Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

mardi 29 novembre 2016

Tableau de bord : éolien - Troisième trimestre 2016

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-tableau-de-bord-eolien.html


Le tableau de bord éolien
28 novembre 2016


La puissance du parc éolien français atteint 11,2 GW fin septembre 2016. La puissance raccordée au cours des trois premiers trimestres 2016, estimée à 804 MW, est supérieure de 18 % à celle raccordée durant la même période de l’année précédente. Le rythme de raccordement des nouvelles installations demeure soutenu au troisième trimestre 2016, après un deuxième trimestre record. Malgré des conditions de vent défavorables pendant l’été, la production d’électricité éolienne s’élève à 15 TWh depuis le début de l’année 2016, en progression de 7 % par rapport à la même période en 2015. Elle représente ainsi 4,3 % de la consommation électrique française en moyenne depuis le début de l’année.

PRINCIPAUX RÉSULTATS

ÉOLIEN : LA FILIÈRE CONTINUE DE SE DÉVELOPPER, AVEC UNE PUISSANCE INSTALLÉE DÉPASSANT LES 11 GW

Fin septembre 2016, le parc éolien français atteint une puissance de 11 166 MW, suite au raccordement de 85 nouvelles installations depuis le début de l’année. Ces dernières, dont près d’un tiers ont été raccordées durant le troisième trimestre, représentent une puissance cumulée de 804 MW. Le rythme de développement de la filière s’est accéléré depuis 2014, comparé à celui de la période 2011-2013. Au cours des trois premiers trimestres 2016, la production d’électricité d’origine éolienne atteint 15 TWh, soit une hausse de 7 % par rapport à la période équivalente de 2015. Les éoliennes ont au final fourni 4,3 % de la consommation électrique nationale depuis le début de l’année 2016, contre 4,0 % sur la même période de l’année précédente. La production sur le seul troisième trimestre est toutefois en recul en glissement annuel, en raison de conditions de vent particulièrement défavorables pendant l’été. Les projets d’éolien terrestre en file d’attente représentent, fin septembre 2016, une puissance totale de 7,7 GW. La puissance des projets avec une convention de raccordement signée, amenés à être raccordés dans les trimestres à venir, est en légère hausse, de 5,6 % entre fin juin et fin septembre 2016. Concernant l’éolien en mer, la puissance des projets en file d’attente s’établit à 3,3 GW. Le démarrage de la production ne devrait cependant pas intervenir avant la fin de la décennie.



RÉSULTATS RÉGIONAUX 
Depuis le début de l’année 2016, le rythme des raccordements a été particulièrement dynamique dans les Hauts-de-France, avec 246 MW raccordés. Les raccordements ont également été nombreux en Occitanie (+ 95 MW) ainsi que dans les régions Grand Est (+ 91 MW), Pays de la Loire (+ 90 MW), Normandie (+ 66 MW) et Nouvelle-Aquitaine (+ 63 MW). La région Grand Est demeure celle disposant du parc éolien le plus important, avec une puissance installée de 2 672 MW, soit presque le quart de la puissance totale installée sur le territoire français. Les régions Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse et les départements d’outre-mer représentent a contrario seulement 1 % de la puissance installée en France. Aucune nouvelle installation n’a été raccordée dans les DOM depuis plus de cinq ans. 



MÉTHODOLOGIE
Le tableau de bord éolien porte, d’une part, sur le suivi trimestriel du parc raccordé au réseau électrique, et d’autre part, sur les projets en cours d’instruction pour lesquels une demande de raccordement a été déposée auprès d’un opérateur. 
Source 
Ces informations sont fournies par différents opérateurs : 
– le réseau de transport : RTE ; 
– les réseaux de distribution : Enedis, EDF-SEI (pour la Corse et les DOM hors Mayotte), ainsi que les quatre principales entreprises locales de distribution (ELD) : Électricité de Strasbourg réseaux, la Coopérative d’électricité de SaintMartin-de-Londres, Gérédis et SRD ; 
– pour les autres ELD et Mayotte, les données sont complétées une fois par an, sur la base du fichier des obligations d’achat, transmis par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). 
Champ 
Le champ est l’ensemble du territoire français (métropole et DOM). Mayotte, devenu le 101e département français depuis le 31 mars 2011, est inclus dans le champ. Seules les installations raccordées au réseau électrique sont prises en compte (la capacité des sites isolés, c’est-à- dire non raccordés, est marginale). Pour Mayotte et les ELD, autres que les quatre principales citées ci-dessus, seules les installations ayant bénéficié des obligations d’achat en 2015 ou antérieurement sont comptabilisées. Les nouvelles installations ayant bénéficié des obligations d’achat en 2016 seront intégrées au tableau de bord du second trimestre 2017. 
Définitions 
Parc raccordé : les installations sont comptabilisées dès l’entrée en vigueur du contrat de raccordement, c’est-à-dire au moment où elles peuvent être mises en service. Ces installations peuvent aller d’une micro-éolienne à une ferme constituée d’un nombre important de mâts. Les puissances considérées sont les puissances maximales délivrées au réseau souscrites dans le contrat de raccordement. 
Les projets en cours d’instruction : la procédure de raccordement comporte pour simplifier quatre étapes : 
• dépôt de la demande complète (ou qualifiée) de raccordement auprès d’un opérateur ; 
• signature d’une proposition technique et financière (PTF), premier devis établi par l’opérateur ; 
• signature d’une convention de raccordement, qui comporte un devis détaillé déclenchant la réalisation des travaux ; 
• signature du contrat de raccordement (ou convention d’exploitation) préalable au raccordement. Selon la taille des projets, les différentes étapes peuvent s’étaler sur des laps de temps plus ou moins longs, ce qui implique un traitement différent selon que l’installation est raccordée au réseau de transport ou à un réseau de distribution. 
Deux étapes ont été retenues dans ce document : 
• l’une au début de la procédure intitulée « installations entrées en file d’attente » correspondant à la dépose de la demande complète de raccordement pour les réseaux de distribution et à la signature de la PTF pour RTE ; 
• la seconde à une phase avancée de la procédure correspondant à la signature de la convention de raccordement. Le délai pour le raccordement peut alors varier de quelques semaines à plusieurs trimestres. Au niveau du suivi statistique, un décalage de quelques mois peut intervenir entre la sortie de la file d’attente et le raccordement effectif. 
Révisions des résultats 
Les résultats d’un trimestre sont encore provisoires lors de leur première publication. Ils sont amenés à être révisés à la hausse le trimestre suivant et ne seront définitifs que lors des trimestres postérieurs. Puissance des installations raccordées au cours du troisième trimestre depuis 2011 En MW 
Diffusion de données départementales 
Des tableaux Excel détaillés, par département et région, sont disponibles sur le site du SOeS 
http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr, rubrique Énergies et climat/ Les différentes énergies/Énergies renouvelables/ L’essentiel en chiffres/L’énergie éolienne.