Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

samedi 31 décembre 2016

Bonne Année 2017 !

A toutes et à tous une bonne et heureuse année 2017 ! Bonheur, santé, ...... et que nos souhaits de chasser l'envahisseur éolien se concrétisent !



2017 : tous dans la rue contre l'envahisseur éolien !


mardi 27 décembre 2016

Contrepoints : Dossier spécial : Éoliennes


https://staging.contrepoints.org/tag/eoliennes

« Parcs » éoliens : une manipulation linguistique
28 AOÛT 2016, par Isabelle de Billy.
Appeler un « parc » un champ d'éoliennes est une manipulation visant à orienter la représentation que s'en fait le contribuable.
https://staging.contrepoints.org/2016/08/28/264001-parcs-eoliens-manipulation-linguistique


La Bavière met un frein à l’énergie éolienne 
17 AVRIL 2016, par Pierre Gosselin. Un article de No Tricks Zone
La Bavière va réduire ses dépenses en matière d'énergies renouvelables. 
https://staging.contrepoints.org/2016/04/17/247554-la-baviere-met-un-frein-a-lenergie-eolienne

Comparaisons éolien terrestre/ éolien marin à Fécamp
1 SEPTEMBRE 2013, par Alexandre Moatti 
Quelle surface de paysage ou de mer faut-il couvrir d'éoliennes pour remplacer une centrale nucléaire ?

Éoliennes, sauve-planète ou piège écologique ? 
31 JUILLET 2013, un article du Conseil Mondial pour la Nature et de Save the Eagles International.
Les éoliennes pourraient avoir l'effet hautement pervers d'attirer les espèces, qu'elles déciment : rapaces, hirundinidae et chauves-souris. 
https://staging.contrepoints.org/2013/07/31/132844-eoliennes-sauve-planete-ou-piege-ecologique

GDF-Suez exige de pouvoir massacrer librement des aigles
26 JUILLET 2013
GDF-Suez refuse d'entendre l'avis de la Société Royale de Protection des Oiseaux pour un nouveau champ éolien en Grande Bretagne.
https://staging.contrepoints.org/2013/07/26/132186-gdf-suez-exige-de-pouvoir-massacrer-librement-des-aigles

Des lunettes vertes à changer ?
22 MAI 2013, par Th. Levent, écolocritique amateur.
L'avenir énergétique aux mains des lobbys verts.

Un jeune aigle coupé en deux par une éolienne 
(Attention, choquant)
9 MAI 2013 : un article de Chavagnes Luigné Authentique
Pourquoi l'industrie éolienne est-elle la seule à échapper aux exigences de protection de la nature, est des oiseaux en particulier ?
https://staging.contrepoints.org/2013/05/09/123906-un-jeune-aigle-coupe-en-deux-par-un-eolienne

Éolien wallon : mettons un terme à la folie
11 mars 2013, un communiqué de Vent de raison.
Le passif que les wallons léguerons à leurs enfants à cause de l'éolien atteint une situation inquiétante. Le cadre éolien wallon est enfin publié depuis le 25 février. Il confirme la situation catastrophique qui est en cours de déploiement depuis 5 ans, à cause de l’abandon du dossier au parti Ecolo.
https://staging.contrepoints.org/2013/03/11/117833-eolien-wallon-enfin-un-vent-de-raison

Arte manipule le dossier éolien
7 novembre 2012, par le Conseil Mondial pour la Nature
Arte sur l'éolien : pure manipulation et non pas présentation objective des faits
https://staging.contrepoints.org/2012/11/07/103456-arte-manipule-le-dossier-eolien

Scandale éolien au Danemark
1er novembre 2012 , par EPAW$
Selon certaines estimations, 22 à 42% des riverains des éoliennes seraient gênés par les bruits. La santé de milliers de personnes risquent de se dégrader.
https://staging.contrepoints.org/2012/11/01/102674-scandale-eolien-au-danemark

Des grèves, des vaches et des éoliennes
29 octobre 2012
L'église byzantine discutait sexe des anges à la chute de Constantinople, la BCE discute sexes des gouverneurs pendant que l'euro tombe.https://staging.contrepoints.org/2012/10/29/102439-des-greves-des-vaches-et-des-eoliennes

L’éolien va faire exploser nos factures d’électricité
26 octobre 2012, par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.
David Cameron babille sur comment, dans les huit prochaines années, nous avons besoin de 100 milliards de livres sterling pour construire 30.000 éoliennes inutiles, non fiables et grotesquement subventionnées.
https://staging.contrepoints.org/2012/10/26/102065-leolien-va-faire-exploser-nos-factures

L’éolien industriel n’est pas écologique
22 septembre 2012, par EPAW
L'éolien est présenté comme une énergie verte, met les études racontent une autre histoire : coûteux, néfaste pour la faune et le reste de l'environnement.

Allemagne : de nouvelles centrales à charbon pour compenser les échecs éolien et solaire
9 septembre 2012, par Kelvin Kemm, depuis Pretoria, Afrique du Sud
En raison de la cherté et du manque de fiabilité des énergies solaire et éolienne, 23 nouvelles centrales à charbon sont en train d'êtres construites en Allemagne.
https://staging.contrepoints.org/2012/09/09/96674-allemagne-de-nouvelles-centrales-a-charbon-pour-compenser-les-echecs-eolien-et-solaire

L’éolien, c’est du vent !
13 août 2012, par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni 
L’éolien, c’est du vent ! Le côté illusoire de la politique énergétique éolienne ne sera jamais assez souligné. Nous avons un gouvernement qui s'engage sur des choses qui ne peuvent être réalisées.
https://staging.contrepoints.org/2012/08/13/93588-leolien-cest-du-vent


vendredi 23 décembre 2016

jeudi 22 décembre 2016

Le mensonge de l’éolien entre politique et électoralisme

"L’éolien n’est qu’une énergie envahissante qui attire toutes les cupidités."

https://metamag.fr/2016/10/12/le-mensonge-de-leolien-entre-politique-et-electoralisme/

Publié le 12 octobre 2016 dans METAMAG, par Michel Lhomme, philosophe, politologue


Le dernier livre de Michel Gay, Vive le nucléaire heureux, nous a décillés sur le nucléaire. On sait qu’il le fait aussi régulièrement dans nos colonnes à propos de l’éolien. En effet, il y a aussi beaucoup de vérités cachées dans ce monde idyllique de l’éolien : ses perturbations sur l’environnement, ses dommages incalculables causés aux oiseaux, la fuite des animaux sauvages, leur sous-traitance en Chine, les graves nuisances sur la vie des populations, bruit et électricité statique, sans compter la dégradation des paysages naturels. En survolant la France l’après midi en revenant de Madrid, on a pu voir de visu depuis la côte basque jusqu’à Paris l’horreur esthétique des éoliennes plantées dans la campagne et dont d’ailleurs la plupart ne fonctionnent pas.
Nonobstant, l’effet de la manipulation médiatique sur le réchauffement climatique continue à porter ses fruits dans les conseils municipaux ou les couloirs ministériels pour fermer des centrales nucléaires et octroyer des subventions généreuses et des avantages fiscaux aux promoteurs du développement durable. Les consommateurs paieront pourtant demain fort cher une source d’énergie très coûteuse dont la production électrique reste très aléatoire : froid, vitesse du vent trop importante ou pas assez de vent ou ne souffle pas aux heures de pointe, difficultés et coût prohibitif de la maintenance.
Ce qu’on sait moins c’est que l’expérience américaine des fermes éoliennes a laissé plus de 14 000 éoliennes abandonnées, de véritables friches en lente dégradation dans la nature américaine.  Quand on sillonne les États-Unis, ces immenses géants d’acier symbolisent une « religion climatique » sur le déclin, le requiem in vivo des écologistes qui se lamentent parfois aujourd’hui sur les erreurs gigantesques commises, le gâchis de l’argent public utilisé pour endormir le peuple et lui faire croire qu’on allait faire des miracles avec le vent. Curieusement, cette autocritique de la deep ecology américaine n’est pas passée en France.
Les fermes éoliennes faisaient pourtant de la Californie le producteur de 80 % de l’électricité éolienne mondiale. Or, il n’en reste plus rien qu’un programme post-industriel en désuétude qui ne génère que du vent mais tue toujours autant les oiseaux. On s’étonne d’ailleurs que les écologistes ne disent rien sur l’absence de démantèlement des éoliennes et sur tous ces grandes pales qui restent dans la nature. Imaginons en effet un instant la réaction de ces derniers si l’on avait laissé des appareils de forage pétrolier dans des sites naturels épuisés.
Il aura fallu une décennie en Californie, depuis les premières éoliennes pour comprendre que l’éolien n’était juste qu’une escroquerie fiscale. En France, combien faudra-t-il d’années encore ? D’ailleurs, si l’énergie éolienne avait du sens, pourquoi y aurait-il besoin de la subventionner ? L’éolien n’est rien d’autre qu’une bulle spéculative qui éclatera dès que les subventions gouvernementales se tariront.
On pourrait applaudir les fortunes vite faites grâce à l’éolien sauf que les subventions sont payées par le contribuable à tous les soi-disant « amis de la terre ». qui font fortune sur  le laudato si, l’encyclique papale du nouveau capitalisme chrétien. L’éolien n’est qu’une énergie envahissante qui attire toutes les cupidités. Les contribuables français qui payeront demain le prix fort pour une source fictive d’énergie seront finalement roulés dans la farine mais bons pour payer la facture des dégâts de l’écologie sans conscience, de l’écologie de l’idiotie, d’une écologie qui fut avant tout politique et électoraliste.
Or, l’Allemagne qui dispose pourtant du plus vaste parc éolien mondial saturant son territoire couvre à peine avec celui-ci 5 % de la consommation de l’électricité du pays et demeure responsable, avec ses pluies acides liées aux centrales à charbon, de la dégradation de nos forêts ardennaises En France, il faudrait construire 1 400 éoliennes chaque année pour satisfaire la seule augmentation annuelle de la consommation électrique, et plus de 2 100 pour produire autant qu’une centrale nucléaire. Rappelons aussi que le taux de rentabilité sur fonds propres d’une éolienne est de 22 % en moyenne et à 40 % sur les sites les plus venteux. Nonobstant, la France continue de prôner dans les écoles (section STI) son délire éolien et continue de développer les éoliennes off-shore pratiquement sans aucun contrôle.
https://metamag.fr/2016/10/12/le-mensonge-de-leolien-entre-politique-et-electoralisme/

Transition énergétique : aïe, tout faux !

http://metamag.fr/2016/12/14/transition-energetique-aie-tout-faux/


14 décembre 2016, par  Michel Gay 


Selon la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (iFrap), le plan actuel de la France pour la transition énergétique oublie la croissance et il est fondé sur cinq idées fausses :



1) Il serait invraisemblable que la part du nucléaire passe de 75% de la production d’électricité en 2015 à 50% en 2025. Cette baisse d’un tiers de la production supposerait l’arrêt de 23 des 58 réacteurs nucléaires existant en 10 ans. Il est encore plus irréaliste de passer des 5% actuels des nouvelles énergies renouvelables (excluant l’hydraulique) à 15%, en 9 ans.

2) Il serait intenable que la consommation d’énergie diminue de 50% d’ici 2050 alors que, malgré la crise de 2008, elle n’a baissé que de 0,06% par an, tandis que la croissance du produit intérieur brut (PIB) n’était que de 0,6% par an sur la même période.
Or, l’objectif gouvernemental de croissance du PIB pour 2016 est de 1,5%, et l’augmentation prévue de la population est de 0,45% par an (74 millions d’habitants2 en 2050) selon l’Institut national des études démographiques (INED).

3) Il serait trompeur de faire croire que les nouvelles énergies renouvelables sont presque compétitives. Leurs coûts de production sont très élevés avec peu de perspectives de réduction des coûts, notamment pour l’éolien. Le prix d’achat de ce dernier n’a pas baissé depuis 10 ans, et celui de l’éolien marin français est environ deux fois plus élevé.

Le coût du solaire photovoltaïque reste encore prohibitif malgré la baisse des prix des panneaux chinois qui représentent moins de la moitié des coûts.
Les ressources géothermiques sont rares.
La biomasse est limitée par sa disponibilité, les coûts élevés de collecte et la concurrence avec la production alimentaire.

Les prix affichés par les producteurs d’électricité renouvelable ne tiennent pas compte de l’obligation d’achat, de l’adaptation du réseau électrique et des capacités de production « classiques » nécessaires pour satisfaire en permanence la demande. Quand bien même le stockage de l’électricité serait résolu (ce qui est encore loin d’être le cas), celui-ci a aussi un coût.
Le coût « brut » de ces énergies doit donc être multiplié par deux pour connaître leur coût « net ». Ainsi en France, le véritable coût du mégawattheure (MWh) éolien terrestre n’est pas de 90 € mais de 180 €.

4) Il serait faux de croire que la croissance verte accroit le nombre d’emplois. Les dix milliards d’euros de surcoûts annuels payés par les contribuables et les consommateurs manquent ailleurs. Ce déficit élimine d’autres emplois disséminés et « invisibles ». De plus, une grande part de cette somme a été dépensée en importations (éoliennes allemandes et danoises, panneaux photovoltaïques chinois,…).

5) Il serait excessif de vouloir réduire les émissions de CO2 de 75% en 2050. La France (1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre) produit déjà beaucoup moins de CO2 par habitant, et par unité de PIB, que les autres pays dans le monde. La France a entamé sa transition énergétique il y a plus de 40 ans. Elle est donc en avance sur presque tous les pays du monde dans ce domaine. Plus de 90% de son électricité est déjà produite sans émissions de CO2 grâce principalement au nucléaire (75%) et à l’hydraulique (10%).

Considérant que l’économie française est handicapée actuellement par des engagements inconsidérés dans les nouvelles énergies renouvelables, notamment l’éolien et le solaire, l’iFRAP propose de refonder la transition énergétique sur de nouvelles bases comprenant :
– une augmentation de 17% de la consommation d’énergie d’ici 2050 pour accompagner la croissance économique;
– le remplacement du charbon et du pétrole par du gaz et de l’électricité;
– la mise en production d’un réacteur équivalent EPR par an, puis trois réacteurs nucléaires par an entre 2028 et 2050 (soit plus de 60 réacteurs en 20 ans);
– la suppression des subventions et tarifs d’achat garantis.

Tout en s’engageant dans la réduction de consommation des énergies fossiles et des émissions de CO2, les deux objectifs principaux seraient de minimiser les prix de l’énergie pour les consommateurs, et de maximiser l’indépendance énergétique de la France pour soutenir la croissance.

Heureusement, malgré cet invraisemblable plan de transition énergétique, l’énergie nucléaire est encore aujourd’hui la solide colonne vertébrale de notre production électrique nationale. A la lumière de récentes élections, il semble que son avenir soit assuré…



mercredi 21 décembre 2016

Patrimoine/environnement, les frères ennemis ?

http://www.latribunedelart.com/patrimoine-en-question-s-no-5-patrimoine-environnement-les-freres-ennemis?var_mode=calcul

émission enregistrée le mercredi 14 décembre 2016

(En ce qui concerne l'éolien, cela commence à 27 mn 56 s. Cliquez sur le lien ci-dessus pour visualiser l'émission.)


Patrimoine en question(s) n° 5 : patrimoine/environnement, les frères ennemis ?


Notre dernière émission de « Patrimoine en question(s) » date de plus de trois ans.
Si nous pouvons relancer cette émission, une prochaine étant prévue en janvier, c’est grâce à notre première campagne de souscription. Vous avez ici un premier résultat tangible de cette opération qui, si elle se termine à la fin du mois de décembre (vous pouvez y participer et obtenir ainsi une réduction d’impôts pour 2016), sera en réalité pérenne, La Tribune de l’Art ayant désormais le droit de recevoir des dons déductibles.
Isolation par l’extérieur, éoliennes... Dans de nombreux cas, la protection de l’environnement semble s’opposer à celle du patrimoine. Pourtant, il nous semble que ces deux combats sont les mêmes, ceux de la vie sur une planète qui soit habitable et respectueuse des richesses naturelles et historiques.
Nous avons donc voulu réunir autour de la table à la fois des personnes travaillant dans l’environnement et dans l’écologie, et un responsable d’association de protection du patrimoine. Nous n’avons pas demandé d’interlocuteur au ministère de la Culture car celui-ci est hélas totalement absent du débat. En revanche, nous souhaitions inviter un représentant du ministère de l’Environnement. Pendant un mois, nous avons fait le siège du service de presse et du cabinet de la ministre, par téléphone et par mail. Nous n’avons pas eu de réponse, même pas négative. Nous l’avons donc remplacé par une plante verte...
En dépit de cette absence, ce débat que nous pouvions imaginer musclé s’est en réalité révélé extrêmement constructif. Il prouve qu’il est possible de s’entendre à condition de s’écouter. Un constat plutôt optimiste, d’autant que l’émission révèle l’existence tout nouvelle (ce que nous ignorions) de matériaux imitant à la perfection les tuiles et les ardoises anciennes, qui sont également des capteurs solaires. Ils peuvent ainsi couvrir les monuments historiques tout en les rendant autonomes en électricité. L’avenir n’est peut-être pas si sombre !
Nous recevions donc pour cette émission enregistrée le mercredi 14 décembre :
- Yves Contassot, Europe Écologie Les Verts, conseiller municipal de Paris et membre de la Commission du Vieux Paris.
- Jean-Philippe Palasi, expert des questions d’environnement, qui a travaillé pour plusieurs grandes ONGs internationales, notamment sur la question du changement climatique ; il prendra en janvier la direction de l’ONG Blue Ventures à Madagascar.
- Julien Lacaze, vice-président de Sites et Monuments (ancienne SPPEF).
Si vous le souhaitez, vous pouvez également écouter et télécharger l’émission en podcast MP3, à partir de cette pagehttp://www.latribunedelart.com/mp3/PEQ_5_Patrimoine_Environnement.mp3

Lettre ouverte à l'attention de Mr François Fillon









Sujet : Rejet de l'éolien industriel dans la Sarthe

Bonjour,

Un sondage (1) concernant l’acceptabilité de l’éolien industriel dans le département de la Sarthe a été effectué le 15 décembre 2016 par le journal « le Maine Libre ».
Le résultat indique que 65% des votants sont opposés à l’implantation des éoliennes dans ce département


Ce vote  confirme les dizaines de sondages éoliens effectués dans  toutes les régions de la France  qui  indiquent que ces machines  industrielles de 180 m de haut  plantées à 500 m des habitations sont  mal acceptées par les citoyens,  contrairement aux discours officiels du gouvernement actuel , du ministère  de l’environnement,  des partis écologistes et des promoteurs .

La Fédération Environnement Durable (FED) que je préside, considère aussi que l’appellation d’énergie « renouvelable » pour l’éolien est une imposture car il s’agit d’une production d’électricité intermittente et incontrôlable ce qui devrait interdire scientifiquement et économiquement de l’assimiler aux vraies énergies renouvelables stockables et  pilotables comme  par exemple l’hydroélectricité.

La FED dénonce surtout   les tarifs garantis exorbitants  depuis 15 ans à cette filière industrielle basés sur une obligation d’achat  garantie par l’État qui ne respecte pas les lois de la concurrence,  et qui sont  en plus consolidés par des multiples primes plus ou moins obscures et surtout par une  scandaleuse «  priorité  d’accès au réseau » mettant en danger les autres filières.

Elle considère que la Transition énergétique de François Hollande basée sur 15.000 éoliennes terrestres  qui sont toutes  importées,  et qui  sera prochainement amplifiée par des milliers d'éoliennes offshore construites  au ras des côtes, est un programme économiquement ruineux pour les consommateurs et qu'il conduit   EDF à faire faillite (2).

Nous espérons que les prochaines élections présidentielles permettront d'arrêter cette erreur stratégique éolienne qui  pénalise lourdement la  compétitivité  de l’ensemble d’industrie de notre pays et le détruit.

Veuillez agréer Mr le Premier Ministre l’expression de ma plus haute considération.

Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES (SOLAIRE, ÉOLIEN) CONDUISENT EDF À FAIRE FAILLITE

http://www.capital.fr/a-la-une/tribune/jean-louis-butre/les-energies-renouvelables-solaire-eolien-conduisent-edf-a-faire-faillite-1128890#

PUBLIÉ LE 17/05/2016

Pour Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable, qui lutte contre la multiplication des parcs éoliens en France, le développement non maîtrisé (et peu rentable) des énergies alternatives risque de conduire au démantèlement du fleuron français, EDF, mettant à mal l'indépendance de l'Hexagone en matière de production d'électricité. Tribune libre.


En 2015, EDF premier producteur mondial d’électricité emploie 158.000 salariés dans le monde dont 129.000 en France.

La situation économique de l’énergéticien français dont l’état contrôle 85% s’est fortement dégradée :

- un chiffre d’affaires de 72 milliards d’euros
- des fonds propres inférieurs à 20 milliards d’euros
- une action en forte baisse (– 44% en 1 an et – 58% sur 5 ans),
- un endettement qui s'est envolé (40 milliards, soit plus de la moitié de son chiffre d’affaire),
- des retraites des salariés non provisionnées, évaluées à 60 milliards d’euros
- une fusion programmée périlleuse avec AREVA qui totalise de son côté 4,8 milliards de pertes
(les effectifs d'AREVA ont fondu de 75.000 salariés à une prévision de 35.000 à l’horizon 2017).
- des promesses du soutien financier d’un État qui n'a plus d'argent.


La filière nucléaire d’EDF assure 80 % de la production d’électricité de notre pays.


Les difficultés récentes du groupe ont été marquées par la sortie d’EDF du CAC 40 fin 2015, la démission de son directeur financier début 2016, la décision imposée de reprendre AREVA en faillite, l’abaissement en mai de la note du groupe par l’agence Standard & Poor’s et son déclassement par l’agence Moody’s. Ces événements posent la question du bien-fondé de la stratégie du groupe et de la responsabilité des Energies Renouvelables (EnR) dans son déclin.

En analysant les faits de ces 10 dernières années, la filiale d’EDF (EDF EnR) chargée du développement des énergies Renouvelables, c’est-à-dire principalement de l’éolien, a été rachetée à prix d’or, mais elle ne représente aujourd'hui que 2% du chiffre d’affaires d’EDF et emploie moins de 1.500 salariés, soit 2% de l’effectif total du groupe.

En revanche, la stratégie agressive de communication de cette filiale, appuyée par l'ADEME et le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, a conduit à faire croire aux décideurs et aux citoyens que l’avenir d'EDF était basé sur les énergies renouvelables. Celles-ci, parées de toutes les vertus écologiques, ont pratiquement occulté les autres activités et elles ont masqué les difficultés d’EDF.


Même si certaines EnR présentent à terme un intérêt, elles sont peu productives, intermittentes et non rentables.

L’éolien, par exemple,ar érigé en symbole de l’avenir énergétique a répandu une image fausse de l’ensemble du groupe EDF en faisant croire que cette énergie allait remplacer le nucléaire. L’éolien a complètement cannibalisé médiatiquement les autres filières.

La situation actuelle montre que le groupe EDF n’a plus aujourd’hui les ressources financières suffisantes pour faire face dans les 25 prochaines années à des investissements stratégiques incontournables.

Si dans les plus brefs délais, aucune mesure majeure n’est prise, le groupe fera faillite et sera démantelé. Il entrainera la suppression de centaines de milliers d’emplois et le déclin de l’ensemble de l’industrie de la France.


Ces faits sont la conséquence de l’absence d’un plan stratégique à long terme et d’une vision claire sur les orientations du groupe. Depuis 15 ans l’Etat Français n’a pris aucune décision concernant la poursuite ou l’abandon de la filière nucléaire qui est la clé fondamentale d’EDF.

Les gouvernements, et les 14 ministres de l’environnement et de l’énergie qui se sont succédés, ont louvoyé. Lors du Grenelle de l ‘environnement cette question primordiale n’a même pas été abordée et le programme des 50% de la Transition Energétique de François Hollande qui lui a succédé n’a fait qu’ajouter la confusion et la duplicité.


Pourtant la décision de continuer ou d’arrêter la filière nucléaire est fondamentale, elle détermine non seulement l’avenir des 58 réacteurs actuellement en fonctionnement, mais aussi tous les investissements à long terme éventuels, concernant les nouveaux réacteurs en France et à l’exportation. Les autres programmes ne sont que des conséquences. Cette question est incontournable.

La situation critique actuelle du groupe montre que, si en 2001 la possibilité de fermer la filière nucléaire d’EDF était encore envisageable, il est à craindre que cette option ait dépassé aujourd’hui toutes les limites des moyens financiers d’EDF et de l’Etat français.

Scénario arrêt du nucléaire : coût supérieur à 500 milliards d’euros ?

Le coût de la fermeture des 58 réacteurs en fonctionnement, leur démantèlement et le remplacement par des énergies renouvelables appuyées par des moyens de production indispensables à leur intermittence (centrales à gaz et à charbon principalement) engendreraient un montant d’investissements qui dépasserait 500 milliards d’euros. (1)

Cette option entrainerait la construction de centrales thermiques pour assurer une production d’électricité et aurait pour conséquence, comme en Allemagne, une augmentation massive des émissions de GES par la France, contraire aux décisions européennes et à l’inverse de toute la politique internationale prônée par notre pays notamment lors de la dernière COP 21.

Scénario du maintien du nucléaire : coût estimatif 150 à 200 milliards d’euros

Pour mettre EDF à flot et assurer son développement cette somme serait à investir dans les 15 prochaines années (2) parallèlement à des mesures draconiennes d’économies qui devraient être appliquées.

Partant du principe que la capacité d’emprunt d’EDF a atteint un seuil limite et que EDF doit rester un groupe stratégique contrôlé par l’état, les seuls paramètres maîtrisables par le gouvernement actionnaire pour apporter de l‘argent à EDF sont les tarifs de l'électricité des particuliers.

En 2016, 150 TWh électricité (35% du total de la consommation) sont vendus aux ménages à un prix de l’ordre de à 150 euros le MWh.

Une hausse de 10% du tarif de l’électricité correspondrait à 15 euros le MWh soit un bénéfice de 2,2 milliards d’euros par an pour EDF.

Le doublement du tarif apporterait 22 milliards par an. Ce qui permettrait d’atteindre les 150 à 200 milliards nécessaires dans une période de 10 à 15 ans suivant le rythme acceptable pour cette hausse.

Cette augmentation difficilement supportable pourrait être moins importante s'il était possible de la répercuter sur l’ensemble des consommateurs d’électricité (transports, professionnelles, PME/PMI, entreprises) qui représentent 65% du total de la consommation française. Mais en dehors du fait que ceux-ci répercuterait ces hausses sur la vente des biens ou des services donc principalement sur les consommateurs français, il n'est pas du tout évident qu'ils puissent accepter de telles nouvelles charges qui mettraient en péril la compétitivité de leurs entreprises soumises à la loi du marché.

Des mesures d’économies immédiates seraient à prendre pour arrêter le programme ruineux des EnR actuelles et (solaire et éolien terrestre). Elles permettraient une économie de 2 à 7 milliards d’euros par an. Il serait aussi nécessaire de mettre en place un moratoire concernant l’éolien offshore dont les pertes programmées sont évaluées d’ici 3 ans de 4 à 6 milliards d'euros par an.

Cinq décisions pour sauver EDF

1) Doublement du tarif d’électricité des particuliers (par exemple augmentation des tarifs de +30% par an dans les 3 prochaines années puis stabilisation).
2) Grand carénage des réacteurs existants et étude de nouveaux investissements. Les EPR ne sont pas la seule option à envisager. Nécessité prioritaire de la mise aux normes de sécurité des réacteurs pour s’assurer l’absence totale de risques durant leur exploitation
3) Arrêt du programme des EnR raccordé au réseau (Eolien et Solaire terrestre) (économie de 2 à 7 milliard d’euros par an)
4) Moratoire sur l’offshore en attente de technologie plus performante (économie de 4 à 8 milliards d’euros par an à l’horizon 2020)
5) Négociation concernant les montants et le financement des retraites des salariés d’EDF.


Il ne serait anormal de maintenir des avantages acquis abusifs en les faisant supporter par les ménages français à qui un effort financier gigantesque serait demandé

Conclusion

Si rien n’est fait EDF sera probablement démantelé à terme et repris par des concurrents principalement étrangers. La France perdra la maîtrise de la production de l’énergie électrique un domaine stratégique dont le reste de soin tissu industriel dépend. Dans ce cas la suppression de centaines de milliers d’emplois et le déclin de l’ensemble de l’industrie de notre pays est à craindre.L’arrêt du programme des EnR (Solaire et éolien) est une priorité pour contribuer à faire des économies, sortir le groupe de l’impasse financière actuelle et assurer son développement.

Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable (FED).

mardi 20 décembre 2016

Les Préfets en tant qu'autorité environnementale des projets : vers la fin de l'illégalité ?

http://www.arnaudgossement.com/archive/2016/12/19/veille-evaluation-environnementale-projet-de-loi-de-ratific-5888935.html

15 décembre 2016

Si la réforme de l'autorité environnementale en région est intervenue, rien n'est réglé pour les projets. Après un premier article sur un jugement du Tribunal administratif d'Orléans, qui ouvre une importante brèche, Gabriel Ullmann, Docteur en droit, développe et étaye son analyse.


En application du décret réformant l'autorité environnementale , la fonction d'autorité environnementale relève désormais d'une mission régionale d'autorité environnementale (MRAe), et non plus des préfets. Mais seuls les plans et programmes sont visés. En annulant partiellement le décret relatif à l'évaluation de certains plans et documents ayant une incidence sur l'environnement , le Conseil d'Etat avait en effet considéré que l'Etat avait méconnu les dispositions de la directive de juin 2001. L'autorité environnementale en région ne jouissait pas d'une "autonomie réelle, impliquant notamment qu'elle soit pourvue de moyens administratifs et humains qui lui sont proprespour donner son avis de manière objective. Le même jour, le Conseil d'Etat avait, pour la même raison, annulé certaines dispositions du décret relatif à l'évaluation environnementale des documents d'urbanisme.
Ces décisions étaient attendues, y compris de la part du Gouvernement, car elles se fondaient sur la jurisprudence Seaport de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) et faisaient suite aux avis défavorables du Conseil lors de l'examen préalable de ces textes. A cette occasion la Haute juridiction avait en effet rappelé que "la même autorité administrative ne pouvait être à la fois l'auteur ou le co-auteur du plan ou programme et l'autorité compétente pour se prononcer sur l'évaluation environnementale de ce plan ou programme".
Mais cette situation anormale, et irrégulière, est encore plus criante pour maints projets, pour lesquels, contrairement à de nombreux plans, le préfet assure à la fois l'instruction du dossier, est l'autorité environnementale, l'autorité décisionnaire, l'autorité organisatrice d'enquête, quand il n'est pas également le maître d'ouvrage. Rappelons à cet égard que l'autorité qui autorise le maître d'ouvrage à réaliser un projet doit prendre en considération l'avis de l'autorité environnementale, en vertu d'une disposition législative. Dès lors, cette exigence est vidée de tout sens quand le préfet est à la fois l'autorité décisionnaire et autorité environnementale.

Pour les juridictions, il importe avant tout de "sauver le soldat Autorisation"

Très étonnamment, plusieurs cours ont jugé que le préfet de région, quand bien même il était également le préfet de département qui a autorisé le projet, pouvait régulièrement être autorité environnementale. Cela, au motif principal que la DREAL, chargée d'instruire l'avis sous l'autorité du préfet, serait dotée de moyens administratifs et humains qui lui seraient propres et que, compte tenu de la séparation fonctionnelle au sein des services déconcentrés de l'Etat, cette direction disposerait d'une autonomie effective. Cette analyse du rapporteur public dans l'affaire Notre Dame-des-Landes, reprise par la Cour de Nantes, est représentative de l'absence totale de distinction qu'ont bien voulu opérer ces juridictions entre le service qui instruit l'avis de l'autorité environnementale (la DREAL) et celui qui reste décisionnaire du contenu de cet avis, le valide et le signe : à savoir en l'espèce le préfet de région, qui est parfois également le préfet de département signataire de l'autorisation contestée.
Ainsi, le rapporteur public, après avoir retenu la similitude entre les affaires Seaport et Notre-Dame-des-Landes, souligne "la confusion parfaite entre l'autorité environnementale et l'autorité décisionnaire dans la situation en cause". Il rappelle également "l'unicité entre le préfet de région et le préfet du département. En effet, dans les deux cas, les services en charge de l'étude du dossier d'une part, et de la délivrance d'un avis environnemental d'autre part, sont deux services différents, même s'ils ne disposent pas de l'autonomie juridique. Et ils sont placés sous la même autorité hiérarchique, en l'occurrence le préfet, qu'il porte la casquette de préfet de région ou celle de préfet de département, puisqu'il s'agit de la même personne, et qu'on imagine mal que les deux hémisphères de son cerveau seraient totalement déconnectés" (sic)… pour conclure toutefois au rejet du moyen soulevé, pour la raison précitée.
La Cour de Marseille n'a pas hésité, quant à elle, à aller encore plus loin dans la démarche de dénégation de la réalité administrative. Elle a ainsi considéré que, du fait que les services du préfet de région et du préfet de département constituaient deux entités administratives distinctes, "en désignant le préfet de région comme autorité compétente pour se prononcer sur l'évaluation environnementale d'une autorisation d'exploiter une carrière décidée par le préfet de département, et quand bien même un préfet de département peut également occuper la fonction de préfet de région", la disposition règlementaire était régulière. Le dispositif a même été étendu au cas où l'autorité environnementale est également l'autorité en charge de la police des installations classées (DREAL), comme l'a jugé la Cour de Douai.
Comment la DREAL, placée sous l'autorité hiérarchique du préfet, peut-elle rendre un avis de "manière objective", comme l'exige la jurisprudence de la CJUE, quand le préfet en question est l'autorité qui a fait instruire le dossier et valider son évaluation environnementale. Pour ensuite soumettre cette évaluation à l'appréciation de l'autorité environnementale, c'est-à-dire de lui-même, avant qu'il ne statue en tant qu'autorité décisionnaire ? C'est ainsi que, outre l'autocensure que certaines DREAL pratiquent par anticipation, pour les projets sensibles elles soumettent souvent au préfet une première mouture de l'avis, afin qu'il puisse le modifier le cas échéant. Aussi, le décret précité du 28 avril 2016, portant réforme de l'autorité environnementale, instaure-t-il que les agents des DREAL, qui instruisent les dossiers au bénéfice des MRAe ainsi créées pour les plans/programmes, soient placés sous l'autorité fonctionnelle de leur président. Autrement dit, pour les projets, ils restent sous l'autorité non seulement hiérarchique, mais aussi fonctionnelle du préfet de région.

En matière de projets, l'autorité environnementale doit jouir d'une autonomie effective

Malgré tous les arrêts contraires, qui relèvent soit d'une profonde méconnaissance de la réalité administrative, soit, plus vraisemblablement, de la volonté volens nolens de privilégier la sécurité juridique des autorisations, une brèche vient de s'ouvrir avec le jugement, remarquable dans son développement et sa motivationdu Tribunal administratif d'Orléans en date du 2 novembre 2016. Le juge était saisi d'un recours collectif contre l'arrêté d'autorisation du 31 juillet 2014, par lequel le préfet de la région Centre a autorisé la société ENEL Green Power France à exploiter cinq éoliennes et un poste de livraison sur le territoire de deux communes. Le préfet avait exercé également la fonction d'autorité environnementale (AE), laquelle concluait dans son avis, comme se plaît à le relever la juridiction : "Le projet de parc éolien de Préveranges et Saint-Saturnin a fait l'objet d'une étude d'impact de très bonne qualité, tant sur la forme que sur le fond, qui rend compte d'une démarche approfondie de prise en compte des enjeux environnementaux, notamment paysagers".
Le Tribunal a annulé l'arrêté en retenant l'inconventionnalité de l'article R. 122-6 du Code de l'environnement, car il n'a pas prévu de disposition de nature à garantir que la compétence consultative en matière environnementale sera, dans tous les cas, exercée par une autorité disposant d'une autonomie effective. En l'espèce, cet article R. 122-6 a effectivement conduit à ce que l'avis de l'autorité environnementale a été émis dans des conditions irrégulières. Et cela, comme le relève le tribunal, quand bien même les services administratifs concernés étaient distincts, avec du personnel en propre, et que l'Etat n'avait pas élaboré le projet : il est bien l'autorité qui l'a autorisé.
Certes, cette décision n'émane que d'un tribunal administratif ; elle présente toutefois une force d'analyse, qui s'inscrit dans la réalité des situations administratives, et a un caractère de portée générale qui est loin d'être limitée au seul cas d'espèce de l'affaire qui lui était soumise. Elle est d'autant plus importante que parmi la douzaine de moyens examinés, le juge a retenu ce seul moyen d'annulation.

Vers la fin de la confusion des genres

Sur le fondement de cette irrégularité, le juge applique, dans leur entièreté, les célèbres principes établis par les arrêts fondateurs Ocréal et Danthony : à savoir que les irrégularités affectant le dossier de demande d'autorisation (en l'espèce d'une installation classée) ne sont susceptibles de vicier la procédure et ainsi d'entacher d'irrégularité l'autorisation, que si elles ont eu pour effet de nuire à l'information complète de la population ou si elles ont été de nature à exercer une influence sur la décision de l'autorité administrative. En l'espèce, le vice affectant les conditions dans lesquelles a été recueilli l'avis de l'autorité environnementale a été de nature tant à nuire à l'information complète de la population, qu'à exercer une influence sur la décision de l'autorité administrative.
Cette décision devrait en appeler d'autres, pour vraisemblablement finir par conduire, cahin-caha, à la même issue : la fin de la tutelle de l'autorité environnementale en région par l'autorité décisionnaire. Pour les plans et les programmes, la création tardive des MRAe répond en partie à cet enjeu (sachant que le service instructeur de l'avis reste les DREAL ou leurs homologues). Pour les projets, qui demeurent l'enjeu principal, un long chemin reste à parcourir. Le jugement du Tribunal administratif d'Orléans y concourt, nonobstant toutes les décisions contraires de Cour.

Avis d'expert proposé par Gabriel Ullmann, Docteur en droit et expert judiciaire spécialisé en environnement
© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [27917] / utilisation du flux d'actualité.

Archives de l'auteur Claude BRASSEUR





https://www.contrepoints.org/author/claude-brasseur

http://www.enquete-debat.fr/archives/author/brasseur-2





Éoliennes et santé : une évaluation objective
28 septembre 2017
« Si, pour les animaux, des travaux scientifiques ont démontré la nocivité objective des éoliennes, pour les humains on reste dans le domaine de la subjectivité, des témoignages de victimes. »
http://fr.friends-against-wind.org/health/eoliennes-et-sante-une-evaluation-objective
Elles sont vertes, mes éoliennes… et rouge sang !
4 juin 2017
Sont-ils vraiment vicieux ou sont-ils ignorants, ces « écologistes » ?
http://www.bvoltaire.fr/vertes-eoliennes-rouge-sang/

EOLIENNES : SANS SUBVENTIONS, LES PRIX S'EFFONDRERAIENT !
27 mai 2017
http://www.economiematin.fr/news-l-eolien-sans-subventions-pour-chaque-kwho-

Le CO2 est un gaz à effet de serre
16 avril 2017
http://www.economiematin.fr/news-le-co2-est-un-gaz-a-effet-de-serre

Dernières nouvelles de l'escroquerie du siècle : l'éolien
22 avril 2016

http://www.enquete-debat.fr/archives/dernieres-nouvelles-de-lescroquerie-du-siecle-leolien-60342


L’omerta du lobby éolien se fissure
Publié le 23 juin 2015 dans Énergie et matières premières
Comment a-t-on pu installer 200.000 IWT dans le monde sans que des normes objectives soient fixées pour protéger les populations des éoliennes ?

Sommes-nous vraiment obligés de subir les nuisances éoliennes ?
19 avril 2015
Les infrasons semblent particulièrement nocifs aux personnes âgées et aux enfants. Des travaux font état de dégradations de la santé de ceux qui vivent par exemple près d’éoliennes et il est grand temps de sortir du flou. Il est même plus que temps de prendre des mesures si elles s’avèrent nécessaires ! Et comment en juger ? En juger objectivement ?
14 mars 2015
Malheureusement, quand une politique a été commencée par des politiciens dans l’émotion « Kyoto », il est trop souvent impossible de la changer ensuite. Le changement est d’autant plus difficile que des lobbies richissimes ont les moyens d’influencer un public « de bonne foi »… de contourner des décisions du Sénat! Contre vents et marées, des milliers d’éoliennes continuent à être dans les « starting block ».
http://www.enquete-debat.fr/archives/eoliennes-un-prejudice-irreparable-17261

Eoliennes : la tromperie, l'irrésistible appât du gain
27 février 2015
Trop d’information tue l’information. Scientifique à la recherche de la vérité, j’ignorais que la NASA avait découvert la nocivité des éoliennes industrielles géantes à des kilomètres de leur lieu d’implantation… il y a plus de trente ans !! Et je soupçonne que d’autres chercheurs sont dans la même situation.


Les infrasons tuent lentement
7 février 2015
Le Docteur Mariana Alves-Pereira a obtenu la fermeture d’un parc éolien proche d’une ferme. Les sabots des chevaux se développaient anormalement et des problèmes mentaux étaient apparus chez les enfants…. Et ce genre de faits (1) n’empêche pas le lobby éolien de saturer la presse d’articles nous assurant – recherches « scientifiques » à l’appui – que rien de nocif n’est produit par les éoliennes !

Les éoliennes sont-elles nocives pour notre santé ?
23 décembre 2014
Encore une drôle de question ! Si elles l’étaient, on peut supposer que l’État ne tolérerait pas leur installation. On a bien dû – comme on le fait longuement pour les médicaments – faire des tests adaptés avant d’autoriser l’installation d’éoliennes à grande échelle. Soyons simplement réalistes, diront certains : il y a déjà tant de dérangements, tant de pollutions diverses, qu’il ne faut pas en rajouter…

http://www.enquete-debat.fr/archives/les-eoliennes-sont-elles-nocives-pour-notre-sante-70196

Les éoliennes nous donnent-elles de l'énergie ?
9 décembre 2014
Drôle de question ! Si on les installe, c’est évidemment parce qu’elles produisent de l’énergie. Mes éoliennes de pompage à Lubumbashi pompaient au moindre souffle des vents alizés. Les moulins à vent hollandais continuent à pomper l’eau des polders à chaque coup de vent et un peu partout des moulins nous ont fourni notre farine pendant des siècles… et maintenant on veut faire produire de l’électricité par des moulins à vent gigantesques. Le problème, c’est que tourner suffit pour pomper de l’eau ou écraser du blé mais non pour produire de l’électricité en masse.


Existe-t-il des sources d'énergie renouvelable utiles ?30 novembre 2014
Le vent et le soleil sont évidemment des sources d’énergie éternellement renouvelables. Le problème quand il s’agit du soleil est qu’il n’y en a pas la nuit ni en hiver dans les pays froids. De plus, on n’a pas à l’heure actuelle les moyens de stocker utilement son énergie. Le vent pose des problèmes encore nettement plus grands : le prix des éoliennes est et reste excessif, leur fabrication pollue des régions entières en Chine – et donc toute la planète ! – leur installation pollue les paysages, rend des riverains malades (1), leur fonctionnement intermittent demande des centrales électriques capables de prendre le relais… Le Danemark et l’Allemagne n’ont jamais autant pollué que depuis qu’ils ont beaucoup d’éoliennes ! Et ceci « grâce » aux centrales au charbon dont le nombre augmente avec le nombre d’éoliennes. Et le prix du Kwh explose !


Les infrasons des éoliennes sont insupportables, nocifs
11 novembre 2014
L’intérêt d’un lobby avant l’intérêt du pays.
De plus en plus agressif, le lobby éolien va jusqu’à nous parler de « milliers d’emplois créés grâce à l’installation d’éoliennes ». Manœuvre destinée à nous faire oublier leur prix ? Leur inutilité ? Leur nocivité ? La pollution qu’elles créent directement ou indirectement ? Les lobbies se moquent pas mal du citoyen à plumer ! (1) Un exemple de cette convoitise jointe à une indifférence crasse me choque particulièrement. Il s’agit des infrasons générés par les éoliennes et qui augmentent avec l’augmentation de leur dimension et puissance.
http://www.enquete-debat.fr/archives/les-infrasons-des-eoliennes-sont-insupportables-nocifs-71658


Face à l’escroquerie éolienne : la géothermie
Publié le 23 septembre 2014 dans Énergie et matières premières
La géothermie peut-elle offrir une alternative réellement écologique à l’éolien ? Un point de vue original sur la question.
https://www.contrepoints.org/2014/09/23/182057-face-a-lescroquerie-eolienne-la-geothermie


Face à l’escroquerie éolienne
Publié le 17 septembre 2014 dans Énergie et matières premières
Un aperçu de bon sens sur les limites de l’énergie éolienne.
https://www.contrepoints.org/2014/09/17/181060-face-a-lescroquerie-eolienne



Appel aux victimes des éoliennes "écologiques"
24 juillet 2014
Si vous estimez qu’un abus comme ceux concernant l’amiante en Belgique ou le sang contaminé en France est normal, ce texte ne vous concerne pas. Si vous habitez à plus de 5 km d’une éolienne géante, votre système neuro-végétatif risque moins la destruction (1) que si vous habitez à 2 km. Si vous êtes fermier et recevez entre 5.000 et 15.000 euros par éolienne installée chez vous, vous acceptez sans doute quelque souffrance ?

Infrasons : jusqu'où ira la mauvaise foi du lobby éolien ?
10 juin 2014
L’Acoustical Society of America, qui fêtera ses 100 ans en 2030, a décidé de tout mettre en œuvre pour rompre l’omerta dans le domaine des nuisances sonores éoliennes. Les études se multiplient. L’une d’elles, avec Alec N.Salt et Jeffrey T.Lichtenham dans « How does wind Turbine noise affect people » (Comment le bruit des éoliennes affecte les gens) fait le point de la situation et propose les types de mesures à faire d’urgence à proximité des parcs éoliens.
http://www.enquete-debat.fr/archives/infrasons-jusquou-ira-la-mauvaise-foi-du-lobby-eolien-34393


Les éoliennes sont-elles utiles ? écologiques ?
19 mai 2014Dès qu’on pose ces questions, les regards s’assombrissent : surtout pas de nucléaire ! Les éoliennes peuvent nous ruiner, elles peuvent polluer… surtout pas de nucléaire !
http://www.enquete-debat.fr/archives/les-eoliennes-sont-elles-utiles-ecologiques-56440


Nos politiciens "verts" nous promettent la lune
25 avril 2014
Il y a peu, le ministre wallon de l’énergie voulait nous démontrer que l’éolien couplé au gaz revient moins cher que le nucléaire.
http://www.enquete-debat.fr/archives/nos-politiciens-verts-nous-promettent-la-lune-63487

Comment mentir en ne disant que des vérités ?
3 février 2014
Le lobby éolien manipule des milliards d’euros – nos impôts! – et ses services de propagande (1) composent des textes qui laissent croire au lecteur que les éoliennes produisent réellement des Kwh utiles…
http://www.enquete-debat.fr/archives/comment-mentir-en-ne-disant-que-des-verites-80803


La nocivité du lobby éolien
29 juin 2013
Depuis des années, le lobby éolien occupe une place dans chaque journal, chaque jour et à nos frais. Il a commencé un peu plus tard en France qu’en Belgique mais il semble qu’il rattrape le temps perdu…
http://www.enquete-debat.fr/archives/la-nocivite-du-lobby-eolien-68148

Réponse à quelques questions sur les énergies renouvelables
13 juin 2013
http://www.enquete-debat.fr/archives/reponse-a-quelques-questions-sur-les-energies-renouvelables-29356


Les parcs éoliens augmentent les émissions (de polluants)
26 mars 2013
Pour que la technologie réussisse, la réalité doit avoir la préséance sur les opinions du public : la Nature ne peut être bernée. Richard FEYNMAN
http://www.enquete-debat.fr/archives/les-parcs-eoliens-augmentent-les-emissions-de-polluants-24346

Energies renouvelables et politiques
16 mars 2012
ENFIN j’ai trouvé une réponse satisfaisante à une question qui me hante depuis longtemps : « Pourquoi nos responsables persévèrent-ils dans des politiques si manifestement néfastes pour le pays ? » L’ignorance est un élément de réponse, l’indifférence un autre, la corruption s’y ajoute mais croire que tous seraient bêtes et corrompus ? NON, nous n’avons pas voté aussi… bêtement !

Les éoliennes un leurre "vert"
3 février 2012
Le prix des éoliennes a baissé de manière spectaculaire: en 30 ans il a baissé de huit fois! Cette baisse a permis d’en installer (le prix du photovoltaïque est resté le même jusqu’en 2009). Idée intéressante. Elle donnait l’occasion de voir si ces engins pouvaient devenir rentables, intégrables à la société et à l’économie. Ce n’est pas le cas.
http://www.enquete-debat.fr/archives/les-eoliennes-un-leurre-%C2%AB-vert-%C2%BB-39509