.
On a cartographi√© le vent, les zones de nidification, mais pas les Homo sapiens . Selon Marie-Eve Maill√©, chercheuse de l’Universit√© du Qu√©bec √† Montr√©al qui a consacr√© sa th√®se aux effets des projets √©oliens sur les populations, autorit√©s et promoteurs doivent mieux prendre en compte l’impact de la contestation impliqu√©e par les √©oliennes. Sur ce sujet, elle √©tait r√©cemment invit√©e √† une r√©union des sp√©cialistes de la planification des √©oliennes vaudoises, √† Yverdon. Au vu des exp√©riences canadiennes, comme le parc √©olien de l’Erable dans le Centre-du-Qu√©bec, avec ses 50 h√©lices au cŇďur d’une v√©ritable saga, la sp√©cialiste assure que des solutions existent pour √©viter des grognes √©ternelles dans les villages. Y compris en terre vaudoise.
Comment expliquez-vous la faculté des projets éoliens à provoquer le débat et les oppositions?
Disons qu’on se dit toujours d’embl√©e qu’un projet √©olien est bon. L’√©olien est pr√©c√©d√© d’une r√©putation positive: on en a fait le symbole de la transition √©nerg√©tique et il est difficile d’√™tre contre. Alors que toute modification d’un milieu, des usages qu’on en fait, peut √™tre une situation stressante pour des habitants.
Quelle est la dur√©e d’une division de la population locale?
Le temps fait son Ňďuvre et att√©nue les divisions dans la communaut√©. Mais il faut voir ce qui se passe ensuite. Dans le Centre-du-Qu√©bec, la division de 2010 demeure aujourd’hui. Elle est entretenue par les poursuites judiciaires et peut intervenir sur d’autres sujets, comme sur la d√©molition d’un h√īpital d√©saffect√© par exemple. Les gens ont de la difficult√© √† se parler, ils ne savent plus collaborer. Ensuite cette col√®re se transmet aux enfants. √áa peut durer pendant des g√©n√©rations.
La vivacit√© du d√©bat ne peut-elle pas se nourrir d’autres facteurs?
C’est possible. Chez nous, on voit par exemple des communaut√©s partag√©es entre des ruraux et des nouveaux habitants. Tout se passe bien jusqu’√† ce que le projet √©olien s’int√©resse aux propri√©taires terriens. Pour le cultivateur, c’est un revenu bienvenu. Pour le nouvel habitant qui venait chercher la tranquillit√© et faisait le choix de quitter la ville, l’√©olien n’√©tait pas forc√©ment dans son projet de vie.
L’identit√© des porteurs de projets peut-elle changer la donne?
Les gens peuvent avoir de la m√©fiance envers une multinationale, ou quand c’est le gouvernement qui fait la promotion de l’√©olien avant de donner un pr√©avis sur un parc. Quand une autorit√© est √† la fois promoteur, d√©veloppeur et arbitre du d√©bat, √ßa pose probl√®me et √ßa contribue √† radicaliser les positions. Ceux qui s’opposent ont l’impression de devoir d√©montrer leur force. Ensuite, c’est l’escalade.
De manière générale, quelle erreur commet-on à chaque projet éolien?
Dans tous les projets, on tend √† minimiser les pr√©occupations des citoyens. On entend des «ne vous inqui√©tez pas ma petite dame, il n’y aura pas de bruit.» Marginaliser les pr√©occupations ou le nombre des oppositions, c’est semer les graines de la discorde et risquer des d√©chirures sociales. Or, aucune question n’est ill√©gitime. M√™me interroger le bien-fond√© du projet. La base est d’√©viter les conflits sociaux, voire les r√©duire, les r√©parer puis les compenser en nature, mais c’est la derni√®re √©tape. Mesurer ce que les gens estiment perdre peut √™tre un outil pour se rendre compte et √©valuer.
Le débat local est souvent marqué par des opposants déterminés. Comment les intégrer?
C’est le plus grand d√©fi de la pratique, je vois √ßa aussi dans de la concertation autour de projets miniers par exemple. Il faut comprendre que personne, √† de rares exceptions pr√®s, ne se lance dans un tel conflit par plaisir. Ces opposants sont r√©ellement motiv√©s par la protection de quelque chose qui leur est cher. Il faut respecter cela. Sauf que tant que leur logique est d’√©viter le projet, de le bloquer, le simple fait de discuter avec le promoteur revient pour eux √† une forme de collaboration. Et l√† on n’arrive pas √† n√©gocier.
Que faire alors?
Il faut mettre en place le dialogue, et avec un m√©diateur, un tiers. C’est une culture qui balbutie souvent. Faire appel √† quelqu’un qui a la confiance de tout le monde et qui arrive √† trouver une zone de raisonnable, cette zone qui permet de faire accepter un projet, de le transformer ou de l’abandonner s’il n’est pas au bon endroit. Elle existe dans l’√©olien, j’en suis persuad√©e. Tant qu’on minimise l’opposition, on ne trouve pas la zone de compromis.
Voilà pour la théorie. Mais en pratique?
Il faut √™tre au contact au plus t√īt avec les groupes. Un promoteur doit faire une cartographie humaine: les √©lus, les associations, les clubs… C’est seulement en trouvant autour de quoi s’associent les gens qu’on parvient √† comprendre une r√©gion. Conna√ģtre le milieu humain est un imp√©ratif pour le promoteur. Il doit conna√ģtre les gens qu’il va d√©ranger ou qui feront le deuil de leur paysage. Le promoteur doit devenir un visage avec un num√©ro de t√©l√©phone. S’il s’agit d’un site vide ou d’une adresse √©trang√®re, les gens se m√©fient. C’est comme chez vous, si le promoteur a l’accent zurichois ou semble √™tre √©loign√© du terrain. L’acceptabilit√© passe par la confiance, le respect et la compr√©hension.
Pourtant le syst√®me suisse offre des possibilit√©s d’expressions: r√©f√©rendums, recours…
Oui, mais √ßa revient √† limiter leur acc√®s √† ceux qui ma√ģtrisent les outils. Il faut un syst√®me qui incite les opposants et les promoteurs √† trouver des solutions avant. S’il y a une rigidit√© de gouvernance, avec par exemple des √©lus qui renvoient √† telles institutions, comme √ßa se voit chez nous, et bien cela pousse √† utiliser les voies de recours et √† minimiser le dialogue. Mettre le doigt sur les probl√®mes se fait souvent en dehors de cadres rigides ou institutionnels, et ce le plus t√īt possible. Apr√®s, un r√©f√©rendum peut √™tre un pi√®ge. Chez nous, il y a eu 95% d’acceptabilit√© d’un programme de compensation. Les 5 ou 10% restant sont toujours en d√©tresse et auront un impact √©norme sur la coh√©sion sociale.
Tout de même. La transition énergétique ne vaut-elle pas ces quelques sacrifices?
Il faut relativiser les investissements. Quelques m√©gawatts ne valent pas la paix de nos villages. La coh√©sion sociale, c’est quelque chose qui ne se mesure pas quand tout va bien. Mais la capacit√© de r√©silience d’une communaut√©, sa coh√©sion ou sa capacit√© √† faire face √† des coups durs est essentielle. C’est ce qu’une communaut√© a de plus pr√©cieux de nos jours. √áa ne se chiffre pas. Mais on ne s’en rend compte que quand on l’a perdu. Des communaut√©s bris√©es, avec des gens qui changent de tables au restaurant ou autre, √ßa s’apparente √† des syndromes post-traumatiques.
http://www.24heures.ch/vaud-regions/rend-valeur-paix-villages/story/31861218

29/06/17 : Le Conseil demande l'arrêt du projet de parc éolien
Villars -le-Terroir - Le législatif a demandé à sa municipalité de mettre un termeau projet de Romande Energie.

L’horizon s’obscurcit pour le projet de parc √©olien de Romande Energie √† Villars-le-Terroir. Alors que les mesures de vent devant permettre de d√©finir les contours pr√©cis d’un √©ventuel futur projet doivent arriver √† leur terme ces jours, le Conseil communal du village a pr√©f√©r√© prendre les devants lundi en demandant √† sa Municipalit√© par 20 oui, 5 non et 2 abstentions de prendre «toutes les mesures qui s’imposent pour mettre un terme d√©finitif au projet».
Dans la foul√©e, l’assembl√©e a aussi demand√© √† son Ex√©cutif de faire v√©rifier la validit√© juridique de l’ accord sign√© entre la Commune et les promoteurs en 2011, document qui avait √©t√© ratifi√© sans l’accord du Conseil de l’√©poque . Le lien entre les deux demandes n’est pas fortuit, puisque certains termes de l’accord pourraient restreindre la libert√© d’action de la Commune. Contact√©e au lendemain de ces d√©cisions , la soci√©t√© Romande Energie se refuse √† tout commentaire tant qu’ elle n’ aura pas pu prendre connaissance du contenu exact de la motion et du postulat ayant amen√© √† ces d√©cisions.
Rencontre avec le Canton
Lors de cette m√™me s√©ance, les conseillers ont appris que suite au rapport tr√®s d√©favorable pr√©sent√© le 15 mai dernier par la commission charg√©e d’√©tudier le dossier, le Canton a invit√© √† une rencontre les membres de cette derni√®re, ainsi que la Municipalit√©. Une d√©marche qui peut surprendre lorsque l’on sait que le Canton est le principal actionnaire de la soci√©t√© porteuse du projet (38,06%).
«Nous nous devons d’accompagner la transition √©nerg√©tique et de travailler avec les acteurs concern√©s, se justifie Cornelis Neet. Dans ce sens, le Canton accompagne tous les projets √©oliens, quel que soit le porteur de projet.» Le directeur g√©n√©ral de l’ environnement assure toutefois que jusqu’√† ce jour «le Canton a toujours suivi la position des communes concern√©es, lorsqu’elles sont favorables, comme lorsqu’elles sont oppos√©es √† un projet».
Des municipaux se récusent
La s√©ance a enfin permis d’ apprendre que la suite des d√©bats sur le projet de parc √©olien se fera sans interventions ni votes du syndic Eric Glauser et du conseiller communal Alain Herminjard. Suite √† l’√©vocation, lors de la derni√®re assembl√©e, des contrats de mise √† disposition de terrains qu’ils ont sign√©s avec Romande Energie en 2011, les deux √©lus se sont officiellement r√©cus√©s.
http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/conseil-demande-arret-projet-parc-eolien/story/15587760
 29/06/17 : Les jets militaires √©pargnent les √©oliennes de Provence
Interdiction : L'armée a revu à la baisse son périmètre d'exclusion pour les rotors géants autour de l'aérodrome de Payerne. Le futur parc de Provence n'est plus en zone rouge.
Les jets de chasse de l'arm√©e suisse n'abattront pas les futures √©oliennes de Provence, dans le Jura vaudois. C'est ce qui ressort d'une √©tude publi√©e jeudi par le D√©partement de la d√©fense (DDPS). Le plan fixe une nouvelle zone «d'exclusion» pour les √©oliennes allant jusqu'√† vingt kilom√®tres autour de l'a√©rodrome de Payerne.
Une premi√®re version de cette √©tude, publi√©e le 9 d√©cembre 2016, englobait une partie du Jura vaudois et pla√ßait le futur parc √©olien de Provence en «zone d'exclusion». «De nombreuses discussions ont eu lieu avec les cantons et les investisseurs concern√©s et des analyses plus d√©taill√©es ont √©t√© r√©alis√©es», explique le DDPS. Le projet Provence, pilot√© par Romande Energie et ewz (service d'√©lectricit√© de la ville de Zurich) comprenait 17 m√Ęts d'√©oliennes dans sa version initiale. Le dossier pr√©alable du plan d'affectation a √©t√© d√©pos√© en mars pour examen aupr√®s des services cantonaux.
Promoteurs prudents
Romande Energie se garde √† ce stade de tout triomphalisme. «Les discussions sont toujours en cours et une s√©ance est encore agend√©e avec le DDPS pour partager les analyses et √©changer sur les √©ventuelles contraintes d’exploitation du parc», explique la compagnie √©lectrique.
«Compromis des deux c√īt√©s»
La r√©duction de la «zone d'exclusion» ne signifie pas que l'entra√ģnement des F/A-18 autour de la piste de Payerne ou de la zone d'entra√ģnement de Forel (FR) sera r√©duit, indique Berne. «L'√©tude pr√©sent√©e en d√©cembre avait √©t√© faite par des sp√©cialistes, c'√©tait une base de travail, indique Karin Suini, porte-parole du DDPS. Nous nous √©tions engag√©s √† ouvrir des discussions et il √©tait entendu que des compromis seraient faits des deux c√īt√©s.»
L'√©tude pr√©sent√©e en d√©cembre avait surpris les promoteurs d'√©oliennes et f√Ęch√© les cantons, qui s'estimaient pris au d√©pourvu. La conseill√®re d'Etat Jacqueline de Quattro avait qualifi√© de «catastrophiques» les «messages contradictoires» venant de Berne.
D'autres parcs encore touchés
M√™me r√©duite, la zone rouge touche encore d'autres projets de parcs, tels que Tous-Vents, dans le Nord vaudois, et Vaud-Air, dans la Broye. Quant √† la zone de r√©serve (o√Ļ des analyses se r√©v√®lent n√©cessaires sur les interactions entre les radars et les √©oliennes) elle n'a pas chang√© et couvre toujours une partie du Canton.http://www.24heures.newsnetz.ch/vaud-regions/jets-militaires-epargnent-eoliennes-provence/story/28140446

28/06/17 : Pour les √©oliennes, le Conseil f√©d√©ral lorgne la Suisse romande
Le Conseil f√©d√©ral d√©limite le cadre permettant de construire des m√Ęts pour exploiter l’√©nergiedu vent. La cha√ģne jurassienne, le Gros -de-Vaudet les Pr√©alpes sont bien plac√©s . Mais le sujet est hypersensible
Les √©oliennes √©taient au centre des disputes politiques avant le scrutin du 21 mai sur la nouvelle loi sur l’√©nergie. On ne savait pas alors quelle strat√©gie le Conseil f√©d√©ral proposerait pour l’implantation d’h√©lices dans le paysage suisse. Le gouvernement avait certes mis un projet en consultation en 2016, mais celui-ci a √©t√© gel√© dans l’attente du scrutin. C’est d’ailleurs ce qu’avaient souhait√© les cantons: ils avaient estim√© que le moment choisi pour cette consultation n’√©tait «pas id√©al», en raison de la votation √† venir sur la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050 (SE 2050).
A ce sujet: Mode d’emploi pour un courant vert
Le vote pass√©, le Conseil f√©d√©ral a adopt√© mercredi sa Conception √©nergie √©olienne (CEE), qui fixe le cadre dans lequel les cantons, comp√©tents pour la planification des projets, Ňďuvreront. Le gouvernement rappelle le potentiel qui avait √©t√© calcul√© en 2012. La production d’√©lectricit√© fournie par le vent, qui √©tait de 0,12 TWh/an – un t√©rawattheure √©quivaut √† un milliard de kWh – en 2015 pour 37 √©oliennes en activit√©, devrait passer √† 4,3 TWh d’ici √† 2050 et «devenir le deuxi√®me acteur du d√©veloppement des √©nergies renouvelables derri√®re le photovolta√Įque, l’hydraulique mis √† part». Cela suppose la «construction d’environ 600 √† 800 installations √©oliennes ou de 60 √† 80 parcs √©oliens dot√©s chacun de 10 installations».
Trois catégories
Ces chiffres sont cependant jug√©s «irr√©alistes» par la Fondation suisse pour la protection et l’am√©nagement du paysage (FP), qui parle plut√īt de 150 √† 200 m√Ęts. Au terme de la consultation, le Conseil f√©d√©ral a en effet √©rig√© plusieurs obstacles qui restreignent les possibilit√©s de construction de turbines exploitant l’√©nergie du vent. Il d√©coupe le pays en trois cat√©gories: les zones o√Ļ aucune √©olienne ne peut √™tre construite, celles dont elles doivent √™tre «en principe» exclues mais o√Ļ des exceptions sont possibles, et celles o√Ļ elles peuvent √™tre am√©nag√©es en fonction sur la base d’une pes√©e des int√©r√™ts.
Les sites mar√©cageux, les parcs nationaux et les r√©serves d’oiseaux aquatiques et migrateurs entrent dans la premi√®re cat√©gorie. La protection est moins rigoureuse pour les biotopes d’importance nationale (zones alluviales, sites de reproduction des batraciens, prairies s√®ches), les lieux de nidification du gypa√®te barbu et du grand t√©tras, les sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco, √† l’Inventaire f√©d√©ral des paysages (IFP) et √† l’Inventaire f√©d√©ral des sites construits d’importance nationale (ISOS). Ils sont dans la deuxi√®me cat√©gorie, ce que d√©plore l’association la plus hostile aux √©oliennes, Paysage libre Suisse (PLS).
Pas de distance minimale contraignante
Le Conseil f√©d√©ral prend aussi en compte le conflit d’int√©r√™ts avec l’aviation civile et militaire, car des risques de perturbation des instruments et d’interf√©rence avec les radars existent. Des pyl√īnes de production d’√©lectricit√© sont «en principe» exclus √† proximit√© des tarmacs, mais ils peuvent √™tre envisag√©s, selon les situations, dans un rayon de 15 √† 20 kilom√®tres. En raison du bruit, le gouvernement souhaite des «√©carts suffisants» autour des habitations. Aucun m√Ęt ne devrait «en principe» √™tre √©rig√© dans une «zone tampon de 300 √† 500 m√®tres autour des zones √† b√Ętir». PLS regrette cependant qu’aucune distance minimale contraignante ne soit fix√©e.
De mani√®re g√©n√©rale, le gouvernement plaide pour une concentration des rotors sur un nombre r√©duit de parcs, et cela √† des endroits o√Ļ le rendement venteux est suffisant et qui sont ais√©ment accessibles. Il souhaite √©viter la dispersion d’un petit nombre d’√©oliennes. Il plaide aussi pour la remise √† niveau – repowering dans le jargon professionnel – des installations comme cela s’est fait au Mont-Crosin.
Sur la base de ces constatations, le Conseil f√©d√©ral a √©tabli une carte des «principales zones √† potentiel √©olien». La cha√ģne jurassienne, le Gros-de-Vaud, les Pr√©alpes vaudoises et fribourgeoises, le Mittelland bernois, les collines de Suisse orientale et la partie grisonne de la vall√©e du Rhin figurent parmi les sites les plus prometteurs. Mais le sujet reste tr√®s sensible et la balle est d√©sormais dans le camp des cantons.
Lire aussi: Les √©oliennes, une histoire d’amour-haine
28/06/17 : Pas d'éoliennes à moins de 300 mètres des maisons
Suisse : Le Conseil fédéral a arrêté les éléments à prendre en compte pour peser les intérêts entre rendement énergétique et protection du paysage.
Il ne devrait en principe pas √™tre possible de construire des √©oliennes √† moins de 300 m√®tres d'une maison ou dans des zones naturelles prot√©g√©es. Sauf si le rendement √©nerg√©tique attendu rev√™t une «importance particuli√®re».
Le Conseil f√©d√©ral a publi√© mercredi sa «Conception √©nergie √©olienne», dans laquelle il pr√©cise les √©l√©ments √† prendre en compte pour peser les int√©r√™ts entre rendement √©nerg√©tique et protection du paysage. Il fixe les principes g√©n√©raux qui doivent permettre d'aiguiller et de simplifier le travail des responsables de planification cantonaux et communaux.
Ca dépend du rendement
En cas de conflit d'intérêts entre l' installation d'éoliennes et des intérêts nationaux, les éléments à prendre en compte sont: le rendement énergétique estimé, l?importance du site à l?échelle supra-régionale, l' impact des installations sur l?environnement, en incluant les mesures de compensation, ainsi que les conséquences financières si l'installation est déplacée ou son utilisation restreinte, détaille le Conseil fédéral.
Il convient √©galement de consid√©rer la situation d'un point de vue national , afin de privil√©gier les secteurs o√Ļ le rendement √©nerg√©tique √©olien est le plus important. A cet endroit, l'utilisation d'installations √©oliennes «rev√™t une importance particuli√®re».
Peu d'installations sont en effet n√©cessaires pour obtenir un rendement √©conomique √©lev√©, ce qui est « essentiel tant en termes de protection du paysage que de rendement √©conomique», pr√©cise le Conseil f√©d√©ral.
Le gouvernement ne donne cependant aucun seuil de production pour le moment . Ces précisions doivent encore être discutées avec les cantons. En cas de conflit d'intérêts, il faut procéder à une étude spécifique menée avec les offices fédéraux concernés.
Denses et accessibles
Le Conseil fédéral fixe également plusieurs principes à la création de parcs éoliens. Le premier prévoit justement la concentration des installations, qui permet d'augmenter le rendement annuel par turbine . Du point de vue de la protection du paysage, il est préférable de privilégier des zones d?exploitation moins nombreuses mais plus denses.
L'accessibilité et le raccordement sont aussi des conditions préalables à la définition de zones éoliennes. Ces questions doivent être prises en compte dans la pesée des intérêts: un raccordement qui nécessite de longues voies d' accès ou qui a un impact négatif sur le paysage rendrait le projet défavorable si le rendement énergétique est faible, explicite le document.
Restrictions
Le gouvernement précise encore les zones d'intérêt fédérales qui restreignent la planification d?installations éoliennes. Il ne devrait ainsi pas être possible de construire des éoliennes à moins de 300 à 500 mètres d' habitation , ou trop près d' aéroports civils ou militaires ou de lignes de transport.
Les m√Ęts devraient √©galement √™tre bannis des sites mar√©cageux, des parcs nationaux, des r√©serves d'oiseaux d'importance nationale et internationale , des sites naturels et culturels de patrimoine mondial de l'UNESCO, des paysages, sites ou monuments d'importance nationale, des sites de reproduction d'esp√®ces animales.
Parmi les régions considérées comme se prêtant particulièrement à l'implantation d'éoliennes, la carte élaborée par le Conseil fédéral met en avant les crêtes du Jura, le Gros -de-Vaud, les pré-alpes vaudoises et fribourgeoises, le plateau seelandais, le pourtour de la capitale , celui du lac de Constance ainsi que la vallée du Rhin dans les Grisons.
Sites planifiés en augmentation
La stratégie énergétique, adoptée en mai, déclare l'utilisation des énergies renouvelables d'intérêt national, et la met sur le même pied que les intérêts de protection de la nature . Comme le nombre de sites éoliens planifiés augmente actuellement, le gouvernement a concocté ce document.
La «Conception √©nergie √©olienne» s' applique aux installations √©oliennes d'au moins 30 m√®tres de haut. Sujet sensible , l'implantation d'√©olienne de mani√®re d√©centralis√©e est source de conflits. Le document pr√©voit de r√©unir suffisamment t√īt dans la planification les diff√©rents acteurs de mani√®re √† r√©duire les tensions. (ats/nxp)
http://www.tdg.ch/suisse/eoliennes-300-metres-maisons/story/28129185

13/06/17 : Les éoliennes de Sainte-Croix butent sur le grand tétras
Des recours déposés par les opposants à la dernière version du projet éolien sainte-croix invoquent la protection des grands tétras, oiseaux réfugiés sur cet alpage. La question n'est pas nouvelle.
Le parc éolien de Sainte-Croix, en projet depuis des décennies, touche un secteur trop sensible pour le grand tétras, ont invoqué mardi les opposants. Ce projet, ici en vue de synthèse depuis le Cochet, avait pourtant bénéficié de mesures complémentaires du promoteur et du Canton.
Cocorico, revoil√† le grand t√©tras. Mardi, les opposants au plus vieux projet √©olien vaudois, celui de Sainte-Croix, ont d√©pos√© un recours contre sa derni√®re mise √† l’enqu√™te. C’est donc d√©sormais le Tribunal f√©d√©ral qui devra se pencher sur le dossier, et notamment sur l’impact des six √©oliennes pr√©vues √† la Gittaz et au Mont-des-Cerfs sur la faune ail√©e, dont le fameux grand coq de bruy√®re.
Les ONG, un peu √† l’image d’un oiseau se faufilant rapidement entre deux sapins, profitent d’une porte qui √©tait rest√©e entrouverte lors du passage du dossier devant le Tribunal cantonal. Celui-ci avait reconnu des insuffisances dans les √©tudes concernant le secteur, un des derniers sanctuaires du coq de bruy√®re hors des Alpes. Le Canton et le promoteur avaient pourtant revu leur copie, en pr√©voyant la fermeture de routes de montagne en hiver afin de proposer en compensation des zones de tranquillit√© pour l’oiseau, et ce sur pr√®s de 34 hectares.
En vain. Dans son recours, l’avocat Jean-Claude Perroud demande √† ce que les mesures ne soient pas prises en compte: les routes en question sont d√©j√† inaccessibles en cas de neige, et les mesures sylvicoles annonc√©es pr√©conisent de poursuivre les m√©thodes d’exploitations sylvicoles actuelles.
Au Brassus également
Ces attaques contre les mesures de compensation visant les coqs de bruy√®re ne tombent pas du ciel. Pour un autre parc, celui d’Eoljoux au Brassus, le sort du grand t√©tras avait suffisamment attir√© l’attention de l’Office f√©d√©ral de l’environnement pour qu’il d√©livre un pr√©avis n√©gatif √† l’autorisation de d√©frichement du parc. En th√©orie, le Canton pourrait passer outre le feu rouge de Berne.
Reste que, visiblement, l’argument de la pr√©servation des habitats de premi√®re et deuxi√®me importance du Tetrao urogallus fait mouche. A tel point que le promoteur local se dit pr√™t √† ajouter des compl√©ments √† ses √©tudes d’impact au fil de la proc√©dure judiciaire en cours, cette fois-ci au Tribunal cantonal.
«Un impact tr√®s th√©orique»
«On peut toujours faire mieux, apr√®s, c’est une question de proportionnalit√©. Nos experts sont persuad√©s qu’il s’agit d’un impact tr√®s th√©orique, d√©fend Laurent Reymondin, pr√©sident de la Soci√©t√© √©lectrique de la Vall√©e: il n’y a pas de risque de collision entre l’oiseau et les pales des √©oliennes. Il n’a √©galement pas peur des camions. Un ami forestier est pass√© √† c√īt√©, le t√©tras n’a pas boug√©. Les connaissances √©voluent, mais suivant qui met les t√©tras en avant, on n’est pas loin du pr√©texte.» Bref. Le Tribunal f√©d√©ral devra trancher entre plusieurs rapports d’experts, et son verdict promet d’√™tre d√©terminant.
Autre point du dossier sainte-croix, le nouveau modèle de pales, prévu pour être moins bruyant, est également attaqué par le recours.
http://www.24heures.newsnetz.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/eoliennes-saintecroix-buttent-grand-tetras/story/22625152

13/06/17 : Eoliennes de Ste-Croix contestées
BirdLife Suisse et Helvetia Nostra ne veulent pas d'éoliennes sur les hauts de Ste-Croix. Les deux organisations de protection de la nature font recours au Tribunal cantonal vaudois.
BirdLife Suisse et Helvetia Nostra font recours contre le projet vaudois de parc éolien de Ste-Croix.
Les deux organisations estiment que les machines prévues à La Gittaz-Dessus empiètent dans des zones de première importance pour la faune. Un corridor biologique prioritaire et des habitats de première importance pour le grand tétras seraient touchés sur ce site qui se situe au sud du Val-de-Travers.
Les organisations de protection de la nature portent le cas devant la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal vaudois.
BirdLife Suisse et Helvetia Nostra constatent enfin que le parc √©olien sera clairement visible depuis le site embl√©matique du Chasseron. Elles notent qu’un autre parc √©olien de 19 machines est pr√©vu sur la Montagne-de-Buttes, √† 10 kilom√®tres du site de Ste-Croix.
https://www.rtn.ch/rtn/Actualite/Region/20170613-Eoliennes-de-Ste-Croix-contestees.html

12/06/17 : Trois énergéticiens fondent une coentreprise en vue d'un projet éolien
Les forces motrices d'Argovie, de Suisse centrale et de Genève ont créé une coentreprise destinée à développer un projet de parc éolien à la frontière lucerno-argovienne.
Les forces motrices d'Argovie (AEW), de Suisse centrale (CKW, filiale du groupe Axpo) et de Genève (SIG) ont annoncé lundi la création de Windpark Lindenberg, une coentreprise destinée à développer un projet de parc éolien sur le mont éponyme, situé à la frontière lucerno-argovienne. AEW sera l'actionnaire majoritaire avec 55% des parts, CKW détiendra 25% et SIG les 20% restants, indiquent les trois énergéticiens dans un communiqué conjoint.
La société nouvellement créée a pour but d'examiner en détail la faisabilité du projet en tenant compte des effets sur la population et sur l'environnement et de faire les demandes d'autorisation nécessaires.
Les partenaires insistent sur la participation à un stade précoce de la population et appellent de leurs voeux son implication dans le processus de planification afin de mettre sur pied "le meilleur projet possible". Plusieurs séances d'information seront organisées à l'automne afin d'informer les parties prenantes sur l'avancée du projet.
http://www.bilan.ch/entreprises/trois-energeticiens-fondent-une-coentreprise-vue-dun-projet-eolien

01/06/17 : Des voix s’√©l√®vent contre les √©lus li√©s √† des promoteurs
Eoliennes Un conseiller a-t-il le droit de s’exprimer et de voter lorsqu’il est signataire d’un contrat avec un porteur de projet, comme √† Villars -le-Terroir, ou opposant d√©clar√© , comme √† Mont-la-Ville?
Le projet de parc éolien de Romande Energie devrait s'implanter à Villars-le-Terroir.
Coup de th√©√Ętre dans le projet de parc √©olien de Romande Energie √† Villars-le-Terroir, qui n’en est pourtant qu’au stade des √©tudes de vent . Lors de la derni√®re s√©ance du Conseil communal, le syndic Eric Glauser et le conseiller Alain Herminjard ont annonc√© qu’ils faisaient partie des quatre propri√©taires terriens du village ayant sign√© une convention avec le promoteur . Or ce document engage les signataires, entre autres, √† n’entreprendre aucune d√©marche pouvant retarder le projet.
M√™me si le syndic √©tait municipal √† l’√©poque (en 2011) et qu’il s’est engag√© depuis √† reverser √† la Commune les √©ventuelles indemnit√©s au cas o√Ļ des √©oliennes s’implantaient sur son terrain – d√©duction faite des d√©dommagements pour pertes de culture –, les r√©actions sont vives. Le sujet fait en effet d√©j√† d√©bat dans ce village du Gros -de-Vaud. «Selon notre r√®glement du conseil, ces deux personnes doivent se r√©cuser», a r√©agi √† chaud un conseiller oppos√© au projet. «Et pendant qu’on y est, comme ce projet pourrait influencer la valeur des maisons , tous les propri√©taires devraient le faire aussi», a r√©torqu√© aussi sec un partisan de l’√©nergie √©olienne.
Pas de jurisprudence
«De telles questions de r√©cusation remontent r√©guli√®rement jusqu’√† nous, constate Corinne Martin, la cheffe du Service des communes et du logement. Mais chaque cas est diff√©rent et, en plus, il n’y a pas de jurisprudence.»
Au d√©part , les choses sont pourtant claires: les articles 40j et 65a de la loi sur les communes expliquent qu’un √©lu «ne peut prendre part √† une d√©cision ou √† une discussion lorsqu’il a un int√©r√™t personnel ou mat√©riel √† l’affaire √† traiter». Il doit alors se r√©cuser spontan√©ment, faute de quoi la Municipalit√© ou le conseil statuent.
«La r√©cusation doit toutefois √™tre une exception et non la r√®gle , reprend Corinne Martin. Elle ne doit pas non plusdevenir une arme politique . C’est une question de bon sens. Parce que sinon, √† chaque proposition de hausse d’ imp√īts ou lors de la r√©vision d’un Plan g√©n√©ral d’affectation la quasi-totalit√© des conseillers devrait se r√©cuser.»
A Villars-le-Terroir, les occasions de revenir sur la question ne manqueront pas, car ni le nombre , ni la taille, ni les emplacements d’√©ventuelles futures √©oliennes ne sont encore d√©termin√©s. La question est par contre beaucoup plus br√Ľlante dans les communes int√©gr√©es au p√©rim√®tredu projet de parc √©olien du Mollendruz, comme Mont-la-Ville. Les conseils vont en effet se prononcer sur la lev√©e des oppositions formul√©es contre les plans partiels d’affectation.
«A premi√®re vue, il semble logique que des opposants ne puissent pas se prononcer sur la lev√©e de leurs propres oppositions», explique Roger Perrin, pr√©sident du Conseil g√©n√©ral de cette commune du pied du Jura. Dans son village , cela concernerait une dizaine de membres du Conseil g√©n√©ral. «D’un autre c√īt√© , il est difficile d’affirmer que quelqu’un qui s’oppose par peur des chutes de blocs deglace lors de ses sorties √† ski de fond a un int√©r√™t personnel ou mat√©riel dans la cause. Mais si on autorise un opposant √† voter, tous vont alors demander le m√™me droit…» Le pr√©sident du conseil vient donc de demander des √©claircissements au Service des communes et du logement. Il attend avec curiosit√© la r√©ponse.
La commission est opposée au projet éolien
A Villars-le-Terroir, l’annonce de la signature d’un contrat avec Romande Energie par le syndic Eric Glauser et le conseiller Alain Herminjard s’est faite dans le cadre d’unes√©ance extraordinaire du Conseil communal, consacr√©e notamment au projet de parc √©olien de ladite soci√©t√©. Alors que l’on en est seulement au stade des mesures de vent, une commission avait √©t√© nomm√©e pour se pencher sur le projet.
Apr√®s √©tude de diff√©rents documents , dont les fameux contrats, elle a conclu «qu’en l’√©tat actuel de la technique, par rapport aux √©l√©ments connus √† ce jour et en vertu duprincipe de pr√©caution, ses membres sont arriv√©s √† l’unanimit√© √† la conclusion qu’il fallait rejeter ce projet.» Un des points marquants de la s√©ance a √©t√© la divergence de visions des diff√©rents intervenants. «Les promoteurs m’avaient pr√©sent√© leur projet comme une √©tude. Et c’est pour une √©tude que j’ai donn√© mon accord», a expliqu√© Alain Herminjard √† ses coll√®gues conseillers. «On ne sait toujours pas aujourd’hui s’il y aura des √©oliennes, et si oui,combien et o√Ļ, a rappel√© le syndic Glauser. Comme pour le projet de fusion , nous estimons qu’il faut aller au bout de l’√©tude, puis permettre √† la population de se prononcer.»
Ce point de vue a fait bondir le rapporteur de la commission, Patrick Weinmann, qui √©tait pourtant initialement favorable au projet: «Dans le cadre de nos travaux, nous avons eu acc√®s aux contrats. Ils comportent dix-sept points qui vont jusqu’√† √©voquer la d√©construction des √©oliennes. On va donc bien plus loin que la simple √©tude d’un projet.» Et de glisser au passage que les d√©dommagements propos√©s vont de 15'000 √† 20'000 fr. par an et par √©olienne.
Suite √† cela, la commission souhaitait faire voter le conseil. Mais la chose s’est av√©r√©e impossible. Cette commission n’√©tant ni de surveillance , ni th√©matique , ni li√©e √† un pr√©avis municipal, elle n’aurait pas d√Ľ exister sous cette forme.
http://www.24heures.ch/vaud-regions/voix-s-elevent-elus-lies-promoteurs/story/29926585
 01/06/17 : La Suisse se pr√©pare √† importer plus d’√©lectricit√©
La Commission f√©d√©rale de l’√©lectricit√© craint une progression trop lente des √©nergies renouvelables
Dix jours apr√®s l’adoption de la nouvelle loi sur l’√©nergie, la Commission f√©d√©rale de l’√©lectricit√© (ElCom) lance un avertissement: «Si le taux d’expansion des √©nergies renouvelables reste mod√©r√©, la d√©pendance aux importations devrait continuer d’augmenter.» Pr√©sid√©e par l’ancien conseiller aux Etats Carlo Schmid (PDC/AI), l’ElCom doute m√™me que cette expansion soit suffisante. «L’augmentation des √©nergies renouvelables ne pourra pas compenser le d√©ficit de production de la Suisse», √©crit-elle dans un communiqu√© de presse. La commission f√©d√©rale n’est pas isol√©e: le potentiel r√©el des √©nergies renouvelables, principalement du photovolta√Įque et de l’√©olien, a d√©clench√© d’√Ępres d√©bats durant la campagne sur la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050.
Le jour du vote sur la Strat√©gie √©nerg√©tique: Fran√ßois Vuille sur les √©nergies renouvelables: «Nous sommes les cancres de la classe»
Pas de probl√®me √† craindre dans l’imm√©diat. «La qualit√© de l'approvisionnement √©tait excellente ces derni√®res ann√©es et elle est garantie √† court terme», commente Carlo Schmid. A l’exception de Beznau I, √† l’arr√™t depuis plus de deux ans, les r√©acteurs produisent l’√©lectricit√© attendue. Mais ils seront progressivement retir√©s du r√©seau et c’est l√† que le d√©fi des √©nergies renouvelables devra √™tre relev√©. Il faut aussi tenir compte du fait que les possibilit√©s d’importation en provenance de France et d’Allemagne pourraient √™tre plus difficiles √† l’avenir.
Deux hivers «tendus»
L’ElCom rappelle que la situation a √©t√© difficile en janvier dernier, mois particuli√®rement froid et sec. Il a fallu recourir «massivement aux r√©serves des lacs de r√©tention suisses, avec pour cons√©quence des niveaux d’eau historiquement bas». Or, au m√™me moment, «plusieurs centrales nucl√©aires fran√ßaises avaient √©t√© provisoirement retir√©es du r√©seau alors que la consommation d’√©lectricit√© avait fortement augment√© pendant la p√©riode hivernale, une grande partie des m√©nages se chauffant √† l’√©lectricit√©». A cela se sont ajout√©es des congestions sur les r√©seaux allemand et italien.
M√™me si elle a finalement √©t√© ma√ģtris√©e, la s√©curit√© de l’approvisionnement durant les deux derniers hivers a √©t√© «tendue», surtout pendant la saison 2015-2016, rappelle l’ElCom. Elle devrait √™tre plus stable l'hiver prochain. En f√©vrier, l'Elcom a constitu√© avec Swissgrid, la soci√©t√© nationale du r√©seau, un groupe de travail «Hiver» dont la mission consiste √† anticiper les risques de p√©nurie. La Suisse √©tant tributaire des importations durant la saison froide, des mesures sont √† prendre afin que le r√©seau suisse soit en mesure de dig√©rer une hausse durable du courant import√©. Une premi√®re mesure a √©t√© l’installation d’un transformateur √† Beznau. Il permet de convertir l’√©lectricit√© achemin√©e de l’√©tranger sur le r√©seau 380 kilovolts en 220 kilovolts. Le r√©acteur I de la centrale argovienne √©tant en arr√™t prolong√© depuis le printemps 2015, cet √©quipement r√©duit le risque de coupures de courant dans la r√©gion zurichoise.
Transformateurs nécessaires
Un dispositif similaire doit √™tre install√© √† M√ľhleberg. La centrale bernoise cessera toute production en d√©cembre 2019. L’augmentation de la tension sur la ligne Bassecourt-M√ľhleberg et l’installation d’un transformateur devra garantir l’alimentation de la r√©gion bernoise. Ces √©quipements sont jug√©s n√©cessaires par l’Elcom, car «le besoin d’importation continuera de cro√ģtre et la disposition des pays voisins √† exporter gagnera en importance», avertit-elle. La commission va poursuivre ses travaux et examinera divers sc√©narios de crise afin de pr√©venir tout risque de p√©nurie. Elle prendra en compte la mise hors service des centrales nucl√©aires dans le sud de l’Allemagne d’ici √† 2022 ainsi que le retard pris dans l’extension du r√©seau allemand.
Lire aussi: La sortie du nucléaire aura aussi un prix climatique
Pour le reste, la commission f√©d√©rale de surveillance juge la situation de la Suisse bonne en comparaison internationale. En 2016, la dur√©e d’interruption moyenne a √©t√© de 19 minutes, une valeur qu’elle juge «extr√™mement basse», mais n√©anmoins sup√©rieure aux moyennes de 13 et 11 minutes en 2014 et 2015. Quant au prix moyen pay√© par le consommateur, il s’√©l√®ve √† 20,05 centimes par kilowattheure hors TVA en 2017, soit un peu moins qu’en 2016.
https://www.letemps.ch/suisse/2017/06/01/suisse-se-prepare-importer-plus-delectricite

28/05/17 : Les Vaudois ont-ils voté pour ou contre l'éolien ?
Les projets de parcs éoliens dans le canton ont-t-ils eu un effet sur le scrutin sur la Stratégie énergétique 2050 ? La carte des résultats est en riche d'enseignements. Le oui l'emporte nettement, mais pas partout.
Le dieu Eole a-t-il mine de rien influenc√© le scrutin de dimanche dernier? Par 73%, les Vaudois acceptaient la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050, ce v√©ritable tremplin pour la transition √©nerg√©tique qui comprend de quoi dynamiser les installations renouvelables, comme le solaire, le biogaz et les parcs √©oliens. A la lumi√®re des r√©sultats, d’aucuns n’h√©sitent aujourd’hui pas √† qualifier le scrutin vaudois de triomphe absolu, ou de r√©sultat lourd d’enseignements pour l’avenir des projets √©oliens en cours de d√©veloppement ou patinant devant les tribunaux.
Une fin de campagne venteuse
«Les opposants ont fait ce lien durant la campagne. Je le fais aussi aujourd’hui», tranche Isabelle Chevalley, pr√©sidente de Suisse Eole et candidate au Conseil d’Etat, le m√™me jour. «Vous avez vu les courriers de lecteurs? Ou ce photomontage avec des √©oliennes sur Lavaux? Les antistrat√©gie 2050 ont tout mis√© sur la th√©matique √©olienne. Toute leur communication et leur d√©sinformation √©taient bas√©es l√†-dessus.» Au nombre de ces opposants, il y avait Jean-Marc Blanc, secr√©taire g√©n√©ral de la F√©d√©ration Paysage-Libre Vaud, qui renvoie la balle dans l’autre camp. «Disons que c’est devenu un scrutin pour ou contre les √©nergies renouvelables. Forc√©ment, les √©oliennes ont √©t√© plus mises en avant par les d√©fenseurs: c’est plus visible qu’une installation de g√©othermie. √áa nous a donn√© une audience exceptionnelle.»
A voir les r√©sultats, on serait tent√© de lui donner raison. Dans leur vote, les Vaudois apparaissent effectivement plus nuanc√©s sur les secteurs vis√©s par certains projets √©oliens. Dans les endroits vou√©s √† accueillir des dizaines d’h√©lices, celles de Sainte-Croix, Grandevent, Grandsonnaz et Provence, le «oui» est loin des 73% du r√©sultat global: 53% √† Vugelles, 61% √† Sainte-Croix.
Dans la m√™me ligne, deux communes, Mauborget et Novalles, ont vot√© non. Au nord d’Echallens, des «petits oui» – 54% √† Vuarrens, 50,8% √† Pailly – semblent correspondre au trac√© des futures √©oliennes de Tous-Vents. A Villars-le-Terroir, o√Ļ seul un mat de mesure t√Ęte √† ce jour le potentiel a√©rien, la transition √©nerg√©tique passe de justesse, avec une poign√©e de voix d’√©cart. «C’est la preuve que notre travail d’information paie, se f√©licite Jean-Marc Blanc. Quand les gens apprennent que des √©oliennes sont pr√©vues sous leurs fen√™tres, ils n’en veulent plus.»
A voir. Essertines-sur-Rolle, dont le projet √©olien est maintes fois revenu sur le devant de la sc√®ne, vote oui √† 70%. A Lignerolle, Ballaigues et L’Abergement, aux pieds des h√©lices de Bel Coster et face √† celles de Sur Grati, le oui d√©passe les 70%. «Je ne sais pas si les gens ont fait le lien, s’interroge le syndic de Lignerolle, Olivier Petermann. Ce qui est certain, c’est que la strat√©gie des opposants n’a pas march√©. Le r√©sultat nous conforte dans notre propre projet.»
Conséquences
Reste un score vari√©. Et, certainement, des enseignements √† tirer pour les promoteurs. «Ce qu’on a vu dimanche, c’est que les consignes de vote ont fonctionn√©. L’UDC √©tait contre la loi sur l’√©nergie et ils ont √©t√© suivis o√Ļ leur √©lectorat est fort, note Jean-Fran√ßois Paillard, syndic de Bullet. Ce vote √©tait tr√®s politique, les partis de droite √©taient divis√©s, et les groupes d’opposants locaux parfois tr√®s actifs.» En plaine, le syndic de Pailly abonde. Pour lui, le scrutin √©tait un signal. «Dans les opposants de dimanche, il y avait les anti-√©oliens, et ceux qui ont suivi l’UDC.»
De quoi inqui√©ter un promoteur, le jour o√Ļ son projet passera dans l’une des communes en question? «Difficile d’extrapoler, encha√ģne Nicolas Brandt. Face au projet de Tous-Vents en soi, il faudra sans doute compter avec une opposition diff√©rente, notamment les nouveaux habitants. On aura probablement plus d’aide du Canton et, d’ici l√†, des arguments suppl√©mentaires.»
Dans le chapitre des interpr√©tations toujours, les opposants retiennent mordicus une note encourageante: «C’est la preuve que les Vaudois sont encore divis√©s sur l’√©olien, tranche Jean-Marc Blanc. «M√™me √† 50,0001%, un oui est un oui!, balaye Isabelle Chevalley. Les opposants ont tout mis√© sur la question √©olienne. Le r√©sultat, c’est un oui √† plus de 70%. Maintenant √† eux d’en tirer les cons√©quences. Une minorit√© ne peut plus retarder un projet pendant pr√®s de 20 ans.»
Loi
L’article de la Strat√©gie 2050 qui doit booster l’√©olien
Au milieu de l’ensemble des mesures destin√©es √† favoriser la transition √©nerg√©tique et les √©nergies renouvelables, le texte approuv√© dimanche dernier d√©tenait un article qui sera d√©terminant dans l’implantation des parcs √©oliens vaudois: d√©but 2018, les parcs √©oliens devraient b√©n√©ficier d’un caract√®re d’int√©r√™t national, ce qui les met sur un pied d’√©galit√©, notamment, avec la protection du paysage.
Cette clarification est un outil capital dans la proc√©dure judiciaire que seront in√©vitablement appel√©s √† parcourir les projets √©oliens, avec au final des juges appel√©s √† trancher au fil des recours. «Implanter des parcs √©oliens sera plus facile, √ßa, c’est certain», glisse un sp√©cialiste du dossier. Ce qui est moins certain en revanche, c’est la fa√ßon dont le texte sera traduit dans la l√©gislation: seules les installations pouvant assurer une certaine production b√©n√©ficieront de l’article en question. Dans la d√©finition de cette capacit√© de GW annuels, les ONG promettent de peser de tout leur poids. «Il faudra aussi voir de quelle mani√®re d’autres textes seront impact√©s, ajoute Roman Hapka, responsable romand de la Fondation pour la protection du paysage (FP).
La nouvelle loi sur l’√©nergie va modifier quinze autres textes, et il y aura encore les ordonnances. On sait que l’Inventaire f√©d√©ral des paysages (ndlr: qui prot√®ge notamment la Vall√©e) est touch√©. Mais qu’en sera-t-il des parcs r√©gionaux, par exemple?» Finalement, d’un point de vue l√©gal, la m√®re de toutes les batailles vient de commencer pour l’√©olien.
 
http://www.24heures.ch/vaud-regions/vaudois-ontils-vote-eolien/story/30210345
 25/05/17 : Les Suisses ont craint le nucl√©aire : le lobby √©olien va empocher des milliards
Le terrain √©tait favorable pour le lobby √©olien…
Un appel √† leur sens des responsabilit√©s a fait voter les Suisses pour la fin du nucl√©aire. Les Suisses seraient-ils aussi peu instruits, aussi peu responsables que les Allemands, les Belges, les Fran√ßais ? On avait pris soin de leur proposer un « package » comportant d’indispensables √©conomies d’√©nergie, l’isolation des habitations, etc. Ils ont vot√©, dans la foul√©e, la fin du nucl√©aire, la fin d’une √©nergie propre, √©ternelle, peu co√Ľteuse, n’enrichissant pas un lobby tout-puissant sur la plan√®te, lobby qui mettra dans sa poche les milliards que les Suisses croient consacrer √† une √©nergie « verte ».
Comment le lobby √©olien est-il arriv√© √† ses fins ? La question m√©rite d’√™tre pos√©e, quand on sait qu’il a m√™me obtenu que les citoyens ne puissent pas intervenir dans les d√©cisions concernant l’installation d’√©oliennes !
Soyons pr√©cis : dans le monde, les centrales nucl√©aires civiles sont reconnues comme √©tant la source de production d’√©nergie √©lectrique la moins nocive. Les centrales de Fukushima et de Three Mile island n’ont tu√© personne ; la centrale de Tchernobyl √©tait une centrale en grande partie militaire et une d√©cision contraire √† tout bon sens a cr√©√© la catastrophe de sinistre m√©moire… Actuellement, les centrales de 4e g√©n√©ration – construites en Chine et en Inde, par exemple – nous promettent non seulement une √©nergie vraiment verte mais ne laissant pas le moindre d√©chet, consommant m√™me les d√©chets des centrales de 2e et 3e g√©n√©rations. Ces centrales s‘arr√™tent en une fraction de seconde en cas de probl√®me ou d’attaque, ont besoin de si peu de combustible que la r√©serve plan√©taire accessible est disponible pour des milliers d’ann√©es.
La Suisse couvre une très grande partie de ses besoins avec ses barrages.
Ces besoins diminueront gr√Ęce aux √©conomies d’√©nergie et √† l’isolation. Ajoutons qu’un peu d’√©nergie solaire ou √©olienne permettant de remonter l’eau en p√©riode ensoleill√©e ou venteuse rendrait ces barrages encore nettement plus int√©ressants… quoiqu’√† un prix excessif !
Il est donc vrai que la Suisse est un pays o√Ļ l’√©lectricit√© est un produit du renouvelable pour la plus grande partie, et le terrain √©tait favorable pour le lobby √©olien 1 d√©sireux d’entretenir l’hyst√©rie du r√©chauffement climatique. Et ceux qui croient au r√©chauffement anthropique devraient au moins savoir que le gaz carbonique (CO2) est un gaz utile √† la nature, propre, n’intervenant pratiquement pas dans l’effet de serre – gaz non produit par les centrales nucl√©aires.
Les centrales nucl√©aires suisses n’ont jamais cr√©√© ou fait craindre le moindre probl√®me. Leur remplacement, √† terme, par des centrales de 4e g√©n√©ration √©viterait d’avoir √† stocker des d√©chets radioactifs pendant des milliers d’ann√©es. En attendant que les centrales actuelles aient atteint la limite d’√Ęge, la Suisse pourrait observer les centrales construites en Chine, par exemple… au lieu d’installer des √©oliennes qui donneront tr√®s peu d’√©nergie et cr√©eront une pollution remarquable dans ce beau pays 2.
Pourvu que les Fran√ßais, eux, s’instruisent et ne se laissent pas ruiner totalement par ces financiers sans scrupules qui, sous une √©tiquette « verte », ruinent les pays « d√©mocratiques » !
Notes:
1 - Cela fait 30 ans que l’on installe des √©oliennes. Elles r√©clament chaque jour plus d’aides pour chaque kWh produit. Et le jour o√Ļ les aides devaient cesser aux USA, le pr√©sident Obama les a doubl√©es… comme « preuve » de ce qu’elles avaient atteint leur pleine maturit√© !
2 - En masse, les √©oliennes sont obligatoirement accompagn√©es de centrales thermiques – le vent ne souffle pas sur demande mais les citoyens veulent de l’√©lectricit√© sur demande – et ces centrales polluent ! Si, comme en Allemagne, ces centrales doivent fonctionner au charbon ou lignite, elles pollueront √©norm√©ment…
http://www.bvoltaire.fr/suisses-ont-craint-nucleaire-lobby-eolien-va-empocher-milliards/
 
23/05/17 : L’avenir de l’√©nergie √©olienne toujours suspendu dans le Jura
La population jurassienne est dans l’attente du projet √©olien d√©finitif des autorit√©s cantonales, plus d'un an et demi apr√®s la mise en consultation. Le Gouvernement a d√Ľ revoir sa copie notamment en raison d'imp√©ratifs militaires.
"Le dossier a pris du retard, on a d√Ľ tenir compte de certaines exigences du DDPS (D√©partement f√©d√©ral de la d√©fense, de la protection de la population et des sports, ndlr) qui pour des raisons d'installations militaires a demand√© √† revoir pas mal de choses", explique David Eray, ministre jurassien de l’Equipement.
Levée de boucliers
La population est dans l’attente du projet d√©finitif des autorit√©s cantonales plus d’un an et demi apr√®s la mise en consultation d’un plan sectoriel qui avait entra√ģn√© une lev√©e de boucliers. L’Etat avait souhait√© installer 30 turbines d’ici 2035 en d√©finissant trois sites prioritaires et deux sites de r√©serve.
David Eray est conscient que le th√®me est "tr√®s √©motionnel" et pr√©f√®re ne pas trop s'avancer quant au calendrier. "Il est probable que la fiche soit pr√©sent√©e encore cette ann√©e, mais comme il y a des param√®tres que nous ne ma√ģtrisons pas, je ne veux pas trop m'engager avec un d√©lai pr√©cis."
https://www.rts.ch/info/regions/jura/8643805-l-avenir-de-l-energie-eolienne-toujours-suspendu-dans-le-jura.html

21/05/17 : Ces communes qui ont exprimé leur désamour pour les éoliennes
Neuf des 14 communes qui accueillent sur leur territoire des installations éoliennes de grande importance se sont démarquées dimanche par leur faible soutien à la stratégie énergétique au contraire de leur canton.
C'est l'un des principaux volets de la stratégie énergétique, largement acceptée par le peuple suisse: augmenter la production d'énergie verte tout en diminuant la dépendance aux énergies fossiles importées.
Pour y parvenir, le Conseil fédéral prévoit que l'énergie éolienne couvre jusqu'à 10% des besoins en électricité du pays d'ici 2050, soit 50 fois plus qu'aujourd'hui. Jusqu'à 1000 nouvelles turbines pourraient être nécessaires, alors que le Département fédéral de l'énergie recense 37 installations dont la puissance dépasse les 1000kW, réparties sur 14 communes.
Vive opposition dans le Jura
Dimanche, neuf de ces 14 communes ont montré leur désamour pour les éoliennes en affichant un plus faible soutien que leur canton à la stratégie énergétique. Cinq d'entre-elles ont carrément refusé l'objet. Lors de la votation de novembre dernier sur l'initiative "Sortir du nucléaire", les communes abritant des centrales s'étaient à l'inverse massivement mobilisées pour leur maintien.
C'est dans la commune jurassienne de Saint-Brais que la défiance est la plus marquée. Seuls 46,8% de la population a voté oui contre 62,7% sur l'ensemble du canton. Les deux éoliennes érigées en 2009 à proximité de ce petit village de 230 habitants n'ont cessé d'être une source de discorde depuis lors. En octobre dernier, des inconnus avaient même bouté le feu au transformateur des installations.
Seconde commune o√Ļ la faiblesse du soutien par rapport au canton est la plus marqu√©e, Muriaux (JU) h√©berge les trois turbines du parc √©olien du Peuchapatte. De nombreuses voix s'√©taient √©lev√©es lors de la mise en service en 2011, en raison de d√©sagr√©ments sonores et paysagers. La strat√©gie √©nerg√©tique n'y recueille que 49,2% de oui, soit 13,5 points de moins que dans le Jura.
Les disparités communes-cantons existent aussi mais sont moindres à Entlebuch (LU, -8,6 points), Grenchen (SO, -7,4 points) et Andermatt (UR, -5,8 points), les trois autres localités ou le non l'emporte.
Succès au Mont-Crosin
Les 16 turbines du Mont-Crosin, dans le Jura bernois, font de cet espace montagneux le plus important parc éolien de Suisse. Réparties sur les territoires de quatre localités, elles ne sont situées qu'à quelques dizaines de kilomètres de celles de Saint-Brais ou du Peuchapatte. Mais la réalité du terrain diffère - les installations du Mont-Crosin sont géographiquement éloignées de toute zone habitable -, et le résultat est tout autre.
Ainsi, aucune des communes bernoises concernées ne refuse le texte. Mieux: Courtelary, Cormoret, Villeret et St-Imier disent toutes oui de manière plus marquée que le canton dans son ensemble.
Craintes autour du Lac Noir
Les communes hébergeant déjà des turbines ne sont pas les seules à s'être montrées réservées sur la stratégie énergétique 2050.
Dans le canton de Fribourg, elles sont ainsi plusieurs √† l'avoir refus√©e dans la r√©gion du Lac Noir, o√Ļ le projet de parc √©olien du Schwyberg a fait l'objet d'un recours de quatre organisations de protection de la nature. En f√©vrier dernier, le Tribunal cantonal s'est prononc√© en faveur de ces derni√®res mais les promoteurs ont la possibilit√© de redemander un permis de construire.
https://www.rts.ch/info/suisse/8639149-ces-communes-qui-ont-exprime-leur-desamour-pour-les-eoliennes.html

21/05/17 : Les Suisses en passe d’approuver l’abandon progressif du nucl√©aire

Selon les premi√®res projections, 55 % √† 58 % des √©lecteurs ont approuv√© dimanche une nouvelle loi sur l’√©nergie qui vise √† remplacer progressivement le nucl√©aire par des √©nergies renouvelables.
Les Suisses ont approuv√©, dimanche 21 mai √† l’occasion d’un r√©f√©rendum, une nouvelle loi sur l’√©nergie qui vise √† remplacer le nucl√©aire par des √©nergies renouvelables, selon de premi√®res projections communiqu√©es √† mi-journ√©e. Le texte a √©t√© approuv√© lors de cette votation par plus de 55 % des √©lecteurs, rapporte la cha√ģne de t√©l√©vision SRG, alors que l’institut de sondages gfs.bern parle de 58 %.
Cette loi vise √† promouvoir les √©nergies renouvelables comme l’hydraulique, le solaire, la g√©othermie et la biomasse dans un pays qui compte cinq r√©acteurs nucl√©aires produisant environ un tiers de l’√©lectricit√© nationale.
Le dernier sondage publi√© le 10 mai par l’institut gfs.bern et r√©alis√© aupr√®s de 1 410 personnes, montrait que 56 % des Suisses √©taient favorables √† la nouvelle loi tandis que 37 % s’y opposaient, alors que 7 % des sond√©s √©taient ind√©cis. Mais l’√©cart s’√©tait r√©duit, car fin mars 61 % des sond√©s se disaient encore pour le projet du gouvernement et 30 % contre.
Le projet de r√©vision de la loi sur l’√©nergie est le r√©sultat d’un long processus lanc√© suite √† l’accident nucl√©aire de Fukushima, provoqu√© par un gigantesque tsunami, en mars 2011 au Japon. Quelques semaines apr√®s la catastrophe japonaise, la Suisse avait d√©cid√© de sortir du nucl√©aire vers 2034, tout en pr√©cisant que cette date restait th√©orique. Les autorit√©s avaient ajout√© que les centrales devraient vraisemblablement √™tre d√©branch√©es apr√®s environ 50 ans, voire 60 ans, d’exploitation.
Interdire la construction de nouvelles centrales nucléaires
Depuis cette d√©cision, le gouvernement suisse – qui fonctionne sur le principe du consensus et est form√© de sept ministres repr√©sentant les quatre grands partis – a travaill√© √† l’√©laboration de la strat√©gie √©nerg√©tique, dont la mise en Ňďuvre est pr√©vue par √©tapes d’ici √† 2050.
Le premier volet de cette strat√©gie, sur lequel les Suisses se pronon√ßaient dimanche, vise notamment √† r√©duire la consommation d’√©nergie. Elle fixe des valeurs indicatives de consommation √©nerg√©tique moyenne par personne et par ann√©e : √† savoir, par rapport au niveau de l’an 2000, une r√©duction de 16 % d’ici √† 2020 et de 43 % d’ici √† 2035.
Ce projet de loi interdit √©galement la construction de nouvelles centrales nucl√©aires. Les centrales existantes pourront toutefois rester en service aussi longtemps que leur s√Ľret√© sera garantie.
D√©bat sur le co√Ľt de la transition
Le Parlement soutient la nouvelle loi, mais le premier parti suisse, l’UDC, parti populiste anti-europ√©en et anti-immigration, a demand√© un r√©f√©rendum, estimant que l’application du texte entra√ģnerait des co√Ľts √©lev√©s, menacerait l’approvisionnement √©nerg√©tique et d√©figurerait le paysage avec la multiplication des √©oliennes et les panneaux solaires.
Pour l’UDC, la transformation de l’ensemble du syst√®me √©nerg√©tique co√Ľterait quelque 200 milliards de francs suisses (183 milliards d’euros) jusqu’en 2050. Pour un m√©nage de quatre personnes, cela repr√©sente 3 200 francs suisses (2 900 euros) par an de frais et d’imp√īts, r√©p√®te le parti populiste. « Payer 3 200 francs de plus… pour une douche froide ? », ironise l’UDC dans ses affiches √©lectorales que l’on peut voir dans les rues.
Le gouvernement conteste ce calcul et estime qu’un m√©nage de quatre personnes ayant une consommation √©lectrique moyenne devra payer 40 francs suisses (36,5 euros) par an de plus qu’aujourd’hui. Il souligne par ailleurs que ce surco√Ľt pourra √™tre compens√© par une meilleure efficacit√© √©nerg√©tique, avec par exemple une r√©duction des frais de chauffage.
Lire aussi : Pourquoi les Suisses ont dit « non » √† une sortie rapide du nucl√©aire
Fin 2016, les √©lecteurs suisses avaient rejet√© une initiative populaire des Verts, soutenue par la gauche, qui pr√©voyait de limiter √† 45 ans la dur√©e de vie d’un r√©acteur.
http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/05/21/les-suisses-appeles-a-se-prononcer-sur-l-abandon-progressif-du-nucleaire_5131268_3214.html

























21/05/17 : LES SUISSES TRANCHENT SUR LE TOURNANT √ČNERG√ČTIQUE DU PAYS
Les √©lecteurs suisses d√©cident ce dimanche le sort de la "strat√©gie √©nerg√©tique 2050", un plan port√© par le gouvernement afin de tourner progressivement le dos au nucl√©aire et accro√ģtre les subventions pour les √©nergies renouvelables.
Le texte, pr√©sent√© sous la forme d'une r√©vision de la loi sur l'√©nergie, vise une augmentation de la production des √©nergies vertes √† 11.400 gigawatts d'ici 2035, indique-t-on aupr√®s du minist√®re helv√©tique de l'Eau et de l'√©cologie. La consommation d'√©nergie annuelle devra √™tre r√©duite de 43% par rapport √† 2000 et celle d'√©lectricit√© de 13%. Les voitures devront devenir plus propres et les b√Ętiments moins √©nergivores.
Le dernier sondage de l'institut Gfs.Bern a révélé, le 10 mai, que 56% des Suisses sont favorables à la nouvelle loi tandis que 37% s'y opposent. Quelque 7% des personnes sondées étaient indécises. L'écart s'est en fait réduit, car fin mars 61% des sondés se disaient encore pour le projet du gouvernement et 30% contre. La grande majorité des électeurs, appelés à se prononcer plusieurs fois par référendums chaque année, a choisi toutefois de voter par correspondance au cours des deux, trois semaines précédant l'élection. Quelques semaines après la catastrophe de Fukushima en 2011, la Suisse qui compte cinq réacteurs nucléaires produisant environ un tiers de l'électricité du pays, avait décidé de sortir du nucléaire à l'horizon 2034.
Le d√©bat autour de la r√©forme √©nerg√©tique s'est focalis√© sur son co√Ľt pour les 8,5 millions d'habitants mais aussi sur les risques sur la suffisance √©nerg√©tique. Le pays ach√®te √† l'√©tranger 75% de l'√©nergie dont il a besoin et sa facture p√©troli√®re s'√©l√®ve √† 13 milliards de francs (11,9 milliards d'euros). S'agissant de la seule √©lectricit√©, la Suisse a import√© en 2016 pour la premi√®re fois plus de courant qu'elle n'en a export√© sur une ann√©e. Le comit√© r√©f√©rendaire oppos√© √† la loi estime que la nouvelle "Strat√©gie √©nerg√©tique 2050" co√Ľterait 3.200 francs suisses (2.935 euros) de plus par an pour une famille de quatre personnes.
Il consid√®re en outre que l'usage des √©nergies solaires et √©oliennes, √† la production moins uniforme que les √©nergies classiques, accro√ģtrait la d√©pendance de la Suisse vis-√†-vis de ses fournisseurs. "La loi conduira √† une hausse massive des prix de l'√©nergie, et privera la Suisse d'√©nergie ad√©quate et d'√©lectricit√© fiable", a estim√© Toni Brunner, chef de file de l'Union d√©mocratique du centre (UDC, populiste), le parti d'opposition qui dirige la campagne. Pour la ministre de l'Eau et de l’√©cologie Doris Leuthard, la transition √©nerg√©tique ne repr√©senterait en moyenne pour les foyers suisses qu'un surco√Ľt annuel de 40 francs suisses. "L'UDC prend en compte dans ses calculs la seconde phase de la strat√©gie qui n'est pas soumise au vote", a-t-elle d√©clar√© dans une r√©cente interview t√©l√©vis√©e.
http://fr.le360.ma/monde/les-suisses-tranchent-sur-le-tournant-energetique-du-pays-120017

21/05/17 : Philippe Roch: «il est illusoire de croire que l'√©olien participera grandement √† la strat√©gie √©nerg√©tique 2015»
L'opposant à la Stratégie énergétique 2050 craint la lourdeur bureaucratique du projet et s'inquiète de l'illusion éolienne mais se réjouit du soutien du peuple à l'énergie verte
Est-ce l'acceptation de la Stratégie énergétique 2050 du vote représente une grosse déception pour vous ?
Non, je ne suis pas surpris du r√©sultat. Je suis heureux de constater que la majorit√© du peuple a vot√© pour une transition √©nerg√©tique pour laquelle je m’engage aussi.
Vous avez pourtant combattu cette loi sur l’√©nergie !
Oui, car je suis inquiet sur deux plans. D’abord, cette loi, beaucoup trop lourde et bureaucratique, donne trop de pouvoirs √† l’administration. Ensuite, j’ai vu dans cette campagne des organisations qui se r√©clament de la protection de la nature soutenir un texte qui affaiblit la protection des paysages en favorisant le d√©veloppement des √©nergies renouvelables, notamment l’√©olien.
En quoi cette loi est-elle porteuse d’illusions selon vous ?
La plus grande illusion est de penser que l’√©olien participera beaucoup √† cette strat√©gie √©nerg√©tique 2050. D’une part, il co√Ľte tr√®s cher, √©tant subventionn√© √† raison de pr√®s de 20 centimes par kWh. D’autre part, ce n’est pas une √©nergie suisse, les turbines √©tant par exemple construites √† l’√©tranger. Tr√®s vite, les gens se diront qu’ils se sont fait avoir. Je constate aussi que les cantons alpins ont dit oui en croyant que cette strat√©gie 2050 va sauver l’hydraulique, alors que ce sont les √©nergies renouvelables allemandes qui ont tu√© l’hydraulique en faisant chuter les prix de l’√©lectricit√©.
N’avez-vous pas particip√© √† une alliance contre-nature √† laquelle n’a pas cru la population.
Il y a eu une convergence ponctuelle d’int√©r√™t, mais je n’ai pas fait d’alliance avec l’UDC. Je reste favorable au principe de la fiscalit√© √©cologique. Il faut passer – partiellement cependant - d’une fiscalit√© bas√©e sur le travail √† une fiscalit√© ax√©e sur les ressources.
Comment voyez-vous la Suisse r√©soudre son probl√®me d’approvisionnement en √©lectricit√© ?
La sortie du nucl√©aire se fera de toute fa√ßon, avec cette strat√©gie ou non. La Suisse devra de toute fa√ßon importer le courant √† disposition sur le march√© lorsqu’elle en aura besoin. Elle devra aussi probablement recourir √† des centrales √† gaz comme le pr√©voit le Conseil f√©d√©ral. Vous verrez, il y aura beaucoup de d√©sillusions.
https://www.letemps.ch/suisse/2017/05/21/philippe-roch-illusoire-croire-leolien-participera-grandement-strategie

19/05/17 : Pour ou contre les éoliennes sur la colline du Bel Coster ?
Le projet pr√©voit l’installation de neuf √©oliennes sur les cr√™tes du Suchet dans le district du Jura-Nord vaudois, en Suisse. Une r√©union d’information, de r√©flexion, voire d’action est pr√©vue ce lundi 22 mai, √† Jougne.

19/05/17 : Un tribunal s’en va sur l’alpage pour juger l’impact des √©oliennes
Paysage - La Cour visitait jeudi la crête destinée à accueillir les éoliennes de Vallorbe. Le verdict sera crucial pour les futurs projets.
«Pour la visite, je pr√©cise qu’il est autoris√© de laisser tomber la veste.» Sourire en coin et regard aff√Ľt√©, la pr√©sidente de la Cour du Tribunal cantonal menait jeudi une sortie dans les alpages de Sur Grati. Sous un ciel lourd, par une vingtaine de degr√©s et dans une file indienne compl√©t√©e par une quarantaine d’opposants, de sp√©cialistes et de participants divers, le tout dans des p√Ętures jaunes de pissenlits.
L’objet de tout ce ramdam √† l’alpage? Les recours au projet √©olien Sur Grati, port√© par les communes de Vallorbe, de Vaulion et de Premier. Le but? Examiner in situ l’impact paysager des futures √©oliennes vaudoises. Car outre les six h√©lices de Grati, l’enjeu des parties est √©videmment d’obtenir une jurisprudence favorable pour les futurs parcs vaudois lors de leur probable passage en justice.
Le premier et dernier parc √† √™tre examin√©, celui de Sainte-Croix, en 2014, avait √©t√© recal√© de la question: il touchait un territoire d√©j√† industrialis√© et modifi√© par des lignes √©lectriques. Pour les autres projets, ce ne sera plus le cas. Sur Grati, les opposants ont d’ailleurs insist√© sur la virginit√© immacul√©e de ce recoin du canton de Vaud: la vue depuis le Mont-d’Or, l’effet sur les environs et sur le sol m√™me: «Les chemins seront b√©tonn√©s et √©largis pour les travaux», interpelle Roman Hapka, responsable romand de la Fondation suisse pour la protection du paysage (FP). «Pas partout, et c’est temporaire, r√©torque le syndic de Vallorbe, St√©phane Costantini. Sit√īt les m√Ęts install√©s, ce sera remis en chemin d’alpage.»
Parc régional et lumières
Autre pique, l’effet sur le parc r√©gional du Jura vaudois, sur sa charte et sur ses subventions. «C’est incompatible avec des √©oliennes», soufflent les opposants. «Au contraire, le parc est pour le renouvelable», l√Ęche un membre du comit√© du parc. «Et les communes peuvent en sortir quand elles veulent», ajoutent les √©lus locaux. «Et de nuit? N’oubliez pas que √ßa va clignoter de partout», chargent les opposants. «La Conf√©d√©ration √©value encore la question», nuance la d√©fense.
L’id√©e des opposants est de faire consid√©rer l’impact cumul√©, voire d’obtenir une suspension de la proc√©dure le temps que les trois parcs du p√©rim√®tre parviennent en justice. «Regardez l√†, il y aura Bel Coster, on voit le m√Ęt de mesure. Ici en face, les douze √©oliennes du Mollendruz. En tout, √ßa en fera 27 dans la r√©gion», tonne Pierre Chiffelle, d√©fendant entre autres la Fondation suisse pour le paysage. «On parle de Sur Grati ici», recadre r√©guli√®rement le syndic de Vallorbe, St√©phane Costantini.
Bref. En chaussures de marche et en veston dans l’herbe grasse, les coups ont fus√©. Et pas pour rien. C’est que le d√©bat ne touche pas un terrain vierge. Depuis plusieurs ann√©es, bureaux sp√©cialis√©s et fonctionnaires ont tent√© de mettre en place des outils d’√©valuation de l’impact paysager de l’√©olien.
Regard objectif
«Dans la s√©lection des parcs, on a consid√©r√© un ensemble de crit√®res paysagers, d√©taille Fran√ßois Schaller, ing√©nieur √† la Direction g√©n√©rale de l’environnement, √† l’ombre d’un sapin. Il faut voir la valeur du paysage dans lequel les √©oliennes s’ins√®rent. Est-il unique ou reproductible? Les m√Ęts vont-ils suivre l’ondulation naturelle des cr√™tes? Des points embl√©matiques seront-ils touch√©s?»
On pense notamment aux points de vue touristiques, ou √† Romainm√ītier et Vaulion, class√©s pour leur patrimoine b√Ęti. L√†, les sp√©cialistes ont recours aux bases de la g√©om√©trie. «On fait un rapport entre une √©olienne et un √©difice, comme un clocher, depuis un point de vue voisin. Il faut ensuite comparer la taille des deux √©l√©ments, au m√™me niveau, sans perte de nettet√©. √áa permet de d√©finir objectivement leur place dans un regard, r√©sume Aline Guillaume-Gentil, ing√©nieure impliqu√©e dans l’√©tude d’impact de Sur Grati. Apr√®s, le reste rentre dans le domaine du subjectif.»
Et surtout dans la d√©licate pes√©e d’int√©r√™ts des juges, qui devront se prononcer sur le co√Ľt visuel de la transition √©nerg√©tique. http://www.24heures.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/tribunal-s-lalpage-juger-limpact-eoliennes/story/18455418

15/05/17 : Les √©oliennes de Sainte-Croix font fermer deux routes de montagne
Energie : Le plus vieux projet √©olien du canton, dans sa 3e mouture, passe √† l’enqu√™te publique. Il pr√©sente notamment de nouvelles mesures pour la faune
On ne pr√©sente plus le projet √©olien Saint-Croix, doyen des vell√©it√©s renouvelables vaudoises et dont le curriculum vitae, d√©but√© en 1996 vient de prendre une nouvelle ligne, et pas des moindres. Depuis samedi, le plan d’am√©nagement cantonal, qui comprend les 6 √©oliennes ainsi que ses annexes au dossier, est soumis √† l’enqu√™te publique.
C’est le fruit de deux ans d’√©tudes et de n√©gociations, √† la suite de l’arr√™t du Tribunal cantonal de mars 2015. La Cour avait admis deux des griefs des opposants, retoquant le Canton sur les √©tudes concernant l’impact sonore et l’impact sur l’avifaune. Dans sa nouvelle mouture, le dossier comporte ainsi des h√©lices dot√©es de peignes de fuite, afin de respecter les normes f√©d√©rales, ainsi que 20 nouvelles mesures de pr√©servation de l’environnement: assainissement des pyl√īnes √©lectriques, mesures de traitement sylvicole, etc. «Nous pouvons dire que ce projet pionnier est arriv√© √† maturit√©, commente Cornelis Neet, directeur g√©n√©ral de l’Environnement. Sur le volet sonore, les porteurs de projets ont √©t√© le plus loin possible. C’est toutefois fort vraisemblablement les tribunaux qui seront √† m√™me de juger de la qualit√© du projet. S’appuyant sur le jugement d√©j√† fort d√©taill√© de 2015.» «Vous pouvez √©crire que nous sommes pr√™ts, tonne le pr√©sident des d√©fenseurs de la Gittaz, Alain Bonnevaux. On a d√©j√† rep√©r√© des choses qui n’allaient pas du tout.» Il promet de contester notamment la proc√©dure administrative, √† savoir le fait de laisser l’Ex√©cutif de Sainte-Croix valider le Plan d’am√©nagement cantonal, alors que le Plan g√©n√©ral d’affectation de la Commune est encore en r√©vision. Voil√† qui promet.
Les opposants ironisent, en sus, sur deux des mesures de compensations. Afin de pr√©server le grand t√©tras et √† la suite de patientes n√©gociations avec les communes √† l’issu de la derni√®re mise √† l’enqu√™te partielle du dossier, en mai 2016, le Canton compte d√©sormais fermer au trafic motoris√© la route menant au col de l’Aiguillon depuis Baumes, et la route menant au Corbet depuis L’Auberson, entre le 15 d√©cembre et le 31 mars. Seul hic, ces tron√ßons sont d√©j√† inaccessibles en cas de neige. «C’est une mesure artificielle, poursuit Alain Bonnevaux. Seule l’arm√©e y va en hiver avec des chasse-neige, et encore.» Pas de quoi d√©sarmer le Canton. «Sans neige, n’importe qui pouvait y monter, temp√®re Cornelis Neet. On garantit maintenant une fermeture compl√®te, avec barri√®re, dans un p√©rim√®tre sensible et sur une p√©riode √©largie.» Les chiens devront √©galement y √™tre tenus en laisse.
La mise √† l’enqu√™te prend fin ce 12 juin. Initialement, les h√©lices de Sainte-Croix √©taient attendues pour l’an 2000.
http://www.24heures.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/eoliennes-saintecroix-fermer-deux-routes-montagne/story/15576265

15/05/17 : Les ornithologues h√©sitent sur l'impact des futures √©oliennes ūüė†
Stratégie énergétique 2050Sur le canton, 19 parcs éoliens sont en cours de planification. A la veille de la votation sur la stratégie 2050, qui doit faciliter l'implantation des mats, les meilleurs ornithologues suisses sont partagés.
L’avenir de nos oiseaux s’est pos√© en plein milieu de la campagne pour la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050. D√©but mai, un tous-m√©nages des opposants, sign√© «Franz Hoffenstein, amateur d’oi­seaux», alertait les citoyens sur le massacre annonc√© de masses d’oiseaux hach√©s par les √©oliennes. Photomontage d’un cadavre √† l’appui. «Sauf qu’il s’agit d’un bruant √† couronne blanche, un oiseau am√©ricain jamais observ√© en Suisse. √áa en dit long sur les signataires», s’agace – √† titre priv√© – J√©r√©my Savioz, ornithologue et d√©put√© Vert au Grand Conseil valaisan. «Il faut remettre l’√©glise au milieu du village, soupire-t-il. L’enjeu est important et il ne faut pas prendre l’avifaune en otage.»
Une position qui illustre les diff√©rentes approches des professionnels, divis√©s entre ceux qui pr√īnent la sauvegarde de secteurs pr√©serv√©s et ceux qui voient dans l’accumulation des mesures de compensation un bilan gagnant. Interview de deux pontes.
«Une √©olienne tue moins d’oiseaux qu’une maison avec des baies vitr√©es» Lionel Maumary, ornithologue ind√©pendant, il a travaill√© sur l’impact de la plupart des projets √©oliens vaudois
Les ornithologues suisses sont divis√©s sur l’impact √©olien. Comment expliquez-vous ces divergences?
Il y a un traumatisme dans la profession. En Espagne, un parc mal con√ßu a d√©cim√© une colonie de vautours fauves. Les oiseaux √©taient attir√©s par les ascendances thermiques au-dessus des places de montage des √©oliennes. Elles ont depuis √©t√© remplac√©es par des mod√®les modernes, plus haut mais moins nombreux. C’est le principe pr√©vu en Suisse, et le probl√®me s’est consid√©rablement r√©gl√©. Mais, en dehors de ce cas, il y a chez nous toujours beaucoup de dogmatisme. Certains estiment qu’on ne peut pas √™tre amoureux de la nature et soutenir des √©oliennes. Si on est pragmatique, on est vite trait√© de parias.
Ce sont des conflits de spécialistes?
On fait plut√īt face √† un manque de perspectives larges. Prenons les buses. Si on en retrouve une au pied d’une √©olienne, c’est le toll√©. Pourtant chaque hiver, des dizaines de milliers d’entre elles sont fauch√©es par des voitures alors qu’elles cherchent des campagnols sur les bordures herbeuses des autoroutes. Et l√†, personne ne dit rien.
L’impact √©olien en comparaison, ce n’est pas grand-chose?
Au Peuchapatte (JU), la Station ornithologique suisse a calcul√© 20,7 oiseaux tu√©s par √©olienne et par an. C’est moins qu’une maison avec des baies vitr√©es. J’ai pass√© trois mois √† scruter le site et je n’ai vu aucun oiseau se faire tuer. Mes propres estimations tournent autour de 10 oiseaux par an et par h√©lice. Et encore, c’est s’ils se sont perdus dans le brouillard et qu’ils ont √©t√© attir√©s par l’√©clairage de la nacelle. Apr√®s, s’il s’agit de 10 rapaces rares, c’est grave. Si c’est 10 passe­reaux, alors que des milliers vont dispara√ģtre durant leur migration, c’est infime.
Vous n’√™tes inquiets pour aucune esp√®ce?
Globalement non. Mais je me pose des questions pour l’alouette lulu. Il reste 20 couples sur le Jura vaudois. C’est un risque calcul√©. Au Mollendruz, on va reconstituer son habitat, avec des ouvertures et des alpages tels qu’ils √©taient il y a un si√®cle. Vont-elles revenir? C’est difficile √† dire. Ce qui est certain, c’est qu’on n√©glige syst√©matiquement la capacit√© d’adaptation des oiseaux. On a vu des milans royaux venir chasser pr√®s des m√Ęts seulement quand les pales s’arr√™taient.
Les parcs visent tout de m√™me des alpages jusqu’ici inviol√©s.
De toute mani√®re, ils sont exploit√©s de plus en plus intensivement. Avec les parcs √©oliens, on a l’occasion de revenir en arri√®re. Ce qu’on refuse de dire, c’est que le bilan des mesures de compensation peut √™tre positif pour l’avifaune. C’est difficile √† accepter, je sais. Mais on ne fait pas d’omelettes sans casser d’Ňďufs. S√©curiser des pyl√īnes √©lectriques par exemple, c’est ce qu’on demande depuis longtemps et on peut l’obtenir.
Vous comprenez ceux qui doutent de leur mise en place, qui ne veulent pas ajouter des épreuves aux migrateurs?
Les oiseaux migrateurs font face √† des dangers plus importants, comme les c√Ębles √©lectriques justement. Notre profession doit √™tre l√† pour discuter et √©viter des impacts. On est √©cout√© par les promoteurs: j’ai √©vit√© un m√Ęt sur une aire de reproduction de la b√©casse des bois. Mais si on n’anticipe pas, il sera trop tard. En r√©alit√©, notre ennemi c’est l’abattage des haies et des futaies, ce sont les pesticides et l’agriculture intensive. Les √©oliennes cachent le vrai probl√®me.
«Le bon sens, c’est ne pas mettre des √©oliennes sur des sites inappropri√©s»
François Turrian, directeur romand BirdLife Suisse, ONG opposée à plusieurs projets éoliens
Les ornithologues suisses sont divis√©s sur l’impact √©olien. Comment expliquez-vous ces divergences?
C’est excessif. Disons qu’il y a des points de vue diff√©rents entre les bureaux d’√©tudes d’impact, financ√©s par les d√©veloppeurs √©oliens, les instituts scientifiques et les ONG. A BirdLife, nous nous appuyons sur un r√©seau international qui nous permet d’avoir une vision assez large tout en gardant √† l’esprit le principe de pr√©caution. Et puis il y a le Canton qui tente de rendre acceptables des parcs lanc√©s il y a des ann√©es et √† l’√©poque sans √©tudes s√©rieuses.
Il promet d’ailleurs des mesures de compensation importantes, c’est une chance non?
L√†-dessus, la loi est tr√®s claire. Il faut d’abord chercher √† √©viter un impact sur la nature, et le compenser lorsque c’est impossible. Croire qu’on peut r√©parer la disparition d’une esp√®ce en recr√©ant son habitat, cela reste une approche tr√®s technocratique. On manque de recul sur certaines esp√®ces, comme la b√©casse. L’exp√©rience nous a aussi montr√© que les mesures de remplacement ne se concr√©tisent pas toujours. Il faut composer avec des lobbys, comme l’Appellation Gruy√®re qui pousse √† une exploitation intensive des alpages. Pour des projets routiers par exemple, les compensations effectives sont souvent minimes. Pourquoi l’√©olien serait tout d’un coup exemplaire?
On parle tout de m√™me d’une poign√©e d’esp√®ces d’oiseaux.
Justement, il faut assumer que toutes n’ont pas la m√™me valeur pour la survie d’une population. Il faudra s’habituer √† voir des oiseaux se faire tuer. Mais l√†, on cumule l’impact sur des migrateurs et des nicheurs. Et pour certains, comme le milan royal ou le grand t√©tras, la Suisse joue un r√īle unique en Europe. Prenons le lagop√®de alpin. Il faut aller jusqu’en Norv√®ge pour trouver des populations comparables. Nous avons une lourde responsabilit√©.
Vous ne croyez pas au faible nombre de collisions?
Difficile d’extrapoler: certaines √©oliennes ne causeront qu’une tr√®s faible mortalit√© alors que d’autres auront un impact majeur. Si des h√©lices font face √† des populations d√©j√† tr√®s r√©duites, la mort d’un ou deux individus peut s’av√©rer catastrophique. Je pense par exemple au grand t√©tras et au gypa√®te – r√©introduit √† grands efforts d√®s les ann√©es 1970 – et toujours pas tir√© d’affaire. Mais outre les collisions, on sous-estime l’impact des travaux pharaoniques pour √©largir de petits chemins d’alpage ou construire de nouvelles dessertes… S’y ajoutent le bruit, les ombres port√©es par les pales, et au final une perte d’habitat pour des esp√®ces sensibles qui disparaissent de ces zones. A l’√©chelle du pays et du continent, les cons√©quences d’un tel cumul de parcs sont absolument inconnues.
Entre des b√Ętiments vitr√©s, des lignes √† hautes tensions et des chats, il y en a d√©j√† pas mal…
C’est l’argument du lobby et une fa√ßon de se d√©responsabiliser: «Ce n’est pas nous, c’est l’autre.» Avec √ßa, on fait vite payer un lourd tribut √† l’avifaune. Certains parcs, comme celui d’EolJorat, sont tol√©rables parce que situ√©s dans des zones de moindre valeur biologique. Mais le simple bon sens et le respect de la l√©gislation commandent de ne pas mettre des installations industrielles dans des sites inappropri√©s. Il faut privil√©gier les √©nergies renouvelables qui ont le moins d’impact sur la nature. Et dans le mix de la Str at√©gie 2050, l’√©olien reste le plus probl√©matique.
http://www.24heures.ch/suisse/ornithologues-hesitent-impact-futures-eoliennes/story/24333827

11/05/17Une alliance de circonstance au Val-de-Travers contre la stratégie énergétique 2050
VOTATION F√ČD√ČRALE - Oppos√©s sur le dossier du parc √©olien de la Montagne de Buttes, les Travers du vent et l'UDC font cause commune contre la strat√©gie √©nerg√©tique 2050.
C’est une alliance de circonstance qui a √©t√© pr√©sent√©e hier au Val-de-Travers. Sous l’√©tiquette du «Comit√© vallonnier pour une politique √©nerg√©tique raisonnable» se retrouvent l’UDC r√©gionale et les membres de l’assocation des Travers du vent, pr√©sid√©e par le conseiller g√©n√©ral Vert de Val-de-Travers Thierry Ray.
Opposées au sujet du parc éolien de la Montagne de Buttes, les deux groupes se sont trouvés un combat commun, celui contre la Stratégie énergétique 2050, soumise au vote populaire le 21 mai prochain. Pour des raisons différentes.
Si l'opposition des Travers du vent s'inscrit dans son combat contre les projets éoliens menés depuis plusieurs années, la position de l'UDC n'est pas aussi tranché sur ce point. "Nous ne sommes pas contre les éoliennes, mais on ne peut pas de reposer totalement sur elles", a indiqué Pierre Hainard.
http://www.arcinfo.ch/articles/regions/val-de-travers/une-alliance-de-circonstance-au-val-de-travers-contre-la-strategie-energetique-2050-670123
08/05/17Des √©oliennes qui tournent en rond ūüė°ūüė°
L'invit√© Marc Ehrlich invite √† accepter la strat√©gie √©nerg√©tique 2050.ūüė†
Miguel de Cervant√®s √©crivit au XVIIe si√®cle un roman fabuleux o√Ļ l’on pouvait suivre son h√©ros, l’ing√©nieux hidalgo Don Quichotte, se battre contre des moulins √† vent – les confondant avec des monstres. La r√©alit√© a somme toute largement rattrap√© la fiction en ce d√©but de XXIe si√®cle au vu des oppositions √† chaque projet √©olien.
Les moulins √† vent modernes sont pourtant tout aussi inoffensifs et indispensables que ne l’√©taient leurs anc√™tres. Nous vivons dans un pays qui est √† la pointe des √©nergies renouvelables depuis des d√©cennies gr√Ęce aux barrages hydrauliques de nos Alpes. Ces ouvrages qui font actuellement partie de notre patrimoine – et pourquoi pas de notre fiert√© nationale – sont non seulement en mesure de produire plus de 40% de l’√©lectricit√© suisse de mani√®re propre, mais √©galement de la stocker, contrairement aux autres √©nergies.
Or, personne ne pourra constater qu’ils am√©liorent la beaut√© du paysage valaisan, ni qu’ils contribuent √† son √©cosyst√®me. Ils sont les r√©sultats d’une pes√©e d’int√©r√™ts visionnaire qui a eu lieu pour la plupart durant le XXe si√®cle. Si nous voulons continuer notre transition √©nerg√©tique (et notre sortie du nucl√©aire), nous ne pourrons pas nous contenter de l’hydraulique qui arrivera au bout de son potentiel ou de l’√©nergie solaire qui a aussi ses limites.
En √©conomie comportementale, on appelle atermoiements tous les agissements, r√©flexions et petits compromis que l’on fait avec soi-m√™me. On conna√ģt tous le r√©gime minceur que l’on commencera d√®s la fin du dessert, le contr√īle de cholest√©rol, la mammographie, le fitness, le rapport d’√©tude √† pr√©parer que l’on repousse √† la semaine prochaine.
La nature humaine est ainsi faite. Nous r√©agissons tous au quotidien avec des forces contradictoires √† l’int√©rieur de nous-m√™mes, nous faisant perdre notre √©nergie, notre temps et notre motivation.
Or, le terme d’atermoiements me semble aussi tr√®s bien adapt√© lorsque l’on parle d’une communaut√© de personnes ou m√™me d’un pays et de tous les accomplissements bloqu√©s pour de mauvaises raisons.
L’√©olien en est une belle illustration. Il repr√©sente √† l’heure actuelle le meilleur potentiel de d√©veloppement des √©nergies propres mais souffre du sympt√īme du «oui mais pas chez moi». Le canton de Vaud est particuli√®rement bien dot√© en r√©gions venteuses propices √† l’√©olien, qui pourrait produire √† terme 12% √† 25% de notre √©lectricit√©. La strat√©gie √©nerg√©tique 2050, pour laquelle nous sommes appel√©s √† voter le 21 mai prochain, devrait contribuer favorablement √† restaurer une partie de l’esprit des pionniers suisses en √©nergies renouvelables. L’int√©r√™t national doit un jour primer de mani√®re claire sur les int√©r√™ts individuels.
http://www.24heures.ch/signatures/reflexions/eoliennes-tournent-rond/story/21248299

07/05/17L'Office fédéral de l'énergie accusé de financer le lobbyisme pro-éolien
L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) essaie d'influencer l'opinion publique sur la question des éoliennes, affirment Le Matin dimanche et la SonntagsZeitung, qui se réfèrent à des documents obtenus par Paysage libre Suisse.
Cette association opposée à l'énergie éolienne souligne que la Confédération a versé quelque 7 millions de francs à l'association Suisse Eole depuis 2001. Celle-ci proposait notamment à l'OFEN en 2003 de "renforcer l'image positive de l'énergie éolienne avec des qualités comme 'bon marché', 'acceptable', 'rentable', 'beau'".
Plus probl√©matique, Suisse Eole √©crivait en 2013 qu'elle allait "envisager des mesures appropri√©es en coop√©ration avec les d√©veloppeurs de projets concern√©s", un an avant une votation √† Neuch√Ętel sur cinq emplacements pour l'implantation d'√©oliennes.
Couvrir 10% des besoins du pays
L'office se défend et dit faire très attention à ce que les activités de lobbyisme ne soient pas financées avec l'argent public. Des opposants dénoncent au contraire la méthode.
Le Conseil f√©d√©ral pr√©voit que, d’ici √† 2050, l'√©nergie √©olienne couvre jusqu’√† 10% des besoins en √©lectricit√© du pays, soit 50 fois plus qu’aujourd'hui. Jusqu'√† 1000 nouvelles √©oliennes seront n√©cessaires.https://www.rts.ch/info/suisse/8601052-l-office-federal-de-l-energie-accuse-de-financer-le-lobby-pro-eolien.html

05/05/17 : Les éoliennes de St-Brais coiffées de peignes
L’exploitant des deux √©oliennes de St-Brais va installer prochainement des peignes sur les pales des turbines pour r√©duire les nuisances sonores

Les √©oliennes de St-Brais seront coiff√©es dans les prochaines semaines. Leur exploitant, la Coop√©rative d’√©nergie ADEV, a indiqu√© vendredi que les deux turbines allaient √™tre √©quip√©es de peignes. L’objectif est de « diminuer les √©missions sonores principalement caus√©es par le brassage d’air sur l’ar√™te arri√®re des pales », selon le pr√©sident d’ADEV, Andreas Appenzeller. Ce dernier reconnait toutefois que cela n’apportera pas d’√©normes changements. Les nouveaux mod√®les d’√©oliennes sont pratiquement tous munis de telles installations. C’est notamment le cas du parc √©olien de Juvent SA au Mont-Crosin et √† Mont Soleil.
L’exploitant pr√©cise que toutes les prescriptions l√©gales en mati√®re de protection contre le bruit sont d√©j√† respect√©es √† St-Brais. ADEV fait √©galement en sorte de diminuer la puissance des machines pendant la nuit lors de forts vents. Ces travaux constituent un test pour tenter de r√©duire encore un petit peu les nuisances sonores que subissent les habitations les plus proches. Les travaux dureront deux semaines, ils d√©buteront d√®s que la m√©t√©o le permettra.
https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20170505-Les-eoliennes-de-St-Brais-coiffees-de-peignes.html

 05/05/17Nucl√©aire, √©olien, taxes... Sur quoi vote-t-on?
La stratégie énergétique 2050 sera dans les urnes le 21 mai prochain. La première série de mesures divise. Explications.
Depuis que le Conseil f√©d√©ral a annonc√© en 2011 sa volont√© de sortir du nucl√©aire, le Parlement planche sur la mise en pratique de cette intention. Dans la r√©vision de la loi, qu’un r√©f√©rendum port√© par l’UDC ainsi qu’une partie du PLR et des acteurs √©conomiques a amen√© devant le peuple, figure donc l’interdiction de construire toute nouvelle centrale.
Pour remplacer l’atome, environ un tiers de la consommation actuelle d’√©lectricit√©, le texte propose des soutiens et des subventions pour les √©nergies vertes, et l’assainissement des vieux b√Ętiments. La taxe per√ßue sur la consommation d’√©lectricit√© augmentera de presque un centime par kWh.
Objectifs ambitieux
Pour arriver aux objectifs pr√©vus, la consommation totale d’√©nergie devra baisser de 43%, celle d’√©lectricit√© de 13%, et tout √ßa d’ici √† 2035. Une r√©duction ambitieuse, irr√©aliste selon les opposants, qui craignent une production insuffisante, en tout cas √† certains moments de l’ann√©e.
Plusieurs acteurs √©conomiques s’inqui√®tent aussi du peu de pr√©cisions donn√©es par le texte, estimant que ce but causera forc√©ment de fortes contraintes encore inconnues. En effet, le vote ne concerne que la premi√®re √©tape de la strat√©gie. En r√©ponse, le Conseil f√©d√©ral rappelle que la consommation d’√©nergie par personne a d√©j√† baiss√© de 14% en 15 ans.
Les centrales à gaz créent la discorde
Pour remplacer le courant nucl√©aire, nul besoin de centrales √† gaz, selon la campagne du oui. Pourtant, selon d'anciens documents du D√©partement de l'Energie (DETEC), au moins cinq de ces installations seraient n√©cessaires, rapporte la «Basler Zeitung», qui ne cache pas son opposition √† la loi. Mais cette √©nergie est tr√®s polluante en CO2. De plus, toute mention du sujet aurait √©t√© biff√©e des documents du DETEC juste avant le d√©but de la campagne.
Son porte-parole explique qu'avant chaque votation, les informations doivent √™tre mises √† jour. «La Conf√©d√©ration ne planifie ni ne construit aucune centrale, assure-t-il. L'initiative serait priv√©e, mais personne n'a int√©r√™t √† se lancer dans de tels projets, qui ne sont pas rentables». Et de pr√©ciser que tous les projets cit√©s par le journal ont √©t√© gel√©s, ou retir√©s.
http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Nucleaire--eolien--taxes----Sur-quoi-vote-t-on--14655629

24/04/17Avec Bel Coster, le d√©bat √©olien soufflera des deux c√īt√©s de la fronti√®re
EnergieCe projet de neuf m√Ęts ach√®ve sa mise √† l’enqu√™te. En France, d’o√Ļ il sera directement visible, la discussion continue.
Alors que la plupart des projets √©oliens vaudois tournent √† vide, bloqu√©s par les radars militaires de Payerne ou par les proc√©dures judiciaires, le parc de Bel Coster a achev√© la mise √† l’enqu√™te de son plan d’affectation le 12 avril dernier.
Ce parc de neuf √©oliennes, pr√©sent√© pour la premi√®re fois en 2009 (il pr√©voyait alors la r√©alisation de 12 √©oliennes en 2013), a termin√© son premier tour de chauffe sans r√©elle surprise dans les communes de Ballaigues, de Lignerolle et de L’Abergement, dont les autorit√©s soutiennent ce projet nagu√®re lanc√© par une conseill√®re communale. Le bureau KohleNusbaumer indique avoir re√ßu 312 oppositions suisses, dont moins de 10% issues des communes concern√©es. Les missives repr√©sentent 412 opposants, dont Pro Natura, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour le paysage ainsi qu’ASPO/BirdLife. S’y ajoutent 143 oppositions… fran√ßaises. Elles viennent en majorit√© d’un rayon de 3 km autour des √©oliennes.
C’est que les h√©lices sont peu visibles des communes vaudoises qui les accueillent. «Avec le peu de d√©frichement et son bilan positif sur l’avifaune, c’est une des forces du projet», note le syndic de Ballaigues, Rapha√ęl Darbellay. Ce n’est pas le cas des communes fran√ßaises voisines, domin√©es par la cr√™te de Bel Coster. Le paysage y est un argument touristique majeur, surtout depuis que les petites stations de ski sont √† la peine en hiver.
A commencer par Jougne, labellis√©e «petite cit√© comtoise de caract√®re», o√Ļ la tension monte peu √† peu. A l’ombre de la montagne binationale, en face de l’√©glise et du Monument aux morts, la Mairie a m√™me affich√© le verdict du dernier Conseil municipal: une r√©solution d’opposition, vot√©e √† l’unanimit√© moins deux abstentions. L’Ex√©cutif actuel go√Ľte peu le projet d’Alpiq, au contraire semble-t-il de l’√©quipe en place avant les √©lections de 2014. La Mairie s’inqui√®te notamment du cimentage de la base des m√Ęts, situ√©s non loin des sources communales.
«Ils vont massacrer notre paysage pour un jeu qui n’en vaut pas la chandelle, s’agace Eric Mariacher, habitant du hameau d’Entre-les-Fourgs et animateur d’une page Facebook d’opposants. Surtout que l’information a peu circul√©. Au XXIe si√®cle, c’est un d√©ni de d√©mocratie.» Une p√©tition tourne et le d√©bat ne fait que commencer. Apr√®s les difficult√©s rencontr√©es par le projet Eoljoux – sept m√Ęts au Brassus situ√©s pr√®s de Bois-d’Amont (F) –, le Canton de Vaud et la Pr√©fecture du Doubs misent sur une consultation des dix communes fran√ßaises concern√©es, du 2 mai au 6 juin. Charge √† Besan√ßon de r√©diger une synth√®se.
Pas de courant direct
Elle risque notamment de relever l’absence de courant √©olien pour les citoyens tricolores impact√©s. Le parc pr√©voit en effet une production √©quivalente √† la consommation de 18 000 m√©nages. Des m√©nages suisses donc. «C’est vrai que √ßa aurait mieux pass√© si ce courant √©tait partag√©, note Antonio Pinto, le nouveau tenancier de l’H√ītel La Couronne, dont cinq chambres ont vue sur la montagne. Mais on verra ce qu’en disent les clients. Peut-√™tre que c’est un effort √† faire.»
Dans les ruelles de Jougne, l’air est frais. Les habitants sont soit r√©volt√©s, soit silencieux. Tandis que dans les boutiques du village, on pr√©f√®re relativiser. «Un effet du temps, soupire un commer√ßant. C’est mieux que le nucl√©aire, et visiblement les Suisses ont les moyens.» La g√©rante du caf√©, Aur√©lie Waltzer, encha√ģne. «Il faut arr√™ter de r√Ęler aussi. Si √ßa va faire baisser notre immobilier? Peut-√™tre. Mais il est de toute mani√®re sur√©valu√© avec la proximit√© de la Suisse. Et notre sant√©? Ce sera toujours moins dangereux que cette route et ses 17 000 v√©hicules quotidiens.»
L’impact de tout √ßa? Les opposants doivent √™tre re√ßus par les communes. Les promoteurs assurent qu’ils tiendront compte «dans la mesure du possible» des retours r√©colt√©s par le Doubs. Et le syndic de Ballaigues se dit ouvert. «On peut clairement entrer en mati√®re. Suivant ce qui ressort, on peut imaginer d√©placer un m√Ęt.» Il s’agit de rester bons voisins, jusqu’√† un certain point. «On ne renoncera pas au projet, souligne le syndic. Ce n’est pas une question d’argent (ndlr: 80 000 √† 100 000 francs par an pour la Commune, via la location du terrain) . On le fait pour la transition √©nerg√©tique.»
http://www.24heures.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/bel-coster-debat-eolien-soufflera-deux-cotes-frontiere/story/21145524

20/04/17 : Les √©oliennes, une histoire d’amour-haine
A St-Brais (JU), des inconnus ont mis le feu au transformateur des √©oliennes, tandis que le Jura bernois a fait de cette √©nergie une attraction touristique. Etude de deux cas d’√©cole
A un mois de la votation sur la strat√©gie √©nerg√©tique 2050, la Suisse vit un nouvel √©pisode de la «guerre des √©oliennes». Mardi 18 avril, un comit√© environnemental contre le projet de Doris Leuthard et du parlement a focalis√© son opposition sur l’√©nergie √©olienne. Il craint une industrialisation du paysage, notamment dans l’arc jurassien, cela pour une production d’√©lectricit√© «tr√®s faible».
Actuellement, on ne recense en Suisse que 37 turbines et la r√©alit√© du terrain est √† chaque fois tr√®s diff√©rente. A St-Brais, les deux √©oliennes qui ont √©t√© √©rig√©es en 2009 sur le site du Plain surplombent cette commune de 230 √Ęmes. L’une d’entre elles donne l’impression d’√™tre accol√©e au village.
«Les √©oliennes de St-Brais sont la honte de la profession», tonne Pascale Hofmeyer. Elle et son mari Philippe habitent une ferme multis√©culaire au centre du village. Ils avouent qu’ils √©taient acquis √† la cause des √©nergies renouvelables avant l’installation des deux machines. Car depuis, leur vie est devenue «une torture» lorsque ces turbines moulinent sans discontinuer jusqu’√† deux semaines d’affil√©e. «J’ai des probl√®mes d’ou√Įe, des maux de t√™te et des douleurs au niveau de la cage thoracique», ajoute Pascale Hofmeyer.
Dans son blog «Voisine d’√©oliennes industrielles», celle-ci d√©nonce souvent «l’arrogance» des autorit√©s et leur «complicit√©» avec les investisseurs, en l’occurrence le groupe ADEV de Liestal. «La plupart du temps, les promoteurs ach√®tent le silence des autorit√©s et des agriculteurs de diverses mani√®res», affirme-t-elle encore.
Une version des faits que d√©ment le maire Fr√©dy Froidevaux. «Non, St-Brais n’est pas un mauvais exemple. Nous avons respect√© toutes les recommandations des autorit√©s f√©d√©rales», r√©torque-t-il tout en pr√©cisant que les opposants ne forment qu’une «petite minorit√©» de gens dans le village. Quant aux accusations de corruption, il les r√©fute vivement: «C’est un parc √©olien citoyen, qui a √©t√© approuv√© √† l’unanimit√© par une assembl√©e communale en 2007. La commune touche 2% du prix de vente de la production vendue, soit entre 35’000 et 45’000 francs par an. Ce projet nous a aussi permis d’am√©liorer notre r√©seau √©lectrique». Il n’emp√™che: ce projet garde de farouches d√©tracteurs, si l’on en croit l’incendie criminel du 14 octobre 2016 qui a ravag√© l’infrastructure √©lectrique du parc avec √† la cl√© des d√©g√Ęts pour quelque 100’000 francs. Pour l’instant, la police enqu√™te toujours.
Succès du Mont-Crosin
Rien de tout cela sur les hauteurs de Saint-Imier, entre Mont-Soleil et Mont-Crosin. Tout est calme ici, bien que ce parc soit plus de dix fois plus grand qu’√† St-Brais. C’est que l’entreprise Juvent, d√©tenue en majorit√© par BKW, a su soigner le contact avec la population lorsqu’elle a ouvert son parc en 1996 d√©j√† avec trois machines. D√©j√† √† la manŇďuvre √† l’√©poque, son pr√©sident Martin Pfisterer raconte qu’il a travaill√© sur trois plans: une approche int√©grative – et non technique – du projet, le respect mutuel entre partenaires et la recherche de solutions gagnant-gagnant.
Surprise par la demande de clients pr√™ts √† payer plus cher cette √©nergie, Juvent a peu √† peu d√©velopp√© son parc pour atteindre aujourd’hui une production de 57 millions de kWh en 2016. Ce parc compte d√©sormais 16 turbines, dont quatre toutes nouvelles, qui devraient permettre d’atteindre cette ann√©e une production record de 70’000 kWh, soit l’√©quivalent de la consommation annuelle d’√©lectricit√© de plus de 15’000 m√©nages. Presque la totalit√© de ceux du Jura bernois.
Au Mont-Crosin, la r√©gion s’est identifi√©e au parc, qui re√ßoit chaque ann√©e quelque 15’000 visiteurs payants, dont 350 classes d’√©cole. Elle en a fait le symbole d’un tourisme doux. Les agriculteurs organisent des balades en cal√®che, une activit√© qui rapporte pr√®s de 50’000 francs par an aux plus dynamiques. La soci√©t√© d’√©levage a int√©gr√© les turbines √† son logo. Un fromager a m√™me fabriqu√© «une √©olienne √† la cr√®me» pour l’heure du dessert.
Alors, tout est-il pour le mieux dans le meilleur des mondes? Non, bien s√Ľr. «Il y a des nuisances, mais celles-ci sont fortement exag√©r√©es par les d√©tracteurs de l’√©olien», assure Pierre Berger, le surveillant des installations. Le bruit ne touche qu’une vingtaine de familles paysannes, les localit√©s de Saint-Imier, Villeret et Cormoret √©tant √† plus d’un kilom√®tre du site. L’hiver, aucun skieur de fond n’a jamais √©t√© bless√© par un jet de glace. Et le nombre d’oiseaux morts se compte par unit√©s, et non par centaines ou milliers.
La clef du succ√®s au Mont-Crosin, c’est une √©troite collaboration avec les propri√©taires de terrain, voisins, communes et milieux de l’environnement, notamment la Ligue suisse pour la protection du paysage. En 2007, celle-ci a particip√© √† une √©tude concluant au fait qu’on pourrait «implanter au maximum 25 √† 30 turbines». Mais le pr√©sident de Juvent se montre plus prudent: «En raison des prescriptions existantes √† propos surtout des distances √† respecter par rapport aux habitations, on ne pourra gu√®re d√©passer les 16 √©oliennes actuelles», d√©clare Martin Pfisterer. De mani√®re g√©n√©rale, celui-ci croit qu’il sera «difficilement possible» d’implanter plus de 100 turbines sur toute la cha√ģne jurassienne entre Gen√®ve et le canton d’Argovie. Selon lui, la Suisse ne comptera pas 1000 grandes machines en 2050, un chiffre articul√© par les d√©tracteurs de l’√©olien, mais ne figurant nulle part dans la loi sur l’√©nergie soumise au vote le 21 mai prochain. «Ce n’est pas r√©aliste», conclut-il.
https://www.letemps.ch/suisse/2017/04/20/eoliennes-une-histoire-damourhaine
13/04/17 : Les d√©fenseurs de la nature divis√©s sur la strat√©gie √©nerg√©tique 2050

Les organisations de protection de la nature soutiennent la stratégie énergétique 2050 qui sera soumise au vote le 21 mai prochain. Mais certains de leurs membres s'y opposent.
A contre-courant de la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage qu'il préside, le conseiller national PLR Kurt Fluri ne soutient pas le projet. Il a rejoint le comité "Environnement contre la SE 2050", dont fait aussi partie Hans Weiss, ancien directeur de la fondation.
Sur son site internet, Kurt Fluri rappelle que la pénurie d'électricité engendrée par la sortie du nucléaire ne pourra être remplacée que par "l'énergie sale" des centrales à charbon d'Allemagne.
En outre, les paysages seront encore plus sous pression. Les parcs √©oliens, les grandes installations photovolta√Įques ou les centrales hydrauliques pourront √™tre plus facilement implant√©es dans des paysages prot√©g√©s, a-t-il d√©clar√© jeudi au St-Galler Tagblatt.
Mention dans le comité des opposants jugée problématiqueBeat Flach, membre du comité de direction de la fondation pour le paysage, s'est étonné que Kurt Fluri figure dans le comité des opposants sous l'étiquette de président de la fondation. "Cela donne l'impression que la fondation rejette la stratégie énergétique", a-t-il dit.
Un problème pour Beat Flach, car une grande majorité du conseil de fondation soutient la stratégie énergétique. Kurt Fluri a désormais assuré que sa fonction de président ne serait plus mentionnée, selon Beat Flach.
Un autre adversaire inattenduPhilippe Roch, l'ancien directeur de l'Office fédéral de l'environnement, votera lui aussi contre la stratégie énergétique 2050. Il estime que le projet de Doris Leuthard porte atteinte à la nature.
"Cette loi met sur un même niveau l'intérêt de la construction d'installations de production d'énergies renouvelables et l'intérêt de la protection de la nature", regrette Philippe Roch dans une interview accordée jeudi à la Tribune de Genève et 24 heures.
A ses yeux, le texte, qui vise à remplacer progressivement le nucléaire par des énergies renouvelables, met trop l'accent sur l'éolien. "Le projet de loi dit que son intérêt est le même que celui de la nature. Ce qui est philosophiquement faux", fait-il valoir.
Limitation des recoursCelui qui fut aussi directeur du WWF Suisse s'explique: "En 2050, l'√©nergie √©olienne est cens√©e ne produire [...] que 7,5% de la production √©lectrique. Or, pour arriver √† ce faible pourcentage, il faudrait construire entre 800 et 1000 √©oliennes. C'est √©norme." Lui miserait plut√īt sur le solaire.
Philippe Roch critique enfin la limitation du droit de recours auprès du Tribunal fédéral qu'introduit, selon lui, le projet de la conseillère fédérale Doris Leuthard.
https://www.rts.ch/info/suisse/8540735-les-defenseurs-de-la-nature-divises-sur-la-strategie-energetique-2050.html

13/04/17 : La stratégie énergétique touche aux intérêts de près de 80 parlementaires
Pr√®s du tiers des parlementaires occupent un ou plusieurs mandats dans les secteurs de l'√©nergie et du b√Ętiment, qui seraient les premiers impact√©s par la strat√©gie √©nerg√©tique 2050. Les √©lus contact√©s rejettent toute id√©e de conflit d'int√©r√™t.
Entre le Conseil national et le Conseil des Etats, 77 parlementaires (plus de 31%) ont d√©clar√© dans le registre du Parlement un ou plusieurs liens d'int√©r√™t avec les secteurs de l'√©nergie et du b√Ętiment. Ces branches seront en premi√®re ligne si la strat√©gie √©nerg√©tique 2050, en votation le 21 mai prochain, est adopt√©e (voir encadr√©).
Ce que recouvre la sobre d√©nomination "liens d’int√©r√™t", ce sont ces mandats -r√©mun√©r√©s ou non- que les parlementaires assurent parall√®lement √† leur activit√© politique, que ce soit dans des associations, des fondations ou des entreprises.
Les 184 liens d'intérêt qui figurent dans le graphique ci-dessous sont de natures très diverses, et peuvent renvoyer aussi bien au fait d'être membre d'une association anti-nucléaire que de présider le conseil d'administration d'une centrale électrique.
Prépondérance des lobbies favorables à la stratégie énergétiqueLes lobbies qui sont, a priori, les plus menacés par la transition énergétique sont nettement moins représentés que ceux qui auraient le plus à y gagner. On ne décompte ainsi qu'une vingtaine de mandats déclarés dans les secteurs des énergies fossile et nucléaire, tandis qu'une septantaine de liens d'intérêt ont été déclarés dans les secteurs des énergies alternatives, de l'hydraulique et des technologies propres ("cleantech").
>> Lire aussi: Les int√©r√™ts √©conomiques au cŇďur de la votation sur la strat√©gie √©nerg√©tique
Roger Nordmann (PS/VD) a justement déclaré plusieurs liens d'intérêt dans ces branches. La plupart sont bénévoles, à l'exception de son mandat de président du comité de l'association Swissolar (qui fait la promotion de l'énergie solaire) pour lequel il perçoit 10'000 francs par année. Il admet volontiers qu'il lui est impossible d'être neutre sur les questions de transition énergétique: "si j'ai accepté ces mandats, c'est parce que j'y crois, j'ai toujours été engagé là-dedans."
Pour le socialiste, tant que les parlementaires respectent les règles de transparence et déclarent leurs intérêts, ils n'ont pas de raison de se mettre en retrait.
Quelques PLR ont vot√© contreA l'exception de l'UDC, toutes les formations ont recommand√© le oui √† la strat√©gie √©nerg√©tique 2050. Lors des votes aux chambres le 30 septembre dernier, seuls six parlementaires sur les 77 n'ont pas suivi la majorit√© de leur parti. Et ils se retrouvent quasiment tous au sein du groupe lib√©ral-radical (si l'on excepte l'abstention du PDC Isidor Baumann). Le PLR est, apr√®s les Verts'Lib√©raux, le parti o√Ļ la proportion de mandats √©nerg√©tiques par rapport au nombre de parlementaires est la plus √©lev√©e.
Les libéraux-radicaux Corina Eichenberger-Walther (AG), Kurt Fluri (SO) et Bruno Pezzatti (ZG) ont ainsi voté non. Thomas Hefti (GL) et Philippe Bauer (NE) se sont abstenus.
"Totale indépendance d'opinion"Contactée par la RTS, Corina Eichenberger-Walther insiste sur sa totale "indépendance d'opinion" et assure ne recevoir aucune consigne de vote de la part des organismes dans lesquels elle officie. Si elle a voté non, insiste la conseillère nationale, c'est parce qu'elle pense que la stratégie ne permettra pas de garantir l'indépendance énergétique du pays.
Sans communiquer sa rémunération pour ces diverses missions, elle ajoute que l'issue de la votation n'aura "aucun impact" financier pour elle. L'Argovienne estime que ses mandats dans les secteurs énergétique et nucléaire, en particulier à la présidence du conseil d'administration de la NAGRA (qui touche au stockage des déchets radioactifs), n'ont qu'un lien très indirect avec l'issue de la stratégie énergétique. Elle ne voit pas pourquoi elle devrait s'abstenir de voter sur ces questions.
Le peuple trancheraDe son c√īt√©, le Neuch√Ętelois Philippe Bauer s'est abstenu lors du vote par "conviction personnelle". "Je suis plut√īt favorable √† l'assainissement des b√Ętiments et √† l'efficacit√© √©nerg√©tique, donc je n'√©tais pas dispos√© √† voter non" mais une taxe sur les barrages, ajout√©e √† la fin des d√©bats, lui est "rest√©e en travers de la gorge".
C'est, selon lui, la preuve de l'ind√©pendance totale des parlementaires, puisque l'association des m√©tiers du b√Ętiment Suissetec, pour qui il occupe un mandat r√©mun√©r√© d'avocat conseil, a pris position en faveur de la strat√©gie √©nerg√©tique. Et d'ajouter, sur le ton de la boutade, qu'on ne demande pas aux √©lus de gauche qui ont des liens d'int√©r√™t avec des syndicats de s'abstenir lors des votes relatifs au droit du travail.
Reste que, quelle que soit l'influence qu'aient pu avoir ou non ces mandats sur le travail parlementaire, c'est le peuple qui tranchera le 21 mai.
Les principales mesures prévues par la stratégie énergétique 2050
La strat√©gie √©nerg√©tique 2050 pr√©voit l'abandon progressif du nucl√©aire, le d√©veloppement des √©nergies renouvelables et l'encouragement √† la production d’√©lectricit√© issue d’√©nergies renouvelables, l’efficience √©nerg√©tique et l’assainissement des b√Ętiments, ou encore la limitation des √©missions de CO2 pour les v√©hicules.

12/04/17Comment pr√©parer l’√®re post-nucl√©aire en Suisse ūüė†
Le remplacement du nucléaire par les agents renouvelables ne sera pas une promenade de santé. Il implique de nombreuses mesures ainsi que l'adaptation du réseau des lignes à haute tension
Par quoi remplacer le nucl√©aire en Suisse? Tel est l’enjeu du scrutin du 21 mai sur la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050 (SE 2050). On vote en fait sur le premier volet sans savoir s’il y aura une deuxi√®me √©tape ni en quoi elle consistera. Tout part de la catastrophe de Fukushima en mars 2011. Quelques jours plus tard, la ministre de l’Energie Doris Leuthard annonce que la Suisse abandonnera progressivement le nucl√©aire. Il n’est pas question d’y aller √† la hussarde, car les √©nergies de substitution ne sont pas pr√™tes √† remplacer une ressource qui, en 2016, a couvert 33,1% de la production d’√©lectricit√©, soit 19 milliards de kilowattheures sur un total de 57 milliards. Ces chiffres sont en baisse par rapport √† l’ann√©e pr√©c√©dente: en 2015, c’√©tait 22 milliards de kWh sur 66 milliards. L’arr√™t prolong√© des r√©acteurs de Beznau I et de Leibstadt est l’une des raisons de cette √©volution......
https://www.letemps.ch/suisse/2017/04/12/preparer-lere-postnucleaire-suisse

04/04/17Energies renouvelables: tout ce que vous devez savoir sur les éoliennes en Suisse
ELECTRICIT√Č - Le Congr√®s national de l'√©nergie √©olienne s'est d√©roul√© ce mercredi √† Berne. L'occasion de se pencher sur les turbines √† vent et sur leur situation en Suisse entre historique, chiffres et perspectives d'avenir.
L'énergie éolienne en Suisse: depuis quand?
Utilisant la force du vent, l'éolienne est la descendante des premiers moulins qui sont apparus dès la plus haute Antiquité en Perse, en Egypte ou en Chine. La première turbine capable de produire de l'électricité a été réalisée en 1888 par le scientifique américain Charles F. Brush. Une installation capable d'alimenter la maison de l'inventeur.
De nombreux essais ont ensuite été effectués durant le 20ème siècle, notamment par le Danois Johannes Juul qui a créé une turbine appelée Gedser, qui sert encore aujourd'hui de modèle aux éoliennes modernes.
En Suisse, la premi√®re √©olienne raccord√©e au r√©seau √©lectrique a √©t√© mise en service √† Langenbruck, dans le canton de B√Ęle, en 1986 (voir image ci-dessus). Il s'agissait d'un signal fort juste apr√®s l'accident nucl√©aire de Tchernobyl. Cette premi√®re turbine helv√©tique est toujours en service 30 ans apr√®s, m√™me si des travaux de maintenance importants sont n√©cessaires. Elle permet d'alimenter cinq foyers de quatre personnes chacun, rapporte Suisse-Eole.
>> À lire aussi: La Suisse est l'un des pays d'Europe qui produit le moins d'énergie verte
L'énergie éolienne en Suisse: quelle production?
Actuellement, on d√©nombre 37 √©oliennes dans notre pays. Ces installations totalisent 75 M√©gawatts de puissance √©lectrique et ont produit 128 millions de kilowattheures en 2016. Cette consommation √©quivaut √† 36'600 m√©nages suisses ou 0,2% de la consommation d'√©lectricit√© totale de notre pays. Une seule √©olienne standard permet d'alimenter 1000 √† 1700 m√©nages. 
L'√©nergie √©olienne en Suisse: o√Ļ?
La plus grande concentration de turbines se trouve au Mont-Crosin, dans le Jura bernois. Seize √©oliennes y sont implant√©es et totalisent une puissance de 23,6 MW. D'autres grandes installations ont √©t√© construites dans la Vall√©e du Rh√īne, √† Entlebuch (LU) et √† G√ľtsch, en-dessus d'Andermatt (UR). Une carte mise √† disposition par le site de la Conf√©d√©ration montre l'emplacement des √©oliennes dans le territoire helv√©tique.
L'énergie éolienne en Suisse: comment?
Comme son nom l'indique, une √©olienne utilise l'√©nergie contenue dans le vent. Elle convertit ce dernier en √©nergie m√©canique gr√Ęce aux pales, puis en √©nergie √©lectrique par l'interm√©diaire du g√©n√©rateur.
Les pales se mettent en mouvement d√®s que le vent atteint 9km/h, pr√©cise le site de Rh√īnEole et ValEole. L'installation atteint sa puissance optimale √† 47 km/h. Au del√†, les pales se mettent "en drapeau" pour diminuer la prise au vent. Entre 101 et 122 km/h, soit l'√©quivalent d'une forte temp√™te, l'√©olienne s'arr√™te automatiquement pour √©viter tout dommage.
Une éolienne est constitutée d'une tour en acier reposant sur des fondations en béton, d'une nacelle abritant la génératrice, la transmission et le gouvernail, d'un moyeu pour réguler la puissance et de pales, généralement au nombre de trois sur les grandes éoliennes. Ces structures sont presque toujours teintes en blanc. Cette couleur permet de refléter les rayons solaires pour éviter que l'installation ne se réchauffe et que les parties métalliques ne se déforment.
C'est aussi la teinte qui est le mieux acceptée par les humains. Les marquages au pied de la tour servent quant à eux à garantir une meilleure visibilité pour les animaux afin d'éviter les collisions.
L'énergie éolienne en Suisse: pour ou contre?
L'√©nergie √©olienne poss√®de de nombreuses qualit√©s. Les principaux atouts mis en avant son son aspect in√©puisable et sa capacit√© √† lutter contre la pollution et le r√©chauffement climatique. N√©anmoins, les √©oliennes ne sont pas pl√©biscit√©es par tous et leur construction suscite r√©guli√®rement des oppositions, principalement de la part des riverains et des associations de d√©fense de la nature. La f√©d√©ration Paysage Libre est le principal d√©tracteur de l'√©nergie √©olienne et pr√īne le non √† la loi sur l'√©nergie.
>> À lire aussi: Stratégie énergétique 2050: Paysage Libre Suisse soutient le référendum de l'UDC
L'un des principaux inconv√©nients √©voqu√©s par les opposants aux √©oliennes est leur c√īt√© inesth√©tique, qui jure avec la beaut√© des paysages. Les nuisances sonores sont souvent point√©es du doigt, principalement par les riverains. De plus, les turbines produisent une √©nergie variable dans le temps, ce qui fait qu'elles doivent √™tre utilis√©es en compl√©ment d'une autre source √©nerg√©tique. Enfin, le danger pour les oiseaux doit √™tre pris en consid√©ration. Les √©oliennes ne doivent donc pas √™tre install√©es dans des couloirs de migration ou dans des r√©gions habit√©es par des esp√®ces menac√©es.
>> √Ä lire aussi: En moyenne, une √©olienne tue pr√®s de 21 oiseaux par ann√©e 
L'énergie éolienne en Suisse: quel avenir?
Il est difficile de prévoir combien d'éoliennes vont voir le jour dans les années à venir. D'ici 2020, quelque 600 GWh de courant pourraient être produits annuellement selon le site de la Confédération suisse. Ce chiffre pourrait s'élever à 4000 GWh d'ici à 2050. C'est dans le Jura, dans les Alpes et sur le plateau occidental que le développement des turbines devrait être le plus important, en raison de différents critères tels que la qualité des vents, l'accessibilité, la distance des habitations et le respect de la nature.
Le 21 mai prochain, le peuple suisse se prononcera sur la r√©vision de la loi sur l'√©nergie. S'il accepte la strat√©gie √©nerg√©tique 2050, le d√©veloppement des √©oliennes, comme des autres ressources renouvelables, devrait conna√ģtre un bel essor.
http://www.arcinfo.ch/dossiers/votation-federale-du-21-mai-2017/articles/energies-renouvelables-tout-ce-que-vous-devez-savoir-sur-les-eoliennes-en-suisse-656818

16/03/17 : Mont-Crosin: voyage en drone au coeur des √©oliennes ūüė°
VID√ČO - Le photographe amateur et passionn√© de technologie Dennis Wandel, nous offre une balade dans le parc √©olien du Mont-Crosin. √Ä hauteur des √©normes pales, on se sent dans la peau d'un oiseau.
Dennis Wandel a choisi un jour sans vent et bien ensoleillé pour emmener son drone slalomer entre les immenses éoliennes du Mont-Crosin sans danger.
Dans cette troisi√®me vid√©o, ce collaborateur de l'Universit√© de Neuch√Ętel install√© √† La Chaux-de-fonds depuis un an et demi, nous fait d√©couvrir les paysages du Jura bernois de mani√®re insolite.
"Faire monter un drone offre une nouvelle perspective sur ces installations gigantesques et en m√™me temps les fait para√ģtre filiformes", explique-t-il. Le temps des deux minutes que dure la vid√©o, on se sent dans la peau d'un oiseau qui plane entre les majestueuses √©oliennes.
http://www.arcinfo.ch/articles/regions/jura-jura-bernois/mont-crosin-voyage-en-drone-au-coeur-des-eoliennes-649956

11/03/17 : Le projet éolien de Bel Coster passe à l'enquête
Le projet √©olien de Ballaigues, Lignerolle et L’Abergement entre dans une phase cruciale.
Il devait initialement √™tre op√©rationnel en 2013. La mise √† l’enqu√™te du plan partiel d’affectation a ensuite √©t√© discr√®tement diff√©r√©e √† d√©but puis √† fin 2016. Ce sera finalement pour ce mardi.
Bel Coster, ce parc de neuf √©oliennes pr√©vues sur les sommets des communes de Ballaigues, Lignerolle et L’Abergement, est √† ce jour l’un des projets vaudois √† ne pas √™tre remis en question par les radars militaires de la base de Payerne: 11 projets sur 19 sont concern√©s. Ce parc op√©r√© par Alpiq avait par contre √©t√© retard√© pour √©tudes compl√©mentaires, notamment sur l’impact des √©oliennes (de 3000 √† 4000 kW chacune) sur les papillons et les fourmis.
La suite des op√©rations? Une campagne de communication entre les autorit√©s, porteuses du projet, et les opposants qui les attendent de pied ferme et d√©noncent un manque d’informations. Un guichet sera ouvert dans chacune des communes d’ici √† la fin du d√©lai l√©gal. SOS Jura Vaud Sud pr√©voit pour sa part un tous-m√©nages, ainsi que ses oppositions.
La principale inconnue tient dans la r√©action des riverains fran√ßais: dix communes du d√©partement du Doubs sont concern√©es par une enqu√™te consultative, en th√©orie coordonn√©e avec la proc√©dure suisse. Synth√®se sera ensuite faite par le pr√©fet. «Jusqu’ici les discussions avec nos voisins se sont bien d√©roul√©es, assure le syndic de Ballaigues, Rapha√ęl Darbellay. On verra ensuite s’il y a besoin de n√©gociations ult√©rieures.»
http://www.24heures.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/Le-projet-eolien-de-Bel-Coster-passe-a-l-enquete/story/20184411

09/03/17 : Record en 2016 pour l'éolienne de Charrat
Valais : L'installation inaugurée en 2012 a produit plus de sept millions de kilowattheures (kWh) l'année dernière.
L'√©olienne «Adonis », install√©e √† Charrat (VS), a battu son record de production en 2016. Elle a pour la premi√®re fois d√©pass√© les 7 millions de kilowattheures (kWh).
Cette production couvre la moitié des besoins de la commune de Charrat, ménages, industries et domaine public confondus, peut-on lire jeudi dans la lettre d' information de Suisse Eole, l' association pour la promotion de l'énergie éolienne en Suisse. Ce résultat record est lié à des conditions météorologiques favorables, avec notamment une période automnale très ventée.
Lors de l'implantation de cette machine en 2012, on tablait sur une production annuelle de 6,5 millions de kWh. Après quatre années complètes de fonctionnement, elle a largement répondu aux attentes puisqu'elle a régulièrement produit entre 6,5 et 6,8 millions de kWh par an.
Lors de son inauguration, «Adonis» √©tait l'√©olienne la plus grande et la plus puissante de Suisse. Elle a entre-temps √©t√© d√©pass√©e par celle de Haldenstein (GR), inaugur√©e en 2014,qui est la plus grande du pays.
Quant aux quatre nouvelles √©oliennes mises en service en automne 2016 entre le Mont-Crosin et le Mont-Soleil , dans le Jura bernois, elles sont plus puissantes qu'«Adonis», mais un peu plus petites, a indiqu√©e Suisse Eole, interrog√©e par l'ats.
http://www.tdg.ch/suisse/suisse-romande/Record-en-2016-pour-l-eolienne-de-Charrat-/story/22948447

06/03/17 : La protection du paysage s’invite dans la campagne de votation
Stratégie énergétique 2050
Les anti-√©oliens soutiennent le r√©f√©rendum. L’UDC applaudit, alors que les partisans du projet s’√©nervent.
L’UDC ne sera pas seule contre tous pour combattre la Strat√©gie √©nerg√©tique. Elle pourra compter sur les anti-√©oliens de Paysage Libre. La f√©d√©ration des associations qui s’opposent √† l’installation de m√Ęts appelle √† voter non lors du scrutin du 21 mai.
«Nous soutenons l’id√©e d’une transition √©nerg√©tique, explique Michel Fior, son secr√©taire g√©n√©ral. Mais elle ne doit pas se faire au d√©triment de l’environnement. Plus de 1000 √©oliennes seront n√©cessaires pour atteindre les objectifs fix√©s par le Conseil f√©d√©ral. Les derniers paysages pr√©serv√©s seront d√©truits, sans compter l’impact sur la faune, notamment les oiseaux, dont plusieurs esp√®ces sont menac√©es de disparition. Donner autant de poids √† l’√©olien est une erreur strat√©gique, tant on sait que cette forme d’√©nergie est contest√©e sur le terrain.»
Ultraminoritaire
Paysage Libre est certes une petite organisation, mais elle b√©n√©ficie d’un ancrage local important dans les r√©gions concern√©es par les √©oliennes. La trentaine d’associations qui la compose d√©pose r√©guli√®rement des recours pour emp√™cher la construction de m√Ęts. L’entr√©e en sc√®ne de ces irr√©ductibles du paysage dans la campagne a le don d’√©nerver les partisans de la Strat√©gie √©nerg√©tique. Leur position r√©veille en effet le spectre de ces √©colos qui ne veulent pas d’√©nergies sales, mais qui s’opposent √† tous projets qui portent atteinte √† l’environnement.
«Ces gens n’ont rien √† voir avec des √©cologistes, r√©torque Isabelle Chevalley (PVL/VD). Ce sont juste des individualistes qui ne veulent pas avoir d’√©oliennes devant chez eux. Leurs arguments sur la faune sont opportunistes.» En tant que pr√©sidente de Suisse Eole, la Vaudoise a souvent crois√© le fer avec eux. «Lors de projet √©olien, neuf communes sur dix en moyenne votent oui. Le probl√®me, c’est que m√™me en cas de vote d√©mocratique positif, des associations comme Paysage Libre lance des recours en justice.»
La position de ces anti-√©oliens est en tout cas ultraminoritaire parmi les organisations de d√©fense de l’environnement. Aussi bien la Fondation pour la protection et l’am√©nagement du paysage que Patrimoine suisse soutiennent la Strat√©gie √©nerg√©tique. «Ces deux organisations auraient pu s’y opposer puisque leur droit de recours est √©corn√© par ce projet, mais elles estiment que le paysage est mieux pr√©serv√© avec cette strat√©gie que sans elle, rappelle Robert Cramer, (Verts/GE) membre du conseil de fondation de la premi√®re et pr√©sident de l’antenne genevoise de la deuxi√®me. Les membres de Paysage Libre ne tiennent tout simplement pas compte de l’int√©r√™t public. Dire non √† la Strat√©gie √©nerg√©tique, c’est dire oui au nucl√©aire, aux √©nergies fossiles et √† la pollution. Tout cela juste pour √©viter d’avoir une √©olienne devant chez soi? Ces gens sont des √©go√Įstes.» Une bonne nouvelle
Pr√©sidente de Pro Natura, Silva Semadeni (PS/GR) ajoute qu’il faut voir cette strat√©gie comme un compromis. «Certes, le projet pr√©voit la reconnaissance d’un int√©r√™t national pour le d√©veloppement des renouvelables, mais cela ne signifie pas que nous serons mis devant le fait accompli lors de projets √©oliens. Les associations pourront toujours se battre s’il y a un espace naturel √† pr√©server.»
De son c√īt√©, l’UDC se r√©jouit de ces alli√©s inattendus. «C’est une tr√®s bonne nouvelle, s’exclame Albert R√∂sti (BE), pr√©sident du parti. Je suis d’accord avec eux. M√™me si les raisons pour lesquelles l’UDC s’oppose √† la Strat√©gie √©nerg√©tique sont avant tout financi√®res, notre argumentaire √©voque √©galement l’impact sur l’environnement. Nous avons d√©j√† un comit√© interpartis et un comit√© √©conomique qui viendront expliquer pourquoi il faut dire non le 21 mai. Si on peut aussi compter sur un comit√© de d√©fenseurs de l’environnement, c’est encore mieux.» (TDG)
http://www.tdg.ch/suisse/protection-paysage-s-invite-campagne-votation/story/12300859

06/03/17 : Un parc √©olien aux contours encore flous
Villars-le-Terroir - Romande Energie invitait samedi la population √† une s√©ance d’information sur un projet peu d√©taill√©. Les visiteurs sont rest√©s sur leur faim.
Les habitants de Villars-le-Terroir et Vuarrens étaient invité samedi par Romande Energie à une première présentation d'un projet de parc éolien imaginée entre ces deux villages du Gros-de-Vaud
Exercice d√©licat pour Romande Energie samedi √† Villars-le-Terroir. Alors que son projet de parc √©olien sur le territoire de cette commune du Gros-de-Vaud n’est encore qu’au stade des mesures de vent, la soci√©t√© organisait une s√©ance d’information publique. Au risque de d√©cevoir les visiteurs.
«Vu la publication r√©cente de certaines informations et notamment de photomontages par des opposants, nous nous devions de r√©agir et de pr√©ciser les choses», expliquait Karin Devalte, responsable de la communication de Romande Energie, pr√©sente sur place samedi. «Comme nous ne connaissons pas les r√©sultats des √©tudes de vent, nous ne pouvons pas encore confirmer la poursuite du projet, ni donner d’informations pr√©cises, comme le nombre, le type ou l’emplacement des √©oliennes. En l’expliquant, les habitants comprennent que le projet est √† un stade initial.» Du point de vue de la soci√©t√©, cette s√©ance qui a attir√© une centaine de personnes a donc √©t√© un succ√®s.
«La demande d’information et le d√©sir de pouvoir s’exprimer sont tr√®s grands dans la population», constatait pour sa part le syndic Eric Glauser. Et de pr√©ciser que si la Municipalit√© ne se prononce pas sur le projet lui-m√™me, elle est favorable √† son √©tude. «Pour la r√©alisation par contre, le choix devra revenir √† la population», promet le syndic.
Peu de réponses
Sans surprise, face aux panneaux regroupant les informations d√©j√† communiqu√©es au Conseil communal √† la fin de l’an pass√©, les visiteurs sont rest√©s sur leur faim. «Je repars avec un sentiment mitig√©, expliquait une villageoise venue avec sa fille. On se pose beaucoup de questions, mais on ne nous donne pas forc√©ment les r√©ponses.»
M√™me son de cloche chez cet agriculteur pass√© quelques instants sur le coup de 10 h: «j’esp√©rais d√©couvrir les emplacements exacts des √©oliennes, ou les avantages qu’elles pourraient apporter √† la commune ou aux particuliers, mais il n’y a rien. √áa donne l’impression qu’on nous cache des choses.»
Le beurre des opposants
Ces d√©ceptions ont fait le beurre des opposants, install√©s sous un auvent juste en face de la salle o√Ļ se tenait la pr√©sentation. Apr√®s avoir ouvert une page Facebook et un site Internet, ils r√©coltaient des adresses en vue de la cr√©ation d’une association. Baptis√©e VVLT, elle s’opposerait √† toute construction d’√©olienne sur les communes de Vuarrens et Villars-le-Terroir.
«Nous voulons cr√©er le d√©bat et, surtout, que les informations sortent enfin, expliquait Camille Allaz. Le chiffre d’une production de 31 MWh figure sur leurs panneaux, il doit bien sortir de quelque part, non? Ils disent aussi qu’ils ne connaissent pas encore les informations, mais si ce projet √©tait si b√©n√©fique pour nous, ils les crieraient sur les toits !» (24 heures)
http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/parc-eolien-contours-encore-flous/story/24387036

04/03/17 : Stratégie énergétique 2050: Paysage Libre Suisse soutient le référendum de l'UDC

stratégie énergétique 2050 - Parce que les éoliennes défigureront les plus beaux paysages du pays, Paysage Libre Suisse s'oppose à la stratégie énergétique 2050. Le jeu n'en vaut pas la chandelle avec un énergie éolienne qui n'assurera que 6% de la production électrique, estime l'organisation.

Paysage Libre Suisse recommande de rejeter la strat√©gie √©nerg√©tique 2050, en votation le 21 mai. Les membres de la f√©d√©ration en ont d√©cid√© ainsi lors de leur assembl√©e g√©n√©rale. Mille √©oliennes seront n√©cessaires pour atteindre l'objectif de 4,3 TWh de production fix√© par la strat√©gie √©nerg√©tique 2050, attaqu√©e par r√©f√©rendum. A peine 6% de la consommation √©lectrique serait cependant couverte par l'√©olien, a indiqu√© samedi l'organisation.
Ce chiffre est certainement exagéré, tant les scénarios du Conseil fédéral en matière de baisse de la consommation sont illusoires. Prétendre que l'éolien est nécessaire pour sortir du nucléaire est une affirmation qui ne résiste pas à l'analyse, estime Paysage Libre Suisse.
Les installations éoliennes porteront une grave atteinte aux paysages les plus emblématiques du pays. Avec la nouvelle loi sur l'énergie, un projet éolien sera considéré comme étant d'"intérêt national" à partir de trois machines seulement, même si celles-ci sont situées dans une zone de protection. Paysage Libre Suisse dénonce un démantèlement irréfléchi de la protection du paysage.
Paysage Libre Suisse se définit comme la Fédération suisse pour une politique raisonnable de l'énergie et de l'aménagement du territoire.
http://www.lacote.ch/articles/suisse/strategie-energetique-2050-paysage-libre-suisse-soutient-le-referendum-de-l-udc-643923

23/02/17 : Eolien: corruption aux SIG, les peines alourdies
Un ex-cadre des Services industriels a vu sa sanction aggravée en appel. Le patron d'une entreprise tessinoise est lui aussi puni.
La justice vient d'alourdir les peines de deux acteurs du scandale de l'√©nergie √©olienne qui avait √©branl√© les Services industriels de Gen√®ve (SIG). En appel, un ex-cadre de la r√©gie publique a √©t√© condamn√© √† deux ans de prison avec sursis. En premi√®re instance, il n'avait √©cop√© «que» de 360 jours-amendes avec sursis.
L'homme avait tenté, en 2010, d'obtenir 100'000 francs d'une entreprise valaisanne active dans l'éolien. En échange, il avait promis de ne pas envoyer par le fond un partenariat entre ladite société et les SIG.
Les juges de la Cour d'appel ont alourdi la barque, a r√©v√©l√© mercredi «Le Temps». Le haut fonctionnaire est maintenant sanctionn√© pour une seconde affaire de corruption passive: il a accept√© que sa femme soit r√©mun√©r√©e 180'000 francs pour l'√©criture d'un livre usant tr√®s largement du plagiat, cens√© louer les bienfaits de l'√©nergie du vent.
Le patron de l'entreprise tessinoise à l'origine du scandale, qui avait commandé et acheté cet ouvrage de complaisance, est par ricochet également puni. Les juges sont convaincus que la rémunération offerte à l'épouse du haut cadre des SIG a été fixée à un niveau déconcertant en récompense de services rendus. L'entrepreneur italophone a été condamné à 300 jours-amendes avec sursis.
http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Eolien--corruption-aux-SIG--les-peines-alourdies-22326295

22/02/17 : Corruption aux SIG: le dossier de l'√©olien s'alourdit en appel
L'ancien cadre des Services industriels de Gen√®ve est finalement condamn√© pour les deux volets de cette affaire de pot-de-vin et sa peine passe √† 2 ans de prison avec sursis. Il entra√ģne dans son sillage un entrepreneur tessinois.
L’ancien cadre des Service industriels de Gen√®ve (SIG) √©choue √† obtenir son acquittement en appel. Pire, la cour retient aussi un volet qui avait √©t√© √©cart√© par le premier juge, a appris le Temps. Reconnu une fois encore coupable de corruption passive pour avoir tent√©, en 2010, d’obtenir 100’000 francs d’une soci√©t√© valaisanne contre la promesse de ne pas faire capoter un partenariat, ce responsable du secteur des √©nergies renouvelables est d√©sormais √©galement condamn√© pour avoir accept√© le cadeau d√©guis√© d’un entrepreneur tessinois. L’ancien cadre de la r√©gie publique se voit infliger une peine de 2 ans de prison avec sursis. Le trop g√©n√©reux patron √©cope de 300 jours-amendes avec sursis.
Services rendus
La d√©cision, d√©clin√©e sur 62 pages, a √©t√© communiqu√©e ce matin aux parties. Le procureur St√©phane Grodecki confirme que «l’appel du Minist√®re public a √©t√© partiellement admis». En clair, la cour retient la qualification subsidiaire d’acceptation et d’octroi d’un avantage pour le second volet de cette affaire. En versant 180’000 √† l'√©pouse de l'influent cadre des SIG pour la r√©daction d'un ouvrage √† la gloire de l’√©olien, le patron tessinois a en r√©alit√© voulu remercier ce grand manitou des projets venteux pour les services d√©j√† rendus. En premi√®re instance, le tribunal de police avait nourri un doute sur le caract√®re indirect et coupable de ce versement- tout en qualifiant la somme de d√©concertante- et avait prononc√© l’acquittement sur ce point.
Créance compensatrice
La peine de l’ancien cadre, qui √©tait de 360 jours-amendes avec sursis, passe √† 2 ans de prison avec sursis. Le Tessinois, qui assurait avoir vers√© de l’argent √† l’√©pouse du cadre pour la r√©daction de l’ouvrage controvers√© et pour att√©nuer la rudesse d’un licenciement √† venir, n’a pas convaincu lors de ce second round et se voit donc condamn√© √† 300 jours-amendes avec sursis. L'interdiction pour tous deux de travailler dans le secteur public ou en contact avec celui-ci, r√©clam√©e par le Minist√®re public, est √©cart√©e. L'ancien cadre des SIG devra aussi payer 100'000 francs √† l'Etat. Quant au gourou de l'√©olien, il pourra r√©cup√©rer son stock d'ouvrages trop co√Ľteux. La d√©fense peut encore recourir au Tribunal f√©d√©ral.
https://www.letemps.ch/suisse/2017/02/22/corruption-aux-sig-dossier-leolien-salourdit-appel

20/02/17 : VILLARS-LE-TERROIR - PROJET DE PARC √ČOLIEN


16/12/17 : L'avenir du parc √©olien du Schwyberg incertain
Fribourg - Le tribunal cantonal a admis le recours d'organisations de protection de la nature à l'encontre du projet qui compte neuf éoliennes.
Le projet de parc éolien du Schwyberg (FR) est sur le balan. La justice fribourgeoise a admis le recours de quatre organisations de protection de la nature, confirmant ainsi la décision du Tribunal fédéral (TF) de novembre dernier.
Le parc devrait compter neuf éoliennes de 140 mètres de hauteur et fournir 50 gigawattheures par an, ce qui équivaut à la consommation de 12'500 ménages. La Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions du canton de Fribourg (DAEC) avait donné son feu vert en 2012.
Dans un premier temps, le Tribunal cantonal fribourgeois avait lui aussi donné son aval. Il avait débouté Mountain Wilderness Suisse, Pro Natura, la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage, ainsi que l'Association suisse pour la protection des oiseaux.
Mais la haute instance ne l'a pas entendu de cette oreille. Le TF a admis les griefs de ces quatre organisations. Selon Mont Repos, compte tenu de ses incidences importantes sur l'espace et l'environnement, le parc éolien du Schwyberg doit avoir un fondement dans l'actuel plan directeur cantonal.
Il a donc renvoyé la copie au Tribunal cantonal. Ce dernier admet finalement le recours des quatre organisations et annule ainsi les décisions du DAEC concernant le parc éolien du Schwyberg, écrit-il dans son jugement publié jeudi.
Protéger le paysage et les espèces
La protection des intérêts du paysage, du biotope et des espèces devra être mieux prise en compte. Les charges et conditions formulées à cet égard par la DAEC pour la protection des oiseaux et des chauve-souris apparaissent en partie insuffisantes.
La balle est maintenant dans le camp des promoteurs et des communes: libres à eux de redemander un permis de construire ou de réviser leur plan de réaffectation.
Selon le Tribunal cantonal, qui reprend l'argumentaire du TF, le projet appara√ģtrait comme un corps √©tranger dans le paysage des Pr√©alpes fribourgeoises. La protection du paysage devrait faire l'objet d'une attention accrue, en tenant compte notamment du fait que la r√©gion du Gantrisch pr√©sente un paysage de cultures d'une valeur particuli√®re. Apr√®s des ann√©es de proc√©dure, le jeu de «ping-pong» pourrait donc se poursuivre. Les parties ont 30 jours pour faire recours contre cette d√©cision aupr√®s du Tribunal f√©d√©ral.
http://www.tdg.ch/suisse/avenir-parc-eolien-schwyberg-incertain/story/26186320

13/02/17 : L'énergie éolienne représente 0,2% de l'électricité en Suisse
L'énergie éolienne représente 0,2% de la consommation d'électricité en Suisse. En Europe, 10,4% de l'électricité provenait de l'énergie éolienne en 2016.
Gr√Ęce aux quatre √©oliennes renouvel√©es au Mont-Crosin dans le Jura bernois et aux trois installations construites au col de Gries (VS), la Suisse a augment√© sa puissance install√©e de 25% en 2016, "mais √† partir d'un niveau tr√®s modeste", √©crit lundi suisse√©ole, l'association pour la promotion de l'√©nergie √©olienne en Suisse. Le potentiel pourtant est "consid√©rable".
Selon l'association, 10% de l'approvisionnement en électricité pourrait être couvert avec de l'énergie éolienne d'ici à 2050. Pour cela, il faudrait 120 parcs de 5 à 10 éoliennes, estime suisseéole. La Suisse comptait 37 éoliennes fin 2016.
En Europe, onze pays couvrent plus de 10% de leurs besoins en électricité avec de l'énergie éolienne. Celle-ci constitue la deuxième plus importante technologie de production d'électricité après les centrales à gaz et avant les centrales à charbon.

27/01/17 : Franches-Montagnes (JU) Une affiche détournée crée la polémique
En d√©tournant une Ňďuvre embl√©matique de l’esprit jurassien, l’artiste Philippe Queloz provoque une vive controverse
Des potences dans un paysage d√©vast√©: l’Ňďuvre originale et engag√©e de Coghuf, de son vrai nom Ernst Stocker, est une ic√īne aux Franches-Montagnes. Symbole de la lutte contre l’arm√©e qui voulait implanter une place d’armes sur ce haut plateau, cette affiche de 1963 incarne un esprit rebelle et tenace, un souffle de r√©sistance et de libert√©.
«Un esprit qui s’essouffle», regrette l’artiste Philippe Queloz. Farouchement oppos√© aux √©oliennes, ce dernier en a dispos√© plusieurs dans le paysage de Coghuf pour illustrer une annonce destin√©e √† la presse jurassienne. Une initiative qui a fortement d√©plu au fils du peintre b√Ęlois, mort en 1976: «Comment est-il possible d’utiliser cette affiche (…) pour une tout autre cause?» s’est indign√© Alain Stocker dans une lettre ouverte publi√©e samedi dernier.
«M√©pris» d√©nonc√©
«Avoir √©t√© contre la place d’armes ou √™tre contre les √©oliennes, dix fois plus monstrueuses, c’est une cause commune en faveur du paysage», r√©plique Jean-Daniel Tschan, pr√©sident de l’association Librevent, qui dit avoir grandi «dans le culte de Coghuf». Aux Bois, o√Ļ il r√©side, Alain Stocker d√©nonce un «m√©pris» et un «manque de loyaut√©» qui iraient «√† l’encontre du caract√®re des gens d’ici». Mais, √† Saint-Brais, Philippe Queloz persiste et signe: «L’√©olien, apr√®s l’arm√©e, c’est une nouvelle forme de colonisation, motiv√©e par la sp√©culation et l’industrialisation.»
Selon Alain Stocker, l’Ňďuvre paternelle est «balafr√©e» et «usurp√©e». Juridiquement, son opinion est d√©fendable, une Ňďuvre √©tant prot√©g√©e 70 ans apr√®s la mort de son cr√©ateur. Sp√©cialiste du copyright, l’avocat genevois Christian Pirker est cat√©gorique: «On ne peut pas rallier √† sa cause le pouvoir d’un embl√®me et son potentiel de ralliement.» La libert√© de parodie peut difficilement √™tre invoqu√©e, selon ce juriste.
Politiquement, c’est une autre histoire: «L’affiche de Coghuf, maintes fois utilis√©e pour d’autres causes, y compris par son fils, c’est notre patrimoine», revendique Philippe Queloz. Son raisonnement: «Nous ne nous l’approprions pas, c’est Coghuf, dans sa g√©n√©rosit√©, qui nous en a fait don.» √Ä ses yeux, l’association Librevent est anim√©e par l’esprit qui a fait reculer l’arm√©e, comme «un mouvement de lutte qui fait √©cho au combat contre la place d’armes». Son argument, puis√© dans l’affiche de Coghuf, quarante ans apr√®s la restitution des terrains promis √† l’arm√©e: «Les √©oliennes ajout√©es sur l’affiche de Coghuf font √©cho √† celles que promoteurs, sp√©culateurs et politiciens veulent ajouter √† nos paysages.» (Le Matin)
http://www.lematin.ch/suisse/affiche-detournee-cree-polemique/story/18462150

26/01/17 : Pourquoi les éoliennes peinent à sortir du brouillard
Energies renouvelables : Des projets √† Villars-le-Terroir et Vuarrens illustrent les difficult√©s en mati√®re d’information √† la population.
Les nappes de brumes recouvrant ces jours les champs au nord d’Echallens symbolisent bien les connaissances des habitants du secteur en mati√®re de projets √©oliens. «On nous donne peu d’informations. On nous dit d’attendre. R√©sultat, on s’inqui√®te», explique Camille Allaz, conseiller communal √† Villars-le-Terroir et auteur d’une interpellation demandant √† sa Municipalit√© de plus amples informations au sujet d’un projet sur le territoire communal. Avec quelques amis, il a donc d√©cid√© d’effectuer ses propres recherches. Et les publie d√©sormais sur la page Facebook «VVLT» (58 abonn√©s).
A Vuarrens, village voisin, le flou est encore plus grand: «Le promoteur du projet √©olien sur notre commune? Je n’en sais rien, avoue la nouvelle syndique Isabelle Wipfli Thonney. Depuis trois ans que je suis √† la Municipalit√©, je n’en ai jamais entendu parler. Je n’ai pas retrouv√© non plus de traces √©crites. Mais de toute mani√®re, comme un sondage avait montr√© que notre population √©tait oppos√©e √† l’id√©e, nous ne sommes pas proactifs sur le sujet.»
La source de ce brouillard informatif se trouve dans la procédure retenue il y a plusieurs années par la Confédération. En lançant un appel aux projets, elle a incité des promoteurs à prendre contact avec des propriétaires et préréserver des parcelles. A partir de là, chaque projet a avancé à son rythme, certains ne démarrant même pas.
Exemples emblématiques
La situation des trois projets existant entre Echallens et Essertines-sur-Yverdon est, sur ce point, embl√©matique. Tous-Vents – le plus au nord et qui comporte sept machines – √©tait le plus avanc√© jusqu’au coup de froid de d√©cembre dernier provoqu√© par la publication par le D√©partement de la d√©fense d’une carte d’exclusion et de restriction des √©oliennes. Villars-le-Terroir (5 √©oliennes) est rest√© quatre ans en stand-by avant que, en mars 2015, la Romande Energie ne d√©cide de relancer des mesures de vents. Mesures toujours en cours d’ailleurs et qui d√©termineront la suite du projet. Enfin, Vuarrens (8 √©oliennes) est toujours √† l’arr√™t √† la connaissance des services cantonaux, qui informent au passage que ce dernier a √©t√© initi√© par les Forces Motrices Bernoises BKW.
«Vu l’impact de ces projets sur notre paysage et la faune, ce n’est quand m√™me pas normal que nous devions faire nous-m√™mes des photomontages pour nous rendre compte de leur importance, reprend Camille Allaz. En plus, avec la technique du saucissonnage, il est tr√®s difficile d’avoir une vue d’ensemble de tous les projets. Mais quand on d√©couvre √† quel point le r√©sultat est effrayant, on se dit qu’il y a peut-√™tre derri√®re une volont√© d’√©viter d’alarmer la population.»
«Faire prendre conscience aux promoteurs de l’importance de la communication est justement un des buts de la plate-forme √©olienne cantonale que nous avons cr√©√©e», rappelle Cornelis Neet, le directeur g√©n√©ral de l’environnement en pr√©cisant qu’elle a d√©j√† r√©uni de nombreux porteurs de projets et de nombreuses communes. «Et lorsqu’un projet d√©marre, il est salutaire de mettre en place une d√©marche participative. Cinq ont d’ailleurs √©t√© initi√©es au sein de cette plate-forme depuis sa cr√©ation.» Reste que la responsabilit√© de cette communication revient toujours aux promoteurs, laissant parfois les Municipalit√©s et les services cantonaux dans l’embarras. Et que le rythme des proc√©dures est peu adapt√© √† l’instantan√©it√© des r√©seaux sociaux.
Procédures lentes
Sur le site Internet du Canton, le projet de Bottens figure par exemple toujours sur la carte recensant les projets de parcs √©oliens. «C’est normal, explique Cornelis Neet. Cette carte fait partie de la 4e adaptation du plan directeur cantonal (PDCn). Nous avons bien √©t√© avertis du retrait du projet de Bottens, mais la carte ne pourra √™tre corrig√©e que dans le cadre de la prochaine adaptation du PDCn, qui devra elle-m√™me franchir plusieurs √©tapes.»
En attendant de nouvelles informations officielles, √† Villars-le-Terroir, Camille Allaz et ses amis projettent de distribuer des flyers aux habitants et r√©fl√©chissent √† la constitution d’une association. (TDG)
http://www.tdg.ch/suisse/eoliennes-peinent-sortir-brouillard/story/26504443

19/01/17 : Eoliennes et oiseaux: le probl√®me est plus s√©rieux qu’il n’en a l’air
Il est facile d’ironiser sur les quelques volatiles tu√©s par les pales des √©oliennes. Mais pour certaines esp√®ces, telles le gypa√®te barbu, une mortalit√© en tr√®s l√©g√®re hausse est une menace pour leur survie, explique Rapha√ęl Arlettaz, professeur √† l’Universit√© de Berne
Dans Le Temps du 29 novembre, on critique les ornithologues qui feraient du foin pour quelque 20 pauvres volatiles tu√©s par √©olienne bon an mal an. Certains promoteurs et politiciens consid√®rent que ce ne sont l√† que «peanuts, une √©olienne tuant moins qu’un chat», pour faire bref.
Le probl√®me n’est pas tant la mortalit√© induite par les √©oliennes, mais le fait qu’il s’agit d’une nouvelle cause de mortalit√© qui va s’ajouter aux pi√®ges d√©j√† existants: trafic routier et ferroviaire ainsi que b√Ętiments vitr√©s, en accroissement constant. Dans un monde de plus en plus technique, les populations d’oiseaux sauvages ne cessent pour la plupart de diminuer, essentiellement par perte d’habitats naturels. Comme il n’est pas possible d’augmenter leur taux de reproduction, pour conserver l’√©quilibre d√©mographique, on ne peut que tenter de r√©duire les facteurs de mortalit√©.
Pas de soucis à se faire pour les pinsons
Bien s√Ľr, les diff√©rentes esp√®ces d’oiseaux ne sont pas √©gales face au danger repr√©sent√© par les √©oliennes. Le pinson des arbres par exemple, esp√®ce abondante dans toute l’Europe, sentira √† peine les pertes occasionn√©es par quelques milliers de destins foudroy√©s lors des d√©placements migratoires. Il en va tout autrement des grands voiliers, naturellement rares, comme la cigogne, le milan royal, l’aigle royal ou le gypa√®te barbu (soit dit en passant rarement victime des chats!).
Prenons le cas du gypa√®te barbu, r√©introduit √† grands frais dans les Alpes, entre autres par le WWF suisse – qui semble soudain aveugl√©ment assujetti √† l’industrie √©olienne. Selon nos mod√®les d√©mographiques, une faible augmentation de mortalit√© pourrait avoir des cons√©quences fatales pour son avenir.
Le gypaète menacé
Les quelque 200 gypa√®tes barbus adultes qui forment actuellement la population alpine 30 ans apr√®s les premi√®res r√©introductions, affichent un taux de survie annuelle de 96%. C’est-√†-dire que 8 de ces 200 adultes meurent «naturellement» chaque ann√©e. Or, selon nos projections d√©mographiques, si 13 adultes au lieu de 8 devaient p√©rir bon an mal an, soit seulement 5 de plus, par exemple tu√©s par les √©oliennes projet√©es sur les cols et les cr√™tes, et ceci dans les Alpes prises dans leur ensemble, on devrait se faire du souci pour l’avenir de notre prince des airs r√©habilit√© √† grands frais!
Nos √©tudes √† l’Universit√© de Berne ne se contentent pas d’analyser les probl√®mes. Nous avons montr√© qu’une mani√®re de compenser la mortalit√© suppl√©mentaire caus√©e par les √©oliennes consisterait √† assainir les milliers de pyl√īnes √©lectriques suisses mal con√ßus qui √©lectrocutent des centaines, sinon des milliers de grands oiseaux (cigognes, rapaces diurnes et nocturnes, etc.). Justement ceux dont la reproduction est trop lente pour √©quilibrer une nouvelle source de mortalit√©. Las, cette strat√©gie compensatoire n’a jusqu’ici trouv√© gr√Ęce ni aupr√®s de l’administration f√©d√©rale, ni gu√®re d’ailleurs aupr√®s des ornithologues, alors qu’elle serait √† la fois pragmatique, car facile √† mettre en Ňďuvre, et doublement efficace si l’on songe aux pertes √©conomiques que les cas d’√©lectrocution entra√ģnent sur les r√©seaux de distribution.
Chauves-souris affectées aussi
Un autre groupe est potentiellement affect√© par les √©oliennes: les chauves-souris. Une √©tude d’un de nos √©tudiants en master a montr√© qu’en ne les faisant fonctionner, nuitamment, que lorsque le vent souffle √† plus de 5 m/s on √©viterait l’essentiel des collisions avec les pales: en effet les chauves-souris ne sont pratiquement pas actives √† la hauteur des pales lorsque le vent souffle au-del√† de cette valeur. Les chiropt√®res se rabattent alors vers le sol et le couvert des arbres pour chasser. La perte de production d’√©nergie entra√ģn√©e par cette mesure toute simple est infime car les √©oliennes ne produisent que tr√®s peu d’√©lectricit√© √† basse vitesse.
Le d√©veloppement de l’√©olien se doit non seulement d’appliquer le principe de pr√©caution, normalement cher aux √©lus √©cologistes, mais √©galement faire l’objet d’une stricte planification du territoire. D’autant plus qu’il s’agit d’infrastructures techniques qui sont souvent implant√©es dans des paysages encore relativement intacts et hors des zones constructibles.
Espace alpin des grands rapaces
La solution pour assurer la coexistence entre, par exemple, les milans, les cigognes, les craves, les aigles, les gypa√®tes et les √©oliennes consiste √† √©viter de les √©riger dans les secteurs les plus fr√©quent√©s par ces grands voiliers. Nous sommes justement en train de construire des mod√®les pr√©dictifs de l’utilisation de l’espace alpin par ces rapaces.
Une fois crois√©s avec les cartes du potentiel √©olien, ces mod√®les spatiaux devraient permettre de d√©finir des zones et des conditions √† √©viter absolument pour l’implantation des turbines, en raison de conflits potentiels trop √©lev√©s. En d’autres termes, on pourrait ainsi v√©ritablement planifier le d√©ploiement de l’industrie √©olienne au lieu, comme c’est le cas actuellement, de r√©agir au coup par coup lorsqu’un projet sort des tiroirs. Notre groupe de recherche est en qu√™te de financement pour une telle mod√©lisation sur l’ensemble des Alpes suisses. Voil√† donc une approche pragmatique et soucieuse du d√©veloppement durable.
Nos √©lus verts sont tr√®s engag√©s dans la promotion des √©nergies renouvelables, mais il ne faudrait pas pour autant qu’ils d√©laissent la protection du paysage, de la nature et de la faune. Qui s’en soucierait sinon?
https://www.letemps.ch/opinions/2017/01/19/eoliennes-oiseaux-probleme-plus-serieux-quil-nen-lair

12/01/17 : Record pour les √©oliennes ▭
Un record √† la centrale √©olienne du Mont-Crosin. En 2016, la station bernoise a produit quelques 57 millions de kilowattheures. Cela correspond √† la consommation de 13'000 m√©nages. Le remplacement des quatre plus anciennes turbines par des engins plus performants a permis d’atteindre ce chiffre. Les nouvelles machines ont √©gal√© en deux mois la production annuelle enregistr√©e par les autres turbines. De quoi r√©jouir le groupe BKW Energie, qui exploite le site.
http://www.rjb.ch/rjb/Actualite/Region/20170112-Record-pour-les-eoliennes.html

12/01/17 : BKW: le parc éolien de Juvent augmente sa production électrique en 2016
Berne (awp) - Le parc √©olien de Juvent, coentreprise de BKW, des services industriels b√Ęlois, d'AEW, de Groupe E Greenwatt et de la Soci√©t√© des forces motrices de la Goule, a augment√© en 2016 sa production d'√©lectricit√© de 1,8% √† 57 mio de kilowattheures (kWh), a annonc√© jeudi l'√©nerg√©ticien bernois. Le remplacement de quatre √©oliennes par des mod√®les plus performants a permis d'accro√ģtre la production.
La production énergétique de l'année dernière correspond à la consommation d'électricité d'environ 13'000 foyers. Juvent table à partir de 2017 sur une production annuelle d'environ 70 mio de kWh, correspondant à la consommation annuelle de plus de 15'000 ménages, selon un communiqué.
Les travaux de modernisation se poursuivront au printemps.
http://www.romandie.com/news/BKW-le-parc-eolien-de-Juvent-augmente-sa-production/767796.rom

17/12/16 : Les raisons de la colère contre l'armée
Eoliennes : Les m√©thodes de la «grande muette» dans le dossier √©olien passent tr√®s mal. Tant sur le fond que sur la forme.
L’√©tude d’Armasuisse qui paralyse dix futurs parcs √©oliens vaudois √† cause des radars militaires a f√Ęch√© les cantons de Vaud et de Fribourg. La conseill√®re d’Etat Jacqueline de Quattro (PLR/VD), cheffe du D√©partement du territoire et de l’environnement, a d√©nonc√© un «message catastrophique» en provenance de Berne. Pourtant, les restrictions impos√©es par l’arm√©e n’√©taient pas une d√©couverte. Et l’√©tude d’Armasuisse, pr√©sent√©e le 8 d√©cembre dernier √† Payerne, √©tait attendue depuis des mois. Alors, pourquoi cette mauvaise humeur?
Premier motif: les restrictions de l’arm√©e ont pris des proportions que personne n’attendait. «Nous avons d√©couvert que le p√©rim√®tre qui pose probl√®me autour de l’a√©rodrome de Payerne s’√©tend sur certains axes jusqu’√† 40 kilom√®tres et touche dix parcs √©oliens, alors qu’auparavant c’√©tait un rayon de 20 kilom√®tres qui √©tait soumis √† d’√©ventuelles restrictions et qui portait sur cinq parcs», rappelle Cornelis Neet, directeur g√©n√©ral de l’Environnement du Canton de Vaud. D√©sormais, trois parcs √©oliens vaudois se retrouvent, tout ou partie, en «zone d’exclusion» tandis que sept autres parcs sont «soumis √† r√©serve». On retrouve m√™me une partie du parc de Provence en zone d’exclusion, alors que le D√©partement f√©d√©ral de la d√©fense (DDPS) l’avait approuv√© deux fois dans le pass√©.
«Restrictions inimaginables»
Cette mauvaise nouvelle avait √©t√© donn√©e en primeur par courrier au Conseil d’Etat vaudois en octobre dernier et fait sortir Jacqueline de Quattro de sa r√©serve: en s√©ance du Grand Conseil, elle avait enjoint le DDPS √† revoir ses radars, «ce serait mieux contre les crashs d’avions» (sic). A Fribourg aussi, l’√©tude d’Armasuisse agit comme un sac de poil √† gratter: «Nous savions que cette √©tude √©tait en route et le DDPS nous avait assur√© qu’il «n’y aurait pas de gros probl√®me»… Tout √† coup, nous d√©couvrons des restrictions inimaginables», fulmine le conseiller aux Etats Beat Vonlanthen (PDC/FR).
Deuxi√®me motif de mauvaise humeur: la curieuse fa√ßon dont le DDPS a communiqu√© cette √©tude. Le contenu a √©t√© d√©voil√© par les Forces a√©riennes et Armasuisse lors de la conf√©rence de presse, le 8 d√©cembre, avant m√™me que les Cantons ou les porteurs de projets √©oliens ne soient inform√©s du contenu. Ils ont eu droit √† un bref topo une heure avant les journalistes. «On ne peut pas balancer une √©tude qui a de pareilles cons√©quences avec une telle l√©g√®ret√©! commente le conseiller national Daniel Br√©laz(Verts/VD). D’autant plus qu’elle n’a fait l’objet d’aucun arbitrage: Armasuisse d√©finit des zones d’interdiction en se basant sur les exigences internes de je-ne-sais-quel grad√©.»
«Irritation» √† Berne
Maladresse ou volont√© d√©lib√©r√©e? Cette fa√ßon de faire a en tout cas interpell√© jusqu’au Conseil f√©d√©ral. Doris Leuthard, en charge du D√©partement f√©d√©ral de l’environnement (DETEC), n’a √©t√© mise au courant de la conf√©rence de presse que la veille, selon son D√©partement. Lequel pr√©cise que ces informations ont provoqu√© «une certaine irritation». Conscients d’avoir allum√© une longue cha√ģne de p√©tards, les communicants du DDPS ont essay√© de calmer le jeu lors de la conf√©rence de presse: «Nous avions beaucoup de questions au sujet de cette √©tude, nous voulions informer tout de suite avant que les informations ne sortent par la bande», expliquait alors Karin Suini, porte-parole romande du DDPS. Et il n’y a rien de d√©finitif, pr√©cisait de son c√īt√© Bruno Locher, chef de Domaine au DDPS: «Cette √©tude n’est qu’une base qui permettra de discuter avec les cantons d√®s le d√©but de 2017.»
Pas de quoi calmer les cantons, constern√©s par la fa√ßon de faire autant que par l’√©tude. «C’est le moment que Guy Parmelin nous montre que cela sert √† quelque chose d’avoir un conseiller f√©d√©ral vaudois», lance Roger Nordmann, pr√©sident du groupe socialiste aux Chambres f√©d√©rales. Guy Parmelin n’a pas voulu r√©pondre √† notre demande d’interview, mais il fait savoir par son service de presse qu’il «souhaite un travail d’√©quipe entre les cantons concern√©s et son D√©partement, et attend des avanc√©es et des r√©sultats concrets dans ce dossier». Il avertit que «son souci premier est la s√©curit√© des pilotes. Sur cet aspect-ci il n’y aura pas de compromis», mais il se dit «persuad√© qu’une solution concert√©e et pragmatique est possible pour garantir l’un et l’autre, la s√©curit√© des pilotes et le d√©fi √©nerg√©tique».
Analyse pour Provence
Concernant le futur parc de Provence, le DDPS va en tout cas initier tout de suite «une analyse sp√©cifique». C’est du moins ce qui a √©t√© annonc√© aux responsables de Romande Energie, lors d’une r√©union qui s’est tenue jeudi √† Berne. «Une s√©ance constructive o√Ļ chacun a pu faire part de son point de vue sur l’√©tude d’Armasuisse», indique Karin Devalte, porte-parole du g√©ant √©lectrique. Une nouvelle rencontre est agend√©e en f√©vrier «pour √©voquer les premiers r√©sultats de cette analyse et dans l’optique de chercher une solution acceptable pour les deux parties». Comme les cantons, les promoteurs √©oliens sont impatients de pouvoir trouver «une solution pragmatique» avec le DDPS. (24 heures)

10/12/16 : L’arm√©e parachute une √©tude contre les √©oliennes
Col√®reSans crier gare, le D√©partement de la d√©fense d√©boule avec une carte d’exclusion et de restrictions des √©oliennes. Le Conseil d’Etat vaudois est f√Ęch√© par le timing et le proc√©d√©.
On le pressentait, c’est confirm√©. L’arm√©e va paralyser plusieurs parcs d’√©oliennes dans la Broye et le Nord vaudois. La carte pr√©sent√©e vendredi matin par le D√©partement de la d√©fense (DDPS) √† Payerne d√©finit carr√©ment des zones d’exclusion pour les moulins √† vent. Une √©tude men√©e par des sp√©cialistes d’Armasuisse (lire ci-dessous) d√©finit d√©sormais une zone «d’exclusion» des √©oliennes autour de l’a√©rodrome militaire de Payerne. Le p√©rim√®tre comprend un quart du futur parc de Provence (dix-sept √©oliennes en projet), la moiti√© du parc de Tous-Vents (sept) et la totalit√© du parc de Vaud’Air (six). Ce n’est pas tout: elle dessine aussi une zone «sujette √† r√©serve», laquelle exigera de nouvelles √©tudes et des n√©gociations avec les promoteurs. Cela concerne m√™me le projet d’EolJorat Sud (huit √©oliennes), port√© par Lausanne. «Cette √©tude n’a pas de force de loi, mais elle constitue une base sur laquelle le DDPS travaillera d√©sormais pour les autorisations», annonce Bruno Locher, chef du Domaine espace et environnement au DDPS. Les p√©rim√®tres touchent surtout les cantons de Vaud et de Fribourg, mais aussi une partie de Berne et de Neuch√Ętel.
Une bombe politique
D√©voil√©e vendredi matin sans pr√©avis aux cantons concern√©s, la carte a fait l’effet d’une bombe politique. Le Conseil d’Etat vaudois s’insurge contre la mani√®re de faire.«C’est inacceptable! lance Jacqueline de Quattro, la conseill√®re d’Etat vaudoise en charge du Territoire et de l’environnement. La Conf√©d√©ration a approuv√© la planification √©olienne vaudoise de 2015, cela fait d√©j√† une ann√©e. On savait que cette √©tude √©tait en cours, nous avions demand√© des informations pour positionner les parcs, mais sans r√©ponse en retour.» Alors que la Conf√©d√©ration affirme attendre du canton de Vaud qu’il produise 25% √† 30% de l’√©nergie √©olienne pour toute la Suisse, elle fait aujourd’hui un pas en arri√®re incompr√©hensible, selon la ministre PLR: «Les Vaudois sont pr√™ts √† sortir du nucl√©aire et √† miser sur les renouvelables. On leur demande de consommer moins, ou diff√©remment. Mais si Berne envoie des messages contradictoires, c’est catastrophique.»
«Les Vaudois sont pr√™ts √† miser sur les renouvelables. Si Berne envoie des messages contradictoires, c’est catastrophique»
Le DDPS ne r√©pondra pas aujourd’hui sur le terrain politique. L’√©tude va d’abord √™tre officiellement livr√©e aux cantons, puis des discussions d√©marreront au d√©but de 2017. Le conseiller f√©d√©ral Guy Parmelin (UDC/VD) n’a pas souhait√© s’exprimer vendredi. En attendant, le Canton de Vaud a pris sa calculette, pour mesurer qu’un potentiel de 555 gigawattheures d’√©nergie √©olienne est menac√© √† terme. Soit l’√©quivalent de la consommation de 315 000 Vaudois. Ce n’est pas rien.
Romande Energie avertit
Ces restrictions constituent une «mauvaise surprise» pour Romande Energie, qui porte le projet de Provence. Deux pr√©avis positifs avaient pourtant √©t√© √©mis par le DDPS en 2013 et en 2014. Une r√©union pour explications est agend√©e la semaine prochaine. D’ores et d√©j√†, Romande Energie avertit la Conf√©d√©ration: rappelant qu’elle s’est «fortement impliqu√©e dans ce projet et que d’importants frais ont d√©j√† √©t√© engag√©s, notamment pour les √©tudes de faisabilit√©», elle affirme que sa «priorit√© reste de le concr√©tiser. Si cela ne devait pas √™tre le cas, il n’est pas exclu qu’une demande de d√©dommagement soit formul√©e.» Au comit√© romand de Suisse-Eole, Lionel Perret s’√©tonne de «la fa√ßon de faire du DDPS, qui nous tient √† l’√©cart de son √©tude, puis la livre aux m√©dias avant les cantons». Il croise les doigts: «Il reste √† esp√©rer que cette carte n’est qu’une base de travail et que des interdictions ne seront pas d√©cr√©t√©es mordicus. Et pour cette zone jaune, √† laquelle on ne s’attendait pas, il faut au moins esp√©rer que le DDPS mette des ressources pour participer aux √©tudes.»
http://www.24heures.ch/vaud-regions/L-armee-parachute-une-etude-contre-les-eoliennes/story/21930387

09/12/16 : «Le message de Berne pour les √©oliennes est catastrophique»
Jacqueline de QuattroUne étude du Département de la Défense confirme que les avions militaires de Payerne empêcheront certains parcs vaudois de voir le jour. Colère de la conseillère d'Etat.
Le Département fédéral de la Défense (DDPS) a présenté ce vendredi ses nouvelles zones d'exclusion ou de restrictions pour les éoliennes autour de l'aérodrome de Payerne.
Ces zones ont √©t√© dessin√©es selon une √©tude men√©e par des sp√©cialistes d'Armasuisse. Douche froide pour les pro-√©oliens: la zone dite «d'exclusion» condamne un quart du futur parc de Provence, la moiti√© de Tous-Vents et l'int√©gralit√© du parc de Vaud'Air. La zone de restrictions exige de nouvelles √©tudes d'impact pour les parc d' EolJorat Nord, d'EolJorat Sud, de Grandsonnaz, de Grandevent, de Vuarrens et les projets de Bottens et Chavanne sur Moudon (actuellement √† l'arr√™t).
Questions à Jacqueline de Quattro, la conseillère d'Etat vaudoise en charge du Territoire et de l'Environnement.
Vous attendiez-vous à ces zones d'exclusion décrétées par le Département de la Défense (DDPS)?
Non, et la manière dont le Département de la Défense nous dévoile aujourd'hui ces zones d'interdiction n'est pas acceptable. La Confédération a approuvé notre planification éolienne de 2015, cela fait déjà une année. On savait que cette étude d'ArmaSuisse était en cours, nous avons donc demandé des informations pour positionner les parcs, mais sans avoir pu avoir accès à des informations. A Provence, le porteur du projet a déjà consulté deux fois le DDPS et a reçu des préavis positifs. Les autorités fédérales s'exposent à devoir payer des dommages et intérêts aux promoteurs.
Mais vous saviez qu'il y aurait des restrictions?
On s'y attendait, mais pas dans cette proportion. On d√©couvre que trois parcs seraient √† exclure, en partie ou totalement, cela repr√©sente 112 gigawattheures de notre production. Et sept autres site doivent de nouveau √™tre analys√©s, comme EolJorat Sud qui a d√©j√† pass√© le stade de la mise √† l'enqu√™te et en est √† celui du traitement des recours. Le tout additionn√©, cela met en p√©ril la production de plus 550 gigawattheures, l'√©quivalent de la moiti√© du potentiel de production vaudois. Cet √©t√© encore, l'Office f√©d√©ral de l'Energie nous affirmait que Berne attendait du canton de Vaud qu'il produise 25% √† 30% de l'√©nergie √©olienne de toute la Suisse. Le probl√®me, c'est que nous avons des radars qui ne sont plus assez performants √† Payerne et qui devraient √™tre remplac√©s. Il n'est pas coh√©rent d'exclure des parcs √† cause de la v√©tust√© des radars, qui ne peuvent pas distinguer une √©olienne d'un avion, et de nous demander d'un autre c√īt√© de miser sur l'√©olien.
Est-ce que cela met en péril la concrétisation des parcs ou ce n'est qu'un obstacle de plus?
Il est vrai que les obstacles sont nombreux. L'alouette lulu, le grand t√©tra, les chauves souris, la projection de gla√ßons ou Skyguide et les restrictions militaires provoquent des discussions depuis des ann√©es. Mais ce qui est grave aujourd'hui, c'est l'incoh√©rence du message. Les Vaudois sont pr√™ts √† sortir du nucl√©aire et √† miser sur les renouvelables. Nous devons travailler, discuter, convaincre la population, pour que les gens acceptent des m√Ęts, des installations g√©othermiques ou de la biomasse. On leur demande de consommer moins, ou diff√©remment. Mais si des messages contradictoires viennent de Berne, c'est catastrophique. A quelques mois du vote sur la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050, c'est un tr√®s mauvais signal. Dans ces conditions, on aura de la peine √† concr√©tiser dans les temps une sortie du nucl√©aire.
http://www.24heures.ch/vaud-regions/message-berne-eoliennes-catastrophique/story/12820447

09/12/16 : L'armée suisse revoit sa régulation vis-à-vis des éoliennes
L'armée suisse reconsidère son règlement envers les éoliennes. Elle a présenté vendredi à Payerne VD une nouvelle étude qui remplace "la zone spéciale" de 20 km contre les hélices autour de la base. Le canton de Vaud et Suisse Eole ne cachent pas leur mécontentement.
"Les √©oliennes, c'est un dossier d√©licat, et le D√©partement de la d√©fense (DDPS) a souvent d√Ľ donner des pr√©avis n√©gatifs, notamment dans le canton de Vaud", a indiqu√© Bruno Locher, chef territoire et environnement au DDPS. A cause des tensions sur ce sujet, l'arm√©e pr√īne maintenant "la transparence" et va publier l'√©tude que ses sp√©cialistes ont r√©alis√©e.
Armée prudente
La recherche aboutit à des zones rouges et jaunes, les premières ayant un impact fortement négatif sur la cohabitation entre radars, avions de chasse et éoliennes, les secondes nettement moins. Souhaitant savoir quels impacts sur quels projets de parcs d'éoliennes aurait cette décision, la presse n'a pas obtenu de réponse.
Message principal: l'étude n'a pas force de loi, "la porte reste ouverte, elle n'est pas fermée" et les discussions vont commencer entre les différentes parties, selon Bruno Locher. La nouvelle étude donne des appréciations "plus nuancées" qui seront soumises à des arbitrages, a-t-il insisté, en se gardant de toutes précisions.
Communication nuancée
Dans son intervention, le responsable s'est montré moins catégorique que ce que l'on peut lire dans un résumé de l'étude. En rouge, il est question de zones qui rendent "impossible tout projet éolien".
Pour les radars militaires, la rotation des √©oliennes repr√©sente notamment "une signature" difficile √† interpr√©ter avec certitude. Contrairement √† ceux de Skyguide, ils doivent conna√ģtre aussi ce qui se passe au sol, dans des configurations tr√®s restreintes.
Alarmant, selon Vaud
Pour les surfaces "en orange", l'étude parle de "zones sujettes à réserve" et nécessitant des analyses en profondeur. La nouvelle carte "remplace" la règle des 20 km et offre "une base d'évaluation différenciée" pour la planification à venir. "L'objectif est d'aider les promoteurs de parcs éoliens", assure l'armée.
Interrog√© par l'ats, le canton de Vaud ne go√Ľte gu√®re la nouvelle √©tude du DDPS. Il la fera analyser de mani√®re approfondie par ses services. A premi√®re vue, cela para√ģt "alarmant" pour la planification √©olienne vaudoise, note le D√©partement du territoire et de l'environnement (DTE).
Planification menacée
Si l'on suit la nouvelle étude du DDPS, "la moitié" de cette planification est touchée. Un quart du parc éolien de Provence, la moitié de Tous-Vents et l'intégralité de Vaudair sont à exclure. De la sorte, 112 GWh ne pourraient pas être produits, soit la consommation de 25'000 ménages.
Des parcs éoliens devraient être en outre analysés en détail, dont certains qui en sont déjà au stade des recours devant la justice. Le canton de Vaud mentionne EolJorat Nord, EolJorat Sud, Bottens (en arrêt), Chavanne-sur-Moudon (en arrêt), Grandsonnaz, Grandevent et Vuarrens.
Fribourg touché
Dans un communiqu√©, Suisse Eole exprime son m√©contentement apr√®s la pr√©sentation de l'√©tude de l'arm√©e. L'association rel√®ve que la planification √©olienne fribourgeoise sera √† r√©√©valuer avec presque l'entier des secteurs dans des zones sujettes √† r√©serves ou en zones d'exclusion. Neuch√Ętel et Berne sont aussi touch√©s.
Suisse Eole dénonce "un manque de coordination total". Cette étude "met en cause des sites en phase de développement avancé dont certains ont déjà reçu des préavis positifs du DDPS et de l'Office fédéral de l'aviation civile".
http://www.swissinfo.ch/fre/l-arm%C3%A9e-suisse-revoit-sa-r%C3%A9gulation-vis-%C3%A0-vis-des-%C3%A9oliennes/42751002

09/12/16 : L'armée revoit son approche des éoliennes
L'arm√©e pr√īne d√©sormais «la transparence» et va publier l'√©tude sur les √©oliennes que ses sp√©cialistes ont r√©alis√©e.
Le D√©partement de la d√©fense a souvent d√Ľ donner des pr√©avis n√©gatifs, «notamment dans le canton de Vaud».
L'arm√©e suisse reconsid√®re son r√®glement envers les √©oliennes. Elle a pr√©sent√© vendredi √† Payerne (VD) une nouvelle √©tude qui remplace «la zone sp√©ciale» contre les h√©lices dans un rayon de 20 km autour de la base a√©rienne.
«Les √©oliennes, c'est un dossier d√©licat, et le D√©partement de la d√©fense a souvent d√Ľ donner des pr√©avis n√©gatifs, notamment dans le canton de Vaud», a indiqu√© Bruno Locher, chef territoire et environnement au DDPS. A cause des tensions sur ce sujet, l'arm√©e pr√īne maintenant «la transparence» et va publier l'√©tude que ses sp√©cialistes ont r√©alis√©e.
La recherche aboutit à des zones rouges et jaunes, les premières fortement négatives à la cohabitation entre radars, avions de chasse et éoliennes, les secondes nettement moins. Souhaitant savoir quels impacts sur quels projets de parcs d'éoliennes aurait cette décision, la presse n'a pas obtenu de réponse.
Message principal: l'√©tude n'a pas force de loi, «la porte reste ouverte, elle n'est pas ferm√©e» et les discussions vont commencer entre les diff√©rentes parties, selon Bruno Locher. La nouvelle √©tude donne des appr√©ciations «plus nuanc√©es» qui seront soumises √† des arbitrages.
http://www.24heures.ch/suisse/armee-revoit-approche-eoliennes/story/19820518

  09/12/16 : Nouvelles normes pour la construction d’√©oliennes √† proximit√© de la Base a√©rienne de Payerne. Le DDPS a examin√© l’influence des √©oliennes sur le fonctionnement de la base a√©rienne de Payerne en termes de s√©curit√© de vol et de surveillance de l’espace a√©rien. Le but de cette √©tude √©tait de garantir la s√©curit√© de vol et d’am√©liorer les bases de planification pour de tels projets de construction. Elle remplace l’ancien mod√®le, qui d√©finissait une zone sp√©ciale (zone sous r√©serve de coordination) d’un rayon de 20 km autour de la base a√©rienne.
http://www.romandie.com/news/Nouvelles-normes-pour-la-construction-drsquoeoliennes-a-proximite-de-la-Base-/760174.rom

07/12/16 : Le vent s’est remis √† souffler sur un projet √©olien
Villars-le-Terroir : La Municipalit√© de Villars-le-Terroir a livr√© lundi √† son conseil de plus amples informations sur un projet potentiel
La société Romande Energie a relancé les études préalables a un projet d'implantation de parc éolien sur la commune de Villars-le-Terroir au Nord d'Echallens.
Le vent s’est remis √† souffler sur un projet de parc √©olien du c√īt√© de Villars-le-Terroir. Lundi lors de la s√©ance du Conseil communal de cette commune voisine d’Echallens, plusieurs informations ont √©t√© livr√©es par le syndic Eric Glauser. Un point de situation bienvenu puisqu’en d√©but de s√©ance, une interpellation avait √©t√© soutenue pour presser la Municipalit√© de lever le voile sur le sujet.
«Si on ne vous a rien dit pendant cinq ans, c’est qu’il ne s’est rien pass√©!» s’est d’embl√©e justifi√© le chef de l’Ex√©cutif. Le projet remonte donc √† 2011, ann√©e durant laquelle la commune a sign√© un contrat d’exclusivit√© avec les soci√©t√©s Romande Energie et Alpiq au sujet de l’√©tude de l’implantation d’un projet de parc √©olien. La seconde soci√©t√© s’est depuis retir√©e du projet.
Le projet n’ayant pas √©t√© retenu dans la premi√®re s√©lection cantonale, il n’a ensuite plus √©volu√©. Mais en mars 2015, la Romande Energie a recontact√© la Municipalit√©, qui a donn√© son accord pour la reprise des √©tudes. Un mat de mesure a donc √©t√© install√© en octobre 2015 et un rapport interm√©diaire a √©t√© √©tabli apr√®s sept mois de mesures. Selon ce dernier, le site qualifi√© de «favorable» pourrait laisser esp√©rer une production de 31 GWh par an, soit l’√©quivalent de la consommation d’une petite moiti√© des m√©nages du district (8600 m√©nages).
Aucune d√©cision formelle n’a toutefois √©t√© prise. Des mesures suppl√©mentaires vont √™tre effectu√©es d√®s janvier prochain avec un sodar, appareil utilisant des ondes sonores pour mesurer la force des vents jusqu’√† une hauteur de 200 m√®tres. Et ce n’est qu’en juin prochain, sur la base de ces mesures, qu’une d√©cision finale de lancement d’un projet d’implantation d’√©oliennes sera prise.
Le syndic a promis que des informations seraient d√©sormais livr√©es au conseil √† chacune de ses s√©ances. Et qu’en cas de lancement d’un projet concret, une d√©marche participative √©tait pr√©vue √† l’automne prochain. «Evitons donc pour l’instant de nous prononcer sur du vent», a conclu Eric Glauser.
http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/vent-s-remis-souffler-projet-eolien/story/17694757

05/12/16LE WWF S'ENGAGE EN FAVEUR DE L'√ČNERGIE √ČOLIENNE
Suisse Eole et le WWF vont renforcer leur collaboration pour faire aboutir davantage de projets éoliens.
Les promoteurs de l'énergie éolienne et le WWF s'engagent à rechercher ensemble des solutions consensuelles et défendables pour réaliser de nouveaux projets. L'objectif est de réaliser 400 installations jusqu'en 2035.
Les projets d'éoliennes suscitent souvent la controverse. La Suisse ne compte ainsi que 37 installations sur son territoire. Pourtant, l'expérience montre que moyennant une planification soigneuse, les projets éoliens peuvent être réalisés sans nuire à l'environnement.
Pour faire avancer les projets, Suisse Eole et le WWF renforcent leur collaboration pour discuter des critères d'évaluation, des mesures visant à protéger la nature et des défis auxquels est confronté le secteur de l'énergie éolienne. Toutes les organisations sont invitées à participer à des tables rondes.
L'objectif est de réaliser à moyen terme 400 nouvelles installations. Cela représente 3 à 5% de toute la production d'électricité en Suisse. Mais pour ce faire, il est nécessaire de clarifier les incertitudes liées à la mise en oeuvre par la Confédération et les cantons.
Suisse Eole et le WWF attendent toujours la Conception énergie éolienne de la Confédération, qui n'est toujours pas finalisée. Sans elle, la sécurité juridique ne pourra pas être améliorée pour les entreprises, les associations et les cantons.
http://www.lematin.ch/suisse/wwf-s-engage-faveur-lenergie-eolienne/story/29313488

05/12/16 : Le WWF et Suisse Eole vont faire front commun
Les deux parties s'engagent pour la réalisation du plan de l'Alliance Environnement prévoyant 400 éoliennes en 2035.
L’√©nergie √©olienne fait son chemin, m√™me parmi les d√©fenseurs de l’environnement. C’est le message qu’ont fait passer hier Suisse Eole et le WWF Suisse. Les deux organisations ont pr√©vu de s’entendre afin d’√©tablir un dialogue constructif sur l’exploitation de la force du vent. «Il ne s’agit pas d’un accord formel couch√© sur le papier», pr√©cise Isabelle Chevalley, conseill√®re nationale (Vert’lib./VD) et pr√©sidente de Suisse Eole. Convaincus que des solutions consensuelles et d√©fendables sont possibles, le WWF et Suisse Eole s’engagent en faveur de la r√©alisation de 400 installations, ce qui correspond au sc√©nario 2035 de l’Alliance-Environnement.
Par le pass√©, les deux organisations ont d√©j√† collabor√© de mani√®re positive. R√©unies autour d’une table ronde, elles discutent des crit√®res d’√©valuation des projets d’√©nergie renouvelable, des mesures de protection de l’environnement, des craintes ou des oppositions des associations de d√©fense de la nature. Ces derni√®res sont d’ailleurs invit√©es √† participer √† ce dialogue, soulignent le WWF et Suisse Eole.
Pas d’illusions
Isabelle Chevalley ne se berce cependant pas d’illusions. Si Greenpeace «est √† fond pour le d√©veloppement des √©nergies renouvelables», les relations avec Pro Natura et la Fondation suisse pour la protection et l’am√©nagement du paysage sont plus chaotiques. «Rien ne sert de discuter avec Pro Natura Suisse si les sections cantonales font syst√©matiquement recours contre les projets d’√©oliennes, soupire la conseill√®re nationale. Si les sections ne sont pas li√©es par les engagements de l’association fa√ģti√®re, il n’y a pas d’accord possible.»
Le fait que le WWF d√©pose des recours en son seul nom facilite grandement la discussion, selon Isabelle Chevalley. Et de citer les parcs √©oliens de Gries (VS) et de la Montagne de Buttes (NE) o√Ļ la collaboration a permis de faire avancer les dossiers. Tel n’est pas le cas avec les recours collectifs lanc√©s par Pro Natura, BirdLife Suisse, Helvetia Nostra et la Fondation pour le paysage. «Il n’est pas possible alors de convaincre toutes les parties, surtout que certaines sont oppos√©es par principe aux √©oliennes», explique la Vaudoise.
Confusion de niveau
Pour Nicolas W√ľthrich, responsable de l’information √† Pro Natura, il y a l√† une confusion de niveau. «Le WWF et Eole Suisse agissent au niveau de la planification globale. Et nous sommes, nous aussi, favorables √† l’objectif de l’Alliance-Environnement.» Mais Pro Natura intervient surtout √† l’√©chelle des projets pr√©cis, «lorsque la mise √† l’enqu√™te permet de savoir de quoi on parle et que l’on peut √©valuer l’impact de l’installation», explique le porte-parole romand. C’est alors que l’association va dire si un projet est satisfaisant ou non et, le cas √©ch√©ant, discuter des modifications qui peuvent √™tre apport√©es. «On nous accuse √† tort de manifester une opposition de principe aux √©oliennes, mais ce n’est pas le cas.»
Nicolas W√ľthrich souligne aussi le fait qu’un cadre l√©gal sur la protection de l’environnement existe. «En insistant pour que les promoteurs de l’√©nergie √©olienne s’y conforment, Pro Natura joue son r√īle dans la protection des esp√®ces», conclut-il. (TDG)
http://www.tdg.ch/suisse/wwf-suisse-eole-front-commun/story/24804721

05/12/16 : Vent frais pour l’√©nergie √©olienne: renforcer la collaboration pour trouver de bonnes solutions
L’√©nergie √©olienne est une source d’√©nergie durable importante pour la Suisse, en particulier durant les mois d’hiver. Malgr√© cet √©tat de fait, les projets d’installations √©oliennes suscitent souvent la controverse. Le WWF et Suisse Eole sont d’accord sur un point: moyennant une planification attentive, les int√©r√™ts de la protection de la nature et des esp√®ces ainsi que ceux de l’√©nergie √©olienne sont compatibles.
En mati√®re d’√©nergie √©olienne, la Suisse n’en est qu’√† ses d√©buts. Elle ne compte ainsi que 37 installations de ce genre sur son territoire. La production d’√©lectricit√© par le vent, avant tout en hiver, est pourtant essentielle et peut √™tre r√©alis√©e sans nuire √† l’environnement. Cette id√©e doit cependant encore faire son chemin aupr√®s de la population, des associations de d√©fense de l’environnement et des autorit√©s.
WWF et Suisse Eole sont convaincus que des solutions consensuelles et d√©fendables permettant la r√©alisation de projets √©oliens sont possibles dans de nombreux cas. Et ce tout en pr√©servant au maximum la nature et l’environnement. Les deux organisations se voient confirm√©es par les exp√©riences positives r√©alis√©es √† l’occasion de leur collaboration: r√©unis autour d’une table ronde, le WWF et Suisse Eole discutent des crit√®res d’√©valuation des projets d’√©nergie √©olienne, des mesures visant √† prot√©ger la nature, des craintes ou des oppositions des organisations de d√©fense de la nature et des d√©fis auxquels est confront√© le secteur de l’√©nergie √©olienne. Les r√©unions sont en outre ouvertes √† toutes les organisations. WWF et Suisse Eole souhaitent en effet que le dialogue sur l’√©nergie issue du vent soit le plus large possible. L’objectif est d’ouvrir la voie √† la r√©alisation de 400 installations de ce genre, ce qui correspond au sc√©nario 2035 de l’Alliance-Environnement.
Pour que ce projet puisse devenir r√©alit√©, il est n√©cessaire de clarifier les incertitudes li√©es √† la mise en Ňďuvre par la Conf√©d√©ration et les cantons. Sans la Conception √©nergie √©olienne de la Conf√©d√©ration, qui n’est toujours pas finalis√©e, ni le manuel EIE, attendu depuis des ann√©es, la s√©curit√© juridique ne pourra pas √™tre am√©lior√©e pour les entreprises, les associations et les cantons.
L’approvisionnement √©lectrique par le vent – qui compl√®te la production hydraulique et solaire en hiver – est incontournable en Suisse. Elle est un √©l√©ment important d’un approvisionnement √©nerg√©tique durable, financi√®rement supportable et m√©nageant l’environnement.
http://www.agglotv.com/?p=45658
05/12/16 : Le WWF s'engage en faveur de l'énergie éolienne
Suisse Eole et le WWF vont renforcer leur collaboration pour faire aboutir davantage de projets éoliens.
L'objectif est de réaliser à moyen terme 400 nouvelles installations.
Les promoteurs de l'énergie éolienne et le WWF s'engagent à rechercher ensemble des solutions consensuelles et défendables pour réaliser de nouveaux projets. L'objectif est de réaliser 400 installations jusqu'en 2035.
Les projets d'éoliennes suscitent souvent la controverse. La Suisse ne compte ainsi que 37 installations sur son territoire. Pourtant, l'expérience montre que moyennant une planification soigneuse, les projets éoliens peuvent être réalisés sans nuire à l'environnement.
Pour faire avancer les projets, Suisse Eole et le WWF renforcent leur collaboration pour discuter des critères d'évaluation, des mesures visant à protéger la nature et des défis auxquels est confronté le secteur de l'énergie éolienne. Toutes les organisations sont invitées à participer à des tables rondes.
L'objectif est de réaliser à moyen terme 400 nouvelles installations. Cela représente 3 à 5% de toute la production d'électricité en Suisse. Mais pour ce faire, il est nécessaire de clarifier les incertitudes liées à la mise en oeuvre par la Confédération et les cantons.
Suisse Eole et le WWF attendent toujours la Conception énergie éolienne de la Confédération, qui n'est toujours pas finalisée. Sans elle, la sécurité juridique ne pourra pas être améliorée pour les entreprises, les associations et les cantons.
http://www.tdg.ch/suisse/wwf-s-engage-faveur-lenergie-eolienne/story/29313488

29/11/16 : «Les √©oliennes, un risque √† √©tudier»
Lionel Maumary conna√ģt bien les mŇďurs des oiseaux et les d√©g√Ęts que les pales peuvent leur infliger.

http://www.lacote.ch/articles/regions/district-de-nyon/les-eoliennes-un-risque-a-etudier-606823

28/11/16 : Une éolienne tue près de 21 oiseaux par an
Les √©oliennes ne font pas le bonheur des riverains et encore moins des oiseaux. Chaque ann√©e de nombreux oiseaux nicheurs et migrateurs meurent apr√®s une collision avec ces installations. Une √©tude sur le sujet vient d’√™tre publi√©e par l’Office f√©d√©ral de l’environnement et r√©alis√©e par la Station ornithologique de Sempach. Une premi√®re au niveau suisse et international. Elle a √©t√© r√©alis√©e sur le site √©olien du Peuchapatte dans les Franches-Montagnes.
Les petits oiseaux principalement touchés
La conclusion est sans appel : chaque √©olienne fait en moyenne pr√®s de 21 victimes par an. Les recherches ont eu lieu entre mars et novembre de l’ann√©e derni√®re dans un rayon de 50 √† 100 m√®tres autour des trois installations. Les victimes de collisions sont principalement de petits oiseaux volant de nuit comme les roitelets et les grives mais aussi des martinets et des colverts. La plupart des cadavres radiographi√©s pr√©sentent des fractures des os. Si les collisions ont surtout √©t√© observ√©es pendant les p√©riodes de migration au printemps et en automne, elles ne se sont pas limit√©es √† ces p√©riodes.
La météo aussi en cause
Les conditions de visibilit√© li√©es √† la m√©t√©o sont aussi mises en cause. Un param√®tre, qui selon les chercheurs, doit pouvoir influencer d’√©ventuelles restrictions d’exploitation des √©oliennes. Ces r√©sultats ne valent que pour des installations situ√©es sur les cr√™tes jurassiennes ou sur des topographies similaires et non dans les Alpes et sur le Plateau suisse. Les auteurs de l’√©tude ajoutent enfin que d’autres recherches seraient n√©cessaires pour √©valuer l’influence des √©oliennes plus grandes ou plus hautes sur le flux migratoire.
Des chiffres positifs pour Alpiq
De son c√īt√© Alpiq a pris connaissance des r√©sultats avec satisfaction. La compagnie qui g√®re le parc √©olien du Peuchapatte estime que le nombre d'oiseaux touch√©s est relativement faible. Cela prouve que la cohabitation des √©oliennes et de l'avifaune est possible. Alpiq n'entend prendre aucune mesure de protection suppl√©mentaire. /gwe
http://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20161128-Une-eolienne-tue-pres-de-21-oiseaux-par-an.html

28/11/16 : Une étude sur les éoliennes sème le vent de la discorde
La Station ornithologique de Sempach estime √† une vingtaine le nombre de volatiles victimes chaque ann√©e des pales d’une √©olienne. Aspo/BirdLife r√©agit. SuisseEole proteste
L’Association suisse pour la protection des oiseaux (Aspo/BirdLife) est surprise: jusqu’√† lundi, elle partait de l’id√©e que les √©oliennes faisaient une dizaine de victimes par ann√©e. Or, l’√©tude, premi√®re du genre, publi√©e par l’Office f√©d√©ral de l’√©nergie (OFEN) estime le nombre de volatiles tu√©s par les pales de ces installations deux fois plus √©lev√©. L’OFEN parle de 20,7 oiseaux par √©olienne.
R√©alis√©e par la Station ornithologique de Sempach, l’√©tude a port√© sur les trois h√©lices install√©es au Peuchapatte, √† 1100 m√®tres d’altitude sur la commune jurassienne de Muriaux. Les m√Ęts font 150 m√®tres de haut. Les chercheurs de Sempach ont retrouv√© 51 restes d’oiseaux dans un rayon de 50 √† 100 m√®tres autour des installations. Vingt ont √©t√© enregistr√©s comme victimes des pales. Des huit cadavres radiographi√©s, six «ont montr√© des signes √©vidents de fractures».
«Pas plus qu'un chat!»
En int√©grant des facteurs de correction √† cet √©chantillonnage, l’institut de Sempach parvient √† un total m√©dian de 62 victimes par ann√©e, ce qui fait 20,7 par √©olienne. Mais attention: pour plusieurs raisons, l’√©tude ne peut √™tre extrapol√©e sur l’ensemble de la Suisse. La densit√© migratoire n’est pas la m√™me dans le Jura que dans les Alpes ou sur le Plateau et l’√©tude ne porte pas sur des √©oliennes plus hautes que celles du Peuchapatte.
Qui sont les victimes? Principalement de petits oiseaux volant de nuit comme les roitelets, les grives, ainsi que des martinets et des colverts. Les collisions ont surtout √©t√© observ√©es durant les p√©riodes de migration, mais «le lien entre l’intensit√© migratoire et le nombre de victimes pendant la migration est plus complexe qu’on ne pouvait le croire», pr√©vient l’OFEN.
Pour Aspo/BirdLife, ce r√©sultat est la preuve que «les sites d’installations d’√©oliennes doivent √™tre plus attentivement planifi√©s». L’organisation demande que ces m√Ęts de captage de l’√©nergie du vent soient exclus des habitats encore pr√©serv√©s utilis√©s par les oiseaux nicheurs. L’OFEN ne tire aucune conclusion de cette √©tude mais le rapport de la station de Sempach rel√®ve que le chiffre de 20,7 d√©passe la valeur envisag√©e pour d√©cr√©ter des restrictions d’exploitation.
Pr√©sidente de SuisseEole, la conseill√®re nationale Isabelle Chevalley (PVL/VD) est furieuse. «Une √©olienne ne tue pas plus d'oiseaux qu'un chat! Un premier rapport avait pr√©dit que 1700 oiseaux seraient les victimes des √©oliennes du Peuchapatte. On en a trouv√© 7 et on extrapole √† 20. Et aucune esp√®ce menac√©e n'est concern√©e. Cette √©tude n'offre aucune base scientifique permettant de dire qu'il faut arr√™ter des √©oliennes», s'emporte-t-elle.
https://www.letemps.ch/suisse/2016/11/28/une-etude-eoliennes-seme-vent-discorde

28/11/16Oiseaux migrateurs et √©nergie √©olienne: une premi√®re √©tude sur le nombre de victimes compte tenu de l’intensit√© migratoire
Les collisions entre les oiseaux migrateurs et les √©oliennes figurent parmi les principales pierres d’achoppement en mati√®re d’exploitation de l’√©nergie √©olienne. Pour √©valuer les effets des √©oliennes sur les oiseaux migrateurs, il convient de conna√ģtre d’une part, le nombre d’oiseaux qui passent √† proximit√© des √©oliennes et d’autre part, le nombre d’oiseaux victimes de ces installations. Sur mandat de l’Office f√©d√©ral de l’√©nergie, la Station ornithologique suisse de Sempach a r√©alis√© la premi√®re √©tude internationale permettant de conna√ģtre ces param√®tres. Pour ce faire, l’intensit√© migratoire a √©t√© mesur√©e √† l’aide d’un radar calibr√©, parall√®lement √† la recherche syst√©matique des victimes, sur le site du Peuchapatte (Jura). Selon les r√©sultats de l’√©tude, chaque √©olienne fait en moyenne 20,7 victimes par an.
http://www.romandie.com/news/Oiseaux-migrateurs-et-energie-eolienne-une-premiere-etude-sur-le-nombre-/756572.rom

28/11/16 : Une éolienne tue près de 21 oiseaux par année
Suisse : Les petites espèces migrant la nuit sont les principales victimes des éoliennes selon une étude menée dans le Jura.
Les collisions se produisent principalement pendant la période de migration au printemps et en automne.
Selon une première étude menée dans le Jura, près de 21 oiseaux entrent en collision chaque année avec une éolienne. Il s'agit d'une valeur médiane. Ce sont en grande majorité des petites espèces volant la nuit qui sont touchées.
L'étude réalisée par la Station ornithologique de Sempach sur mandat de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) s'est déroulée de février à mi-novembre 2015 au pied des trois éoliennes du site du Peuchapatte (JU), à 1100 mètres d'altitude. Les chercheurs ont relevé durant 85 jours toutes les victimes sur un périmètre de 100 mètres. Parallèlement, un radar a mesuré l'intensité de la migration en continu de janvier à novembre.
Résultat: l'évaluation prenant en compte plusieurs facteurs de correction donne pour les trois éoliennes un total médian de 62 victimes par année. Cela correspond à un nombre de collisions médian de 20,7 oiseaux tués par éolienne par année, indique lundi l'OFEN dans un communiqué.
Les chercheurs précisent que cette valeur médiane ne doit pas faire oublier qu'il y a une probabilité de 50% qu'il y ait un nombre de collisions supérieur à 20,7. Pour le minimum de 14,3 victimes par installation, cette probabilité se monte à 97%, et pour la valeur maximale de 29,6, elle est de 2,3%.
Les mesures radar montrent qu'au cours de la période d'étude, près de 1000 oiseaux pouvaient théoriquement courir un risque de collision au-dessus de 30 mètres de hauteur. Compte tenu du nombre de victimes recensées, le taux est de 2% d'oiseaux accidentés et de 98% d'évitement.
Seuil de restriction assez bas
La région étudiée, dans le Jura suisse, voit passer beaucoup d'oiseaux migrateurs. La médiane de 20,7 victimes est plus élevée que la valeur envisagée pour une possible restriction d'exploitation des éoliennes, soit 10 victimes par éolienne et par année, relèvent les chercheurs.
Les victimes de collision sont avant tout des petites espèces migrant la nuit, dont les roitelets, la plus petite espèce européenne. Il y a aussi des grives, des martinets et des colverts. La plupart des cadavres retrouvés présentaient des fractures d'os. Contrairement aux constatations faites en Europe, il y a peu de gros oiseaux qui sont concernés. Les chercheurs imaginent moins d'un accident par an dans le Jura.
Les collisions se produisent principalement pendant la p√©riode de migration au printemps et en automne. Mais les accidents ne sont pas toujours li√©s au nombre d'oiseaux qui passent. Les conditions de visibilit√© jouent aussi un r√īle. Ce facteur devrait aussi √™tre pris en compte pour d'√©ventuelles restrictions d'exploitations des √©oliennes, note l'√©tude.
Pas valable pour les Alpes et le Plateau
Les résultats de Peuchapatte devraient pouvoir être généralisés à des sites similaires. Mais ils ne sont pas applicables pour les Alpes et le Plateau. En outre, les chercheurs ignorent si les mesures sont applicables aux éoliennes plus grandes. Celles du parc éolien jurassien mesuraient 150 mètres de haut (rotor inclus).
Les chercheurs présument qu'en cas d'installations plus grandes, le taux de collision augmente. Ils ne savent pas non plus si l'échantillon relevé est représentatif du spectre des espèces concernées ou s'il est spécifique à l'année étudiée.
http://www.tdg.ch/suisse/eolienne-tue-21-oiseaux-annee/story/21730575

25/11/16 : Lausanne simule le bruit des éoliennes
EnergieEn première suisse, les Services industriels de Lausanne ont mis en place un gabarit reproduisant le bruit des futurs hélices d'Eoljorat Sud. Démonstration publique ce samedi.
Le dispositif permettant de tester l’effet des √©oliennes des Services industriels de Lausanne est compos√© de capteurs et d’une batterie de haut-parleurs qui rendent en d√©tail chaque fr√©quence.
Le bruit d’une √©olienne? Infernal selon les uns, inexistant selon les autres. Alors qu’aucune ne tourne encore dans le ciel vaudois, les Services industriels de Lausanne se sont livr√©s √† une simulation au moyen d’un gabarit sonore pr√®s du Chalet-√†-Gobet. Elle doit reproduire de mani√®re pr√©cise l’effet d’une des h√©lices d’Eoljorat Sud, en l’occurrence celle pr√©vue dans la plaine de la Mauguettaz. De l’avis des organisateurs – la d√©monstration publique a lieu ce samedi –, c’est une premi√®re en Suisse, voire m√™me au-del√†. De quoi donner des id√©es aux promoteurs et aux opposants des 18 autres parcs √©oliens pr√©vus en terre.
L√† o√Ļ Lausanne innove, c’est dans la m√©thode de reproduction du bruit. Plut√īt que de proposer un simulateur en milieu isol√©, l’√©tude de la HEIG-VD men√©e apr√®s une interpellation du Conseil communal propose une mod√©lisation en situation, non loin d’une route et d’un quartier r√©sidentiel. Le bruit de base a √©t√© captur√© aupr√®s de l’√©olienne de Charrat (VS). Ensuite d√©compos√© en moyenne puis reproduit en algorithme, il g√©n√®re des fr√©quences qui rendent √† la fois le bruit m√©canique de la nacelle et les ondulations provoqu√©es par les pales. Au point d’√©mission, le bruit atteint 104 d√©cibels. A titre de comparaison, le volume maximal autoris√© pour un concert en plein air dans le canton est de 93 dB.
Discret à fort
R√©sultat aupr√®s des 13 haut-parleurs? Inaudible avant une distance de 750 m√®tres, le bruit de la machine tournant √† plein r√©gime devient clairement perceptible √† 350 m√®tres. «Et il s’agit d’un sc√©nario qui maximise le bruit», note le municipal Jean-Yves Pidoux. Il ne propose ni effet masquant, comme un bon coup de fŇďhn, ni d’√©ventuels peignes de fuite sur les pales. Un dispositif qui permet de leur √īter quelques d√©cibels. «C’est important de montrer pr√©cis√©ment aux habitants ce qui va se passer. √áa contribue √† la discussion publique», poursuit l’√©lu. A noter que la reproduction sonore tient compte des normes internationales, dans lesquelles l’effet du vent ne rentre pas en compte.
Reste √† savoir si l’exp√©rience lausannoise sera reproduite ailleurs dans le canton. Pour les sp√©cialistes √©oliens de l’Etat, l’effet dans le d√©bat peut √™tre significatif si la simulation est effectu√©e assez t√īt dans le processus.
Quinze minutes, pas assez
Les opposants, eux, saluent l’effort mais doutent de la pertinence des d√©monstrations. «Une simulation sur quinze minutes ne vaut rien sur le plan exp√©rimental, r√©agit Jean-Marc Blanc, de Paysage-Libre Vaud. Le probl√®me, c’est la r√©p√©tition, c’est le bruit pendant la nuit. C’est un supplice chinois sur la dur√©e.» M√™me √©cho pour St√©phane Dumauthioz, riverain et pr√©sident des opposants √† Eoljorat Sud. «C’est tr√®s difficile de mod√©liser ce bruit. Avec le temps, les pales se salissent et perturbent plus l’air. Il y a aussi des courbes avec le vent et des r√©sonances dans les pi√®ces… En fait on peut √™tre dans les normes et tout de m√™me d√©ranger les riverains.»
Des normes que le Canton a √©t√© appel√© √† revoir apr√®s le jugement du Tribunal cantonal sur le projet de Sainte-Croix. L’effet impulsif du bruit aurait d√Ľ √™tre calcul√© avec une marge de pr√©caution de 4 d√©cibels au lieu de 2 seulement. Les calculs ont depuis √©t√© revus et l’effet doit √™tre corrig√© par des am√©liorations techniques, assure l’Etat.
Démonstration publique
Samedi, de 9 h à 16 h, en face de la buvette de Pra Collet, au Chalet-à-Gobet. (24 heures)
http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/Lausanne-simule-le-bruit-des-eoliennes/story/19864618

25/11/16 : Pourquoi l’√©olien doit encore attendre
Deux √©tudes du Canton pr√©cisent l’impact des futurs parcs vaudois sur le paysage et la faune. Les sp√©cialistes sont divis√©s, alors que les tribunaux entrent en jeu..............
http://www.24heures.ch/vaud-regions/Pourquoi-l-eolien-doit-encore-attendre/story/17200303

23/11/16 : Nos Pr√©alpes toujours en sursis
«Les bonnes nouvelles ne courent pas les rues de nos jours. Alors autant appr√©cier √† leur juste valeur celles dont l’actualit√© nous fait b√©n√©ficier: le Tribunal f√©d√©ral prie le Tribunal cantonal de revoir sa copie dans l’affaire du recours des opposants √† l’implantation des √©oliennes au Schwyberg (LL du 12.11).
Oui, il est imp√©ratif de prot√©ger nos Pr√©alpes fribourgeoises contre le saccage de ce site naturel merveilleux par des √©oliennes de 140 m de haut. Dans l’environnement √©conomique actuel, lancer des projets dont la rentabilit√© n’est de loin pas assur√©e est insens√©. Certes, les questions relatives √† l’approvisionnement √©nerg√©tique doivent trouver des solutions. Mais pas en sacrifiant l’environnement dans lequel nous vivons pour atteindre le but recherch√©.
Avec les éoliennes sur les hauteurs du Schwyberg, finies les escapades en raquettes ou à peau de phoque, disparues les hardes de chamois effrayés par le ronflement menaçant des rotors, éradiqués, les derniers tétras-lyres.
Quant aux amateurs de champignons, ils auront de la peine √† trouver des c√®pes sur les plateformes b√©tonn√©es et les routes d’acc√®s aux moulins √† vent. L’UDC de Fribourg-Ville s’est oppos√©e d√®s le d√©but √† un projet qu’elle consid√©rait comme n√©faste pour l’environnement et sans garantie de rentabilit√© vu le peu de constance des vents dans le secteur.
Cette opposition n’est pas due √† un refus des √©nergies renouvelables mais bien √† une recherche de l’emploi le plus efficace de la bonne production d’√©nergie au bon endroit. Mais attention, rien n’est encore gagn√© et il faut poursuivre la lutte!
http://www.laliberte.ch/news/nos-prealpes-toujours-en-sursis-370666#.WDYXV-LLQdV

18/11/16Combien d'éoliennes ou de panneaux solaires pour remplacer le nucléaire?
Si les r√©acteurs nucl√©aires de Beznau et de M√ľhleberg √©taient d√©branch√©s, combien d'√©oliennes ou de panneaux solaires faudrait-il pour assurer l'approvisionnement en √©lectricit√©? Faites le test sur notre infographie. L'initiative des Verts "Sortir du nucl√©aire" demande l'arr√™t des centrales nucl√©aires au plus tard apr√®s 45 ans d'exploitation. Si elle est accept√©e le 27 novembre en votation, cela concernera d√®s l'an prochain les r√©acteurs de Beznau (AG) 1 et 2, ainsi que celui de M√ľhleberg (BE). En 2015, ils ont g√©n√©r√© 5580 gigawattheures (GWh), soit 8,5% de l'√©lectricit√© produite dans le pays. Parmi les principales alternatives renouvelables figurent les installations photovolta√Įques et les √©oliennes. En 2015, la Suisse comptait 11,5 millions de m2 de panneaux solaires et 34 √©oliennes. Quelle surface de panneaux ou combien d'√©oliennes faudrait-il installer pour compenser la perte en √©nergie nucl√©aire en cas d'arr√™t des trois r√©acteurs? Notre infographie y r√©pond. L'infographie ci-dessous ne tient pas compte des autres alternatives, comme les centrales thermiques ou hydrauliques, ni des facteurs financiers li√©s aux diff√©rents types d'installations.
Cliquer sur le bouton "D√©brancher les centrales de Beznau et M√ľhleberg" puis utiliser les curseurs pour compenser la perte de production en √©lectricit√©: fver/vtom/tyf Publi√© √† 16:37 Donn√©es et m√©thodologie Toutes les donn√©es utilis√©es dans l'infographie proviennent des rapports "Statistique suisse de l'√©lectricit√© 2015" et "Statistique suisse des √©nergies renouvelables 2015" de l'Office f√©d√©ral de l'√©nergie (OFEN). Le nombre d'√©oliennes et la surface de panneaux solaires sont calcul√©s en fonction des rendements moyens enregistr√©s en 2015, selon les chiffres de l'OFEN. Cela prend donc en compte les installations vieilles et r√©centes, et non les meilleurs rendements disponibles sur le march√©. Ces derniers pourraient par exemple permettre de r√©duire la surface n√©cessaire dans le cas de l'√©nergie solaire. Les centrales de G√∂sgen (SO) et Leibstadt (AG), qui ont produit l'an pass√© 16'515 GWh (25% de l'√©lectricit√© du pays), n'ont pas √©t√© comptabilis√©es dans la perte d'√©lectricit√© nucl√©aire puisqu'elles atteindront les 45 ans d'exploitation en 2024 et 2029. Enfin, la production des centrales hydrauliques et thermiques a √©t√© consid√©r√©e comme stable.
http://www.rts.ch/info/suisse/8175896-combien-d-eoliennes-ou-de-panneaux-solaires-pour-remplacer-le-nucleaire.html?rts_source=rss_t

15/11/16 : Les partisans de l’initiative «Sortir du nucl√©aire» confondent vitesse et pr√©cipitation
La Strat√©gie √©nerg√©tique 2050 pose un cadre pour sortir du nucl√©aire. Plut√īt que de cr√©er de lourdes incertitudes par un arr√™t pr√©cipit√© de nos centrales nucl√©aires, il faut poursuivre dans la direction trac√©e, plaide Michael Frank, directeur de l’Association des entreprises √©lectriques suisses.
Remplacer l’approvisionnement en √©lectricit√© des cantons de Gen√®ve et de Vaud ainsi que la moiti√© de celui du canton de Fribourg dans un d√©lai d’un an seulement? Impossible, me r√©pondrez-vous. Telle serait pourtant la cons√©quence la plus probl√©matique d’une acceptation de l’initiative «Sortir du nucl√©aire» le 27 novembre. Cette derni√®re vise √† acc√©l√©rer l’abandon du nucl√©aire et d√©boucherait sur la fermeture pr√©cipit√©e de trois de nos cinq centrales nucl√©aires l’ann√©e prochaine d√©j√†.
Le 27 novembre, il ne s’agit pas de d√©cider de sortir du nucl√©aire mais plut√īt de comment en sortir. La d√©cision de principe sur la sortie du nucl√©aire en tant que telle est d√©j√† prise depuis longtemps: avec une majorit√© politique au Parlement, la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050 que nous soutenons exclut jusqu’√† nouvel avis un remplacement des centrales nucl√©aires existantes – sans compter qu’un projet de nouvelle construction rel√®verait de l’utopie rien qu’au vu de la r√©alit√© √©conomique.
Un délai irréaliste
La question √† examiner dans le contexte de ce vote est plut√īt celle de notre s√©curit√© d’approvisionnement. Rappelons-le: la part de l’√©lectricit√© nucl√©aire en Suisse s’√©l√®ve √† pr√®s de 40%, celle de l’hydraulique (d√©j√† largement exploit√©e) √† pr√®s de 60%, alors que la production des autres √©nergies renouvelables couvre √† peine 4%.
L’initiative pr√©voit de fermer trois de nos centrales (M√ľhleberg, Beznau I & II) dans un d√©lai de douze mois. Remplacer une production de 9 TWh en augmentant la part de renouvelables dans un d√©lai aussi bref est irr√©aliste. Rappelons que la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050 pr√©voit une production suppl√©mentaire d’√©nergies renouvelables de 11,4 TWh jusqu’en 2035.
Importations inévitables
Un arr√™t pr√©cipit√© des centrales reviendrait donc √† accro√ģtre la d√©pendance de notre pays vis-√†-vis de ses voisins, sachant que la Suisse est depuis longtemps d√©j√† largement tributaire d’importations d’√©lectricit√© durant les mois de janvier √† avril.
Notre pays ne produit en effet pas assez d’√©lectricit√© pour couvrir sa consommation en hiver. Et l’initiative propose de supprimer encore une partie importante de notre production nationale. D’o√Ļ viendrait donc le courant n√©cessaire pour r√©pondre aux besoins accrus de cette p√©riode de l’ann√©e? Les partisans de l’initiative ne le mentionnent pas.
Courant nucléaire ou nuisible pour le climat
La France, on le sait, couvre 75% de ses besoins en √©lectricit√© avec de l’√©nergie nucl√©aire. Et en Allemagne, plus de la moiti√© des besoins sont couverts par de la production issue du charbon et du gaz. Si on y ajoute la part de nucl√©aire, cela repr√©sente au total plus de deux tiers de la consommation allemande.
Il y aurait donc fort √† parier que nous importerions davantage de tel courant dans notre pays. Est-ce vraiment souhaitable de pr√©cipiter l’arr√™t des centrales nucl√©aires chez nous et de nous approvisionner avec du courant nucl√©aire fran√ßais ou du courant allemand nuisible pour le climat?
Pas de garanties
A cela s’ajoute que nous ne disposons d’aucune garantie d’importation. Si le courant venait √† manquer chez nos voisins, il manquera aussi pour la Suisse. Ainsi, l’Allemagne n’a par exemple pas de capacit√©s de r√©seaux pour transporter sa production √©olienne du nord jusqu’au sud du pays, voire jusqu’en Suisse.
Cette situation va encore s’accentuer apr√®s l’arr√™t des derni√®res centrales nucl√©aires allemandes. Et en France, actuellement 21 des 58 centrales nucl√©aires sont √† l’arr√™t pour diverses raisons. Il n’est donc pas garanti que la quantit√© d’√©lectricit√© n√©cessaire √† nos besoins, notamment en hiver, puisse √™tre achemin√©e jusqu’en Suisse √† tout moment.
Notre dépendance augmenterait
Etant donn√© le manque de capacit√©s suffisantes du r√©seau et de transformation, il n’est pas non plus garanti que l’√©lectricit√© import√©e puisse √™tre transport√©e vers les centres de consommation √† l’int√©rieur de notre pays et inject√©e dans notre r√©seau de distribution.
En fin de compte, augmenter notre d√©pendance vis-√†-vis de nos voisins restreindrait notre marge de manŇďuvre et d√©truirait des places de travail et de la valeur ajout√©e dans notre pays. Remplacer du nucl√©aire suisse par du charbon allemand ou du nucl√©aire fran√ßais n’aurait pas de sens et ne serait pas honn√™te de la part de la Suisse, d’autant moins qu’il n’y a aucune garantie d’importation.
Le cadre pour sortir du nucléaire est déjà posé
Par ailleurs, l’arr√™t d’une centrale nucl√©aire, sa post-exploitation s√Ľre et son d√©mant√®lement est une entreprise extr√™mement complexe qui doit √™tre planifi√©e bien √† l’avance. BKW a pr√©vu √† cet effet un d√©lai de pas moins de cinq ans pour la mise hors-service de M√ľhleberg.
La Strat√©gie √©nerg√©tique 2050 pose un cadre pour sortir du nucl√©aire. Plut√īt que de cr√©er des incertitudes par un arr√™t pr√©cipit√© de nos centrales nucl√©aires, il convient de poursuivre dans la direction d’une transition pr√©par√©e et coordonn√©e telle que le pr√©voit la Strat√©gie √©nerg√©tique 2050.
https://www.letemps.ch/opinions/2016/11/15/partisans-linitiative-sortir-nucleaire-confondent-vitesse-precipitation?utm_source=facebook&utm_medium=share&utm_campaign=article

15/11/16 : Projet de parc éolien en Suisse : réunion publique sous haute tension
La soci√©t√© suisse Eoljoux tenait une r√©union publique √† Bois d’Amont lundi soir. Le but : r√©pondre aux questions des habitants de la commune fran√ßaise concernant le projet de parc √©olien sur le territoire suisse. Un projet qui va avoir un impact visuel important pour les Bois-d’Amonniers et qui inqui√®tent ceux qui vivent √† proximit√© de l’endroit o√Ļ 7 √©oliennes de 207 m√®tres de haut (h√©lices comprises) doivent √™tre construites.
En pr√©ambule de cette r√©union, les opposants au projet, Suisses et Fran√ßais, ont fait une d√©claration, remis des tracts √† la soixantaine de personnes pr√©sentes et ont pr√©f√©r√© quitter les lieux. La r√©union s’est tenue tout de m√™me. Les questions des habitants ont √©t√© nombreuses. Les membres d’Eoljoux et de la Soci√©t√© Electrique de la Vall√©e de Joux y ont r√©pondu. Sans forc√©ment convaincre.
http://www.leprogres.fr/jura/2016/11/15/projet-de-parc-eolien-en-suisse-reunion-publique-sous-haute-tension

13/11/16 : Nouvelle r√©glementation des priorit√©s dans le r√©seau de transport transfrontalier de l’√©lectricit√© 
Les capacit√©s du r√©seau de transport transfrontalier de l’√©lectricit√© sont limit√©es par des contraintes physiques. Les priorit√©s d√©finies dans la loi sur l’approvisionnement en √©lectricit√© (LApEl) actuellement en vigueur pour les livraisons d’√©lectricit√© au-del√† des fronti√®res suisses d√©passent nettement ces capacit√©s, ce qui pourrait mettre en p√©ril la s√©curit√© de l’approvisionnement. La Commission de l’environnement, de l’am√©nagement du territoire et de l’√©nergie du Conseil des Etats (CEATE-E) souhaite donc red√©finir ces priorit√©s. Seules les livraisons reposant sur des contrats √† long terme conclus avant le 31 octobre 2002 et les livraisons provenant de centrales hydraulique frontali√®res doivent √™tre prioritaires. La priorit√© accord√©e √† la fourniture d’√©lectricit√© aux consommateurs finaux dans l’approvisionnement de base et √† la fourniture d’√©lectricit√© provenant d’√©nergies renouvelables sera supprim√©e. Lors de sa s√©ance du 9 novembre 2016, le Conseil f√©d√©ral a approuv√© aujourd'hui le rapport et le projet de loi de la commission. Il propose d'accepter le projet de modification de la LApEl √©labor√© dans le cadre de l'initiative parlementaire 15.430 «Suppression des priorit√©s dans le r√©seau de transport transfrontalier»
Lorsque la demande d’√©lectricit√© d√©passe les capacit√©s disponibles, cela provoque des congestions du r√©seau. Pour √©viter ces situations, la capacit√© disponible est g√©r√©e conjointement par la soci√©t√© nationale du r√©seau de transport (Swissgrid) et les gestionnaires de r√©seau de transport des pays limitrophes. Cette capacit√© est mise aux ench√®res via diff√©rents produits (annuels, mensuels, journaliers) propos√©s sur une plateforme commune.
En application de la LApEl en vigueur (art. 17), les contrats dits √† long terme (long term contracts, LTC) conclus avant le 31 octobre 2002 sont exclus de ces ench√®res. La priorit√© est par ailleurs maintenue pour les livraisons d’√©lectricit√© aux consommateurs finaux dans l’approvisionnement de base et pour les livraisons d’√©lectricit√© provenant d’√©nergies renouvelables. Dans la pratique, cette r√©glementation n’a pos√© aucun probl√®me jusqu’ici car seuls les LTC et certaines livraisons d’√©lectricit√© d’origine renouvelable provenant de centrales hydrauliques frontali√®res faisaient l’objet de demande et d’octroi de priorit√©s. Jusqu’ici, la priorit√© n’a encore jamais √©t√© accord√©e pour les livraisons √† des consommateurs finaux dans l’approvisionnement de base (elle a √©t√© sollicit√©e pour la premi√®re fois en 2014, mais sans succ√®s). Dans l’arr√™t A-5836/2015, le Tribunal administratif f√©d√©ral (TAF) a confirm√© que le caract√®re prioritaire de l’approvisionnement de base ne vaut pas de mani√®re g√©n√©rale, mais seulement en cas de besoin √©tabli au sens de l’art. 20, al. 2 de l’ordonnance sur l’approvisionnement en √©lectricit√© (OApEl). Cet arr√™t fait actuellement l’objet d’un recours d√©pos√© aupr√®s du Tribunal f√©d√©ral.
Si les priorit√©s accord√©es √† l’approvisionnement de base et aux √©nergies renouvelables, dont le volume est en principe illimit√© dans la mesure o√Ļ les priorit√©s vis√©es reposent sur des garanties d’origine librement n√©gociables, devaient √™tre sollicit√©es et accord√©es plus fr√©quemment, cela pourrait entra√ģner des surcharges du r√©seau de transport transfrontalier susceptibles de menacer la stabilit√© du syst√®me ainsi que la s√©curit√© de l’approvisionnement en Suisse.
Le Conseil f√©d√©ral soutient la suppression, pr√©vue par l’initiative parlementaire 15.430, des priorit√©s accord√©es √† la fourniture d’√©lectricit√© aux consommateurs finaux dans l’approvisionnement de base et √† la fourniture d’√©lectricit√© provenant d’√©nergies renouvelables. Elle permettrait de r√©duire fortement le nombre des priorit√©s potentielles et d’accro√ģtre par cons√©quent la s√©curit√© de l’approvisionnement. Le Conseil f√©d√©ral approuve √©galement la d√©cision d’inscrire dans la loi une priorit√© accord√©e aux aux livraisons provenant de centrales hydrauliques frontali√®res, dans la mesure o√Ļ elle est n√©cessaire pour concr√©tiser les quotas d’√©lectricit√© qui reviennent √† la Suisse et au pays limitrophe concern√©. Il ne s’agit pas dans ce cas de cr√©er une nouvelle priorit√© mais de maintenir en partie la priorit√© accord√©e jusqu’ici √† l’√©lectricit√© issue des √©nergies renouvelables. Cette priorit√© visant la force hydraulique frontali√®re ne sollicite les capacit√©s du r√©seau de transport transfrontalier que dans une mesure tr√®s limit√©e.
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-64427.html

13/11/16 : L’ex√©cutif ne veut pas d’√©olienne
Saint-Oyens . Le projet de parc √©olien sur la commune voisine pourrait d√©border sur son sol. La Municipalit√© n’en veut pas
Le projet de la soci√©t√© EssairVent de construire des √©oliennes concerne avant tout la commune d’Essertines-sur-Rolle, qui voit cela d’un bon Ňďil. Mais il est aussi question d’une extension possible sur la commune voisine de Saint-Oyens. Mercredi dernier, l’ex√©cutif de cette petite commune du pied du Jura a inform√© son Conseil g√©n√©ral qu’elle n’y √©tait pas favorable.
«Chez nous, il s’agirait d’une seule √©olienne. Nous n’en voyons pas l’int√©r√™t, explique le syndic de Saint-Oyens Michel Dubois. Pour la rentabilit√© attendue, qu’elle soit financi√®re ou √©nerg√©tique, les travaux seraient trop importants. Et c’est quand m√™me une pollution visuelle, pas seulement pour les habitants du village mais aussi pour tout le monde aux alentours.»
Opposition de Skyguide
Le syndic pr√©cise qu’une commission a √©t√© nomm√©e au sein de l’organe d√©lib√©rant pour √©tudier la question. «Si elle estime qu’on doit √©tudier le projet, et que le Conseil la suit, on le fera. Mais on pousse plut√īt le solaire. C’est moins invasif sur la nature».
Autant dire que Michel Dubois et l’ensemble de la Municipalit√© sont oppos√©s au projet de quatre machines sur la commune voisine d’Essertines-sur-Rolle. Tout comme l’association Pieduvent, qui organise une s√©ance publique d’information sur ce sujet le 1er d√©cembre prochain √† Gimel. Rappelons qu’il reste encore une opposition de Skyguide, car il y a toujours de possibles probl√®mes d’apparitions d’ombres fant√īmes sur le radar de l’a√©roport de Gen√®ve. (24 heures)
http://www.24heures.ch/vaud-regions/la-cote/L-executif-ne-veut-pas-deolienne/story/20898758

12/11/16 : Les √©oliennes ont du plomb dans l’aile
Le Tribunal fédéral admet le recours des défenseurs de la nature contre le parc éolien du Schwyberg

11/11/16 : Vent contraire pour un parc √©olien fribourgeois
Le Tribunal fédéral a accepté plusieurs recours contre l'installation d'une installation électrique à Schwyberg.
Un vent contraire souffle sur le projet de parc éolien du Schwyberg (FR), qui devrait comporter neuf éoliennes de 140 mètres de hauteur. Le Tribunal fédéral admet le recours de quatre organisations de protection de la nature et renvoie le dossier à la justice fribourgeoise.
En 2012, la Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions du canton de Fribourg (DAEC) avait donné son feu vert au projet, le plus avancé dans le canton en matière d'énergie éolienne. Le parc devrait fournir 50 gigawattheures par an, ce qui équivaut à la consommation de 12'500 ménages, a indiqué Jean-Michel Bonvin, directeur du Groupe Greenwatt, à l'ats.
Tout comme la DAEC, le Tribunal cantonal fribourgeois avait donné son feu vert. Il avait débouté Mountain Wilderness Suisse, Pro Natura, la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage ainsi que l'Association suisse pour la protection des oiseaux.
Emplacement remis en question
En dernière instance, le TF admet les griefs de ces quatre organisations. Compte tenu de ses incidences importantes sur l'espace et l'environnement, le parc éolien du Schwyberg doit avoir un fondement dans l'actuel plan directeur cantonal, explique Mon Repos.
Le Tribunal cantonal, auquel la balle est renvoyée, devra réexaminer, au terme d'une pesée d'intérêts, si l'emplacement du Schwyberg sur les hauteurs des communes de Planfayon et de Plasselb est adéquat et si des variantes et des alternatives sont possibles. La protection des intérêts du paysage, du biotope et des espèces devra être mieux prise en compte, indique le TF.
Protection des espaces et du paysage
Dans la suite de la procédure, il conviendra notamment de s'assurer que les exigences du droit fédéral sur la protection des espèces et des biotopes sont respectées. Les charges et conditions formulées à cet égard par la DAEC pour la protection des oiseaux et des chauve-souris apparaissent en partie insuffisantes.
Enfin, dans le cadre de la pesée globale des intérêts, la protection du paysage devrait faire l'objet d'une attention accrue, en tenant compte notamment du fait que la région du Gantrich présente un paysage de cultures d'une valeur particulière.
Déception des promoteurs
Dans le paysage des pr√©alpes fribourgeoises, le projet appara√ģtrait comme un corps √©tranger, rel√®ve le TF. Tomb√© vendredi, le verdict est un revers pour le Groupe E Greenwatt, qui avait annonc√© attendre la d√©cision de Mon Repos avant de lancer concr√®tement d'autres projets.
Promotrice du projet, la soci√©t√© Schwyberg Energie SA, d√©tenue en majorit√© par E Greenwatt, indique prendre acte avec regret de la d√©cision du TF. Cette d√©cision, pr√©cise-t-elle, lui permet n√©anmoins de poursuivre son projet afin de «contribuer √† la r√©alisation des objectifs de la strat√©gie √©nerg√©tique de la Conf√©d√©ration, malgr√© les difficult√©s pour le d√©veloppement des √©nergies renouvelables mises en lumi√®re par l'arr√™t du Tribunal f√©d√©ral». (ats/nxp)
http://www.tdg.ch/suisse/vent-contraire-parc-eolien-fribourgeois/story/23137712

10/11/16 : De Berolle √† Essertines-sur-Rolle, les vents soufflent dans le m√™me sens
La soci√©t√© EssairVent esp√®re obtenir un permis de construire pour 2018. En attendant, elle devra s’employer √† convaincre.
ESSERTINES-SUR-ROLLE - Le premier atelier participatif sur le projet de parc éolien a tourné court.
http://www.lacote.ch/articles/regions/district-de-nyon/de-berolle-a-essertines-sur-rolle-les-vents-soufflent-dans-le-meme-sens-588095

10/11/16 : Saint-Oyens dit non au projet √©olien
Essertines-sur-Rolle ne pourra pas compter sur sa voisine pour accueillir l'une de "ses" éoliennes.
Il n'y aura pas d'éolienne sur la commune de Saint-Oyens, a annoncé mercredi la Municipalité.
«La Municipalit√© a d√©cid√©, √† l’unanimit√©, de ne pas entrer en mati√®re sur le projet √©olien d’Essertines-sur Rolle, a d√©clar√© le syndic Michel Dubois, lors de l’assembl√©e du d√©lib√©rant mercredi. Si le Conseil g√©n√©ral d√©sire que nous fassions quand m√™me une √©tude, nous la ferons.» A l’origine, le projet √©voquait un potentiel de quatre machines sur Essertines-sur-Rolle avec une √©ventualit√© d’en ajouter deux sur Saint-Oyens, afin d’optimiser le site au maximum.
«Je me f√©licite de la d√©cision de la Municipalit√©. C’est un argument de plus en faveur de notre combat», a aussit√īt r√©agi le conseiller Didier Liard qui est aussi pr√©sident de l’Association Pieduvent, secteur Essertines-sur-Rolle-Saint-Oyens, oppos√©e aux √©oliennes au pied du Jura.
http://www.lacote.ch/articles/regions/district-de-nyon/saint-oyens-dit-non-au-projet-eolien-600189

10/11/16 : Les anti-√©oliennes maintiennent la pression sur les autorit√©s jurassiennes
L'association Librevent a r√©p√©t√© mercredi qu'elle √©tait oppos√©e √† l’implantation d’√©oliennes dans les Franches-Montagnes, alors que le D√©partement de l'environnement jurassien consolide un plan sectoriel d√©voil√© il y a un an.
La volont√© des autorit√©s d'installer de miser sur l'√©olien suscite une lev√©e de boucliers dans le Jura. L'association franc-montagnarde Librevent d√©nonce l'impact des √©oliennes sur le paysage, mais aussi sur la sant√© sans oublier le co√Ľt prohibitif de leur d√©mant√®lement.
Pour le pr√©sident de Librevent, Jean-Daniel Tschan, l’incendie intentionnel qui a endommag√© une √©olienne √† Saint-Brais mi-octobre n’a rien d’√©tonnant dans ce contexte. "On ne met pas des √©oliennes dans le jardin des gens".
Trois sites prioritaires et deux sites de réserve
Pour rappel, les autorités jurassiennes ont lancé se septembre 2015 une consultation publique en matière énergétique. Elles ont défini trois sites prioritaires et deux sites de réserve pour de grands parcs éoliens.
Le scénario "Grands parcs" prévoit a priori des implantations près de Bure en Ajoie, de Bourrignon et de la Haute-Borne dans le district de Delémont et dans les Franches-Montagnes. Sont retenus comme sites de réserve la Haute Ajoie et les secteurs de Rebeuvelier-Val Terbi.
http://www.rts.ch/info/regions/jura/8156400-les-anti-eoliennes-maintiennent-la-pression-sur-les-autorites-jurassiennes.html

09/11/16 : Librevent : « Nous existons toujours »
Librevent ne baisse pas la garde. L’association franc-montagnarde, oppos√©e √† l’implantation d’√©oliennes industrielles dans la r√©gion, a fait le point de la situation mercredi matin, avant son assembl√©e g√©n√©rale qui se tiendra aux Genevez vendredi soir. « Nous existons toujours », nous a dit Jean-Daniel Tschan, le pr√©sident de Librevent.
Incendie √† St.-Brais : un acte √† condamner mais qui peut se comprendre
Le point central de la pr√©sentation a eu trait √† l’incendie intentionnel qui a vis√© le parc √©olien de St.-Brais √† la mi-octobre. Librevent regrette qu’un tel acte se soit produit. Le collectif anti-√©olien des Franches-Montagnes dit toutefois comprendre le ras-le-bol de la population affect√©e par la pr√©sence de ces deux turbines. «Ces deux √©oliennes, situ√©es sur les hauteurs de Saint-Brais, constituent une honte. Il faut donc les d√©manteler », nous a expliqu√© Jean-Daniel Tschan.
La fiche 5.06 toujours dans les esprits
L’autre sujet de discussion abord√© par le collectif anti-√©olien s’est focalis√© sur la fiche 5.06 du plan directeur cantonal relative √† l’√©nergie √©olienne. « Il y a eu un manque de communication entre les populations concern√©es, les communes et le groupe de travail qui a concoct√© le plan sectoriel √©olien », a expliqu√© le pr√©sident de Librevent. Jean-Daniel Tschan d√©taille que « lors de la sortie du plan sectoriel, nous avons lu que les peuples et villages touch√©s n’auraient pas leur mot √† dire dans le processus d’implantation d’√©oliennes ». Il pr√©cise que « l’histoire l’a montr√©, lorsque les Franc-Montagnards sont m√©contents, ils sortent les griffes. Alors, nous les avons sorties ».
http://www.rjb.ch/rjb/Actualite/Region/20161109-Librevent-Nous-existons-toujours.html

09/11/16CKW arrête le projet de parc éolien Kirchleerau/Kulmerau
Zurich (awp) - L'énergéticien Centralschweizerische Kraftwerke (CKW), filiale d'Axpo, a stoppé le projet de parc éolien de Kirchleerau/Kulmerau. La décision a été prise pour des raisons "entrepreneuriales", a-t-il indiqué mercredi dans un communiqué. Le projet portait sur quatre installations éoliennes d'une production annuelle de 12,5 millions de kilowattheures dans la région entre Lucerne et l'Argovie.
CKW est arrivé à la conclusion que les perspectives de réalisation du projet étaient minces. En été déjà, la société avait réexaminé la possibilité d'installer des éoliennes dans un endroit boisé de la commune de Triengen.
http://www.romandie.com/news/CKW-arrete-le-projet-de-parc-eolien-KirchleerauKulmerau/751786.rom

08/11/16 : BKW renforce sa position dans l'√©nergie √©olienne
ElectricitéLe fournisseur d'énergie bernois a repris à la société Samfi Invest Group quatre parcs éoliens en France.
BKW renforce sa position dans l'énergie en France en rachetant quatre parcs éoliens. Les ex-Forces motrices bernoises se sont aussi assurées une option pour une 5e installation.
Le contrat d'achat, dont le montant n'est pas révélé, a été signé lundi, précise mardi BKW. Sur les quatre parcs acquis, qui se situent dans différentes zones géographiques de l'Hexagone, un est opérationnel depuis le 1er mai dernier. Les trois autres se trouvent en phase de projet ou de construction et devraient être connectés au réseau en 2017 et 2018.
Les nouvelles centrales, qui viennent s'ajouter aux 24 déjà exploitées par le groupe bernois, comptent 22 turbines d'une puissance installée de plus de 49 mégawatts (MW). Elles produiront environ 120 gigawatts-heure d'électricité par an, soit la consommation annuelle de plus de 18'000 ménages.
La transaction doit encore recevoir l'aval des autorités françaises, sa finalisation étant attendue pour la fin du mois. Avec les installations planifiées, BKW détiendra 75 éoliennes en Allemagne, 118 en Italie, 31 prévues en Norvège et prochainement 28 outre-Jura. Celles-ci viennent s'ajouter aux 16 centrales helvétiques du groupe ainsi qu'aux participations dans les parcs éoliens d'Helvetic Wind en Allemagne et en Italie. (ats/nxp)
http://www.24heures.ch/economie/BKW-renforce-sa-position-dans-l-energie-eolienne/story/31260548
05/11/16 Les maires ne veulent pas se br√Ľler dans le foyer √©olien
FRANCHES-MONTAGNES - L’enqu√™te s’annonce longue apr√®s l’incendie de Saint-Brais.
http://www.arcinfo.ch/articles/regions/jura-jura-bernois/les-maires-ne-veulent-pas-se-bruler-dans-le-foyer-eolien--598057

04/11/16 : L’√©nergie √©olienne entre mythes et r√©alit√©s
Rappelant que la Suisse est face √† un tournant √©nerg√©tique, Isabelle Chevalley, pr√©sidente de Suisse Eole, tient √† apporter des pr√©cisions sur l’√©nergie √©olienne.
Certains affirment que l’on voudrait mettre des √©oliennes en Suisse alors qu’il n’y a pas de vent. Mais qui va √™tre d’accord de payer des millions de francs pour installer une machine qui ne produira rien? Allons, un peu de s√©rieux!
Avant d’installer une ou des √©oliennes, il est n√©cessaire de faire une ann√©e de mesure des vents, voire parfois plus. Cela permet de disposer non seulement de la vitesse moyenne annuelle mais √©galement de la direction et du type de vent. Ces r√©sultats permettent de d√©cider si cela fait du sens de mettre des √©oliennes et si oui, quel type de machine est le mieux adapt√© au site. C’est pour cela que l’on observe, ici et l√†, des m√Ęts de mesure parfois de plus de 100 m√®tres de haut. Une fois ces mesures obtenues, le d√©veloppeur peut extrapoler la production des √©oliennes. Les productions r√©elles des parcs √©oliens des cr√™tes du Mont-Crosin et de Peuchapatte d√©passent les pr√©visions estim√©es lors de leur mise en service; La preuve que ces √©tudes sont fiables.
Pour √©riger un parc √©olien en Suisse, il faut faire des dizaines et des dizaines d’√©tudes qui co√Ľtent au final des centaines de milliers de francs. Un parc √©olien n’est donc jamais construit au hasard. Tout est mesur√© et r√©fl√©chi: le bruit, les ombres port√©es, l’atteinte √† la faune, la production, les acc√®s, la biodiversit√©, les interactions avec l’aviation civile et militaire et j’en passe. Voil√† pourquoi la disposition des √©oliennes dans un parc va √©voluer au fil des r√©sultats des √©tudes. Parfois, il est pr√©f√©rable de supprimer une √©olienne qui d√©rangerait trop les habitants d’un village ou de la d√©placer si cela permet de moins impacter la faune. Tout cela, les d√©veloppeurs le font, car ce sont des professionnels attentifs √† un d√©veloppement dans les r√®gles de l’art de l’√©nergie √©olienne en Suisse.
Lorsqu’on veut noyer son chien, il est facile de dire qu’il a la rage. Qu’est-ce que l’on n’a pas entendu sur les √©oliennes: elles d√©forment le pied des vaches, elles font mourir les ch√®vres d’insomnie, elles provoquent le cancer chez les riverains et je ne sais quoi encore. A croire que le nucl√©aire est une √©nergie propre √† c√īt√©… Toutes ces informations ne reposent sur aucun fait scientifique mais √† force d’√™tre r√©p√©t√©es, certains commencent √† y croire. Suisse Eole et les d√©veloppeurs de parcs sont toujours √† disposition pour r√©pondre aux interrogations des futurs riverains d’√©oliennes. Toutes les questions m√©ritent d’√™tre pos√©es et de recevoir une r√©ponse. Mais il n’est pas possible de donner une r√©ponse scientifique √† une question qui ne l’est pas.
Aujourd’hui nous sommes face √† un tournant √©nerg√©tique, il s’agit de remplacer les centrales atomiques suisses, non pas au travers d’importations de charbon allemand, mais par des √©nergies renouvelables, dont l’√©olien, produites en Suisse. Il sera toujours plus facile de d√©monter une √©olienne plut√īt que de g√©rer des d√©chets nucl√©aires et des √©missions de CO2dans l’atmosph√®re.
* Pr√©sidente de Suisse Eole, conseill√®re nationale (vert’lib√©raux/VD).
http://www.lecourrier.ch/143929/l_energie_eolienne_entre_mythes_et_realites

03/11/16 : Incendie du parc √©olien √† St.-Brais : le silence de l’AMFM
L’Association des maires des Franches-Montagnes a d√©cid√© de ne pas prendre position suite √† l’incendie commis il y a trois semaines au parc √©olien de St.-Brais. C’est ce qu’il est ressorti de l’assembl√©e des √©lus franc-montagnards qui a eu lieu jeudi soir au Noirmont. « Pas mal de maires pensaient que si on prenait position, on allait mettre de l’huile sur le feu et que √ßa aurait pu cr√©er des interpr√©tations », explique le pr√©sident de l’Association des maires des Franches-Montagnes, Raymond Jecker. De son c√īt√©, le maire de Saint-Brais regrette un peu cette d√©cision. « L’id√©e de d√©part de la d√©marche consistait, d’une part, √† soutenir les pompiers qui sont intervenus et qui ont encouru des risques et, d’autre part, de condamner cet acte criminel », affirme Fr√©dy Froidevaux.
Collaborer au niveau de la voirie, une idée reçue positivement
Par ailleurs, les chefs des diff√©rents ex√©cutifs taignons se sont plut√īt montr√©s favorable √† l’id√©e pr√©sent√©e par le maire des Genevez. Jean-Claude Rossinelli a propos√© de mutualiser le service communal li√© √† la voirie. La d√©marche : que les villages taignons mettent, entre eux, √† disposition du mat√©riel ou des comp√©tences humaines pour effectuer divers travaux. Le but : faire des √©conomies.
Certaines communes du district, les plus grandes, disposent d’une palette relativement cons√©quente au niveau de l’√©quipement et des effectifs. D’autres entit√©s, plus petites, sont moins bien loties en ce qui concerne les ressources mat√©rielles et le nombre d’employ√©s.
Les maires vont d√©sormais parler de ce point √† leur Conseil communal respectif pour voir, si effectivement, il y a de l’int√©r√™t √† poursuivre la r√©flexion.
Deux d√©parts au comit√© √† la fin de l’ann√©e
Le comit√© de l’AMFM va perdre deux membres √† la fin 2016. Anne-Marie Balmer et Pierre-Andr√© Gigon vont arr√™ter leur mandat. Les deux √©lus ont √©t√© chaleureusement remerci√©s et applaudis par leurs coll√®gues lors de cette derni√®re assembl√©e des maires taignons de l’ann√©e. Leurs successeurs seront d√©sign√©s en 2017. /bbo
http://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20161104-Incendie-du-parc-eolien-a-St-Brais-le-silence-de-l-AMFM.html

31/10/16 : Le parc √©olien de St-Brais (JU) remis en service
Deux semaines apr√®s l’incendie criminel contre le parc √©olien de St-Brais (JU), les installations ont √©t√© remises en service dimanche. Une installation provisoire √† moyenne tension permettra d’injecter le courant dans le r√©seau pendant l’hiver.
Elle sera remplac√©e au printemps par une nouvelle installation. Les co√Ľts d√©passeront sans doute les 100'000 francs, a annonc√© lundi l'exploitant ADEV.
Un ou des inconnus ont mis le feu √† la station √©lectrique du site et endommag√© l'une des deux √©oliennes le 14 octobre. L'acte, qui n'a pas √©t√© revendiqu√©, a caus√© des d√©g√Ęts pour des dizaines de milliers de francs.
Vandales pas retrouvés
L'enquête en cours n'a pas encore permis d'identifier les auteurs, précise le communiqué. ADEV a déposé une plainte, soutenue par la commune, contre inconnu.
Le parc éolien de St-Brais abrite les premières éoliennes construites dans le canton du Jura. En activité depuis fin 2009, il appartient à des privés réunis au sein d'ADEV, une société coopérative sise à Liestal (BL).
http://www.romandie.com/news/Le-parc-eolien-de-StBrais-JU-remis-en-service/749225.rom

27/10/16 SUISSE : ATTENTAT - √ČOLIENNES SABOT√ČES BIENT√ĒT R√ČPAR√ČES √Ä ST-BRAIS (JU)
Les ingénieurs prévoient de remettre en service le parc éolien demain.
√Ä l’arr√™t forc√© depuis deux semaines suite √† un sabotage, les deux √©oliennes de St-Brais (JU) doivent √™tre remise sous tension demain par les BKW.
Les r√©parateurs sont √† l’oeuvre depuis mardi, la station de couplage ayant √©t√© incendi√©e dans la soir√©e du vendredi 14 octobre.
Les ing√©nieurs ont r√©cup√©r√© une installation sur le chantier de la Transjurane et l’ont adapt√©e au parc √©olien.
Trois c√Ębles ont en outre √©t√© remplac√© entre cette station √©lectrique et l’√©olienne No 1. Il appartiendra √† l’exploitant ADEV, cible de ou des incendiaires(s), de remettre les √©oliennes en service.
Interrog√©e par Le Quotidien jurassien, la procureur Genevi√®ve Bugnon a indiqu√© que l’enqu√™te suivait son cours et «pourrait prendre du temps».
Le mystérieux sigle FLS qui fait peut-être référence au Front de Libération du Jura (FLJ) a été tracé sur les installations. (Le Matin)
http://www.lematin.ch/faits-divers/eoliennes-sabotees-bientot-reparees/story/14409751

24/10/16 : Pourquoi l’arm√©e frappe les √©oliennes vaudoises
http://www.24heures.ch/vaud-regions/nord-vaudois-broye/armee-frappe-eoliennes-vaudoises/story/31799536

24/10/16
: Parc √©olien de Provence menac√© par l’arm√©e
http://www.rtn.ch/rtn/Actualite/Region/20161024-Parc-eolien-de-Provence-menace-par-l-armee.html

23/10/16 : L’Universit√© de Neuch√Ętel r√©compense une Pr√©v√ītoise
Une Pr√©v√ītoise distingu√©e par l’Universit√© de Neuch√Ętel pour un travail sur les √©oliennes. Sophie Piquerez est co-laur√©ate du Prix acad√©mique interdisciplinaire du d√©veloppement durable 2016 de l’institution. La jeune femme de 24 ans a obtenu r√©cemment cette r√©compense pour son travail de master en droit intitul√© « La probl√©matique √©olienne en Suisse et particuli√®rement dans le canton de Neuch√Ętel ».
http://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20161023-L-Universite-de-Neuchatel-recompense-une-Prevotoise.html

18/10/16 LA COL√ąRE SOUFFLE SUR LES H√ČLICES
Le combat contre l’√©olien met le feu aux Franches-Montagnes, terre jurassienne de contestation.
Trois jours apr√®s le sabotage d’un parc √©olien √† Saint-Brais, tout semble calme aux abords des deux √©oliennes de 120 m√®tres qui surplombent depuis 6 ans ce village, situ√© √† 967 m d’altitude. Les lettres «FLS» gratt√©es sur un caisson et un pyl√īne par un activiste semblent faire √©cho au FLJ du Front de Lib√©ration du Jura d’avant la cr√©ation du canton, mais personne ne sait s’il faut lire Front de Lib√©ration de Saint-Brais. Au pied de l’√©olienne 1, la station √©lectrique carbonis√©e est sangl√©e pour retenir la porte fractur√©e. L’incendiaire a aussi grimp√© les quinze marches menant √† la porte d’acc√®s du pyl√īne, pour arracher six lames m√©talliques sur la porte, sans parvenir √† entretenir les flammes √† l’int√©rieur.
Qui a acc√©d√© √† cette prairie entre Saint-Brais et Montfaucon, vendredi soir, en passant vraisemblablement par un chemin d’acc√®s compartiment√© par trois cl√©dars? C’est vers 20 h 30 que l’incendie de la production √©lectrique a √©t√© signal√© √† la police jurassienne.
«La bise a souffl√© durant un mois. C’est le vent qui a cr√©√© le plus de nuisances sonores», indique Jean-Daniel Tschan, pr√©sident de l’association Librevent et fer de lance des opposants, en sugg√©rant que «quelqu’un a peut-√™tre p√©t√© les plombs». Depuis, les pales tournent lentement et inutilement. Face au chemin d’acc√®s, en bordure de la route cantonale, deux habitants qui r√©sident √† moins de 300 m du parc √©olien ont des avis diam√©tralement oppos√©s: «Ce sabotage est une atteinte √† la d√©mocratie», dit la paysanne. «La d√©mocratie n’a jamais exist√©», r√©torque Claude Bourquard, luthier. «Quand le brouillard propage le bruit des pales, √ßa fait un boucan d’enfer. Et,, entre les pales, il n’y a pas de silence comme entre deux voitures», explique ce dernier. Hier, il n’avait pas connaissance du sabotage: c’est «Le Matin» qui l’a inform√©… La paysanne, elle, tient √† son anonymat, par crainte d’embrouilles: «Ces √©oliennes, je ne les remarque plus. Quand la bise les fait tourner plus vite, c’est que le temps ne permet pas de se tenir dehors.» Vendredi soir, comme les 220 villageois, elle a subi une coupure de courant d’une heure sans gu√®re s’en formaliser.
Désaccord profond
Sur les r√©seaux sociaux, c’est l’artiste Philippe Queloz qui est montr√© du doigt, auteur d’une Ňďuvre o√Ļ les mots «d√©sinformation», «colonisation», «industrialisation» et «sp√©culation» forment le m√Ęt et les trois p√Ęles d’une √©olienne. Sa maison affiche «Non aux √©oliennes». «Quand j’ai appris le sabotage, je me suis dit qu’il servait la cause des partisans, pas celle des opposants», se d√©fend le Jurassien. Le maire Fredy Froidevaux a dit son indignation au Quotidien Jurassien en √©voquant les opposants: «Ces gens font eux-m√™mes plus de bruit que les deux machines qui sont sur la colline!» Le conseiller national Eric Nussbaum a condamn√© le sabotage, ce √† quoi Jean-Daniel Tschan r√©torque qu’«il ferait mieux de produire l’√©lectricit√© dans son canton et de ne pas cr√©er de nuisances aux Jurassiens».
Ce n’est pas «Non», mais «Nein» qui a √©t√© trac√© par l’incendiaire sur une plaquette, comme pour r√©pondre dans la langue de la soci√©t√© ADEV Windkraft. «N’y voyez pas l’esprit des Franches-Montagnes. On ne veut pas passer une fois de plus pour des Indiens», implore une agricultrice, en pr√©cisant que le b√©n√©fice g√©n√©r√© par le parc √©olien va √† la commune, pas √† un particulier.
Le foss√© entre les partisans et les opposants du courant √©olien se creuse dans tout l’arc jurassien, mais son symbole reste Saint-Brais en raison de la proximit√© du parc et du village. «C’est moins l’√©olienne qui est combattue que le profit r√©alis√© par l’homme», pr√©cise Claude Bourquard. Vous avez dit t√™tu? «Disons que dans ce petit coin de pays, nous sommes aussi bien √©duqu√©s qu’ailleurs, mais nous nous laissons moins manipuler», conclut-il en souriant. (Le Matin)
http://www.lematin.ch/suisse/colere-souffle-helices/story/23001641

15/10/16 : Des inconnus boutent le feu à la station éolienne de St-Brais (JU)
Un incendie s'est déclaré vendredi soir au parc éolien de St-Brais, aux Franches-Montagnes. Le feu a été bouté à la station électrique. Il n'y a pas de blessé, mais l'installation est hors d'usage pour des semaines. Pour l'exploitant ADEV, c'est un acte politique.
(ats) Une intervention humaine d√©lib√©r√©e est manifestement √† l'origine de ces incendies, √©crit samedi la police jurassienne dans un communiqu√©. Deux foyers ont √©t√© d√©couverts, dont l'un s'est √©teint de lui-m√™me, ne provoquant que peu de d√©g√Ęts.
La station électrique n'en est pas moins hors d'usage, précise la police. Une quinzaine de pompiers sont parvenus à éteindre rapidement le sinistre qui s'est déclaré peu après 20h30.
Deux effractions ont √©t√© constat√©es, la premi√®re sur la porte de la station et la seconde sur celle permettant d'acc√©der √† l'int√©rieur de l'une des deux √©oliennes de ce parc. Les d√©g√Ęts s'√©l√®vent √† plusieurs dizaines de milliers de francs.
Le parc éolien de St-Brais abrite les premières éoliennes construites dans le canton du Jura. En activité depuis fin 2009, il appartient à des privés réunis au sein d'une société coopérative sise à Liestal (BL), ADEV Windkraft. L'énergie produite est fournie à la Ville de Zurich, la seule cliente de l'installation.
Le projet avait reçu le soutien de la population en votation, plusieurs centaines de particuliers ayant même acheté des parts de la société. Il n'était toutefois pas incontesté, certains le jugeant trop proche d'habitations. Un second projet de parc éolien était prévu à St-Brais. Ses promoteurs y ont toutefois renoncé entretemps.
L'attaque commise √† St-Brais est inhabituelle, a expliqu√© √† l'ats le pr√©sident du conseil d'administration d'ADEV, le conseiller national Eric Nussbaumer (PS/BL). Pour lui, il ne s'agit pas d'un simple vandalisme mais d'un acte politique inacceptable, tel que la Suisse ne le conna√ģt pas.
http://www.journaldujura.ch/nouvelles-en-ligne/divers/des-inconnus-boutent-le-feu-la-station-eolienne-de-st-brais-ju

12/10/16 : Eoliennes, le d√©samour
La Suisse se lance dans la course √† l'√©nergie √©olienne. Alors que les projets fleurissent sur les cr√™tes romandes, l'impact sur la nature est-il vraiment pris en compte  ? Enqu√™te.
Blanches et √©l√©gantes, les √©oliennes s'affichent comme l'espoir d'un renouveau √©nerg√©tique propre. Pourtant, fait nouveau, des voix s'√©l√®vent et d√©noncent certains impacts sur le paysage et la vie sauvage. Huit a√©rog√©n√©rateurs mis en route au Mont-Crosin (BE) en septembre doublent le nombre aujourd'hui en activit√©. D'apr√®s Suisse-Eole, 103 machines suppl√©mentaires pourraient √™tre b√Ęties d'ici √† 2015. Un chiffre consid√©rable, m√™me si on est encore loin des parcs de nos voisins fran√ßais ou allemands.
Crêtes industrialisées
Contrairement √† ces pays, le territoire helv√©tique est r√©duit et le vent disponible sur les hauteurs seulement. Raison pour laquelle on souhaite y implanter toujours plus de machines. Ce qui n'est pas au go√Ľt de tous. «Les p√Ęturages bois√©s des cr√™tes jurassiennes font partie de notre patrimoine naturel et nous ne souhaitons pas les voir s'industrialiser» , argumente Anne-Lise Reymond, charg√©e de communication de la tr√®s active F√©d√©ration Pro-Cr√™tes. «Elever des m√Ęts de 180 m de haut n√©cessite d'agrandir et de consolider des chemins pour amener un mat√©riel lourd et gigantesque. Le tourisme industriel ainsi suscit√© entra√ģne la fr√©quentation accrue de zones qui constituaient jusqu'alors des refuges pour la vie sauvage» , ajoute-t-elle.
Venant h√©las apr√®s les enjeux √©conomiques et politiques, la pression sur la nature n'est pourtant pas n√©gligeable. Entre Le Suchet (VD) et La Chaux-de-Fonds (NE), en suivant l'Arc jurassien, on trouve un projet quasiment tous les 3-4 km. «Une √©tude d'impact sur la faune et la flore est syst√©matiquement men√©e par des bureaux d'√©tude ou des fondations telles que la Station ornithologique suisse», rassure Jean-Michel Bonvin, directeur de Greenwatt, filiale de Groupe E.
«Certes, mais les projets se multiplient et aucune recherche ne se penche sur les effets globaux de parcs qui quadrilleraient le paysage» , contrebalance Michel Bongard, secr√©taire de Pro Natura Vaud. «Et toute verte qu'elle soit, cette √©nergie ne peut ignorer les acquis en mati√®re de protection de la nature» , souligne le naturaliste. Un projet planifi√© dans la Vall√©e de Joux (VD) menace ainsi une zone class√©e √† l'Inventaire f√©d√©ral des paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale (IFP). Soutenu par les autorit√©s cantonales, Eoljoux souhaite passer outre √† ce statut de protection sp√©ciale pour y implanter sept turbines.
Bruit et obstacles
Au-del√† de la question du paysage, quel impact sur les √™tres vivants ? «Le bourdonnement et les vibrations provenant des machines sont incessants et ext√©nuants » commente Pascale Hoffmeyer, voisine des deux √©oliennes de Saint-Brais (JU) au blog bien document√©. Certaines probl√©matiques li√©es √† la rotation des pales sont d√©j√† attest√©es : les collisions avec les oiseaux migrateurs ou les h√©morragies subies par les chauves-souris √† cause des changements de pression, par exemple. «Les dommages caus√©s aux oiseaux sont minimes au regard de la mortalit√© due aux vitres» , r√©torque Lionel Perret, repr√©sentant de Suisse-Eole.
Et qu'en est-il des autres animaux sauvages ? Myst√®re. On suppose seulement que le d√©rangement d√Ľ √† l'√©clairage nocturne des machines ou √† la perte d'habitat a des effets n√©fastes, mais les √©tudes scientifiques manquent. «L'√©nergie sans impact est celle que l'on ne consomme pas» , disent eux-m√™mes les promoteurs de l'√©olien. Alors, si on commen√ßait par √©conomiser ?
Les Oiseaux en danger
Les √©tudes d'impact ne sont soumises √† aucune r√®gle stricte et aucun projet √©olien n'a jamais √©t√© mis en p√©ril sur des bases naturalistes. Pourtant, le d√©rangement subi par les oiseaux en raison du bruit et d'une pr√©sence humaine fr√©quente est bien r√©el.«Les cr√™tes neuch√Ęteloises constituent le dernier refuge de l'alouette lulu. D√©rang√©e en p√©riode de reproduction, cette esp√®ce menac√©e sera l'une des premi√®res √† dispara√ģtre» , pr√©vient Val√®re Martin, ornithologue.
«En ce qui concerne les risques de collision, les milans royaux semblent particuli√®rement vuln√©rables» , pr√©cise le sp√©cialiste. Des mesures d'√©vitement peuvent √™tre mises en place pour les oiseaux migrateurs, mais l'ensemble du probl√®me n'est pas pris en compte. Combien d'√©oliennes une oie cendr√©e devra-t-elle esquiver sur son parcours depuis la Scandinavie  ?
http://www.salamandre.net/article/eoliennes-le-desamour/

01/10/16 : Le parc éolien le plus haut d'Europe inauguré en Valais
Le Valais accueille son premier parc √©olien. Perch√© au col du Nufenen, √† 2500 m√®tres d'altitude, il est le plus haut d'Europe. Il a √©t√© inaugur√© vendredi. Son co√Ľt s'√©l√®ve √† 20 millions de francs environ.
Le parc réunit quatre éoliennes et produit 10 gigawatt-heure (GWh) par année, soit l'équivalent de la consommation de quelque 2850 ménages. L'énergie renouvelable produite est injectée dans le réseau général électrique.
La première éolienne pilote a été inaugurée sur le site il y a cinq ans jour pour jour, en présence de Doris Leuthard. Selon la conseillère fédérale, qui avait à nouveau fait le déplacement au col du Nufenen vendredi, le parc éolien de Gries constitue un projet-phare du tournant énergétique comme de la région.
Véhicules spéciaux
Le chantier du premier parc éolien valaisan a constitué un défi: les éoliennes, dont les pales mesurent 45 mètres de long chacune, ont été transportées d'Allemagne par des véhicules spéciaux. Elles ont été acheminées à 2500 mètres environ via la route étroite et sinueuse du col du Nufenen. Des équipes spécialisées les ont ensuite érigées.
Le co√Ľt du parc s'√©l√®ve √† 20 millions de francs environ. Le montant comprend l'installation d'un nouveau transformateur qui sert √©galement √† la centrale hydraulique de Gries. Ce double emploi est une premi√®re en Suisse, souligne SwissWinds.
Trois actionnaires
Le parc éolien valaisan est la propriété de Gries Wind AG. Ses actionnaires sont SwissWinds GmbH (70%), Energie Wasser Luzern (ewl) (20%) et l'entreprise régionale de construction Gombau AG (10%).
Le projet de parc éolien de Gries, dans la commune d'Obergoms, a été lancé en 2007. Les assemblées primaire et bourgeoisiale l'ont approuvé à l'unanimité en 2008. En 2014, SwissWinds et le WWF Haut-Valais se sont accordés sur des mesures complémentaires de protection des chauves-souris et des oiseaux.
L'inauguration du parc éolien de Gries intervient le jour même de l'adoption par les Chambres fédérales de la Stratégie énergétique 2050. Elle prévoit la réduction de la consommation d'énergie et le soutien aux énergies renouvelables.

30/09/16 : EN IMAGES. La plus haute ferme √©olienne d'Europe est en Suisse
http://www.leparisien.fr/environnement/energies/en-images-la-plus-haute-ferme-eolienne-d-europe-est-en-suisse-30-09-2016-6164831.php

15/04/16 : Essertines-sur-Rolle: le projet éolien repart de plus belle
Le projet de parc √©olien rena√ģt apr√®s une p√©riode d'arr√™t: il b√©n√©ficie du soutien du Canton.
Les vents ont tourn√© du c√īt√© d’Essertines-sur-Rolle. Le projet de parc √©olien, dont les pr√©mices remontent √† 2009, avait subi un coup d’arr√™t il y a quatre ans, lorsqu’il avait √©t√© exclu du plan directeur cantonal des sites propices aux projets √©oliens. Skyguide avait √©mis de s√©rieuses r√©serves quant √† la s√©curit√© a√©rienne.
Depuis des tractations ont eu lieu entre le porteur du projet essertinois - les Services industriels de Gen√®ve (SIG) - Vento-Ludens √©tant le d√©veloppeur et Skyguide. La commune d’Essertines-sur-Rolle soutient la d√©marche, √©tant actionnaire minoritaire de EssairVent SA, charg√©e de d√©velopper le projet.
Skyguide √©tant revenu sur ses positions, le projet sera r√©int√©gr√© dans la planification cantonale. Il peut √† nouveau aller de l'avant, √† la plus grande satisfaction des autorit√©s d'Essertines-sur-Rolle. Retrouvez un article complet dans les √©ditions payantes du "Quotidien de La C√īte" de ce vendredi.
http://www.lacote.ch/articles/regions/district-de-nyon/essertines-sur-rolle-le-projet-eolien-repart-de-plus-belle-523983

09/03/15 : Le Conseil des Etats dit "oui" à la construction d'éoliennes en zones forestières
Energie - Le Conseil des Etats s'est prononcé en faveur de la construction d'éoliennes ou de lignes à haute tension en forêt. Il refuse par contre de subventionner les routes d'accès forestières. Le National doit encore se prononcer.


Des éoliennes ou des lignes à haute tension pourraient voir le jour dans les zones forestières. Au nom de la promotion des énergies renouvelables, le Conseil des Etats a ouvert la porte lundi à de telles réalisations dans la loi sur les forêts. Mais il a refusé de subventionner les routes de desserte forestière. Le National doit encore se prononcer.
L'objectif général de la réforme est de répondre aux défis que représentent les organismes nuisibles, les changements climatiques ou la situation économique difficile des exploitants, a souligné Ivo Bischofsberger (PDC/AI) au nom de la commission.
La r√©vision de loi pr√©voit d'accro√ģtre l'exploitation foresti√®re et encourage explicitement l'utilisation du bois, apr√®s des d√©cennies de sous-exploitation. D√©sormais, un article sur la promotion du bois devrait am√©liorer les conditions g√©n√©rales de valorisation et de vente.
La Conf√©d√©ration compte allouer des aides financi√®res. Il faut absolument intervenir pour soutenir l'√©conomie foresti√®re, sachant que le bois √©tranger co√Ľte nettement moins cher que le n√ītre, a fait valoir Werner Luginb√ľhl (PBD/BE).
Installations électriques
Par 34 voix contre 8, la Chambre des cantons a introduit dans la loi une disposition plaçant sur le même plan les intérêts de la réalisation d'installations de production et de transport d'énergie et ceux d'autres intérêts nationaux, comme les forêts. Des défrichements seraient donc possibles et la forêt n'aurait plus forcément la priorité en cas de demande de permis de construire.
La protection des forêts ne devrait cependant pas être remise en question. Il est exclu de construire n'importe quelle ligne électrique, seules les réalisations d'importance nationale entreraient en ligne de compte, selon la conseillère fédérale Doris Leuthard.
Forêts protectrices
Pour le reste, la modification de la loi sur les forêts a été adoptée par 38 voix contre 1. Ainsi, les forêts protectrices devraient obtenir 10 millions permettant de régénérer les peuplements instables. Des indemnités pourront être attribuées après des catastrophes naturelles.
Financement des routes
Finalement, malgré les appels de sa commission, le Conseil des Etats n'a pas retourné sa veste pour ce qui est du financement des routes et autres installations de desserte en dehors des forêts protectrices. Par 29 voix contre 12, il a refusé de faire payer à la Confédération une part d'environ 6 millions de francs.
La promotion de la desserte forestière doit continuer d'incomber aux cantons, comme cela a été décidé en 2008 dans la péréquation financière, a plaidé Georges Theiler (PLR/LU). D'aucuns estimaient que l'extension et l'adaptation des ouvrages de desserte est nécessaire pour pouvoir améliorer l'utilisation du bois suisse.