Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

jeudi 26 avril 2018

LE SCANDALE DE L’ÉLECTRICITÉ VERTE : 134 MILLIARDS EXTORQUÉS AUX FRANÇAIS

http://www.bvoltaire.fr/scandale-de-lelectricite-verte-134-milliards-extorques-aux-francais/

La Cour des comptes vient de dévoiler un vol honteux, une escroquerie qui a impacté tous les Français, notamment les plus modestes.

La Cour des comptes vient de dévoiler un vol honteux, une escroquerie qui a impacté tous les Français, notamment les plus modestes. Pourtant, les médias n’en parlent pas ou peu, alors qu’il devrait faire les grands titres des journaux. Une telle mansuétude s’explique par l’escroquerie écologique, car ce qui est en cause est la gestion de l’électricité dite verte, une fumisterie qui ruine nos compatriotes au nom de la lutte contre un réchauffement climatique dont les effets sont surévalués.


Ceux qui installent des éoliennes ou des panneaux solaires sont assurés d’un prix de revente supérieur au prix du marché et EDF est tenu d’acheter toute l’électricité produite, même si elle n’en a pas besoin. Quiconque veut mettre des panneaux solaires sur son toit doit déposer une déclaration de travaux à la mairie, qui accepte presque toujours (?) sauf si les bâtiments se trouvent dans des zones classées. Les éoliennes sont simplement tenues d’obtenir un permis de construire. Selon la Cour des comptes, EDF s’est engagée à acheter pour 134 milliards d’euros de cette prétendue électricité verte sur vingt ans, soit près de sept milliards par an. Et ce sont les Français qui financent cette dispendieuse folie par l’intermédiaire d’une taxe sur la consommation d’électricité qui ne cesse – et pour cause – de s’alourdir. Tout le monde paye, y compris nos compatriotes les plus modestes, une centaine d’euros par ménage et par an. Effrayant ! Et cette manne n’a pas servi à créer des emplois en France, car les panneaux solaires proviennent, dans leur grande majorité, de Chine et les éoliennes sont souvent allemandes. Nous enrichissons l’étranger, alors que notre commerce extérieur est gravement déficitaire.


Si, encore, ces sept milliards annuels extorqués aux Français étaient écologiquement utiles… Or, il n’en est rien ! Même si le réchauffement climatique sera probablement plus faible que ce qu’on nous annonce régulièrement, il est normal que l’État veuille fermer des centrales thermiques et inciter à produire de l’électricité qui n’émette pas de gaz carbonique (simple principe de précaution). Mais la France n’est pas l’Allemagne. Avec nos centrales nucléaires, nous étions le pays d’Europe qui émettait le moins de CO2 en produisant son électricité. Notre bilan carbone était exemplaire (même si on ne peut nier le danger de fuites radioactives comme au Japon).


Qu’avions-nous besoin de faire appel à des filières dont le bilan écologique est mauvais (fabriquer des panneaux solaires ou des éoliennes n’est pas très bon pour l’environnement). Et, surtout, qu’avions-nous besoin de subventionner la production d’une électricité superfétatoire. Certes, on a décidé en haut lieu de limiter la part du nucléaire à 50 % (pourquoi ce chiffre ? Pourquoi pas 60% ou 40% ?), mais cette stratégie suicidaire est une erreur gravissime.


Il aurait mieux valu continuer à exploiter à fond nos centrales (en prenant toutes les précautions possibles) afin de les rentabiliser au maximum et de jouir de notre avantage indéniable sur les autres nations. Serions-nous le pays le plus bête au monde ?


----------------------------------------------------------------
"L'éolien ? 
Des îlots de perte dans un océan de profits !" 
(V&T)

Charente Maritime : Manif à La Rochelle le 26 mai 2018

http://www.larochelle-tourisme.com/files/ot-larochelle/files/imagecache/slideshow_image_ld/decouvrir2.jpg
UNE GRANDE MANIFESTATION ANTI EOLIENNES OU ANTI PROLIFERATION D'EOLIENNES EN CHARENTE MARITIME EST EN PREPARATION POUR LE SAMEDI 26 MAI PROCHAIN à 10H30 A LA ROCHELLE. DEPART DU CORTEGE TOUR DE LA CHAINE.

Les Associations, Collectifs, Fédérations anti éoliennes ou anti prolifération d'éoliennes, défenseurs de l'Environnement, des Fédérations de chasseurs, des organismes protecteurs des Sites et Monuments, etc...de la Charente maritime, de la Charente, des Deux-Sèvres, de la Gironde, de la Vendée, de la Vienne, et d'autres Départements en cours de consultation à ce jour, vont nous rejoindre afin de faire entendre notre voix aux autorités.

De nombreux Maires et Conseillers municipaux de tous ces Départements seront également présents.

UNE MARCHE PACIFIQUE DANS LES RUES AVEC PRISES DE PAROLES, BANDEROLES, etc...VA AVOIR LIEU.

IL FAUT QUE NOUS SOYONS LE PLUS NOMBREUX POSSIBLE POUR SE FAIRE ENTENDRE DES AUTORITES.


LORS DE MON ENTRETIEN AVEC LE SECRETAIRE GENERAL DE LA PREFECTURE DE CHARENTE MARITIME LE 20 MARS DERNIER, J'AI BIEN NOTE QUE LE PREFET TENAIT COMPTE, DANS SA DECISION D'IMPLANTER OU NON DES EOLIENNES, DE LA DETERMINATION DES HABITANTS ET DES ELUS DU SECTEUR SUR LEQUEL LES PROMOTEURS ENVISAGENT LEURS IMPLANTATIONS.

LA PRESSE ECRITE, LA PRESSE TV ET RADIO SERONT PRESENTES.

DEFENDONS COLLECTIVEMENT NOTRE CADRE DE VIE, NOTRE SANTE ET CELLE DE NOTRE DESCENDANCE, NOS PAYSAGES, L'ENVIRONNEMENT, LES SOUS-SOLS, LES ESPECES PROTEGEES ET LA VALEUR DE NOS BIENS IMMOBILIERS !

DENONçONS LA CORRUPTION !

SOYONS MOBILISES ! 
TOUS A LA ROCHELLE LE SAMEDI 26 MAI A 10h30 ! 
RENDEZ VOUS TOUR DE LA CHAINE

NOUS DEVONS CHACUN ETRE ACTEUR DE NOTRE CADRE DE VIE ! 
MOBILISEZ-VOUS AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD ! 
SANS VOUS, NOUS NE POUVONS RIEN ET NOUS N'AURONS AUCUN RESULTAT !
Au samedi 26 mai 10h30

Michel Plassier
Président Association "Stop Eole Anais17"
Membre fondateur de la Fédération "Stop Eolien 17"
Membre de la Fed (Fédération Environnement Durable)



Vendée : Puy du Fou. Philippe de Villiers s’emporte contre les éoliennes


Une entreprise qui porte un projet d’éoliennes sur la commune des Landes-Génusson (Vendée) a sollicité le parc pour prendre des mesures. Le créateur du parc s’alarme et menace d’arrêter la Cinéscénie, le maire des Landes-Génusson se veut rassurant.

Philippe de Villiers, créateur du Puy du Fou (Vendée), publie mardi 24 avril une lettre ouverte, intitulée : « Mesdames et Messieurs les élus de Vendée : entre les éoliennes et la Cinéscénie il faudra choisir ! »

Dans ce courrier, Philippe de Villiers raconte que « des constructeurs d’éoliennes extérieurs à notre département, tentent d’entrer en relation avec nos responsables, avec une insistance insolite, pour obtenir l’autorisation de venir «mesurer la hauteur de la grande tribune » de la Cinéscénie »Le spectacle vivant en plein air présenté chaque été par les bénévoles du Puy du Fou.

« Mettre fin à la présentation de l’œuvre »
Le créateur du Puy du Fou fait le lien avec « un vote du conseil municipal des Landes-Génusson (Vendée), il y a une semaine, sur un projet (éolien, N.D.L.R.) qui s’installerait sur le domaine des Boucheries ».

Philippe de Villiers s’emporte : « Je le dis tout net : s’il doit y avoir un champ d’éoliennes dans l’axe de vision de la Cinéscénie, il paraît plus raisonnable de mettre fin à la présentation de l’œuvre plutôt que de la présenter caviardée de flashs rouges à l’horizon. »

« Si ça gêne, nous n’irons pas plus loin »
Une menace que le Puy du Fou ne devrait pas avoir à mettre à exécution. Interrogé par Ouest-France, Guy Girard, maire des Landes-Génusson indique que son conseil municipal a effectivement donné un avis favorable pour étudier un projet éolien mais pas pour la réalisation. Quant aux craintes exprimées par le Puy du Fou, il répond clairement : « Si ça gêne, nous n’irons pas plus loin. »





N de V&T : Le Puy du Fou est un parc de loisirs français à thématique historique situé en Vendée et fondé en 1989, par Philippe de Villiers. Il est actuellement présidé par l'un de ses fils, Nicolas de Villiers. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Puy_du_Fou)

"Projet éolien ? un îlot de perte dans un océan de profits !!" (V&T)

mercredi 25 avril 2018

Hautes-Alpes : une manifestation contre l'implantation d'un parc éolien dans le Buëch

https://www.dici.fr/actu/2018/04/25/hautes-alpes-une-manifestation-contre-l-implantation-d-un-parc-eolien-buech-1130560

Lever de boucliers à Saint-Julien-en-Bauchêne et Montbrand contre le projet d'installation d'un parc de 6 éoliennes de 144 mètres

Un rassemblement citoyen est organisé ce vendredi (27 avril 2018) à 17h15 devant la mairie de Saint-Julien-en-Bauchêne à l'occasion de la proposition de vote par le conseil municipal de la promesse de bail faite à Valorem qui porte le projet. 

Les manifestants appelleront à dénoncer la "politique de dévastation des sites du Haut Buëch" du maire de la commune.


Autres articles de presse :

26/04/18 : Hautes-Alpes : contre l'éolien, mobilisation dans le Buëch
http://alpesdusud.alpes1.com/news/hautes-alpes/68271/hautes-alpes-contre-l-eolien-mobilisation-dans-le-buech
Valorem envisage de créer un parc de 5 à 6 éoliennes de 144 mètres de haut, pour une puissance de 15 Mégawatts à Saint-Julien-en-Beauchêne.
Révolte contre un projet éolien à Saint-Julien-en-Beauchêne. Un rassemblement citoyen sera organisé ce vendredi, en marge du conseil municipal, qui votera une promesse de bail à l’entreprise Valorem. Cette société bordelaise, créée en 1994, compte aujourd’hui 190 salariés à travers le monde, avec un chiffre d’affaire dépassant les 56 millions d’euros. Elle envisage de créer un parc de 5 à 6 éoliennes de 144 mètres de haut, pour une puissance de 15 Mégawatts.
Un projet qui divise
« Monsieur le maire mène son combat sans trop s’inquiéter des réactions de la population », regrette Hélène Saletti qui est la présidente de l’association Défense de l’Environnement de la Vallée du Haut-Buëch. Pour le maire Jean Claude Vallier, il y a au contraire peu d’opposition à ce projet : « On a fait un cahier de doléances. Il y a 15 personnes qui ont protesté, 15 autres sont venues dire qu’elles étaient très favorables. Dans une commune qui compte un peu plus de 100 personnes, 70 n’ont pas bougé. »
« Vous aurez votre nature complètement bousillée », H. Saletti
Aspect visuel, aspect sonore, aspect touristique, ou encore aspect environnement : les thèmes de discordes sont nombreux pour les opposants. « Quand vous ouvrirez votre fenêtre, vous verrez six mâts, avec des grandes palles, des petites lumières à 150 mètres », se désole Hélène Saletti.
La majorité municipale voit elle dans ce projet une bouffée d’oxygène dans des budgets contraints. « C’est difficile à chiffrer dans l’immédiat, on table sur une somme qui devrait être supérieure à 120.000 euros par an », indique le maire de Saint-Julien-en-Beauchêne.
Un projet qui pourrait en lancer d’autres
Le marché a donc été décroché par la société Valorem basée à Begles. Un projet de parc éolien de 15 Mégawatts. Une aubaine financière qui attire plusieurs collectivités. Si ce projet arrive à terme, d’autres pourraient aussi aboutir dans le Buëch. « Dieu sait qu’il y a du monde dans ce domaine, c’est un lobby énorme. Ils tournent dans toute la région ». Selon l’association Défense de l’Environnement de la Vallée du Haut-Buëch, mais aussi Haut-Buëch Nature, ce territoire des Hautes-Alpes pourrait accueillir, à terme, entre 30 et 50 éoliennes.
Le reportage d'Aurore Vallauri : Télécharger le podcast
La mobilisation est prévue ce vendredi à 17h15, devant la mairie de Saint-Julien-en-Beauchêne.

26/04/18 : Hautes-Alpes : SAINT-JULIEN-EN-BEAUCHÊNE - Ils vont protester contre le projet éolien
https://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2018/04/25/ils-vont-protester-contre-le-projet-eolien
Demain, à partir de 18 heures, se tient un conseil municipal à la mairie de Saint-Julien-en-Beauchêne. Juste avant, de 17 h 30 à 18 h, des gendarmes de la brigade de Veynes sont attendus pour une présentation des programmes de vigilance qu’ils préconisent dans les communes. Ils seront ainsi sur place pour ce qui pourrait bien être, sur le parvis de la mairie, une manifestation d’opposition au projet éolien de la commune.
Six éoliennes de 144 mètres de haut
Le dernier point à l’ordre du jour se nomme : “Éolien. Avancement de la concertation avec Valorem et mise en route effective du projet.” De plus : “Le maire demande aux élus […] de signer la promesse de bail emphytéotique et le protocole d’accord avec la société Valorem, pour l’installation d’un parc éolien sur le territoire communal […], de répondre favorablement à la demande de Valorem d’installer dans le meilleur délai sur une parcelle prévue dans le projet un mât de mesure.”
Ce projet concerne six éoliennes de 144 mètres de hauteur au col du Montanit, en face et au sud du centre du village. Le mât de mesure lui, serait d’une hauteur de 80 à 100 mètres.
Deux organisations d’opposition aux projets éoliens dans le secteur, Défense de l’environnement de la vallée du Haut-Buëch (DEVHB) et Haut-Buëch nature, appellent à “un rassemblement citoyen ce vendredi 27 avril à 17 h 15 devant la mairie de Saint-Julien-en-Beauchêne à l’occasion de la proposition de vote par le conseil municipal de la promesse de bail faite à Valorem”.
Ces deux organisations pourraient être rejointes par l’association de préservation des paysages épinois, ainsi que trois autres associations de Chanousse. « Il y aura toutes les associations, des banderoles, des pancartes et le village ! », espère Hélène Saletti, présidente de DEVHB et habitante de Saint-Julien, qui déplore néanmoins que ce conseil se tienne durant les vacances.
Notons parallèlement que le conseil votera aussi ce jour-là le taux des taxes locales.


Côte d'Or : Flavigny-sur-Ozerain opposé au projet de parc éolien près du site d'Alésia

https://www.francebleu.fr/infos/societe/flavigny-sur-ozerain-oppose-au-projet-de-parc-eolien-1524587881

Des éoliennes géantes feront-elles bientôt partie du paysage à Flavigny-sur-Ozerain ? Dans la patrie des anis de Flavigny, petit village de Côte-d'Or, classé parmi les plus beaux villages de France, le maire s'inquiète du projet de parc éolien prévu à Darcey et Corpoyer-la-Chapelle.

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/04/692698fd-c96b-43cc-9f66-328ad53895ac/870x489_flavignyeteoliennesmaireetadjoint.jpg
L'enquête publique se termine ce lundi 30 avril. Et d'ici-là le maire de Flavigny, Dominique Bondivena veut faire entendre sa voix pour défendre son village. Le projet en question prévoit l'installation de huit éoliennes de plus de deux cents mètres. "Des mâts géants qui vont gâcher le paysage" explique le maire alors il a fait installé une grande banderole à l'entrée de la commune avec la photo du point de vue sur la cité médiévale. Un photomontage qui imagine le point de vue avec les futures éoliennes derrière. Un désastre pour le maire de la petit commune. 

Un gâchis pour le paysage
C'est le principal argument des opposants au projet. Pour Jean-Jacques Vanhalst, premier adjoint de la commune, "les touristes viennent du monde entier pour prendre en photo ce point de vue merveilleux. Avec les éoliennes derrière ce sera fini."

Impact limité pour le promoteur 
Du côté de la société Intervent, on minimise l'impact visuel. Le président de la société, Fabrice Gourra, rappelle même que "c'est la première fois qu'il entend l'argument du paysage". Pour lui l'opposition est "surtout concentrée à Flavigny-sur-Ozerain".

Les dernières permanences de l'enquête publique auront lieu les 26,27 et 30 avril.

La rapport devrait être rendu mi juin. Mais la décision appartiendra à la Préfète , qui elle seule pourra ou pas, autoriser la mise en service du parc éolien.

(Retrouvez le reportage à Flavigny-sur-Ozerain ce mercredi 25 avril sur les ondes de France Bleu Bourgogne à 6h12 et 7h42.)

Hérault : Biterrois : ils manifestent contre des éoliennes jugées illégales

Décidément, le champ éolien de Bernagues, près de Lunas, sur le massif de l'Escandorgue, n'a pas fini de faire couler de l'encre. Depuis le lancement des premiers projets d'installation en 2001, les Hauts-Cantons sont sujet à des vents contraires. De recours en annulations, de chantiers en manifestations, Bernagues cristallise les luttes contre l'éolien industriel. 
Ce samedi 28 avril, à 10 h 45, à l'appel du Collectif pour la protection des paysages et de la biodiversité Hérault-Aveyron, une nouvelle manifestation est prévue devant la “centrale de 7 éoliennes qui fonctionne malgré la deuxième annulation définitive de son permis de construire par le Conseil d'état, le 8 novembre 2017, et sans plus aucune autorisation d'exploiter valide”, fustigent les écologistes.

Vive le vent...
En effet, la société ERL n'aurait jamais dû construire ces sept éoliennes. Le 9 novembre dernier, le pourvoi d'énergie renouvelable du Languedoc avait été rejeté par la plus haute juridiction de l'état, mettant théoriquement terme à une bataille juridique menée pendant plusieurs années. Le rapporteur public ayant relevé un dossier entaché “d'une série de contentieux malheureux”. La présence avérée d'aigles royaux, espèce protégée, sur le secteur avant la délivrance du permis de construire aurait dû être prise en compte dans l'étude d'impact. Celle-ci “comportant des inexactitudes, des omissions, des insuffisances...” Depuis la décision du Conseil d'état et alors que “les promoteurs ont osé construire avant la fin de la procédure”, plusieurs collectifs réclament “l'arrêt total de ces éoliennes illégales en attendant leur démontage.” Ils annoncent donc un “démontage symbolique” ce samedi et un accueil en chanson avec un “Vive le vent très spécial”.


Une victoire grâce au faucon

Le collectif OEL des opposants aux éoliennes de Lespignan, par la voix de Philippe Dabin, se réjouit d’une “première victoire. Le préfet a émis un avis négatif à la demande d’autorisation de construire cinq éoliennes sur la commune, au titre de des installations classées pour l’environnement. Notamment par rapport à la proximité du canal du Midi et du projet Grand site de France, et à cause de la présence du faucon crécerellete, un oiseau protégé”.

Archives :
 Le scandale absolu des éoliennes qui tournent sans permis de construire dans l'Hérault !!!

☛ Hérault : Biterrois : il n'y aura pas d'éoliennes à Dio-et-Vaquières


☛ 01/02/17 : Hérault : Aigles royaux : annulation du permis du parc éolien de Bernagues (Escandorgue)
http://www.acnatlr.org/bernagues
Le 26 janvier 2017, la cour administrative d'appel (CAA) de Marseille a annulé le permis de construire du parc éolien de Bernagues, dans le massif de l'Escandorgue (Hérault), et condamné la société Energie Renouvelable du Languedoc à verser 2000 euros à la SCA de Lambeyran, à la SCI Domaine de Lambeyran et à l’association pour la protection des paysages et ressources de l’Escandorgue et du Lodèvois. Bien que le parc soit déjà construit, la CAA a ainsi donné raison aux associations qui avaient pointé l'insuffisance de l'étude d'impact, concernant l'évaluation des risques d’impact du projet, et ses effets cumulatifs avec ceux occasionnés par les projets voisins, sur le couple d'Aigle royaux de l'Escandorgue, qui a vu ces dernières années, un grand nombre de parcs éoliens installés au sein de son domaine vital.
L'argumentaire sur l'insuffisance de l'étude d'impact et sur les conséquences du projet sur les Aigles royaux a été essentiellement porté par ACNAT LR au travers d'un mémoire en intervention, qui a été jugé recevable par la CAA.
Nous nous félicitons de cette décision qui vient rappeler que l'enjeu de protection de la biodiversité est un enjeu tout aussi légitime que celui de la production d'énergie renouvelable, en particulier dans les secteurs de notre région qui abritent encore (pour combien de temps ?) une faune remarquable, et dans un contexte ou le développement des ENR n'est en aucun cas une contrepartie de la sortie du nucléaire ou d'efforts sérieux pour augmenter l'efficacité et la sobriété énergétique.
Vous pouvez télécharger ci-dessous le mémoire en intervention d'ACNAT LR et l'arrêt de la CAA de Marseille : 
http://acnatlr.org/sites/default/files/documents/documents/15183%20-%20m%C3%A9moire%20en%20r%C3%A9plique.pdf


Haute-Vienne : Le conseil scientifique régional a voté contre le projet éolien de Mailhac-sur-Benaize

https://www.france-voyage.com/visuals/communes/mailhac-sur-benaize-34545-8_w1000.jpg
https://www.lepopulaire.fr/mailhac-sur-benaize/environnement/2018/04/23/le-conseil-scientifique-regional-a-vote-contre-le-projet-eolien-de-mailhac-sur-benaize_12823504.html

Après les réserves émises en février dernier par la Mission régionale d'autorité environnementale Nouvelle-Aquitaine, entraînant le report de l'ouverture de l'enquête publique pour le parc éolien au bois de Bouery, situé sur la commune de Mailhac-sur-Benaize, c'est au tour du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel Nouvelle-Aquitaine d'émettre « un avis défavorable » au projet, voté à l'unanimité.

Le rapport vient d'être rendu publique. Le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel Nouvelle-Aquitaine (CSRPN) fait le même constat que la mission régionale d'autorité environnementale Nouvelle-Aquitaine, en indiquant qu' « auncun évitement n'a été réfléchi » sur l'implantation de ce parc éolien en milieu boisé, estimant aussi que les « enjeux vis-à-vis de la biodiversité et du patrimoine naturel local sont clairement sous-évalués» par les études menées pour EDF Energies Nouvelles (EDF EN FRANCE).


Le bois de Bouery reconnu « zone à protéger »


Dans son rapport, le CSRPN émet également des doutes quant à la bonne gestion du dossier. « Le CSRPN s’interroge sur le fait que le BE qui a réalisé les investigations naturalistes (ENCIS Environnement), ne soit pas le même que celui qui a rédigé les impacts et enjeux du projet (Calidris) ». Selon l'"Association de défense du bois de Bouery", la première étude qui avait été réalisée par Encis Environnement « ne convenait pas aux objectifs de EDF EN ».

Le bois de Bouery situé sur la commune de Mailhac-sur-Benaize fait partie des premières zones boisées concernées par l'implantion d'un parc éolien. Un symbole au niveau national. « EDF EN souhaite faire sauter un verrou avec le bois de Bouery. Celui de pouvoir implanter plusieurs projets éoliens dans les zones boisées de France. Je rappelle que cette zone se trouve dans le corridor écologique, une zone à protéger au niveau du Schéma régional de cohérence écologique », souligne Thierry Ménard de l'«Association de défense du bois de Bouery ».

La vingtaine d'opposants au projet attend maintenant la décision finale qui revient au préfet de la Haute-Vienne, Raphaël Le Méhauté, d'autoriser ou non l'ouverture de l'enquête publique.


Vidéo :
Projet eolien du Bois de Bouéry–Haute Vienne–assodBB–2017 : Présentation complète


Association :
Association de Défense du Bois de Bouéry

Pétition :

Sauvons une forêt multi centenaire menacée par un parc éolien !

Nouvelle Aquitaine

http://www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/eolien_avr18.pdf


mardi 24 avril 2018

Sud-Ouest : Quand l'éolien nuit à la faune

                                     
                                          ⇑                                                                                                  

L’ESCROQUERIE ÉOLIENNE


par Claude BRASSEUR

Le CO2 gaz à effet de serre est une pure escroquerie et est pourtant la seule justification de la multiplication des éoliennes.


Beaucoup d’associations anti-éoliennes partent encore de l’idée que, si les éoliennes peuvent être « bonnes pour le climat », elles ne devraient pas être installées à l’endroit concerné : elles enlaidissent la nature, un site touristique ou ancien, elles tuent oiseaux et chauves-souris, sont placées trop près des habitations… 
On ose rarement mettre en cause les affirmations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Le GIEC veut sauver le climat ! Le gaz carbonique (CO2) réchauffe l’atmosphère, l’homme en produit trop, il est temps de mettre fin à cette production si on ne veut pas « cuire » dans peu de temps, il est temps d’installer des éoliennes partout et d’accepter qu’elles tuent insidieusement comme la nicotine ou l’amiante (Eric Y. Zou) !

Depuis le XIXe siècle – où la théorie des effets climatiques du CO2a été développée, par exemple, par Svante August Arrhenius, et éliminée par James Clerk Maxwell, notamment -, aucun physicien n’a jamais attribué de rôle climatique au CO2.

Le GIEC a été créé en 1988 pour responsabiliser l’Occident en matière climatique et lui extraire un maximum d’argent en transposant la terreur exploitée par la guerre froide.

Dès 2009, André Legendre 1, acceptant le modèle adopté par le GIEC, prouve – par des éléments fournis par le GIEC ! – que le CO2n’a, par lui-même, que ridiculement peu d’effet sur le climat et que le GIEC invente des mécanismes amplificateurs liés à la vapeur d’eau et aux nuages pour que l’effet du CO2 nous impressionne. L’auteur montre que cet effet amplificateur peut aussi bien diminuer la température que l’augmenter… L’effet est imprévisible mais on nous abreuve de « calculs » démontrant que nous allons bientôt avoir beaucoup trop chaud.

Thomas Allmendinger 2, en 2015, fait le tour complet des théories, refait toutes les expériences nécessaires avec les moyens actuellement à disposition, confirme que le CO2 n’a rien à voir avec le climat, ou si peu… Ainsi, Mars a une atmosphère très légère mais avec quinze fois plus de CO2 que la Terre : aucun effet de serre observé, aucun réchauffement…

Enfin, en décembre 2017, Robert Ian Holmes 3 recalcule par la loi des gaz parfaits la température moyenne de chaque corps céleste à atmosphère dense du système solaire (Vénus, Terre, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Titan) et trouve le résultat exact observé actuellement grâce à nos moyens modernes. Le CO2 ne joue aucun rôle, même sur Vénus, où il y en a 100.000 fois plus que sur la Terre.

Ainsi donc, le CO2 gaz à effet de serre est une pure escroquerie et est pourtant la seule justification de la multiplication des éoliennes. Alors que les éoliennes ne sont pas une source directe d’électricité – leur production est erratique –, on nous serine que leur kWh est économique (!). En Belgique, les revenus des promoteurs d’éoliennes sont assurés à 80 % par les aides publiques (taxes, impôts, avantages divers, primes, etc.). Actuellement, on « réfléchit à un nouveau mécanisme de soutien aux énergies renouvelables »…

Imaginons que les 3.000 milliards d’euros jetés dans l’éolien aient été en partie consacrés à trier, filtrer les gaz et résidus des centrales thermiques… Évidemment, cet argent n’aurait enrichi personne, « seulement » préservé notre santé !

La conclusion du raisonnement sur base GIEC et développé par André Legendre – conclusion évidente – n’est jamais présentée par le GIEC. Et pour cause : il n’y a aucun argument réel à lui opposer. Devons-nous continuer à nous laisser escroquer ? Accepter à remplir toujours plus de poches grandes ouvertes ?
Notes :

1 - L’Homme est-il responsable du réchauffement climatique ? EDP Sciences, 2009
2 - The Refutation of the Climate Greenhouse Theory and a Proposal for a Hopeful Alternative, Environment Pollution and Climate Change
3 - Molar Mass Version of the Ideal Gas Law Points to a Very Low Climate Sensitivity

Vers une éolienne transformable de 50 MW

https://energieetenvironnement.com/2018/04/23/vers-une-eolienne-transformable-de-50-mw/



Une équipe américaine travaille actuellement à la conception d’une éolienne géante de 50 MW qui pourraient être déployée dès 2025. Ceci fracasserait le record actuel, celui d’une éolienne de 8,8 MW déployée au début d’avril dans un parc situé au large de l’Écosse. En plus d’être plus haut que la tour Eiffel, le nouvel appareil se distinguera par un système de pales à la voilure transformable, réduisant automatiquement sa voilure par vent trop violent ou lors d’ouragans.

Le projet, mené par une équipe de l’Université de la Virginie, essaie de faire évoluer le design des éoliennes de manière à réduire leur coût de revient – ce qui en éolien, passe par des appareils de plus grande taille. Mais pour construire plus grand, il faut aussi réduire le poids des pièces, faciliter leur transport et trouver de meilleurs moyens de ralentir les pales lorsque le vent souffle trop fort.

C’est ici qu’intervient le concept de rotor transformable ultraléger segmenté (Segmented Ultralight Morphing Rotor, ou SUMR). Alors que l’éolienne de base mesure environ 70 mètres de hauteur pour un rotor d’environ 50 mètres de diamètre, le SUMR de 50 MW ferait 430 mètres de hauteur (plus que la tour Eiffel) et son rotor ferait près de 500 mètres de diamètre. Ce serait aussi un design à deux pales plutôt que trois.

Une autre grande différence avec une éolienne ordinaire sera la position des pales et de la nacelle, qui feront face au vent plutôt que de lui faire dos. Les pales, qui feront 200 mètres de long, seront divisées en 5 à 7 segments assemblés sur place, ce qui facilitera le transport de ces éléments géants. L’éolienne géante récemment déployée en Écosse avait des pales de 107 mètres de longueur, ce qui représentait un énorme défi logistique.


Mais la grande innovation, c’est que ces pales segmentées seront flexibles et repliables dans le sens du vent pour réduire leur voilure totale. Les chercheurs ont développé cette approche pour permettre le déploiement d’éoliennes au large de la côte est américaine, régulièrement frappée par des ouragans et devrait leur permettre de résister à des vents dépassant 250 km/h. Cette approche replace le classique frein sur l’axe de rotation, qui serait soumis à un stress excessif lors de vents aussi violents. Cette forme repliable s’inspire de la manière dont les palmiers résistent au vent.


Après avoir testé le concept sur de petites pales de 20 mètres, l’équipe prévoit déployer d’ici peu un prototype de 13,2 MW, à l’échelle 1:5. Les essais sur des pales de 105 mètres de longueur doivent commencer vers la fin de l’été. Le design de l’engin pleine grandeur de 50 WM pourrait être terminé au printemps 2019. Ce genre de projet technologique comporte toujours une part de risque, mais si le succès est au rendez-vous, l’éolien offshore pourrait devenir une réalité sur la côte est américaine.


Sources :
Scientific American, World’s Largest Wind Turbine Would Be Taller Than the Empire State Building
Segmented Ultralight Morphing Rotor



lundi 23 avril 2018

Manifestation à Noirmoutier le 27 avril 2018

Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable


 Lettre à Emmanuel Macron

Tract à diffuser massivement autour de vous avec les dates des permanences de l’enquête.

Préparez-vous à notre grande manifestation prévue le 27 avril à Noirmoutier à partir de 14 h 30.

Nous invitons tous les amoureux de la nature, des paysages et du patrimoine de la France entière à participer à cette mobilisation.

Cette manifestation citoyenne, indépendante de toute logique politicienne et partisane, rassemblera tous ceux qui veulent la préservation des Iles et du littoral vendéen.

ON NE LACHE RIEN !

Fabien BOUGLÉ
Collectif Touche pas à Nos Iles !


Pour toute information sur l’enquête publique : consultez
www.tpani-no-yeu.com
touchepasnosiles@gmail.com

Pas-de-Calais : ILS REVIENNENT !!!

Je viens de recevoir la convocation ci-dessous. Je me suis dit que cela vous intéresserait d'y participer. Les acteurs de ce projet d'association ont tenu à ne pas se mettre en avant tout de suite, car la création de l'association est ouverte en termes d'organisation, de bureau, de présidence etc....ce sera l'objet de la réunion du samedi 28 avril que de définir tout cela. 
Eric


Des « promoteurs » reviennent à la charge autour du champ de bataille d’Azincourt avec 
16 éoliennes de 150 m de hauteur.

Comme au début de ce siècle, des projets de construction d’éoliennes apparaissent : des mâts de mesure sont installés et signalent la menace qui nous entoure…

De 2003 à 2008, elles furent contestées et les permis de construire refusés par le Préfet M. Rémi CARON en 2008.
Nous pensons qu’une nouvelle bataille doit s’engager afin de défendre et de protéger notre lieu de vie, ce pour des raisons historiques, touristiques, sanitaires, environnementales et patrimoniales…

Afin de fédérer le plus de forces possible
autour de cette action, une réunion préparatoire à la constitution d’une association se tiendra :


le samedi 28 avril de 17 à 19 heures dans 

la salle polyvalente d’Azincourt : 

vous y êtes invité(e)(s).


Y sera fait le point de situation déjà vu au conseil municipal d’Azincourt ; celui de certains élus des communes voisines dans un rayon de 20 km et de la Com de Com. ; les 5 nouvelles informations advenues depuis les votes des conseils municipaux concernés ; les tenants et aboutissants de ce type de projet ; les actions possibles envisagées…

Pour des raisons d’organisation, merci de nous confirmer votre présence en nous le faisant savoir par mail avant le jeudi 26 à 


Et si vous n’êtes pas disponible ce jour-là,
et néanmoins voulez marquer votre intérêt pour votre future association, faites-le savoir aussi à l’adresse ass.const62@gmail.com : Car tous les avis comptent.


Signé : des Amoureux des 7 Vallées, qui ne veulent pas des 16 éoliennes à venir autour du champ de bataille d’Azincourt

dimanche 22 avril 2018

Vienne : Important succès de la réunion à Montmorillon (Vienne) samedi 21 avril 2018

22/04/18 : Vienne : A Montmorillon, un rassemblement d'opposants aux éoliennes réuni près de 500 personnes 😊
https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/a-montmorillon-un-rassemblement-d-opposants-aux-eoliennes-1524332844

Le temps d'une journée, Montmorillon a été ce samedi la capitale régionale des anti-éoliens. Une trentaine d'associations de plusieurs départements du nord de la région Nouvelle-Aquitaine ont organisé une réunion publique pour dire non à l'implantation de parcs éoliens.


La réunion s'est déroulée à l'Espace Gartempe à Montmorillon à l'appel du collectif Brandes et Bocage, de la FETEM ou encore du collectif Sud Vienne SOS Éoliennes. Et ce fut un véritable succès. Dans la salle, plus une seule place de libre. Environ 500 personnes originaires de la Vienne, de l'Indre, de la Haute Vienne, et de la Creuse ont fait le déplacement. 

Alerter la population pour éviter la prolifération 
Dans ces territoires, au total, 90 éoliennes sont en service. Mais la construction d'un peu plus de 500 autres machines est en projet. Cette réunion d'ampleur inédite vise donc à créer un sursaut dans la population explique Georges Magne,  vice - président de la FETEM ("La Fédération Tempête en Marche") un collectif qui réunit des associations militantes.

"Dans le nord de la région Nouvelle-Aquitaine les promoteurs en profite parce que la population est faible car âgée et les élus la plupart du temps sont favorables par méconnaissance du sujet. Chez nous, les promoteurs surfent sur du velours. C'est pour cela que nous menons cette réunion publique" Georges Magnes, vice -président de la FETEM

Les militants dénoncent "un désastre à venir" si tous ces projets aboutissent. Pollutions sonores, visuelles, destructions des paysages... les arguments des anti-éoliens sont connus. Selon eux, la construction d'éoliennes pourrait, à terme, avoir des conséquences sur l'attractivité du territoire concernant le tourisme. Ils craignent également un risque de dépréciation de la valeur de l'immobilier. 

Carte du massacre en cours
par des centaines d'éoliennes de cette région !!! 
Communiqué

Vous trouverez ci-après une partie des premières retombées médiatiques de la RÉUNION PUBLIQUE D'INFORMATIONS sur l'EOLIEN qui s'est tenue hier, 21 avril 2018, avec plus de 300 participants dont le député de l'Indre François Jolivet, (le député Jean-Michel Clément de la 3ème circonscription de la Vienne retenu à l' Assemblée était excusé) des élus, des Maires de la Vienne,de l'Indre, de très nombreuses associations étaient représentées.

1 /Tout d'abord, un lien vous permettant d' accéder à une vidéo d'une minute 30 à peine sur le site de Thollet-Coulonges-les Hérolles, où un parc éolien de 20 aérogénérateurs est envisagé depuis 2012. Mieke Vaneste adhérente de la première heure à Vent de Raison et Dominique Carré, membre du conseil d'administration nous expliquent ...

La réponse du Tribunal Administratif de Poitiers qui va trancher suite au recours d' EDF EN contre l'arrêté de REFUS Préfectoral est attendue dans la semaine à venir.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/montmorillon-vent-debout-contre-eoliennes-1462841.html

2 / Le lien vers le replay du JT 19/20 du Poitou Charentes (du 21/04/18) , dont l'invité était Jean-Louis Butré de la FED ( de la 3 ème à la 9 ème minute)

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/emissions/jt-1920-poitou-charentes

3 / Vous trouverez ensuite le lien permettant de réagir à l' article publié dans Centre Presse et le lien de l'article publiée dans la Nouvelle République.

http://www.centre-presse.fr/article-597983-montmorillon-jean-louis-butre-les-eoliennes-c-est-un-systeme-a-la-madoff.html

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/montmorillon-jean-louis-butre-les-eoliennes-c-est-un-systeme-a-la-madoff

Une lettre ouverte au Premier Ministre, Monsieur Edouard Philippe a recueilli plus de deux cent trente signatures.

Un grand merci à tous ceux qui se sont déplacés.

Philippe Guinard
Pour le groupe d' organisation


Autres articles de presse 
22/04/18 : Vienne : Montmorillon : Jean-Louis Butré : "les éoliennes, c'est un système à la Madoff"
http://www.centre-presse.fr/article-597983-butre-les-eoliennes-c-est-un-systeme-a-la-madoff.html

Hier, à Montmorillon, la réunion publique d'information sur les éoliennes, qui envahissent les campagnes, était tout sauf du vent. Ça souffle fort pourtant.
Habitué aux tempêtes face aux vents dominants, Jean-Louis Butré, président de la Fédération Environnement Durable (FED), n'a pas lâché, hier, à Montmorillon, la barre de la contestation, qui a réuni deux cent cinquante citoyens à l'espace Gartempe. Un tabac pour cette première réunion publique rassemblant toutes personnes, venues de quatre départements (Vienne, Haute-Vienne, Indre et Creuse), intéressées par le sujet.


« Cet argent est pris sur la facture d'électricité » 

Le président de la FED, à la tête de 1.300 associations sur l'ensemble du territoire français, a informé le public. Cash, Jean-Louis Butré a dénoncé cette énergie renouvelable : « L'éolien ne relève pas de l'écologie mais d'une affaire d'argent, de beaucoup d'argent. Aucune machine, a-t-il assuré, n'est fabriquée en France. » Elles sont importées d'Allemagne, de Hollande, du Danemark. A 3 M€ pièce, il en existe actuellement 8.000 sur le territoire français. Faites le compte.

Les prévisions annoncent pour les prochaines années 25.000 appareils. « Ce sont les promoteurs qui, a-t-il dit, vendent l'électricité, avec une rentabilité garantie sur 15 ans, à un prix 3 fois supérieur à celui du marché (NDLR : de 0,30 à 0,90 centime d'euro le KWh), c'est un système à la Madoff. » Qui paie ? « Cet argent est pris sur la facture d'électricité qui a augmenté, entre 2006 et 2016, de 42 % pour ceux qui ont le chauffage et 38 % pour les autres. »


Jean-Louis Butré est convaincu : « Ils font rêver les gens avec une rentabilité sur des tarifs artificiels. Il suffit d'une négociation, d'un décret pour que ça s'arrête et tout s'écroule. » La salle écoute sans broncher malgré la chaleur étouffante. « Une éolienne est aujourd'hui plus facile à mettre qu'un abri de jardin. » Ajoutant : « On peut en installer une de 235 mètres de hauteur sans permis de construire, c'est hallucinant. » Colère froide de celui qui combat depuis quinze ans le sujet. Jusqu'auprès du secrétaire d'État, Sébastien Lecornu.


Il n'est plus seul le président de la FED, la cour des comptes, affirme-t-il, a publié un rapport dénonçant l'erreur de la France économiquement, en pointant les 40 milliards de pertes.



Rémy Prud'hommes, professeur émérite, a senti venir le vent mauvais. Il a fustigé cette électricité intermittente (éolien, photovoltaïque) qui « marche 25 % de l'année »« Ce n'est pas une électricité pilotable : nous ne pouvons pas la faire venir quand on le souhaite. » L'universitaire est sûr : « Ce n'est pas pertinent dans notre pays qui a des centrales nucléaires et dont la demande en électricité diminue légèrement depuis plusieurs années. »


21/04/18 : Vienne : Montmorillon : vent debout contre les éoliennes
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/montmorillon-vent-debout-contre-eoliennes-1462841.html

Montmorillon est devenu cet après-midi la capitale régionale de la lutte contre l'implantation des éoliennes.

Une vingtaine d'association de défense de l'environnement s'est rassemblée pour une réunion publique d'information. Un moyen de fédérer l'opposition face aux différents projets qui émergent.



Un exemple de projet, c'est celui lancé en 2012 à Thollet, dans la Vienne : la construction de 20 éoliennes en pleine nature. Plusieurs associations se sont mobilisés contre ce projet, aujourd'hui en attente de décision judiciaire.

Thollet, ses 175 habitants, ses maisons en pierres et son bar-tabac d'une autre époque.
Et bientôt ses 20 éoliennes...

Dominique Carré, cofondateur de l'association Vent de raison tranche. Il n'en veut pas.
"On aurait eu une rangée d'éoliennes au dessus des arbres sur une distance de 3 kilomètres. Dans le bocage tel qu'il est préservé aujourd'hui, c'est inimaginable."

Ce projet est lancé en 2012. Dominique Carré crée aussitôt son association, Vent de raison pour s'y opposer.

Une autre habitante du village ne veut pas entendre parler de ces 20 éoliennes. Mieke Vanneste a acheté sa maison la même année pour proposer gîtes et chambres d'hôtes.
"La seule chose qu'on a à passer à d'autres personnes, c'est la nature. Si on nous enlève çà, on n'a plus rien. Plus personne ne viendra ici pour investir. Si j'avais su, jamais je n'aurais acheté cette propriété."

Alliée de poids pour les opposants, la Préfète de la Vienne, qui a refusé le permis de construire.
Le promoteur a fait un recours en justice. Le tribunal administratif doit rendre sa décision ce mercredi.



Archives
03/08/16 : Vienne : Éolien : coup d'arrêt à Coulonges et Thollet
La préfecture refuse l’installation d’une vingtaine d’éoliennes à Coulonges et Thollet. Le projet était soutenu par les élus mais suscitait de fortes oppositions.
Le projet d'ériger une vingtaine d'éoliennes à Coulonges et Thollet vient d'être stoppé par la préfecture : elle refuse l'autorisation d'exploiter demandée par EDF Énergies Nouvelles (1). Le dossier avait pourtant obtenu un avis favorable du commissaire enquêteur en janvier dernier.
La majorité des courriers consignés dans les registres de l'enquête publique était cependant hostiles, constate l'arrêté préfectoral publié en fin de semaine dernière. Les Services territoriaux de l'architecture et du patrimoine (Stap) de la Vienne, de la Haute-Vienne et de l'Indre avaient eux aussi rendu des avis défavorables (intervisibilité avec le colombier de Saint-Martin le Mault notamment).
La question du bruit pose aussi problème : « Les émergences sonores admissibles seraient dépassées de jour comme de nuit dans la plupart des villages étudiés dans différentes configurations de vent entre quatre et sept mètres seconde ce qui conduirait à […] brider voire à arrêter [les éoliennes] ».
" Paysage relique "
La « richesse locale des peuplements de chiroptères »et le passage d'oiseaux migrateurs (depuis et vers les étangs de la Brenne) apparaissent incompatibles avec la construction du parc éolien, estime la préfecture. Elle considère plus largement qu'il « porterait atteinte à la qualité du patrimoine historique et des valeurs paysagères. En comparaison d'autres bocages français plus altérés ou disparus, la pérennité plus marquée du bocage montmorillonnais [rend] très souhaitable [sa] préservation en tant que paysage relique ».
EDF Énergies Nouvelles dispose de quatre mois pour contester l'arrêté devant le tribunal administratif. Nous n'avons pas pu connaître hier leur intention.
« Je suppose qu'ils feront un recours,estime Philippe Guinard, président de l'association Vent de Raison. Mais les considérés [arguments de la préfecture] sont importants et nombreux : les chauves-souris, le paysage, le colombier, le bruit dans les villages… Je ne vois pas comment EDF peut les contourner. Cet arrêté est une excellente nouvelle. Pas seulement pour nous : il met du baume au cœur de tous ceux qui se battent contre des projets de parcs éoliens dans d'autres communes. »
" On va encore s'appauvrir "
La déception est en revanche très grande pour les maires des deux communes, qui se sont beaucoup engagés : « J'espère qu'on n'en restera pas là et qu'EDF fera un recours », indique Joël Fruchon (Thollet). « On continuera à soutenir EDF s'ils veulent maintenir le projet »,confirme Raymond Gallet (Coulonges).
Les deux élus comptaient sur les éoliennes pour soulager les finances municipales : « EDF devait être partenaire d'un projet de développement touristique à Thollet, on va passer à côté,regrette Joël Fruchon. On va encore s'appauvrir ». « On nous demande de plus en plus de choses, il y a par exemple de nouvelles exigences pour assurer la sécurité de la foire des Hérolles,poursuit Raymond Gallet. Les éoliennes pouvaient nous apporter de l'argent pour y faire face. Le paysage de bocage est beau, oui. Mais il n'y aura bientôt plus grand monde pour l'entretenir. »
(1) Via sa filiale la SAS « Parc éolien de Thollet et Coulonges ».

11/08/16 : Vienne : Thollet (Vienne) : un parc éolien refusé par la préfecture
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/thollet-vienne-un-parc-eolien-refuse-par-la-prefecture-1064091.html
C'est niet. La préfecture de la Vienne vient de refuser la création d'un parc éolien entre les communes de Thollet et de Coulonges. Les opposants au projet sont ravis et les élus déchantent. Mais la fin de ce feuilleton n'est pas encore venue : EDF a déposé un recours.
Après deux ans de polémiques, la préfecture de la Vienne vient de refuser la demande d'exploitation d'un parc éolien entre les communes de Thollet et Coulonges.
La communauté de communes souhaitait bâtir 20 éoliennes pour remplir les caisses de la collectivité territoriale.
C'était sans compter l'association "Vent de raison", farouchement opposée au projet qu'elle juge "complètement disproportionnée par rapport au paysage".
Autre argument avancé par de ces opposants, la construction d'éoliennes mettrait en péril une espèce d'oiseaux migrateurs protégée, les grues cendrées, qui survole le département deux fois par ans.
Un manque à gagner pour les municipalités
EDF Energie Nouvelle promettait une redevance annuelle de 49 000 euros à Thollet et de 327 000 euros à la communauté de communes. A cela s'ajoutait le prix de la location du terrain sur lequel auraient été érigé le parc éolien.
Le maire de Thollet, Joël Fruchon, avait déjà imaginé la façon de placer cet argent tombé du ciel. Un investissement qu'il faudra remettre à plus tard à moins que n'aboutisse le recours déposé par EDF.


Vidéo 
18/08/2016 


Association et collectifs

Vent de Raison
Pour la sauvegarde du Bocage des Communes de Coulonges-les-Herolles et Thollet
2 place du champs de Foire
Les Hérolles
86290 Coulonges
association.vent.de.raison@gmail.com

Membre du collectif Brandes et Bocages
http://edbs.e-monsite.com

Membre du collectif Sud-Vienne SOS Eoliennes
http://lathus-ventdebout.org/

Vienne : Cinq éoliennes autorisées: crise municipale au Vigeant

http://www.centre-presse.fr/article-597901-cinq-eoliennes-autorisees-crise-municipale-au-vigeant.html 

La construction annoncée d'un parc éolien au Vigeant provoque une crise majeure dans la commune, qui pourrait se retrouver sous tutelle de l'État et du Trésor public, faute d'avoir voté son budget. 

Dix des quinze conseillers municipaux, en signe de protestation, ont en effet refusé, à trois reprises, de valider le projet de budget primitif présenté par le maire.

« J'ai transmis la délibération et le vote négatif à la préfecture, c'est une situation peu courante, j'attends leur réponse, explique le maire Pierre Gourmelon. Il y aura sans doute un arrêté pour gérer la commune. On va se retrouver sous tutelle alors que nous avons des projets et des moyens financiers: on a un excédent de fonctionnement de 400.000€ qui nous permet de faire des investissements. Tout est gelé maintenant. J'ai joué l'apaisement et les explications, sans résultat. Tout ceci met un climat détestable au conseil municipal ».


« Nous sommes conscients des conséquences, répond Michel Perrot, deuxième adjoint. Chacun reste sur ses positions et les investissements sont gelés. Ceci donnera peut-être le temps de réfléchir. » 


Les dix élus contestataires, parmi lesquels les deux premiers adjoints, dénoncent l'autorisation du parc éolien, en dépit des avis défavorables du commissaire enquêteur et du conseil municipal. Ils reprochent aussi au maire son attitude ambiguë sur le dossier. Pierre Gourmelon s'était dit favorable, à titre personnel, aux éoliennes.

Si les projets de la commune sont gelés, la société Windstrom peut, quant à elle, engager les premières démarches de son chantier. Les opposants disposent d'un délai de quatre mois pour contester l'arrêté auprès du tribunal administratif.


Archives :
06/04/18 : Vienne : Le Vigeant : le projet éolien divise le conseil municipal
https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/le-vigeant/le-vigeant-le-projet-eolien-divise-le-conseil-municipal
Neuf des quinze élus du Vigeant refusent de voter le budget communal, protestant ainsi contre le projet de parc éolien qui semble en voie d’aboutir.
Les projets de parcs éoliens divisent souvent les habitants des communes. Au Vigeant, le désaccord s’exprime désormais ouvertement au sein du conseil municipal, dont les membres avaient pourtant été élus sur la même liste en 2014. Neuf des quinze élus, dont la première adjointe, ont voté contre le budget présenté par le maire Pierre Gourmelon, signifiant ainsi leur opposition au projet de parc éolien.
“ Nous ne voulons pas semer la zizanie mais attirer l’attention des autres élus ”

«Nous ne voulons pas semer la zizanie, assurent Colette Wagon, première adjointe, Michel Perrot, adjoint et Fernand Flageul, conseiller, trois des neuf élus concernés. Nous voulons nous faire entendre et attirer l’attention des autres élus. On a le sentiment que notre avis et celui de la population n’a aucune importance. Qu’on nous prend pour des ploucs et des moutons. Le budget prévoit la construction d’un site touristique pour 700.000 € sur la vallée de la Vienne. Nous ne sommes pas contre. Mais à quoi bon dépenser une telle somme si on construit des “ effaroucheurs ” à touristes de chaque côté ? » (1)
Selon Colette Wagon, qui siège à la commission départementale de la nature des sites et des paysages (CDNSP), le site éolien du Vigeant est en voie d’aboutir, malgré les avis défavorables du conseil municipal (décembre 2016) et du commissaire enquêteur (janvier 2017). « La CDNSP a donné un avis favorable. On attend maintenant la décision de la préfète mais on se fait peu d’illusions, on pense qu’elle va autoriser la construction. »
Dans cette hypothèse, cinq éoliennes seront érigées par la société Windstrom aux lieux-dits les Brandes de la Ressière et les petites Fouillarges, sur la route d’Usson-du-Poitou. Non loin du centre d’enfouissement des déchets, le site n’est pas le plus mauvais pour installer un parc éolien. Mais c’est la multiplication des parcs dans le sud de la Vienne qui alarme les élus, dans le droit fil de la tribune publiée par le député Jean-Michel Clément (2), signée entre autres par… Pierre Gourmelon, maire du Vigeant.
“ Je comprends la déception des collègues ”« Je suis plutôt favorable au projet des Fouillarges mais en effet, je pense qu’il faudrait regrouper les éoliennes plutôt que saupoudrer les campagnes, explique-t-il. Je comprends la déception des collègues après la décision de la CDNSP, mais la décision définitive n’est pas encore prise. Surtout : cela est complètement déconnecté du budget. Il est dommage d’en arriver là alors qu’il y a beaucoup à faire dans la commune. Si le budget n’est pas voté avant la date butoir, on s’expose à des soucis. Je suis actuellement en train de voir quelles sont les conséquences avec la préfecture. » Le conseil municipal se réunit ce soir pour soumettre de nouveau la délibération du budget aux élus.
(1) Un projet de parc éolien est aussi en cours à l’Isle-Jourdain, de l’autre côté de la vallée. 

(2) Notre article du 21 mars « Eoliennes : le vent se lève en sud Vienne ».

21/03/18 : Éoliennes : le vent se lève en sud Vienne
http://www.centre-presse.fr/article-591326-eoliennes-le-vent-se-leve-en-sud-vienne.html
La préfète a été interpellée hier par des patrons qui s'alarment de la multiplication des parcs éoliens. Une tribune du député rassemble à droite et à gauche.

Avec des éoliennes à foison on pourrit le sud du département. Le sujet n'était pas forcément à l'ordre du jour mais il a occupé une partie de la rencontre organisée hier entre la préfète Isabelle Dilhac et les patrons adhérents du club des entrepreneurs du sud Vienne.
Jusqu'à 250 éoliennes
« Des investisseurs ont acheté de belles demeures, des petits châteaux ces dernières années pour les restaurer en gîtes et on leur colle des éoliennes juste en face »,regrette Patrice Giraud, co-président du club. « Et bien ils repartent. On annonce jusqu'à 250 éoliennes entre le sud Vienne et le nord Charente. Jusqu'où ça va aller? »
« C'est un réel sujet, concède la préfète. Le développement éolien est indispensable dans l'intérêt public mais nous devons aussi défendre l'intérêt du patrimoine et des espèces protégées. La question n'est pas de savoir si le préfet aime ou n'aime pas les éoliennes: si le dossier respecte la réglementation, nous n'avons pas vocation à nous y opposer. Refuser parce qu'il y a déjà beaucoup d'éoliennes dans le secteur n'est pas un argument tenable au niveau juridique. »
Les cartes définissant des zones de développement éolien (ZDE) et le schéma régional éolien (SRE) ayant été annulés, il n'y a plus de vision d'ensemble du déploiement des parcs. La solution viendra du Schéma de cohérence territoriale actuellement en cours d'écriture pour le Civraisien et Vienne et Gartempe, mais il ne sera pas prêt avant deux ans.
Dans ce contexte, une tribune titrée « Le développement des énergies renouvelables ne saurait se faire au détriment du développement de notre territoire », publiée samedi par le député Jean-Michel Clément (En Marche), rassemble déjà une cinquantaine d'élus locaux (de gauche et de droite dont la présidente de la communauté de communes Annie Lagrange, le sénateur Alain Fouché), propriétaires ou exploitants de sites touristiques. « Sur la route de Gençay à Mauprévoir on peut compter 40 éoliennes. Je suis pour les énergies alternatives mais là, on touche un point de non-retour. »
Lire nos articles parus dimanche: « Le parc éolien d'Usson Bouresse en mode séduction » et « Mauprévoir vote un moratoire de deux ans ».