Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

Faune et flore








31/07/17Pour la première fois, FNE attaque en justice un parc éolien en service
En théorie, animaux, végétaux et énergies renouvelables peuvent vivre en bonne intelligence – comme le prouve par exemple l’agrivoltaïque – mais dans les faits, cette cohabitation fait souvent des dégâts… C’est bien connu et pourtant, la puissante fédération France Nature Environnement (FNE) n’avait jamais attaqué en justice un parc éolien en fonctionnement. Jusqu’à maintenant. Le 30 juin, FNE a assigné en justice EDF Energies Nouvelles, ainsi que 7 sociétés exploitantes, devant le juge civil pour destruction récurrente d’espèces protégées. FNE demande aux défendeurs de lui verser, in solidum, 160 000 € soit 2 000 € par spécimen détruit. En service depuis 2006, le parc attaqué (62 MW, 31 éoliennes) se situe sur le causse d’Aumelas (Hérault), zone de nidification pour 13 espèces de l’annexe 1 de la directive Oiseaux, rappelle FNE dans son assignation.
Les victimes sont essentiellement des faucons crécerellette, tués par collision avec les pales : au moins 33 cadavres ont été retrouvés au sol par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) du...



27/07/17 : Dans l’Hérault, les pales d’éoliennes tuent des oiseaux protégés
Les générateurs d’Aumelas ont abattu 33 faucons crécerellettes. France nature environnement assigne EDF en justice.
Sur le causse d’Aumelas, dans le département de l’Hérault, s’étend un parc éolien d’environ 800 hectares entre deux zones de protection spéciale. Ces surfaces, créées en application de la directive oiseaux, doivent assurer la protection de l’avifaune. Le causse est justement le terrain de chasse du faucon crécerellette, rapace de 75 centimètres d’envergure, et très rare en Europe, qui est revenu coloniser le sud de la France ces dernières années. Il s’agit d’une espèce protégée, classée « vulnérable » au niveau national.
C’est ici que se dressent les éoliennes dont EDF Energies nouvelles (EN) est le gestionnaire. Le site comporte aujourd’hui 31 aérogénérateurs, contre 24 en 2010. A l’année, le parc produit assez d’électricité pour une population de 70 000 habitants environ, soit l’équivalent de l’agglomération de Sète, voisine de la commune d’Aumelas.
La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) de l’Hérault, chargée de suivre sur le site la mortalité des faucons crécerellettes depuis 2010, a retrouvé 33 cadavres au pied des éoliennes. Les animaux sont morts de collision avec les pales. Le code de l’environnement punit les destructions d’espèces protégées de deux ans de prison et 150 000 euros d’amende, mais prévoit des possibilités de dérogation « à condition qu’il n’existe pas d’autre solution satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas au maintien (…) des populations concernées ».
Malgré les demandes écrites de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et de la LPO, EDF-EN n’a jamais déposé de dossier de dérogation, tout en continuant à détruire le faucon crécerellette. La Dreal n’a pas pris d’arrêté de mise en demeure pour obliger EDF-EN à déposer ce dossier.
Etude d’impact
France nature environnement (FNE) a engagé une action en justice contre l’entreprise pour destruction d’espèce protégée, le 30 juin. Dans l’assignation, la fédération de protection de la nature rappelle qu’EDF-EN a connaissance des risques de mortalités par collision du rapace depuis l’étude d’impact conduite en 2006 par la LPO de l’Hérault. Sollicitée, l’entreprise n’a pas souhaité commenter la procédure en cours.
Si EDF-EN déposait un dossier de dérogation, le groupe devrait indiquer la raison impérative majeure justifiant la construction du parc éolien dans cette zone. C’est-à-dire prouver que le parc n’aurait pas pu être aménagé ailleurs. Ce dossier pourrait remettre en question son existence.
L’association de protection des oiseaux, rémunérée par EDF pour réaliser le suivi de mortalité, passe deux fois par semaine, entre mars et novembre, et scrute le sol jusqu’à 50 mètres autour des éoliennes. Le nombre d’oiseaux victimes des palmes pourrait être supérieur aux 33 bêtes retrouvées entre les passages, car des prédateurs, comme des renards, peuvent emporter les rapaces morts. « Potentiellement, on pourrait avoir trois fois plus de cas de mortalité que ceux que nous trouvons », indique Nicolas Saulnier, directeur de la LPO-Hérault. L’association porte aussi la casquette d’opérateur départemental du plan national d’action pour les faucons crécerellettes visant à en augmenter la population. En France, il existe environ 400 couples de ce rapace, et 180 dans le seul département de l’Hérault.
Effarouchement
En 2013, à la suite des premiers cas de mortalité, EDF a mis en place des systèmes de détection et d’effarouchement sur les éoliennes. A l’approche des oiseaux, un appareil émet des sons pour les faire dévier. Mais il semblerait que les faucons crécerellettes soient trop petits pour être remarqués par le système. De plus, l’heure à laquelle les oiseaux chassent, très tôt le matin et très tard le soir, la luminosité est assez faible et ne permet pas à l’appareil de les distinguer. La mortalité des faucons n’a pas été réduite selon la LPO.
Les éoliennes représentent un danger pour la faune volante en général. Ainsi, 13 busards cendrés, autre espèce protégée et en déclin, ont été retrouvés morts par la LPO entre 2010 et 2016 dans le parc d’Aumelas. Le barotraumatisme – la baisse brutale de la pression près des éoliennes – touche également les chauves-souris qui meurent sur le coup. La zone est évitée par certains oiseaux comme les aigles de Bonelli qui perdent ainsi une partie de leur habitat, explique Alain Ravayrol, naturaliste, qui a installé des GPS sur leur dos afin de les suivre.
FNE, tout comme la LPO, rappelle que la fédération n’est pas opposée au développement de l’éolien, mais souhaite que cela se fasse en prenant en compte les enjeux de biodiversité. La France compte 5 760 éoliennes en exploitation selon la LPO, qui a publié une étude sur l’impact du parc éolien français sur l’avifaune en juin. Ce volume est amené à doubler à l’horizon 2023.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/07/27/dans-l-herault-des-oiseaux-proteges-meurent-sous-les-pales-d-eoliennes_5165794_3244.html

19/07/17 : Les parcs éoliens en mer accusés de nuire à la faune marine
Des éoliennes géantes implantées en pleine mer, sur la façade atlantique, sont critiquées par des associations au motif qu'elles nuisent à la faune marine.
«Imaginez 80 éoliennes de plus de 120 m de haut, à 10 km des plages !» se désole Hervé Texier, président de Belle Normandie Environnement. Le futur site éolien en mer dont le militant est le plus proche jouxte des plages très célèbres : celles du Débarquement et son vaste cimetière marin. «C'est une atteinte au patrimoine et au tourisme», estime-t-il.
Aux côtés d'une quinzaine de fédérations d'associations dans les communes concernées et depêcheurs, son association vient de déposer une plainte auprès de la Commission européenne contre les six projets d'éolien en mer autorisés sur la façade Manche- Atlantique, «tous en contradiction avec les politiques de protection de l'environnement marin». Des projets «conduits à marche forcée par l'Etat depuis 2012», disent les militants locaux, qui voient dans ce recours devant les tribunaux européens «la dernière chose qu'il nous reste», estime Hervé Texier.

Les antiéoliens sont amers : le nouveau ministre de l'Environnement tient à accélérer tous les projets d'éolien marin pour atteindre l'objectif de 40 % d'énergies renouvelables dans la production française d'ici à 2030.
Des zones de pêches dévastées
«On est prêts à faire tous les recours possibles, car on est absolument opposés à cette guirlande d'usines offshore sur le littoral français», se désole Jacky Bonnemains, porte- parole de l'association Robin des bois, qui dénonce « une industrialisation de la mer et une technique périmée ». Pour lui, les études d'impact sur l'environnement, la faune marine, et sur la sécurité maritime ne sont pas suffisantes. D'autres dénoncent une «énergie intermittente, qui ne produit qu'un tiers du temps, quand il y a du vent», avance Catherine Boutin, du collectif Pour un littoral sans éolienne.
Au Tréport, les pêcheurs fulminent. «Beaucoup de gens regardent ça de loin, mais nous, on vivra avec ça sous notre nez», glisse Olivier Becquet, gérant de la coopérative locale. En péril, selon lui, la seiche, le barbet et le hareng, qui viennent se reproduire dans les eaux du futur projet, ainsi qu'«un vrai gisement» de coquillages. «On est allés visiter le parc éolien de Thanet, en Angleterre, et on a bien vu les dégâts provoqués par ces piliers de béton sur toute la zone poissonneuse. Les Anglais n'y pêchent plus !» estime-t-il.
Des projets menés depuis des années
Parmi les six parcs éoliens en mer ayant été attribués sur le littoral français, quatre ont reçu leurs autorisations environnementales : Fécamp, Courseulles, Saint-Nazaire et Saint-Brieuc. Deux projets sont encore en attente, ceux de l'île d'Yeu-Noirmoutier et de Dieppe-Le Tréport.
La justice rejette un recours contre le parc éolien en mer au large de Fécamp
Des projets pour lesquels les procédures de concertation avec tous les acteurs, les enquêtes publiques et des études d'impact ont été menées depuis quatre ans. «Ce ne sont pas des projets déposés à la va-vite» résume Matthieu Monnier, de France Energie éolienne, l'association professionnelle des acteurs de l'éolien.
«On a perdu deux ans avec tous ces recours», juge-t-il. Aujourd'hui, chaque parc éolien fait l'objet de «mesures de compensation pour les déséquilibres causés par son implantation», se justifie Engie, impliqué dans trois projets. Le géant de l'énergie se préoccupe ainsi des goélands de l'île d'Yeu ou des oiseaux marins nicheurs vers Dieppe. Il rappelle aussi ses efforts pour limiter l'impact visuel des éoliennes, dans leur alignement, leur espacement ainsi que leur nombre.

02/07/17 : Eoliennes contre oiseaux : la LPO dresse un premier état des lieux
L'impact de l’éolien sur l’avifaune en France est un vieux serpent de mer, brandi régulièrement avec ardeur par le lobby anti-éolien dont on se doute bien qu'il est loin d'être motivé par le seul bien-être des petites bêtes à plumes. Le problème étant que si des suivis environnementaux ont été menés sur de nombreux parcs éoliens français entre 1997 et 2015 par des bureaux d’études et des associations naturalistes, aucune analyse globale et consolidée n’avait été réalisée jusque là, laissant le champ libre à tous les fantasmes, noyant le poisson et jetant le bébé avec l'eau du bain par la même occasion.
Ca c'était avant. Pour la première fois, la Ligue de la protection des oiseaux (LPO), qui n'a pas pour vocation de lutter contre l'énergie éolienne, mais dont le boulot consiste à exercer la plus grande vigilance pour préserver les oiseaux, présente une étude approfondie de la mortalité des oiseaux imputables aux éoliennes à l’échelle nationale, confirmant que si les éoliennes sont bien la cause de morts additionnelles d’oiseaux, on est bien loin du massacre dénoncé par les anti-éoliens. L'association présidée par Allain Bougrain-Dubourg identifie néanmoins certains facteurs d’impact et émet des recommandations pour améliorer l’intégration des parcs éoliens terrestres en réduisant leur impact sur l’avifaune.
197 rapports
Durant un an, la LPO, dont le congrès national s'est tenu ce samedi 1er juillet à Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime), a compilé et analysé 197 rapports de suivis réalisés sur un total de 1 065 éoliennes réparties sur 142 parcs français. L'association a ainsi récolté une masse de données importante mais a également constaté l'existence d'un certain nombre d’indicateurs limités : distribution géographique disparate, suivis parfois dé-corrélés des cycles biologiques des espèces identifiées, disparité des méthodologies mises en œuvre... Voici ses constats et ses recommandations.
La mortalité, extrêmement faible, demeure hétérogène
Premier constat : les défenseurs des oiseaux diront que c'est encore trop, mais le nombre de cas de collisions constatées, extrêmement variable d’un parc à l’autre, apparaît relativement faible au regard de l’effort de prospection mis en œuvre. Selon l'étude de la LPO, 37 839 prospections documentées ont permis de retrouver 1 102 cadavres d’oiseaux. L'estimation de la mortalité réelle (prenant notamment en compte la durée de persistance des cadavres et le taux de détection) varie selon les parcs de 0,3 à 18,3 oiseaux tués par éolienne et par an, des résultats comparables à ceux obtenus aux Etats-Unis (5,2 selon Loss et al, 2013) ou au Canada (8,2 selon Zimmerling et al., 2013).
Premières victimes : les passereaux en migration et les rapaces nicheurs
Les migrateurs, principalement des passereaux, représentent environ 60 % des dépouilles d'oiseaux retrouvées. Les roitelets à triple bandeau et les martinets noirs, impactés principalement lors de la migration postnuptiale, sont les espèces qui tombent le plus souvent sur le champ des éoliennes françaises. Les rapaces diurnes, représentant 23 % des cadavres retrouvés – principalement pendant la période de nidification – forment le deuxième cortège d’oiseaux le plus impacté par les éoliennes.
Statut de protection et zones Natura 2000
Sur les 97 espèces retrouvées, 75 % sont officiellement protégées en France. 10,2 % des cadavres d'oiseaux appartiennent à des espèces inscrites à l’Annexe I de la Directive Oiseaux tels que le faucon crécerellette, le milan royal, le milan noir ou le busard cendré et 8,4 % appartiennent à des espèces considérées comme menacées sur la liste rouge française à l’instar du gobemouche noir, du bruant jaune, etc… La LPO constate que la mortalité directe due aux éoliennes est au moins deux fois plus importante dans les parcs situés à moins de 1 000 m des Zones de Protection Spéciale (ZPS Natura 2000 au titre de la Directive Oiseaux) et qu'elle y affecte bien plus qu’ailleurs les espèces patrimoniales.
Les transitions énergétiques et la biodiversité condamnées à "réussir ensemble"
En substance, afin de mieux protéger les oiseaux sans interdire les éoliennes de résidence en France, la LPO préconise un certain nombre de recommandations, au premier rang desquelles, élaborer sans plus tarder "un protocole de suivi robuste applicable à tous les parcs éoliens, afin de conforter dans le temps le suivi de l’impact des parcs en fonctionnement". Mais aussi, "mieux prendre en compte les migrateurs nocturnes" lors du développement des projets éoliens, préserver les espaces vitaux des rapaces diurnes, premières victimes des éoliennes au regard de leurs effectifs de population et enfin, "rejeter l’implantation d’éoliennes à l’intérieur et à proximité des zones Natura 2000". La LPO ajoute qu'"elle sera particulièrement vigilante sur les projets de simplification des autorisations préalables annoncés par le nouveau gouvernement, en particulier s'agissant du renouvellement des parcs les plus anciens", mis en service avant 2004 et qui sont plus souvent que les autres situés dans des espaces naturels et à proximité des zones Natura 2000.
Nos sociétés ont besoin d'énergie, et d'une énergie propre et non polluante, pour lutter contre le réchauffement climatique. Et, en la matière, pour préserver son avenir et celui de la nature sur la planète, l'humanité est aujourd'hui placée devant des choix fondamentaux. S'il faut tout mettre en oeuvre pour la réduire, la mortalité des éoliennes sur les oiseaux n'est rien au regard de la mortalité engendrée sur l'avifaune et la faune et de la flore en général, en cas de marée noire ou d'un accident nucléaire qui polluerait des territoires entiers pour des siècles (sans parler des victimes humaines). Toutefois, l’acquisition de connaissances spécifiques est nécessaire à l’amélioration de l’intégration environnementale des parcs éoliens. Une position que résume parfaitement Allain Bougrain Dubourg : « les transitions énergétiques ne peuvent s'exonérer de la prise en compte de la biodiversité, les unes et les autres sont condamnées à réussir ensemble ».
►A LIRE
Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune, étude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 : cliquer ICI Les autres impacts potentiels de l’éolien sur la biodiversité ne sont pas pris en compte dans cette étude (dérangement des oiseaux et impacts sur les chiroptères) exclusivement consacrée aux oiseaux.
Impacts des éoliennes sur les oiseaux : diverses études internationales ont montré que les parcs éoliens peuvent perturber l’avifaune : cliquer ICI
http://maplanete.blogs.sudouest.fr/archive/2017/07/02/eoliennes-contre-oiseaux-la-lpo-dresse-l-etat-des-lieux-1058682.html

02/07/17Le milan royal à l'aise en Corrèze
Une aire de nourrissage pour milans royaux a été inaugurée hier samedi 1er juillet à Saint-Bonnet-les-Tours en présence du préfet de Corrèze et d'élus. Ce rapace est classé en liste rouge comme espèce vulnérable. La Corrèze compte 40 couples de milans royaux sur les 50 en Limousin.
A St-Bonnet-les-Tours-de-Merle, la nouvelle aire de nourrissage, alimentée à l'automne et en hiver par des agriculteurs, permettra au milan royal de se sustenter. Ce dernier ne peut pas compter sur les trop rares carcasses d'animaux morts.
Ce sont des morceaux de viande découpée mais au moins on sera sûr de la nature sanitaire de la viande. Bertrand Gaume, préfet de la Corrèze
La reproduction du milan royal se raréfie, il est devenu une espèce gravement menacée. En cause : des techniques agricoles intensives, l'installation d'éoliennes et l'empoisonnement.
Il va se nourrir de rongeurs qui sont empoisonnés, en accumulant les proies, le milan va lui aussi s'empoisonner petit à petit. Mathieu André, SEPOL.
L'aire de nourrissage permettra au milan royal de se refaire une santé et d'assurer un avenir à sa descendance. Une première dans la région et sur ce site, réserve mondiale de biosphère.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/correze/milan-royal-aise-correze-1290503.html

28/06/17 : L’éolien industriel et les abeilles ne vont pas bien ensemble
L’éolien est une énergie renouvelable et écolo, pensaient les deux auteurs de cette tribune, apiculteurs biologiques dans l’Indre. Pourtant, quand ils ont pris conscience des conséquences pour le bocage de l’installation d’engins de 200 m de hauteur, ils ont changé d’avis.
Robert Lefavre et Sébastien Camuzat sont apiculteurs, membres du collectif Bocage en péril. Ce mouvement citoyen interrégional, situé aux confins de l’Indre, du Limousin, de la Haute-Vienne, au sud-est du parc naturel régional de la Brenne, est motivé par la préservation de l’environnement et du bocage. Il se positionne contre la mauvaise gestion des déchets, l’agriculture déraisonnée, et contre les éoliennes industrielles. Ce dernier sujet pose question, car un a priori habituel présente cette technologie comme écologique et renouvelable.

Robert Lefavre, apiculteur à Bonneuil (Indre)
Notre bocage est en voie de disparition. C’est un territoire traditionnellement consacré à l’élevage. Depuis une trentaine d’années, le développement des grandes cultures céréalières et de l’agriculture intensive a entraîné la disparition des haies et de leurs chênes centenaires afin d’agrandir la taille des parcelles. Au cours des dix dernières années, la politique de transition écologique et la libéralisation du marché ont favorisé le développement de nombreux projets éoliens, à savoir 250 éoliennes géantes sur notre territoire.
Je suis agriculteur et apiculteur bio. En 2012, un promoteur m’a proposé l’implantation de deux éoliennes de 180 m de haut pour un loyer substantiel de 6.000 euros par éolienne et par an.
J’ai refusé cette proposition pour plusieurs raisons :
- Il fallait couler 1.500 tonnes de béton armé, en plein champ et dans un sol vivant pour la fondation d’une éolienne. Cela est contraire à mes pratiques agroécologiques ;
- Implanter une structure de 180 m dans un bocage où la hauteur d’un chêne centenaire est d’environ 30 m ferait une rupture dans le paysage ;
- Les nuisances sonores de l’éolienne en rotation (quand il y a du vent), située à environ 800 m de mon habitation, seraient inacceptables. De plus, les infrasons, préjudiciables pour l’homme, seraient également un risque pour les ruchers en production (perte de repères des abeilles pour retrouver leurs ruches) ;
- Lors des migrations, des grues cendrées se posent sur mon étang et seraient perturbées par la présence d’éoliennes. Les chauves-souris présentes à la lisière des bois éclatent à proximité des pales ;
- Mes enfants ont des projets d’accueil à la ferme et de résidence d’artistes. L’impact de la présence d’éoliennes à proximité serait négatif sur une clientèle urbaine et souvent étrangère qui recherche le calme et la qualité de vie.
Aujourd’hui, nous sommes 29 associations contre la destruction des paysages, la disparition de la biodiversité et pour le maintien de notre patrimoine culturel et historique. Nous luttons pour la survie de nos activités et pour transmettre aux générations futures un métier en harmonie avec leur environnement et la nature.

Nous n’avons qu’une seule planète, protégeons-la !
Sébastien Camuat est apiculteur à Saint-Gilles (Indre)
Avec ma compagne, nous sommes apiculteurs bio depuis une petite dizaine d’années. J’étais au départ favorable à l’énergie éolienne, étant moi-même écologiste au quotidien, autonome en énergie, utilisateur d’une petite éolienne domestique. Avec notre installation, l’essentiel de nos consommations est couvert par des panneaux solaires photovoltaïques (12m2), qui produisent tout le temps. Nous habitons une maison patrimoniale, basse consommation et auto-rénovée.
Sur place, nous accueillons ponctuellement des publics — lycées, collèges, particuliers — en lien avec notre modèle énergétique : autonomie sur un petit volume de production, avec de basses consommations énergétiques.
Mon avis sur l’éolien a évolué depuis que nous devons faire face à une déferlante de projets gigantesques (près de 200 m de haut) dans notre secteur de production apicole.
Le projet de 15 éoliennes en face de notre exploitation a été rejeté par le préfet de l’Indre, du fait en particulier d’un dossier plein de lacunes. Ce projet impliquait une forte déforestation du bois contigu, et était proche de deux lignes à très haute tension qui abîment déjà fortement le paysage.
Mais il y a encore 230 projets d’éoliennes de 180 m de haut dans les alentours.
En particulier, un de nos ruchers les plus productifs est menacé par deux projets (23 éoliennes), qui impliqueront, s’ils voient le jour, la déforestation du lieu. Des dizaines d’hectares de forêt de châtaigniers et des haies risquent d’être rasés, en lisière d’une zone Natura 2000, ainsi qu’une bande sauvage qui fait le bonheur des marcheurs et autres curieux de la nature.
Il en va de même pour nos autres ruchers, qui sont menacés par des projets de parcs éoliens similaires… Soit par la déforestation directe des emplacements soit par les infrasons qui seront générés par ces machines géantes.
Dans le secteur, nous produisons entre trois et cinq tonnes de miel biologique. Celui-ci est très demandé et nous tombons en rupture de stock tous les ans. Les emplacements de production de miel biologique sont de plus en plus difficiles à trouver en France, et les espaces reculent tous les jours un peu plus.
La transition énergétique doit être faite, mais pas n’importe comment. Le bocage est un lieu de vie qui doit être respecté. L’avenir se trouve dans une production énergétique douce et une réduction des consommations. Utilisons notre intelligence individuelle et collective pour que modernité rime avec sobriété.

https://reporterre.net/L-eolien-industriel-et-les-abeilles-ne-vont-pas-bien-ensemble


27/06/17 : Les éoliennes tuent plus d'oiseaux près des zones protégées
S’il est "relativement faible", le nombre d'oiseaux retrouvés morts à la suite d'une collision avec des éoliennes est "extrêmement variable" d'un parc à l'autre et deux fois plus important à proximité des zones protégées de type Natura 2000, a indiqué la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) dans une étude publiée le 20 juin. L’association formule aussi plusieurs recommandations pour limiter l’impact des éoliennes sur la mortalité des oiseaux.
Quel est l’impact des éoliennes sur la mortalité des oiseaux ? Pour la première fois, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) a réalisé une étude approfondie sur le sujet dont les résultats ont été publiés le 20 juin. L’association, qui a compilé 197 rapports de suivis des impacts de 1.065 éoliennes implantées en France dans 142 parcs, pointe d’abord une mortalité hétérogène. L'estimation de la mortalité réelle varie, selon les parcs, de "0,3 à 18,3 oiseaux tués par éolienne et par an", précise-t-elle. Pour elle, le nombre de collisions constatées "apparaît relativement faible au regard de l'effort de prospection mis en oeuvre", soit 37.839 recherches documentées ayant permis de retrouver 1.102 cadavres d'oiseaux.
Surmortalité due aux parcs anciens près des zones protégées
Toutefois, la LPO souligne que "la mortalité directe due aux éoliennes est au moins deux fois plus importante dans les parcs situés à moins de 1.000 mètres des zones de protection spéciale", de type Natura 2000. Les parcs éoliens les plus anciens étant plus souvent que les autres situés à proximité d'espaces naturels protégés, "il conviendra d'être très vigilant" lors du renouvellement des autorisations de ces infrastructures, estime donc l’association. "Les transitions énergétiques ne peuvent s'exonérer de la prise en compte de la biodiversité et sont condamnées à réussir ensemble", souligne dans un communiqué Allain Bougrain-Dubourg, le président de la LPO.
Migrateurs et rapaces diurnes, principales victimes
La mortalité par collision avec une éolienne a principalement concerné des passereaux en migration (60%). Les roitelets à triple bandeau et les martinets noirs, touchés principalement lors de la migration postnuptiale, sont les espèces les plus dénombrées sous les éoliennes françaises. Les rapaces diurnes représentent quant à eux 23% des cadavres retrouvés - surtout en période de nidification - soit le deuxième cortège d’oiseaux victimes des éoliennes. Parmi les 97 espèces touchées, 75% sont protégées en France, tels le faucon crécerellette, le milan royal, le milan noir ou le busard cendré.
Pour limiter l'impact des éoliennes sur la faune, la LPO formule plusieurs recommandations. Elle conseille ainsi d’"élaborer sans plus tarder un protocole de suivi applicable à tous les parcs éoliens afin de conforter dans le temps le suivi de l’impact des parcs en fonctionnement ", de "mieux prendre en compte les migrateurs nocturnes lors du développement des projets éoliens", de "préserver les espaces vitaux des rapaces diurnes" et de "rejeter l'implantation d'éoliennes à l'intérieur et à proximité des zones de protection spéciale".
http://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250279387471

26/06/17Allain Bougrain-Dubourg (LPO) : "Oui aux éoliennes mais pas n'importe comment"
La Ligue de protection des oiseaux vient de mener une étude approfondie sur la cohabitation de l'éolien et des oiseaux. Sur franceinfo, le président de la LPO, Allain Bougrain-Dubourg, déplore une mortalité accrue près des zones protégées et fait plusieurs recommandations
. 
Les éoliennes sont-elles des tueuses d'oiseaux ? La Ligue de protection des oiseaux (LPO) a dévoilé, mardi 20 juin, les conclusions de la première étude approfondie dans ce domaine. L'association a épluché les rapports de naturalistes et de bureaux d'études, réalisés entre 1997 à 2015, sur les 1 065 éoliennes implantées sur le territoire français et les 1 102 cadavres d'oiseaux tués par ces machines à pales et à hélices.
Sur franceinfo, le président de la LPO, Allain Bougrain-Dubourg, a déploré une mortalité accrue près des zones protégées et fait plusieurs recommandations pour les futures implantations de parcs.
franceinfo : Que préconise la LPO pour les nouvelles installations ?
Allain Bougrain-Dubourg : Nous sommes favorables aux énergies renouvelables. Mais pas n'importe où, pas n'importe comment. Si vous mettez de l'éolien sur une zone de migrations, vous êtes sûr que vous allez avoir un impact épouvantable. C'est justement ce que la LPO condamne. Jusqu'en 2004 globalement, on implantait des éoliennes un peu partout, sans faire véritablement d'études d'impact. On se rend compte que cela impactait notamment tous les migrateurs.
Nous ne voulons pas d'éoliennes dans les ZPS, les Zones de protection spéciale -Natura 2 000- là où on a évalué la plus grande richesse en biodiversité, donc il s'agit simplement de les mettre ailleurs. On voit que l'avenir c'est l'offshore, il y a un projet initié par Ségolène Royal [l'ex-ministre de l'Environnement] au large d'Oléron, et bien c'est en pleine zone de protection spéciale, ce n'est pas acceptable. Même les Aires marines protégées (AMP), qui sont des établissements publics, de l'État, trouvent que cela n'est pas fonctionnel. Donc : oui aux éoliennes mais pas n'importe comment.
Selon votre rapport, les éoliennes tuent entre 0,3 et 18,3 oiseaux chaque année en moyenne. Ce n'est pas une hécatombe...
Il faut être clair : les oiseaux qui se cognent sur des baie vitrées ou encore la prédation par les chats, c'est beaucoup plus important évidemment. Mais cela ne signifie pas que l'on doit rester indifférent. Pour moi, la transition énergétique ne peut pas s’exonérer de la prise en compte de la biodiversité. C'est valable pour le photovoltaïque etc.
Quand vous donnez ces chiffres, par exemple, c'est une moyenne un peu ridicule parce que vous avez des éoliennes très, très impactant où il peut y avoir des dizaines et des dizaines d'oiseaux qui vont être tués et d'autres pas du tout. On a pu justement faire valoir dans notre enquête qu'il y avait un peu d'incohérence dans les analyses et qu'on faisait des moyennes qui n'ont aucun sens en vérité.

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/alain-bougrain-dubourg-lpo-oui-aux-eoliennes-mais-pas-n-importe-comment_2255303.html

23/06/17ÉOLIENNES : QUEL IMPACT SUR LA MORTALITÉ DES OISEAUX ?
La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) a publié, mardi 20 juin, une étude nationale inédite sur la mortalité des oiseaux due aux éoliennes. Selon l’association, les éoliennes présentent un risque plus important pour les oiseaux dans les zones “natura 2000”. Toutefois, le taux de mortalité reste faible.
Bien que des suivis environnementaux aient été menés sur de nombreux parcs éoliens français entre 1997 et 2015, aucune analyse globale n’avait été réalisée. C’est pour cela que la LPO a compilé et analysé pendant un an, 197 rapports de suivis réalisés sur un total de 1065 éoliennes et ce, réparties sur 142 parcs français. La ligue a pu constater un certain nombre d’indicateurs limités : distribution géographique disparate, suivis parfois décorrélés des cycles biologiques des espèces identifiées et la disparité des méthodologies mises en oeuvre. Mais elle a ainsi pu récolter une masse de données importantes.
Le nombre de cas de collisions constatées par la LPO est variable d’un parc à l’autre. Il apparaît aussi relativement faible face à l’effort de prospection mis en oeuvre. C’est plus de 37 839 documents qui ont permis de retrouver 1 102 cadavres d’oiseaux. L’estimation de la mortalité réelle, elle, varie selon les parcs éoliens de 0,3 à 18,3 oiseaux tués par an. Ces résultats sont comparables à ceux relevés aux États-Unis et au Canada.
Les espèces les plus touchées sont les rapaces nicheurs et les passereaux
60% des cadavres retrouvés sont principalement des passereaux. Les Roitelets à triple bandeau et les martinets noirs sont les espèces les plus nombreuses au pied des éoliennes françaises. Quant aux rapaces diurnes, ils représentent 23% des cadavres retrouvés. Sur les 97 espèces d’oiseaux, 75% sont officiellement protégées en France. À noter que 10,2% des cadavres sont des espèces inscrites à l’annexe I de la Directive Oiseaux. On retrouve donc le Faucon crécerellette, le Milan royal, le Milan noir et le Busard cendré. 8,4% d’entre eux sont considérés comme des espèces menacées sur la liste rouge française.
Cette mortalité due aux éoliennes est deux fois plus importante dans les parcs situés à moins de 1 000 mètres des zones de protection spéciales (ZPS), appelées aussi zones Natura 2000. À savoir que les parcs les plus anciens, mis en service avant 2004, sont plus souvent situés dans des espaces naturels et à proximité de ZPS.
Les mesures préconisées par la LPO
Suite à ce constat, l’association demande donc de refuser l’implantation de parcs éoliens dans les zones de protection spéciales et ce, dans une zone tampon d’au moins un kilomètre. Les ZPS représentent d’ailleurs 8% du territoire métropolitain. La Cour de justice de l’Union européenne avait jugé en 2011, qu’une réglementation nationale interdisant l’implantation d’éoliennes en zones Natura 2000 n’était pas contraire au droit communautaire.
L’association préconise également de ne pas implanter des éoliennes à proximité des sites de reproduction et de préserver les espaces vitaux de ces espèces. “Aucun suivi n’a permis de démontrer l’efficacité de dispositifs techniques visant à réduire leur mortalité par collision avec les éoliennes”, explique la LPO, dans son communiqué. Elle suggère aussi de prendre en compte les principales voies de déplacement des espèces migratoires, mais aussi des migrations nocturnes pour la mise en place de nouveaux projets éoliens.
Concrètement la LPO demande que des radars ornithologiques soient déployés plus fréquemment à l’échelle des projets mais également dans le cadre de la planification régionale.
Ne pas réhabiliter certains parcs éoliens
De nombreux parcs éoliens arrivent en fin de vie, surtout que de nombreux contrats d’achat d’électricité ont une durée de 15 ans et arrivent bientôt à terme. “Il s’agit là d’une opportunité unique de réduire l’impact du parc éolien français sur l’avifaune en faisant le choix de ne pas remplacer certaines éoliennes très problématiques”, indique la LPO.
Celle-ci souhaite donc élaborer “un protocole de suivi robuste applicable à tous les parcs éoliens” afin de conforter dans le temps le suivi de l’impact des parcs en fonctionnement. Bien qu’un protocole ait été reconnu en 2015, celui-ci ne précise ni les périodes, ni les surfaces, ni la fréquence de prospection.

http://actualites.reponse-conso.fr/limpact-eoliennes-mortalite-oiseaux/

22/06/17 : Oiseaux: éloigner les éoliennes des zones protégées

Les éoliennes ne doivent plus être implantées à proximité des zones de protection spéciale (ZPS), estime la Ligue de protection des oiseaux (LPO). Selon le bilan national qu’elle a publié mardi 20 juin, la mortalité y serait deux fois plus élevée chez les oiseaux.
Extrait : La LPO a analysé 197 rapports de suivi effectués entre 1997 et 2015 sur 1.065 éoliennes réparties dans 142 parcs français. Ces rapports font état de 1.102 cadavres d’espèces, pour une mortalité variant entre 0,3 et 18,2...
http://www.journaldelenvironnement.net/article/oiseaux-eloigner-les-eoliennes-des-zones-protegees,83914

20/06/17Impact de l’éolien sur l’avifaune en France : la LPO dresse l’état des lieux
La LPO présente pour la première fois une étude approfondie de la mortalité des oiseaux imputables aux éoliennes à l’échelle nationale, identifie certains facteurs d’impact et émet des recommandations pour améliorer l’intégration des parcs éoliens terrestres en réduisant leur impact sur l’avifaune.
Si des suivis environnementaux ont été menés sur de nombreux parcs éoliens français entre 1997 et 2015 par des bureaux d’études et des associations naturalistes, aucune analyse globale et consolidée n’avait été réalisée jusqu’ici. Pour répondre à ce besoin, la LPO a compilé et analysé pendant un an 197 rapports de suivis réalisés sur un total de 1 065 éoliennes réparties sur 142 parcs français. Elle a ainsi récolté une masse de données importante mais a également constaté l'existence d'un certain nombre d’indicateurs limités : distribution géographique disparate, suivis parfois décorrélés des cycles biologiques des espèces identifiées, disparité des méthodologies mises en œuvre.
Un constat à prendre en compte pour limiter les risques
La mortalité demeure hétérogène
Le nombre de cas de collisions constatées est extrêmement variable d’un parc à l’autre et apparaît relativement faible au regard de l’effort de prospection mis en œuvre : 37 839 prospections documentées ont permis de retrouver 1 102 cadavres d’oiseaux. L’estimation de la mortalité réelle (prenant notamment en compte la durée de persistance des cadavres et le taux de détection) varie selon les parcs de 0,3 à 18,3 oiseaux tués par éolienne et par an, des résultats comparables à ceux obtenus aux Etats-Unis (5,2 selon Loss et al, 2013) ou au Canada (8,2 selon Zimmerling et al., 2013).
Les passereaux en migration et les rapaces nicheurs sont les espèces les plus impactées
Les migrateurs, principalement des passereaux, représentent environ 60 % des cadavres retrouvés. Les roitelets à triple bandeau et les martinets noirs, impactés principalement lors de la migration postnuptiale, sont les espèces les plus dénombrées sous les éoliennes françaises. Les rapaces diurnes, représentant 23 % des cadavres retrouvés – principalement pendant la période de nidification – forment le deuxième cortège d’oiseaux impacté par les éoliennes.
Statut de protection et état de conservation
Sur les 97 espèces retrouvées, 75 % sont officiellement protégées en France. 10,2 % des cadavres appartiennent à des espèces inscrites à l’Annexe I de la Directive Oiseaux tels que le Faucon crécerellette, le Milan royal, le Milan noir ou le Busard cendré et 8,4 % appartiennent à des espèces considérées comme menacées sur la liste rouge française à l’instar du Gobemouche noir, du Bruant jaune, etc…
L’implantation des éoliennes dans ou à proximité des ZPS (Natura 2000) génère la plus grande mortalité
La mortalité directe due aux éoliennes est au moins deux fois plus importante dans les parcs situés à moins de 1 000 m des Zones de Protection Spéciale (zones Natura 2000 au titre de la Directive Oiseaux) et elle y affecte bien plus qu’ailleurs les espèces patrimoniales.
Les parcs les plus anciens – ceux mis en service avant 2004 – étant plus souvent que les autres situés dans des espaces naturels et à proximité des ZPS, il conviendra d’être très vigilant pour toute démarche qui consisterait à simplifier leur renouvellement sans prise en compte sérieuse des enjeux biodiversité.
La LPO préconise 4 mesures
Élaborer sans plus tarder un protocole de suivi robuste applicable à tous les parcs éoliens afin de conforter dans le temps le suivi de l’impact des parcs en fonctionnement.
Mieux prendre en compte les migrateurs nocturnes lors du développement des projets éoliens.
Préserver les espaces vitaux des rapaces diurnes, premières victimes des éoliennes au regard de leurs effectifs de population.
Rejeter l’implantation d’éoliennes à l’intérieur et à proximité des ZPS.
La LPO sera particulièrement vigilante sur les projets de simplification des autorisations préalables annoncés par le nouveau gouvernement, en particulier s'agissant du renouvellement des parcs les plus anciens.
Pour Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO : « les transitions énergétiques ne peuvent s'exonérer de la prise en compte de la biodiversité et sont condamnées à réussir ensemble ».
Plus d’informations
Consultez le communiqué de presse
Téléchargez l’étude
Consultez la position de la LPO sur les énergies renouvelables
Les autres impacts potentiels de l’éolien sur la biodiversité ne sont pas pris en compte dans cette étude (dérangement des oiseaux et impacts sur les chiroptères) exclusivement consacrée aux oiseaux.
https://www.lpo.fr/actualites/impact-de-l-eolien-sur-l-avifaune-en-france-la-lpo-dresse-l-etat-des-lieux

13/06/17 : Agrifaune met l’agroécologie à l’honneur

Aux Culturales, un stand réunit différents partenaires d'Agrifaune, des travaux réalisés en faveur de l’aménagement du territoire.
Les partenaires Agrifaune (FNC, ONCFS, FNSEA, APCA, Symbiose, …) font stand commun à l’occasion des Culturales 2017. Ils investissent le stand B74, avec un objectif : mettre en avant les travaux réalisés en faveur de l’aménagement du territoire et de l’amélioration des pratiques agricoles.
L’occasion de découvrir ou de redécouvrir la marque Agrifaune Interculture, créée pour promouvoir les couverts d’interculture agri-faunistiques. « Ce sont des couverts qui répondent à la fois aux exigences agronomiques, écologiques et économiques des agriculteurs. Ils ont ainsi des intérêts pour la production agricole mais aussi pour la faune sauvage », commente Solène Allart-Destreil de la Fédération départementale des chasseurs de la Marne.
Lors des Culturales, la présentation du Sem’Obord s’annonce comme l’un des temps forts. Ce semoir permet de restaurer la biodiversité en bordure de champs et de limiter le développement des adventices. Concrètement, l’outil est composé d’un rotavator et d’un semoir à petites graines avec une régulation à débit proportionnel de l’avancement, le tout placé au bout d’un bras d’élagage. Ainsi, l’accès d’un côté ou de l’autre de la bordure est très aisé. « Le Sem’Obord permet de travailler le sol sur une faible largeur, de semer et d’appuyer le semis avec un rouleau », détaille Bruno Heckenbenner de la Chambre d’agriculture de la Meuse.
Dans les autres thématiques qui sont mises en avant sur le stand Agrifaune, il y a aussi le partenariat éolien que la Fédération des chasseurs vient de nouer avec Engie Green. Et les visiteurs peuvent également profiter pour discuter des thématiques placées au centre des missions d’Agrifaune, comme les impacts du machinisme sur la faune sauvage.

http://www.la-marne-agricole.com/Article/1597/Agrifaune_met_l_agroecologie_a_l_honneur

03/05/17 : La Commission européenne lance un plan d'action pour la biodiversité teinté d'économisme
Renforcer le réseau Natura 2000 mais établir aussi un lien entre protection de la nature et activités socio-économiques. C'est ce que prévoit la Commission dans son plan d'action pour la biodiversité.

L'avenir des directives Oiseaux et Habitats, qui servent de fondement au réseau européen Natura 2000, avait été un temps menacé par le nouvel exécutif européen. Après la réalisation d'un bilan de qualité et une mobilisation de citoyens, d'ONG et des ministres de l'Environnement de plusieurs Etats membres en faveur de leur maintien, l'exécutif européen décidait en décembre dernier de préserver ces deux outils. Quatre mois après, il présente un plan d'action destiné à les améliorer. Constitué de quinze actions, ce plan doit être mis en oeuvre dès cette année, de telle sorte que l'exécutif européen puisse présenter un rapport sur leur mise en oeuvre au terme de son mandat en 2019. Bruxelles souhaite renforcer la gestion du réseau Natura 2000 mais aussi "garantir une meilleure cohérence avec des objectifs socio-économiques plus larges". Concilier protection de la biodiversité et activités économiques "Une application trop rigide des règles de protection des espèces, les retards et les charges administratives d'une lourdeur injustifiée touchant les procédures d'octroi de permis dans les sites protégés, et la sensibilisation insuffisante des parties prenantes peuvent susciter des tensions inutiles entre protection de la nature et activités socio-économiques", constate la Commission dans la communication qu'elle adresse aux autres institutions de l'UE. Pour remédier à cela, elle prévoit d'établir des lignes directrices sur les procédures d'"octroi de permis dans les sites protégés (sic)", ainsi que sur la protection et la gestion des espèces.
Elle établira aussi des lignes directrices spécifiques à certains secteurs tels que les parcs éoliens, l'énergie hydroélectrique et l'aquaculture. "De nouvelle lignes directrices concernant l'intégration des services écosystémiques dans la prise de décision seront également mises à disposition", ajoute l'exécutif européen. Ce dernier souhaite donc préserver la biodiversité mais pas de manière gratuite puisqu'il souhaite aussi "tirer parti des avantages économiques liés à la protection de la nature". "Nous établissons une base solide permettant de concilier la protection de la biodiversité avec les activités économiques, notamment les investissements dans notre patrimoine naturel", a confirmé Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne pour l'emploi, la croissance, l'investissement et la compétitivité. Aider les Etats à mettre en place les mesures de conservation En même temps, la Commission européenne prévoit de renforcer le réseau Natura 2000, dont la gestion a fait l'objet de nombreuses critiques de la Cour des comptes européenne en février dernier. Pour cela, elle souhaite combler les lacunes relatives au milieu marin et aider les Etats membres à mettre en place les mesures de conservation nécessaires pour tous les sites. Bruxelles prévoit aussi de poursuivre l'élaboration des plans d'action pour les espèces et les habitats les plus menacés, et de mettre en place des plateformes d'échange sur la coexistence avec les espèces conflictuelles telles que le loup. Pour accompagner ces mesures, elle prévoit un soutien financier : augmentation de 10% du budget du programme Life consacré aux projets en faveur de la conservation de la nature, encouragement de l'investissement du secteur privé grâce au mécanisme de "financement du capital naturel", partenariat entre la Commission européenne et la Banque européenne d'investissement (BEI) fournissant des prêts et des investissements sur mesure, amélioration des synergies avec la politique agricole commune (PAC). La Commission prévoit aussi d'établir des lignes directrices afin de "soutenir le déploiement d'infrastructures vertes en vue de mieux interconnecter les zones Natura 2000". Cela signifie pour la France la "mise en oeuvre de la trame verte et bleue", se félicite France Nature Environnement, qui salue le plan tout en le jugeant insuffisant pour atteindre les objectifs de la Stratégie européenne pour la biodiversité d'ici 2020. Pour y parvenir, estime la fédération d'associations de protection de la nature, il reste indispensable de rendre compatibles les politiques des transports, de la pêche et de l'énergie avec ces objectifs, et de revoir en profondeur la politique agricole commune.
https://www.actu-environnement.com/ae/news/biodiversite-plan-action-activites-economiques-commission-europeenne-28920.php4


Aisne : éoliennes contre cigognes noires (17/03/2017)
http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/picardie/aisne/watigny-02-eoliennes-contre-cigognes-noires-1216799.html
Un parc éolien pourrait voir le jour sur les commune de Martigny, Leuze et Any-Martin-Rieux dans l'Aisne, à proximité de la forêt de Saint-Michel. Classée Natura 2000, des cigognes noires y nichent. La société à l'origine du projet promet un impact zéro. Les ornithologues locaux sont sceptiques.

19/01/17 : Eoliennes et oiseaux: le problème est plus sérieux qu’il n’en a l’airIl est facile d’ironiser sur les quelques volatiles tués par les pales des éoliennes. Mais pour certaines espèces, telles le gypaète barbu, une mortalité en très légère hausse est une menace pour leur survie, explique Raphaël Arlettaz, professeur à l’Université de Berne
Dans Le Temps du 29 novembre, on critique les ornithologues qui feraient du foin pour quelque 20 pauvres volatiles tués par éolienne bon an mal an. Certains promoteurs et politiciens considèrent que ce ne sont là que «peanuts, une éolienne tuant moins qu’un chat», pour faire bref.
Le problème n’est pas tant la mortalité induite par les éoliennes, mais le fait qu’il s’agit d’une nouvelle cause de mortalité qui va s’ajouter aux pièges déjà existants: trafic routier et ferroviaire ainsi que bâtiments vitrés, en accroissement constant. Dans un monde de plus en plus technique, les populations d’oiseaux sauvages ne cessent pour la plupart de diminuer, essentiellement par perte d’habitats naturels. Comme il n’est pas possible d’augmenter leur taux de reproduction, pour conserver l’équilibre démographique, on ne peut que tenter de réduire les facteurs de mortalité.
Pas de soucis à se faire pour les pinsons
Bien sûr, les différentes espèces d’oiseaux ne sont pas égales face au danger représenté par les éoliennes. Le pinson des arbres par exemple, espèce abondante dans toute l’Europe, sentira à peine les pertes occasionnées par quelques milliers de destins foudroyés lors des déplacements migratoires. Il en va tout autrement des grands voiliers, naturellement rares, comme la cigogne, le milan royal, l’aigle royal ou le gypaète barbu (soit dit en passant rarement victime des chats!).
Prenons le cas du gypaète barbu, réintroduit à grands frais dans les Alpes, entre autres par le WWF suisse – qui semble soudain aveuglément assujetti à l’industrie éolienne. Selon nos modèles démographiques, une faible augmentation de mortalité pourrait avoir des conséquences fatales pour son avenir.
Le gypaète menacé
Les quelque 200 gypaètes barbus adultes qui forment actuellement la population alpine 30 ans après les premières réintroductions, affichent un taux de survie annuelle de 96%. C’est-à-dire que 8 de ces 200 adultes meurent «naturellement» chaque année. Or, selon nos projections démographiques, si 13 adultes au lieu de 8 devaient périr bon an mal an, soit seulement 5 de plus, par exemple tués par les éoliennes projetées sur les cols et les crêtes, et ceci dans les Alpes prises dans leur ensemble, on devrait se faire du souci pour l’avenir de notre prince des airs réhabilité à grands frais!
Nos études à l’Université de Berne ne se contentent pas d’analyser les problèmes. Nous avons montré qu’une manière de compenser la mortalité supplémentaire causée par les éoliennes consisterait à assainir les milliers de pylônes électriques suisses mal conçus qui électrocutent des centaines, sinon des milliers de grands oiseaux (cigognes, rapaces diurnes et nocturnes, etc.). Justement ceux dont la reproduction est trop lente pour équilibrer une nouvelle source de mortalité. Las, cette stratégie compensatoire n’a jusqu’ici trouvé grâce ni auprès de l’administration fédérale, ni guère d’ailleurs auprès des ornithologues, alors qu’elle serait à la fois pragmatique, car facile à mettre en œuvre, et doublement efficace si l’on songe aux pertes économiques que les cas d’électrocution entraînent sur les réseaux de distribution.
Chauves-souris affectées aussi
Un autre groupe est potentiellement affecté par les éoliennes: les chauves-souris. Une étude d’un de nos étudiants en master a montré qu’en ne les faisant fonctionner, nuitamment, que lorsque le vent souffle à plus de 5 m/s on éviterait l’essentiel des collisions avec les pales: en effet les chauves-souris ne sont pratiquement pas actives à la hauteur des pales lorsque le vent souffle au-delà de cette valeur. Les chiroptères se rabattent alors vers le sol et le couvert des arbres pour chasser. La perte de production d’énergie entraînée par cette mesure toute simple est infime car les éoliennes ne produisent que très peu d’électricité à basse vitesse.
Le développement de l’éolien se doit non seulement d’appliquer le principe de précaution, normalement cher aux élus écologistes, mais également faire l’objet d’une stricte planification du territoire. D’autant plus qu’il s’agit d’infrastructures techniques qui sont souvent implantées dans des paysages encore relativement intacts et hors des zones constructibles.
Espace alpin des grands rapaces
La solution pour assurer la coexistence entre, par exemple, les milans, les cigognes, les craves, les aigles, les gypaètes et les éoliennes consiste à éviter de les ériger dans les secteurs les plus fréquentés par ces grands voiliers. Nous sommes justement en train de construire des modèles prédictifs de l’utilisation de l’espace alpin par ces rapaces.
Une fois croisés avec les cartes du potentiel éolien, ces modèles spatiaux devraient permettre de définir des zones et des conditions à éviter absolument pour l’implantation des turbines, en raison de conflits potentiels trop élevés. En d’autres termes, on pourrait ainsi véritablement planifier le déploiement de l’industrie éolienne au lieu, comme c’est le cas actuellement, de réagir au coup par coup lorsqu’un projet sort des tiroirs. Notre groupe de recherche est en quête de financement pour une telle modélisation sur l’ensemble des Alpes suisses. Voilà donc une approche pragmatique et soucieuse du développement durable.
Nos élus verts sont très engagés dans la promotion des énergies renouvelables, mais il ne faudrait pas pour autant qu’ils délaissent la protection du paysage, de la nature et de la faune. Qui s’en soucierait sinon?



- Bruxelles épingle trois États membres sur l’environnement
http://www.sfepm.org/eoliennescs.htm
A l'heure du développement durable, les éoliennes représentent une énergie renouvelable intéressante.
Or la construction des parcs éoliens n’est pas toujours sans effet sur les populations d’espèces animales, comme les oiseaux et les chauves-souris, qui utilisent le vol comme moyen de locomotion. ....


- SUIVIS DES IMPACTS DES PARCS ÉOLIENS TERRESTRES SUR LES POPULATIONS DE CHIROPTERES

L’ÉOLIEN ET SES IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT
http://www.observatoire-environnement.org/OBSERVATOIRE/L-eolien-et-ses-impacts-sur-l.html
L’impact des éoliennes sur la faune touche principalement les oiseaux et les chiroptères. Leur implantation peut avoir des conséquences perturbantes sur les voies de migration et sur les corridors entre zones de reproduction, de repos ou d’alimentation (des mortalités ont été observées résultant de la collision avec les éoliennes ou provenant de l’effet déviant des vols vers des lignes électriques). Elle peut également avoir un impact négatif sur la territorialisation des oiseaux au sein même des champs d’éoliennes et aux alentours (effet du bruit). Les incidences de la mise en place de l’équipement et des nouvelles structures de distribution de l’électricité sur les habitats existent également.
La région Poitou-Charentes se situe sur l’axe de migration atlantique. Celle-ci constitue un lieu de reproduction, de nourrissage et de reposoir pour de nombreuses espèces. Ces flux passent dans les zones les plus ventées. De même, ces zones regroupent des habitats très protégés (sites Natura 2000, ZNIEFF, zones humides remarquables…).....


Les éoliennes pourraient attirer les chauves-souris
http://www.journaldelenvironnement.net/article/les-eoliennes-pourraient-attirer-les-chauves-souris,76362
Les chauves-souris sont plus vulnérables aux éoliennes que ne l’avancent les évaluations d’impact environnemental menées avant leur implantation. C’est ce que révèle une étude britannique publiée dans la revue Current Biology, qui suggère même que les chiroptères seraient attirés vers les pales......

- Oiseaux, chauves-souris et autres victimes de l’éolien
http://www.cduvent.org/sgoinfre/oiseaux-chauves-souris-autres-victimes-de-l-eolien.pdf

Impact des éoliennes sur l’avifaune
http://www.conservation-nature.fr/article2.php?id=90
Les parcs éoliens de nombreux pays européens sont en pleine expansion actuellement. Cette augmentation n'est pas sans conséquence pour l'avifaunne : collision, déplacement à cause des dérangements, effet de barrière ou perte d'habitats. Les différentes conséquences sont ainsi détaillées.....


19/10/16 : Eoliennes, l’illusion durable
On nous prédit plus d’ éoliennes, plus d’énergie propre. Ces vertes promesses ont-elles vraiment la nature à cœur ? Enquête sous le vent de la polémique.
Les pales des éoliennes s’étendent, lisses et immaculées. Avec elles, la perspective d’un avenir énergétique sans émissions de CO2. Une vertu à la mode, vantée par le gouvernement, par le lobby de l’éolien, mais aussi par les grandes organisations écologistes tels le WWF et Greenpeace. Mais derrière l’image séduisante, la réalité. Celle d’une technologie pas si propre que ça.
Vous avez dit verte ?
Forte de 3000 éoliennes, la France a pour objectif d’atteindre un parc de plus de 10’000 machines d’ici à 2020, dont un millier en mer. Présentée comme une alternative au nucléaire, la production d’énergie éolienne totale n’équivaudra alors qu’à celle d’un seul réacteur, sur les 58 que compte le pays. De plus, comme le vent souffle par intermittence, il faudra régulièrement recourir aux centrales thermiques pour soutenir la demande en électricité. Résultat : des rejets de gaz à effet de serre. Enfin, nous allons assister à la multiplication des lignes à haute tension, source de controverse.
Non-sens
« Le réseau électrique est si bien interconnecté qu’il ne sera pas nécessaire d’ajouter des lignes à haute tension », promet Marion Lettry, responsable éolien du Syndicat des énergies renouvelables. Vraiment ? « Lorsqu’un projet de parc éolien est mené dans l’Aveyron ou sur des sites isolés en Normandie, la consommation et les infrastructures locales sont trop faibles » , contredit Yann André, environnementaliste à la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). « Il faudra construire des lignes pour permettre l’acheminement de l’énergie vers d’autres lieux . »
Le Grenelle de l’Environnement II prévoit de refuser les projets de moins de cinq éoliennes, ce qui encourage la centralisation vers des sites de 50 à 100 machines. Ces méga-parcs seront construits dans des zones éloignées des habitations. Autrement dit, dans les espaces naturels. Sous prétexte d’énergie verte, les compagnies promotrices de l’éolien contournent ainsi les lois Littoral et Montagne qui interdisent toute construction dans les zones naturelles sensibles. Un haut responsable de la protection de la nature, qui préfère rester anonyme, s’indigne : « On refuse un permis pour construire une maison dans un parc naturel tout en accordant l’érection de monstres d’acier de 150 mètres de haut ! »
Pour autant, pourquoi les associations ne réagissent-elles pas davantage ? « Nous craignons bien entendu les effets négatifs sur les oiseaux comme les collisions, la perte d’habitat due au dérangement ou la déviation des flux migratoires. Mais notre association a choisi la concertation plutôt que l’opposition », justifie Yann André.
La loi oblige chaque projet éolien à conduire une étude d’impact avant toute construction. En France, seul un projet sur vingt est abandonné en raison de critères naturalistes. En revanche, un sur deux se trouve recalé pour des raisons paysagères. En d’autres termes, quand les riverains s’insurgent de trouver une éolienne devant leur jardin. Le dérangement de la faune sauvage serait-il moins souvent pris en compte que celui des personnes ?
Economisons !
Si le vent a une place à tenir dans la quête d’énergies plus propres, il ne représente pas une panacée. Gardons-nous de croire aveuglément aux belles paroles d’Eole. Notre avenir énergétique passe par plus d’économies, des ressources diversifiées et l’autonomie des particuliers. Un défi de taille.
Obstacle aux migrations
A l’approche des pales, les groupes de migrateurs sont perturbés, se scindent et dévient leur trajectoire. Cela semble anodin, mais de tels stress entraînent une dépense d’énergie supplémentaire pour les oiseaux. Un obstacle de plus pour les hirondelles, le faucon hobereau ou la bondrée apivore déjà menacés par les activités humaines.
Le Syndicat des énergies renouvelables assure que sur 10’000 accidents mortels chez les oiseaux, moins d’un cas est attribué aux éoliennes. Une broutille. Sur ces 10’000 cas, 1370 sont le fait des lignes à haute tension, deuxième cause de mortalité après les collisions contre des vitres. Comme augmentation des éoliennes rime avec ajout de lignes à haute tension, de nouveaux obstacles se trouveront bel et bien sur la route des migrateurs.
Chauves-souris hachées menu
Les éoliennes industrielles ont un impact sur les pipistrelles et les noctules, de grands voiliers qui circulent à la hauteur des pales. « Ces migratrices nocturnes traversent l’Europe deux fois par an. Avec la multiplication de ces engins, elles vont traverser un champ de mines ! » se désole Laurent Arthur, chiroptérologue. « A pleine puissance, la vitesse à l’extrémité de l’hélice peut atteindre 250 km/h. Les sonars des chauves-souris n’ont pas évolué pour détecter ce genre d’obstacle », ajoute-t-il. Peut-être encore plus dangereuses, les petites éoliennes individuelles tournent si vite qu’elles coupent les chauves-souris en morceaux.


- Loire