Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

EOLIEN : Documents, liens divers, articles de presse, ...

Documents, liens divers, articles de presse, ...




-----------------------------------------------------------------------------------


Le coût exorbitant de l’énergie « gratuite »
Archive de 2009
http://www.solidariteetprogres.org/documents-de-fond-7/science/cout-exorbitant-energie-gratuite.html
-----------------------------------------------------------------------------------

Questions des députés - Recherche "Eoliennes"
https://www.nosdeputes.fr/recherche/eoliennes

-----------------------------------------------------------------------------------

Début de la nouvelle ère glaciaire: des morceaux de glace projetés par les éoliennes menacent la vie, détruisent des bâtiments et frappent des camions
https://stopthesethings.com/2018/03/13/new-ice-age-begins-ice-chunks-thrown-from-wind-turbines-threaten-lives-smashing-buildings-and-passing-trucks/

-----------------------------------------------------------------------------------

Eolien et Immobilier dans divers pays
http://windturbinepropertyloss.org/site/


-----------------------------------------------------------------------------------

Le syndrome éolien
L’ÉTUDE DE NINA PIERPONT
https://lesyndromeeolien.wordpress.com/medias-grand-public/letude-de-nina-pierpont/

-----------------------------------------------------------------------------------

Arrêté du 26 août 2011 relatif aux installations de production d'électricité utilisant l'énergie mécanique du vent au sein d'une installation soumise à autorisation au titre de la rubrique 2980 de la législation des installations classées pour la protection de l'environnement
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2011/8/26/DEVP1119348A/jo

-----------------------------------------------------------------------------------


Éolien terrestre
30 janvier 2017
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/eolien-terrestre

-----------------------------------------------------------------------------------

Les scénarios RTE 50% de nucléaire : des coupures d’électricité !
https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/les-scenarios-rte-50-de-nucleaire-201301

-----------------------------------------------------------------------------------
Lutter contre l’implantation d’éoliennes en étant antinucléaire (14/05/15)
https://blogs.mediapart.fr/jpd/blog/140515/lutter-contre-l-implantation-d-eoliennes-en-etant-antinucleaire
-----------------------------------------------------------------------------------

60 000 PROPRIÉTAIRES MENACÉS DE FAILLITE PAR LES ÉOLIENNES

-----------------------------------------------------------------------------------

Propriétaires éoliens : socles en béton, férailles et autres petits désagréments

http://www.stop-eole-auvergne.com/2012/10/proprietaires-eoliens-socles-en-beton-ferailles-et-autres-petits-desagrements/

-----------------------------------------------------------------------------------
Document réalisé par l'ACBFC, collectif Bourgogne Franche-Comté :


Note d’information destinée à faciliter la prise en charge

d’un projet éolien : 

https://drive.google.com/file/d/19Vs9Mgd3Zs5lW7jcxlG1YDQ3N8Tp7VQS/view?usp=sharing
Annexe 8 : https://drive.google.com/file/d/12eCOLWpREIMOp9MFqkuW0DWowSDZrved/view?usp=sharing
Annexe 10 : https://drive.google.com/file/d/1P5TEgNAQZ3eNXxkc4wu69EKiZR04si7x/view?usp=sharing


-----------------------------------------------------------------------------------


Arrêté du 26/08/11 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une installation soumise à autorisation au titre de la rubrique 2980 de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement
(JO n°198 du 27 août 2011
NOR : DEVP1119348A
Texte modifié par :
Arrêté du 11 mai 2015 (JO n° 122 du 29 mai 2015)
Arrêté du 6 novembre 2014 (JO n° 270 du 22 novembre 2014))

https://aida.ineris.fr/consultation_document/35876

-----------------------------------------------------------------------------------

Une étude et un sondage édifiant, les touristes disent non aux éoliennes industrielles géantes.
(Novembre 2017) 
http://association-hebergeurs-touristiques-indre.com/PDF/Article_AHTI_Une_etude_et_un_sondage_edifiant.pdf


-----------------------------------------------------------------------------------

Massacre à l’éolienne (06/09/2017)

« Perdants : les contribuables, les consommateurs, les habitants des régions défigurées, les fournisseurs nationaux, leurs actionnaires, fournisseurs et salariés… »


-----------------------------------------------------------------------------------
ÉOLIENNES GÉANTES - SUD MORVAN EN DANGER (01 SEPTEMBRE 2017)
Voulez-vous continuer à évoquer nos paysages préservés, notre fierté et notre avenir ?
Livre blanc
Sur les impacts économiques de l’implantation d’un parc éolien géant à Luzy (58) et Issy l’Evêque (71) Démographie, Logement, Economie et Société.


-----------------------------------------------------------------------------------

Effets indésirables sur la santé des éoliennes industrielles


-----------------------------------------------------------------------------------

L'EOLIEN INDUSTRIEL. UNE IMPOSTURE ECOLOGIQUE. UN SCANDALE FINANCIER
http://environnementdurable.net/vdb/fed/FED_Memo_DD_National_v1-2.pdf


-----------------------------------------------------------------------------------

Ecolos des villes, écolos des champs


Ecologiste est devenu un terme fourre-tout qui regroupe des chapelles bien différentes, nous verrons que cela entraîne une ligne de fracture irréconciliable. Inspiré par une fable de la Fontaine, j'en ai fait un petit article.



Les écolos des villes s'inquiètent de l'équilibre global de la planète, de son climat, de l'intègrité génétique, de la biodiversité : antinucléaires avérés, antienergie fossiles, antiOGM ; ils se targuent d'une vision à long terme et sont défenseurs des énergies renouvelables, ils sont soucieux des générations futures. Appellons les BOBOs, diminutifs de « bourgeois bohèmes »



Les écolos des champs sont beaucoup plus prosaïques : Ils ne veulent pas qu'on leur salope leur pré carré. Près de chez eux, ils ne veulent ni centrales nucléaires des fois qu'il pleuve du césium sur leur jardin, ni éoliennes qui hachent les chti zoiseaux en vol et qui émettent des infrasons qui rendent fous, ni lignes à haute tension qui provoque des cancers des cheveux ni barrage sur leur rivière chérie, cela perturbe le cycle naturel de la rivière, des brochets et des saumons. Le projet d'un incinérateur près de chez eux les transforme en Ulk colériques. Ils peuvent parfois manifester leur désaccord de manière extrèmement violente, le spectacle des zadistes de Notre Dame des Landes et de Sivens est là pour l'attester. Ils se contrefoutent du changement climatique (logique, d'ici que le climats prenne 2°c, ce qui n'est pas sûr et qui ne serai pas forcément catastrophique pour l'humanité, ils seront mort), de la densité des ours blancs et des pets des vaches indiennes, de la dévastation due à l'exploitation de l'uranium nigerien et des terres rares en Mongolie.



Leur surnom est tout trouvé, ce sont les NIMBYs (Not In My BackYard : pas dans mon arrière cour).


Selon la nomenclature attalienne, les bobo sont évidement le pendant « nomades » des ecolos, Les nimby les sédentaires. http://www.fayard.fr/lhomme-nomade-9782213617268




Seulement voilà, les énergies renouvelables, chéries par les ecolobobo, ont une densité d'énergie ou de puissance (les Wh/kg, Wh/l, W/kg, W/l) très inférieure à celle qui est concentrée dans les hydrocarbures ou les noyaux d'uranium, cela oblige à construire des infrastrucures gigantesques qui, n'étant pas logées dans la dimension X, ne manqueront pas d'empiéter sur l'arrière cour d'écolonimby grincheux.

( A propos de dimension X, il existait un projet d'envoyer des panneaux photovoltaique de grande dimension en orbite et de réexpedier l'énergie sur terre sous forme de microonde, on en entend plus parler, peut être s'est-on donné la peine de calculer le taux de retour énergétique : mettre des trucs en orbite demande de l'énergie et il faut quand même s'assurer que la production qui arrive au sol au cours de la vie en orbite soit supérieure).


Les exemples ne manquent pas, nous allons en détailler certains, particulèrement savoureux.

Le cas des éoliennes, solution d'avenir si il en est

Le moindre projet d'implantation entraîne une levée de bouclier, de la part des riverains, ce qui est parfaitement compréhensible, je ne souhaiterais pas voir ma qualité de vie se dégrader ni ma résidence perdre un tiers de sa valeur du fait du sifflement ininterrompu du vent dans les pales. L'écologie et les chti zoiseaux ont parfois bon dos. Il faut dire que c'est des monstres et qu'il en faudra plusieurs milliers : une éolienne moderne de quelques megawatt a un rotor perché à 100 m et des pales de 50 m, soit une demi tour Eiffel, même en tournant lentement à 20 tour/min, le bout de pale se déplace à 300 km/h. Ces éoliennes sont d'ailleurs un compromis : une grande vitesse en bout de pale (=vitesse spécifique) augmente le rendement (qui peut ainsi s'approcher de la limite de Betz), mais le bruit devient insuportable au riverain. Ne parlons pas de la solution des mini-éolienne de pignon, la puissance d'une éolienne étant proportionnelle au carré de la longueur de pale et au cube de la vitesse du vent, les économies d'echelle sont évidentes, rapporté au kW.h produit, une grande éolienne est plus efficace, plus économique et plus écologique que plusieurs petites

Pourtant, si l'on devait développer au maximum les renouvelables, les éoliennes semblent indispensables (en pays tempéré, le solaire ne produit que l'été et le vent est plus fort l'hiver), et les sites venteux et isolés sont probablement déja équipés (au passage, le racordement d'un site éolien isolé coûte certainement plus cher qu'à proximité des habitations), il faudra nécessairement piétiner les plates-bandes d'ecolo des champs, que de procès en perspectives, les avocats devraient se frotter les mains.

Le cas des barrage (et des STEP) est particulièrement éloquent.

La Loire est considérée comme "un des dernier fleuve sauvage d'europe" car c'est l'un des bassin hydrographique européen le moins aménagé, pourtant c'est pas faute pour EDF d'avoir essayé mais il s'est presque à chaque fois cassé les dents sur les blocages des écolonimby, sur fond de protection de la faune piscicole. Il existe même du lobbisme pour la destruction de certains ouvrages. Quelques noms pour ceux qui voudraient faire des recherches : Serre de la Fare, St Etienne du Vigan, Veurdre. J'en oublie certainement.
Un développement accru des renouvelables nécessitera probablement de bétonner un peu plus cette Loire chérie par leur riverains, l'hydraulique de barrage étant particulièrement précieuse pour contrebalancer l'intermittence vent+solaire.

Nous allons maintenant calculer la surface qu'il faudrait noyer pour assurer le stockage de l'électricité intermitennte sous forme de STEP (station de Pompage et turbinage), la seule qui soit adaptée aux grandes quantités avec un rendement pas trop pourri (les délires power-to-methan=>méthan-to-power sont justement plombés par un rendement trop faible. Quant aux batteries, si elles ont en rendement correct, elles sont "plombées" par les masses de composés chimique à pelleter, purifier, assembler, recycler.

Quelques exemples de calcul "réalistes" :

Ce sont des sites avec un fort tropisme pronucléaire, eux au moins ils savent compter.
L'un trouve 12 TW.h, l'autre 29 TW.h . Je vais prendre 20 TWh.

Soit un système de STEP constité de barrages assimilés à des pyramides rectangles inversées : la pointe est le fond du barrage de hauteur moyenne h= 21m. La surface de base S est la surface à noyer en m²
Le volume V (m3)présent dans un tel barrage peut s'estimer par la formule V= S * h /3. soit une masse en kg M=1000V = 1000*S*h/3 , donc pour h = 21, une masse M=7000*S

turbinée sur un denivelé de d=100m, (avec un rendement magique de 100% et une pesanteur accrue à g=10m/s²) cette eau dégagerai une energie en joule de : E = M g d = 7*106* S (surface à noyer en m²).

Pour stocker une energie de 20 TW.h = 2 * 1013 Wh = 7.2*1016 J , dans mes barrages
on a besoin de noyer S = 7.2*1016 /7*106 = 1010 m² soit 10000 km². Cette surface doit être évidement doublée car il faut prévoir le barrage amont et aval soit 20000 km²

La france métropolitaine a une surface approximative de 500000 km². c'est donc de l'ordre de 4% ( à majorer) du territoire (4 départements) que d'après les délires des ecolo des villes il faudrait noyer. Pas sûr que les ecolo des champs se laissent marcher sur les pieds.

Prenons un exemple proche de l'actualité, le barrage de Sivens. Certes, c'était un barrage réservé à l'irrigation du maïs, et d'autre cultures, moins gourmandes en eau (mais moins rentables) pourraient être promues. L'opposition y fut dantesque, on déplore un mort. D'après wikipedia il devait noyer 40 ha soit 0.4 km² pour 1.5 Mm3 d'eau grâce à un barrage de 13 m ( on remarque que mon approximation "pyramidale" de calcul de volume de barrage est étonnement proche puisque elle aurait donner V = S*h/3 = 400 000m² * 13m/3= 1.7 Mm3 vs 1.5 réel).
Mes 20000 km² à noyer correspondent à 50000 barrages de Sivens :
50000 Sivens, çà risque de réveiller un bon paquet d'ecolonimby


Il devrait y avoir à ce sujet un débat national sur ce sujet, il me semble incohérent, voire schizophrénique de vouloir développer des énergies renouvelables intermittentes et de refuser la construction de barrage qui permettent de juguler leur intermitence. Les batteries n'étant pas préférable même avec une correspondance approximative et généreuse de 1kg de batterie = 1MJ = 1m3 d'eau turbinée sur 100 m, au moins l'eau de barrage n'a pas besoin d'être fabriquée, ni recyclée, ni mise à l'abri des intempéries (si il pleut sur l'eau du barrage, on s'en fout). Il est à noter que, hors de toute considération économique, des STEP sont faciles à envisager dans les pays montagneux (norvège, suisse, autriche) plus difficile dans des pays moyennement montagneux (France, Italie, Espagne), ubuesques dans les pays plats ( Allemagne, belgique, angleterre, pays bas et baltes, pologne etc). Certains ont envisagé des STEP sous forme de lagon artificiels : https://www.lesechos.fr/24/09/2009/LesEchos/20516-036-ECH_des-atolls-artificiels-pour-stocker-l-electricite.htm , mais est il si écolo de mobiliser de telle quantités de roches et de ciment ?

L'impossibilité de construire des barrages devrait être selon moi un prétexte suffisant pour ne pas pousser plus loin les investissements dans les renouvelables.

On continue avec les lignes hautes tension

Il existe/existait un projet nommé Desertec qui voulait faire profiter les pays européens de l'énergie solaire du maghreb (et accessoirement du gaz algérien). Il est de notoriété publique chez les ecolo des villes qu'un carré de quelques centaines de km de solaire à concentration au milieu du sahara pourrait alimenter l'Europe assoiffée d'électricité propre et pure. Quelques précisions à ce sujet :
(vous pouvez d'ailleurs lire tout le livre en accès libre, bien plus intéressant que mes élucubrations) :

Mais les électrons ne traversant pas la Méditerrannée par téléportation quantique ; Il faudra bien forger, financer et installer les lignes quelque part. Les projets de lignes à haute tension au travers des Pyrenées ont par le passé fait monter la tension chez les nimby locaux. (rech google "vallée pyrenee ligne haute tension") :


Les nimby ont tellement fait chier EDF/RTE que ces industriels ont dû la faire passer en souterrain, pour un surcoût pas négligeable, répercuté d'une manière ou d'une autre sur les consommateurs. Or les capacités des interconnexions entre pays ne concernent que quelques GWatt ( moins de 10% de la puissance consommée sur place https://fr.wikipedia.org/wiki/%%3%89lectricit%C3%A9_en_Europe#R%C3%A9seaux_de_transport_et_interconnexions .
Donc si l'on veut faire Desertec, c'est plusieurs centaines de GW qu'il faudra faire passer à travers les Pyrennée et/ou les Alpes. Pareil pour le concept du foisonnement éolien : dépressions et anticyclones étant de la taille de l'Europe, quand bien même il y aurait une dépression sur la partie Ouest et un anticyclone sur la partie Est (ou vice versa), c'est là aussi des centaines de GW de capacité d'interconnexions qui seraient nécessaire pour transferer une surproduction coté Ouest vers un deficit coté Est (ou viceversa).
On a oublié un peu vite que la disposition des centrales correspond certes aux contraintes topographiques pour l'hydraulique, mais que les autres ont été disposées afin de minimiser les besoins en lignes électriques. En plus d'être économique, c'était de l'écologie avant l'heure !!!!
On retrouve le même phénomène en Allemagne où les éoliennes ont été disposées sur les côtes Nord (là ou il y du vent) tandis que la demande est au sud, industrialisé et peuplé. Les lignes permettant de tansférer le jus du nord au sud y sont notoirement sous-dimensionnées. Les allemands de certaine régions "du milieu" voyant les tombereaux de subventions éoliennes leur passer sous le nez, ne souhaitent pas en plus voir une ligne THT leur passer au dessus de la tête. Affaire à suivre.


Conclusions

Les énergies renouvelables sont elles si écologiques que leur promoteurs l'annoncent, compte-t-on vraiment la totalité de leur impacts ? l'espace qu'il faudra leur reserver ?

Les partis politiques "ecologistes" (entre guillemets) ne devraient il pas se scinder entre bobos et nymbys ?
peut-t-on sans être incohérent promouvoir les énergies renouvelables, être antinucléaire et s'opposer aux barrages et à la construction de lignes electriques ? cela permettrait en outre de diminuer le pouvoir de nuisance des verts.
Quitte à choisir entre la peste nucléaire et les cholera(ts) (des villes et des champs) je préfère la peste nucléaire, d'autant plus que si l'on considère les "fuites d'argent" comme une forme de pollution les énergies renouvelables deviennent extrêmement polluantes.


-----------------------------------------------------------------------------------
LE FIGARO DU 28-08-2017 :  
«Très chères éoliennes » ! »
Par Denis De Kergolay

TRIBUNE – Pour le président exécutif d’Europa Nostra*, les éoliennes non seulement détruisent le patrimoine, mais sont inutiles d’un point de vue climatique et très coûteuses pour les investisseurs comme pour les consommateurs.
La polémique autour de la multiplication des éoliennes sur le territoire français ressemble à une version contemporaine de la querelle entre «anciens» et «modernes».
Se réclament des «modernes» toutes celles et tous ceux qui, s’étant engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, souhaitent une transition énergétique qu’assureraient des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse…).
Se retrouvent catalogués au rang des «anciens» (voire des obscurantistes…), pêle-mêle, les climatosceptiques, les défenseurs du nucléaire, ainsi que les défenseurs des paysages et des monuments historiques. Et si, pour une fois, on parlait faits et chiffres, sans fantasmes ni parti pris idéologiques?
L’atteinte aux paysages ou aux monuments est indéniable et croît de manière exponentielle.
Quelques exemples: à Coutances (Manche), une éolienne a été implantée à 3 kilomètres de la cathédrale, merveille du gothique ; à Avignonet (Haute-Garonne), douze engins, dont certains à 750 mètres seulement, se profilent derrière le clocher octogonal du XIVe siècle ; les vieilles pierres de Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime), dont l’abbaye royale est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, souffrent du voisinage de cinq engins…
> Avant vingt ans, les campagnes françaises auront cessé d’être des campagnes. Le cadre de vie des Français aura été bouleversé, sans débat démocratique préalable sur ce sujet.
Et ce n’est qu’un début. Dans le parc naturel régional du Haut-Languedoc, riche en points de vue remarquables, il a été décidé d’implanter jusqu’à trois cents engins, et les derniers projets tendent à dépasser ce chiffre. À quoi bon créer des parcs naturels, si c’est pour les rendre industriels?
Le préfet des Ardennes vient d’autoriser 63 éoliennes de 200 mètres de haut (chacune représentant deux tiers de la tour Eiffel!) à une trentaine de kilomètres de Reims.
Si l’on continue à ce train, avant vingt ans, les campagnes françaises auront cessé d’être des campagnes. Le cadre de vie des Français aura été bouleversé, sans débat démocratique préalable sur ce sujet, puisque ni les enjeux ni les alternatives possibles n’auront jamais été clairement exposés et débattus.
À entendre les «modernes», ces considérations relatives au riche patrimoine culturel de notre pays sont de peu de poids au regard de la nécessité de réduire les émissions de CO2.
Bien évidemment, il faut les réduire, mais ne nous trompons pas de cible: en France, les éoliennes n’ont aucun rôle significatif à jouer dans ce combat, et c’est autrement qu’il faut agir.
En France, en effet, la part de notre électricité issue de sources fossiles est déjà très faible (sans doute de 3 % à 4 % l’an prochain) et ne peut tomber plus bas, compte tenu de la nécessité de compenser l’extrême irrégularité de la production éolienne.
Compte tenu en effet de l’intermittence du vent, ces machines ne fonctionnent en moyenne, sur l’année, qu’à 24 % de leur puissance.
L’implantation de nouvelles éoliennes, loin d’abaisser encore cette proportion, ne pourrait que la relever. Compte tenu en effet de l’intermittence du vent, ces machines ne fonctionnent en moyenne, sur l’année, qu’à 24 % de leur puissance (les 76 % restants correspondant aux arrêts et aux ralentis).
Pour assurer aux consommateurs une alimentation relativement régulière, les éoliennes doivent nécessairement être couplées avec des turbines à gaz, qui émettent du CO2… Le diable, décidément, se niche partout!
Le vrai motif du développement éolien est en réalité de compenser la baisse de la production nucléaire d’électricité, dès lors que l’objectif politique constant, de Hollande à Macron, est de faire passer celle-ci de 75 % de la production totale à 50 % d’ici à 2025, objectif clairement indiqué dans la loi de transition énergétique votée en 2015.
Mais ce qui reste méconnu de l’opinion publique, c’est le coût réel d’un tel choix. L’investissement nucléaire, réalisé dans les années 1970, est largement amorti. Comme le montre notamment l’exemple des États-Unis, la vie de ces centrales peut être prolongée d’une vingtaine d’années, voire davantage, par des travaux dits «de grand carénage», nécessaires pour renforcer encore la sécurité.
Si l’on renonce à cette prolongation pour un tiers des outils existants, en leur substituant, comme l’indique la loi sur la transition énergétique de 2015, des installations éoliennes et accessoirement photovoltaïques, cela coûtera, en termes d’investissement, un surplus de 93 milliards d’euros (estimation par un groupe d’experts indépendants sur la base de celle de la Cour des comptes).
Encore ce chiffrage laisse-t-il de côté un élément fort important: dans le cas des centrales actuelles, le réseau de transport du courant est en place, tandis que pour desservir les 17.000 grandes éoliennes supplémentaires qui résulteraient de l’application de la loi sur la transition énergétique, il serait nécessaire de déployer de nouvelles lignes à haute tension dans tout le pays, avec le cumul d’inconvénients que l’on connaît, paysagers, sanitaires, financiers.
Au lieu d’affecter des dizaines de milliards d’euros à ces milliers d’éoliennes, la France aurait tout intérêt à consacrer cet argent au financement de vrais projets de réduction des rejets de CO2.
À qui appartiendrait-il de supporter cet énorme surcoût?
Comme d’habitude, à chaque consommateur final d’électricité, c’est-à-dire chacun d’entre nous, par le biais, d’une part, de la CSPE qui figure au bas de nos factures d’électricité et augmente sans cesse, d’autre part, de prélèvements nouveaux, déjà décidés, sur tous les combustibles et carburants.
Le président Emmanuel Macron a annoncé un doublement du nombre des éoliennes durant son quinquennat. En pratique, cet objectif est déjà atteint, du fait des implantations décidées avant son élection, qui seront mises en service d’ici à 2022.
Il s’agit donc de «coups partis», dont les consommateurs ne pourront malheureusement pas éviter de faire les frais. Le véritable enjeu, ce sont les engins supplémentaires que l’on voudrait décider à partir de maintenant, d’une grande hauteur, et en très grand nombre, pour une mise en service après 2022.
C’est ce gigantesque gaspillage aujourd’hui programmé qu’il faut absolument éviter.
Au lieu d’affecter des dizaines de milliards d’euros à ces milliers d’éoliennes, la France aurait tout intérêt à consacrer cet argent au financement de vrais projets de réduction des rejets de CO2, tels que l’isolation des bâtiments, la promotion de la voiture électrique ou hybride, la promotion, à l’exemple de pays d’Asie, des scooters électriques et la recherche-développement dans d’autres secteurs d’énergies renouvelables comme la filière bois, la biomasse industrielle, la récupération de la chaleur des eaux usées…
La taxe carbone, aujourd’hui à l’étude, aurait l’avantage de frapper le CO2 là où il est effectivement dégagé, notamment dans les transports et le chauffage des bâtiments, plutôt que de continuer à le chercher dans la production d’électricité, alors qu’il n’y est plus que de manière résiduelle.
Les prochains mois seront sans doute décisifs.
Allons-nous amplifier le gâchis éolien actuel, par habitude, par idéologie et/ou par prévarication, ou bien serons-nous capables de mener un combat courageux, efficace et technologiquement d’avant-garde contre la dégradation du climat?
Désormais il faut choisir, la France n’ayant pas les moyens de faire les deux à la fois.
* La fédération européenne des associations de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel.
voir sur :
http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2017/08/27/31007-20170827ARTFIG00119-denis-de-kergorlay-tres-cheres-eoliennes.php



-----------------------------------------------------------------------------------

24/10/2016 : Dossier de presse48 NOUVELLES MESURES DE SIMPLIFICATION POUR LES ENTREPRISES
2 • Aider au développement des énergies renouvelables ..........
http://www.simplifier-entreprise.fr/wp-content/uploads/2014/02/DP-simplification_nouvelles-mesures-entreprises-octobre2016.pdf

-----------------------------------------------------------------------------------

17/06/2016 EOLIEN : LA PUISSANCE BAISSE DE 20 %, LES PLAINTES AUGMENTENT DE 100 %
http://www.economiematin.fr/news-france-eolienne-baisse-puissance-electricite

-----------------------------------------------------------------------------------

Pourrait-on alimenter la France en électricité uniquement avec de l’éolien ?
Publié le Dernière modification le 

Documents du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie :
http://www.toutsurlenvironnement.fr/aarhus/la-convention-daarhus-pilier-de-la-democratie-environnementale

http://www.gironde.fr/upload/docs/application/x-download/2009-06/brochure_convention_paysage.pdf

http://environnementdurable.net/documents/pdf/Rapport%20sur%20les%20risques%20sanitaires%20-%20Alain%2005-2014%20v2.4.2.pdf

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/guide_eolien_15072010_complet.pdf

-----------------------------------------------------------------------------------

La Convention européenne du paysage
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/DGALN_brochure_convention_paysage.pdf


-----------------------------------------------------------------------------------

Laizon environnement : projets éoliens :  les étapes de la procédure
http://fr.friends-against-wind.org/doc/EtapesProcedure-LaizonEnvironnement-25-3-2016.pdf


-----------------------------------------------------------------------------------

Enquête du Figaro Magazine :

-----------------------------------------------------------------------------------



-----------------------------------------------------------------------------------

Prises illégales d’intérêts :
http://www.economiematin.fr/news-eolien-elus-prise-illegale-interets-france

-----------------------------------------------------------------------------------

Transport :




https://www.youtube.com/watch?v=eNhMpZc4waY


-----------------------------------------------------------------------------------

Un vautour et une éolienne : 
http://www.koreus.com/video/vautour-eolienne.html


-----------------------------------------------------------------------------------

Les secrets du business éolien : 
https://www.youtube.com/watch?v=CbP2eMO3Bas


-----------------------------------------------------------------------------------

Tribune de Claude Cambus : 
http://www.ariegenews.com/news-77242.html («Combattre l'éolien industriel est un devoir citoyen... une désobéissance civique!»)


-----------------------------------------------------------------------------------

Accès en ligne > Parcs éoliens

-----------------------------------------------------------------------------------


Liens divers : 





http://environnementdurable.net/lutter.htm

Allemagnehttp://www.windwahn.de/index.php/wissen/in-eigener-sache/slideshow-iii.html



-----------------------------------------------------------------------------------






http://partage-le.com/2015/02/eoliennes-terres-rares-et-desastre-environnemental-une-verite-qui-derange/

Éoliennes empoisonnées : les dommages environnementaux qu'ils ne veulent pas que vous voyiez
https://www.youtube.com/watch?v=_7Q8qU4LUi0&feature=share

-----------------------------------------------------------------------------------





http://contrevents.free.fr/doc/Cours_Appel_Angers_09_06_2010.pdf


-----------------------------------------------------------------------------------

Convention d’Aarhus : de la négociation internationale à la mise en oeuvre nationale
La convention d'Aarhus sur l'accès à l'information, la participation du public au processus décisionnel et l'accès à la justice en matière d'environnement, signée le 25 juin 1998 par trente-neuf états, est un accord international visant à :
http://www.concertation-environnement.fr/documents/regards_croises/seance_11.pdf


-----------------------------------------------------------------------------------

Votre droit à un environnement sain : Un guide simplifié de la Convention d’Aarhus sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement
https://books.google.fr/books?id=tuUQ3_F8n0EC&pg=PA3&lpg=PA3&dq=Votredroit+%C3%A0+un+environnement+sain&source=bl&ots=DzhmSt8o38&sig=TNVU2oM_bKK7dk9hBb6BWTfXsoQ&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi7wcri4PbPAhWJ0xoKHe6MAQwQ6AEIIzAB#v=onepage&q=Votredroit%20%C3%A0%20un%20environnement%20sain&f=false

-----------------------------------------------------------------------------------

LA SECURITE PUBLIQUE DES CENTRALES ÉOLIENNES INDUSTRIELLES
www.parcsetjardins.fr/docs/data/actualites/documents/101-906.pdf

-----------------------------------------------------------------------------------

Combien d'éoliennes faudrait-il installer en France pour produire la totalité du courant consommé ?
http://www.manicore.com/documentation/eolien.html

-----------------------------------------------------------------------------------

Géopolitique de l'électricité :
http://geopolitique-electricite.fr/


-----------------------------------------------------------------------------------


Le bail emphytéotique de droit commun

 Définition
Le bail emphytéotique privé est un bail de longue durée, consenti pour une durée qui ne peut être inférieure à 18 ans et pouvant atteindre 99 ans, portant sur un immeuble et conférant au preneur un droit réel (c’est-à-dire un droit qui porte directement sur une chose). Il ne peut en outre être prolongé par tacite reconduction.
 Intérêts
Le bail emphytéotique de droit commun permet de louer un terrain pour construire. Par ailleurs, la réalisation d’une construction ne constitue qu’une clause optionnelle du bail emphytéotique.
En fin de bail, les constructions reviennent sans indemnité au propriétaire bailleur sauf convention contraire.
 Champ d’application
Une collectivité territoriale ou un établissement public de santé a la possibilité de conclure des baux emphytéotiques de droit commun que sur son domaine privé. Le bail emphytéotique de droit commun ne concerne, par conséquent, que le domaine privé d’où l’intérêt de s’assurer du statut juridique de la dépendance en cause.
 Caractéristiques
La Cour de cassation a considéré que « le droit de libre cession constitue un caractère essentiel du bail emphytéotique » (3ème chambre civile de la Cour de cassation, 10 avril 1991, requête n°89-20276) du fait des constructions ou améliorations apportées par le preneur.
Durant la durée du bail, le preneur a le droit d’accession.
 Obligations du preneur
Le preneur n’a le droit d’effectuer dans le fonds aucun changement ayant pour conséquence d’en diminuer la valeur. Dans le cas où des améliorations ou des constructions réalisés par le preneur augmentent la valeur du fonds, ce dernier ne peut ni les détruire ni réclamer aucune indemnité (article L. 451-7 du code rural).
Le preneur est tenu de toutes les contributions et de toutes les charges de l’héritage.
En délaissant le fonds, le preneur ne peut ni se libérer de la redevance, ni se soustraire à l’exécution des conditions du bail (article L. 451-6 du code rural).
Concernant les constructions existant au moment du bail et les constructions nouvelles réalisées en exécution du contrat de bail, le preneur doit effectuer les réparations de toute nature. Toutefois, il n’est pas tenu de reconstruire les bâtiments s’il rapporte la preuve qu’ils ont été détruits par cas fortuit, force majeure ou qu’ils ont péri par le vice de la construction antérieur au bail. Il répond également de l’incendie (article L. 451-8 du code rural).
 Règles particulières relatives à l’hypothèque, aux servitudes actives et passives et à la résolution
- Hypothèque
Le droit réel conféré au preneur peut être hypothéqué (article L. 451-1 du code rural).
- Servitudes actives et passives
En application de l’article L. 451-9 du code rural, le preneur a la possibilité d’acquérir des servitudes actives au profit du fonds. Il peut également grever celles-ci par titres ou servitudes passives « pour un temps qui n’excédera pas la durée du bail à charge d’avertir le propriétaire ».
- Résolution
En application de l’article L. 451-1 du code rural, « à défaut de paiement de deux années consécutives, le bailleur est autorisé, après une sommation restée sans effet, à faire prononcer en justice la résolution de l’emphytéose ». De même, il peut également la demander en cas d’inexécution des conditions du contrat ou si le locataire a commis sur le fonds des détériorations graves.
 Observations
Avant la signature d’un bail emphytéotique de droit commun, il convient de s’assurer que le domaine en question a fait l’objet d’une procédure de déclassement et de vérifier les contraintes d’urbanisme (droit à construire calculé sur la parcelle détachée sauf si un recours à division en volume peut se justifier, les monuments historiques, les servitudes,…).
 Textes applicables
- Article L. 451-1 à L. 451-13 du Code rural
http://affairesjuridiques.aphp.fr/textes/le-bail-emphyteotique-de-droit-commun/

-----------------------------------------------------------------------------------


-----------------------------------------------------------------------------------

29/03/2004 : Der Spiegel : Le délire éolien - Du rêve d'une énergie écologique au saccage du paysage hautement subventionné.
http://www.juracretes.ch/d2wfiles/document/4980/5019/0/Le20D%C3%A9lire20%C3%A9olien20-20avril20-202004.pdf


-----------------------------------------------------------------------------------

LE CONSEIL MUNICIPAL À HUIS CLOS.

http://www.village-justice.com/articles/conseil-municipal-huis-clos,17903.html

-----------------------------------------------------------------------------------
Blog d'information et d'investigation sur les éoliennes: nous démontons pour vous, pièce par pièce, les curieux mécanismes et rouages politiques, économiques et financiers qui se cachent derrière la grande fumisterie éolienne. Des faits et des vérités, mais sur le ton de la satire et de l'humour...
http://sansblague.over-blog.com/2017/04/la-recette-du-vol-au-vent.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_sharebar

-----------------------------------------------------------------------------------

Les éoliennes contre le Patrimoine, tout contre

Les 31e Journées Européennes du Patrimoine , samedi et dimanche prochains, ont pour thème « Patrimoine culturel, patrimoine naturel ». Et, comme en écho à ce rapprochement entre le bâti et la nature, toutes les associations (G8, cf en Annexe) des amateurs de châteaux, villes d’art, centres historiques ou Jardins ont lancé une campagne pour que cesse l’implantation des éoliennes aux abords de ces monuments et de leurs jardins. Si la défiguration des paysages et la pollution visuelle sont avérées (Voir notre Galerie ci-après) il s’agit aussi de préserver aussi la santé des habitants – sons et infra-sons. Dénonçant aussi le coût astronomique de l’électricité des éoliennes ou la corruption des élus pour qu’ils en construisent, les grandes associations du patrimoine se sont liguées contre les abus actuels de la transition énergétique. A mon avis, et en attendant le vôtre, ils ont raison : l’obligation de respecter l’environnement naturel des monuments historiques est complètement bafouée par la construction à marche forcée des éoliennes en France.
I- UN FILM ! L’ENERGIE ÉOLIENNE : LA GRANDE ARNAQUE
Le blog Patrimoine en Blog, qui a pris le relais, en ligne, de ce juste combat associatif, nous a proposé ce film étonnant (14 minutes qui valent le coup et que vous ne verrez jamais sur Netflix !)
LE FILM, réalisé par le journaliste Armel Joubert des Ouches, ancien reporter, est un documentaire qui dénonce les méthodes utilisées par les promoteurs pour imposer leurs éoliennes, la corruption et le scandale économique. Le tout est en plus « légalisé » par l’Etat, avec de gros mensonges dont témoignent nos factures d’électricité. Diffusé par la Fédération Environnement Durable qui fédère 788 associations et combat le futur programme des 15000 éoliennes inutiles.
II-RÉSUMÉ DES COMMENTAIRES DU FILM
1) LES DISCOURS et les MENSONGES
comment présenter en conseil municipal vos futures éoliennes? Voici les doux mots-clefs et les éléments de langage très séduisants à utiliser pour convaincre vos ouailles : le vent est gratuit ; cette énergie est « propre », douce…; le C02 disparaîtra de votre environnement ; l’éolien n’est pas cher ; les éoliennes doivent remplacent les centrales nucléaires. Et si cela ne suffit pas, on saura vous convaincre autrement, montre le film : argent, pressions, menaces sont aussi au rendez-vous. La corruption des élus a d’ailleurs plusieurs fois été dénoncée mais, je ne sais pourquoi, elle continue.
– Vent gratuit, énergie propre ? Eh non, dit le film : l’éolien produit très peu d’électricité, tout d’abord, et ensuite’, comme on ne peut stocker l’électricité, il faut prévoir d’autres énergies en complément ? PUIS en remplacement quand il n’y a pas de vent! Donc des centrales à charbon ou à gaz, etc… qui polluent et sont chères. L’Allemagne a arrêté son Eolien pour cela, après l’Espagne et le Royaume -Uni. Et nous?
– A-t-on besoin de davantage d’électricité en France ?Non, puisqu’on en exporte 15% à l’étranger!
– A-t-on fermé des centrales depuis 10 ans? Non, pourtant c’était l’argument majeur des promoteurs d’éoliennes…Pas l’ombre d’un arrêt mais les éoliennes veulent toujours envahir la planète.Pourquoi?
– Coût de l’éolien : 5 milliards pour les contribuables français, aïe! la loi oblige en effet EDF à ce qu’il rachète le kilowat éolien terrestre trois fois plus cher que celui qu’il produit. Ce surcoût nous est donc facturé (sur votre facture d’électricité , voir à « CFTE »), environ 120 à 150 euros par ménage et par an.
– Pressions et corruption : Le Service central de prévention de la corruption (SCPC) a déjà mis en garde les pouvoirs publics contre la multiplication des « prises illégales d’intérêts » d’élus locaux impliqués dans le développement de la filière éolienne. Dans le fil, l’habitant de Gouvet témoigne des pressions qu’il a subies et de l’argent qu’on lui a proposé (via s les avocats) pour qu’il renonce à sa plainte contre le projet d’éoliennes dans le périmètre de sa maison.
–L’Europe avait mis au grand jour, en 2013, la saisie de 1,3 milliards d’actifs éolien de la mafia calabraise, l’’éolien et le photovoltaïque étant devenus, selon la Direction antimafia de Palerme, des secteurs de prédilection pour le blanchiment d’argent sale dans la péninsule.En savoir plus sur ces détournements en lisant l‘article des Echos. En France, plusieurs élus ont été condamnés pour prise illégale d’intérêt par les Tribunaux correctionnels ou dans les réquisitoires du procureur de la République (Orne, Haute Loire, Argentant, Pyuyen…) . Lire l’article d’Economiematin.fr, « Moralisation de la vie publique : le scandale des prises illégales d’intérêt dans l’éolien éclate au grand jour », ici .« La corruption de certains élus : un phénomène d’ampleur dans le développement de l’activité éolienne » , à voir ici.
2) ET CE N EST PAS FINI ! 
A peu près 15000 éoliennes en projet, dont 1200 éoliennes ou hydroliennes « off shore », selon le film, à Saint Nazaire, St Brieuc, au large de l’ïle d’Oléron, à la Hague, qui réduiront de zones de pêches et multiplieront les obstacles pour les français et les anglais.La Cour des Comptes prévoyait aussi en juillet 2013 un coût de 40,5 milliards entre 2012 et 2020 pour le consommateur français. Comment petui-on persister dans ces dépenses, sachant que les 4500 éoliennes françaises ne couvrent que 2% de la consommation d’électricité en France. Enfin les évaluations montrent, d’après l’association « Vent de Fôrêt », que le patrimone foncier proche d’une éolienne se déprécie de 30% à 40% lors de sa revente. Les Associations ont du travail en vue, aidons-les !
III- UNE IDÉE DE VISITE du Patrimoine POUR PROCHAIN WEEK-END ? 
Pour vous changer les idées, je vous conseille d’aller voir le site Internet de la DEMEURE HISTORIQUE , le seul où nous ayons trouvé tous les services qui accompagneront votre visite !
...............
http://www.nouveautourismeculturel.com/blog/2014/09/17/les-eoliennes-contre-patrimoine-contre/

-----------------------------------------------------------------------------------

Vent des Planèzes de Trizac
Pourquoi les promoteurs éoliens louent la terre au lieu de l’acheter ?
http://vent-de-trizac.fr/index.php/pourquoi-les-promoteurs-eoliens-louent-la-terre-au-lieu-de-lacheter/

-----------------------------------------------------------------------------------

Démantèlement d’une éolienne jusqu’à 850 000 euros aux frais du propriétaire du terrain
http://gbessay.unblog.fr/2017/08/26/demantelement-dune-eolienne-jusqua-850-000-euros-aux-frais-du-proprietaire-du-terrain/




-----------------------------------------------------------------------------------


Usages maritimes et sécurité dans et aux abords d’un champ éolien en mer
Une note du 28 juillet (http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2017/08/cir_42526.pdf)  établit les principes permettant d’assurer l’organisation des usages maritimes et leur sécurité dans et aux abords immédiats d’un champ éolien en mer.
Il est utile de noter que : « compte tenu de l’absence de champ éolien dans les eaux sous juridiction française à la date de publication de la présente note, aucune règle en la matière n’a encore pu être validée par la pratique. »
http://www.lagazettedescommunes.com/520423/usages-maritimes-et-securite-dans-et-aux-abords-dun-champ-eolien-en-mer/


-----------------------------------------------------------------------------------

Éoliennes et santé : synthèse de la problématique et questions pressantes qui en découlent
Document en libre diffusion réalisé par l'association ADTC - Avis De Tempête Cévenole